16/09/2017

Une très belle édition pour le Breitling SionAirshow !

DSC_7429.jpg

Depuis vendredi l’édition du Breitling SionAirshow a débuté son avec lot de démonstrations aériennes toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Oldtimers, les patrouilles italiennes, suisses (PS & PC7 Team) et jordanienne et le Breitling Jet Team sans oublier les avions de combat les plus modernes et la douceur des planeurs et autres parachutistes sont tous là pour satisfaire un public de passionnés.

Pour les puristes, une petite déception le niveau de base des présentations a été rehaussée par l’OFAC, s’en suit des présentations 50 mètres plus haut que lors de l’édition 2011.

Un site exceptionnel :

DSC_7419.jpg

Sion est en soi une référence en matière de situation, la topographie des lieux est exceptionnelle pour voir évoluer tout ce que peut produire l’aéronautique. Les patrouilles aériennes et autres jets doivent adapter leur présentation pour faire corps avec la montagne, mais le résultat est simplement extraodinaire. On se souvient encore, des fabuleux meetings internationaux qui se déroulaient régulièrement dans les années quatre-vingts et une dernière fois en 97, puis, ce fut le grand vide (sauf les portes ouvertes organisées par les Forces aériennes) ! Par chance, une nouvelle organisation s’est mise en place pour relancer de manière régulière cette manifestation en 2011. Le meeting est organisé en partenariat avec l’ensemble des acteurs de la région, soit la ville de Sion, l’aéroport, les Forces aériennes, les autorités communales et l’aéro-club du valais. Cette nouvelle édition est une réussite, toute l’équipe des organisateur peut être fier, merci à toutes et tous !

Le Flyboard Air :

DSC_7319.jpg

Dans cette édition, dès vendredi nous avons pu admirer l’extraordinaire présentation de Franky Zapata avec son Flyboard Air. Techniquement le Flyboard Air se pilote comme un Segway, c'est-à- dire grâce au transfert de masse opéré par le pilote. Sauf qu'un Segway dispose d'un support et n'a pas pour préoccupation le lacet, ce mouvement de rotation horizontal autour d'un axe qui n'est, par ailleurs, pas toujours vertical dans le cas du Flyboard Air. Pour parvenir à stabiliser son engin, Francky Zapata a donc prévu de l'équiper de pas moins de six moteurs. Quatre sont disposés sous le plateau qui supporte le pilote, deux sur les côtés, ces derniers sont utilisés pour la rotation. Pourquoi quatre moteurs sous la planche au lieu d'un seul ? Pour stabiliser l'appareil. Ces quatre moteurs sont en effet en mouvement, afin d'ajuster au mieux la direction de la poussée en fonction des mouvements du pilote. Voir voler Franky à Sion est une pure merveille ! A noter qu’en France, son pays, Frank est interdit de vol. Nul n’est prophète en son pays paraît-il ?

Nouvel avion de combat la bataille à débuté :

IMG_0129.JPG

Ils sont presque tous présents les futurs avions en compétition pour notre pays, Gripen, Rafale et Eurofighter ont donné le ton dès vendredi dans le ciel sédunois pour le plus grand plaisir des yeux et des oreilles. Mais la bataille à débuté en coulisse. Airbus DS, Dassault Aviation, Saab et Lockheed-Martin sont tous présents avec un stand. Distribution de casquettes, porte-clefs, autocollants, visites de cockpits pour les uns, simulateurs pour les autres, le public a le choix pour se familiariser avec chacun des appareils.

Ce vendredi, une importante délégation composée d’industriels suisses est venue visiter les avionneurs et parler d’offres compensatoires, soit un élément clef dans l’achat d’un tel avion. Ce samedi, l’avionneur Saab a convié la presse sur son stand pour une conférence de présentation des derniers développement son Gripen E.

 

DSC_7349.jpg

DSC_7404.jpg

DSC_7288.jpg

DSC_7278.jpg

 

DSC_7282.jpg

 

DSC_7311.jpg

DSC_7423.jpg

DSC_7425.jpg

Photos : 1 Sion un site privilégié 2 F-16 belge 3 Franky Zapata 4 Les stand des avionneurs 5 Les Frecce Tricolori, 6 Curtiss P-40, 7 Simulateur F-35, 8 Hawker Hurricane, 9 Antonov An-2, 10 F/A-18 Swiss solo Display, 11 Gripen C hongrois 12 Rafale RSD et Eurofighter allemands@ P.Kümmerling

 

 

 

Commentaires

Pour avoir assisté aux démonstrations, ce vendredi 15 ct à Sion, du Rafale, du Gripen et l'Eurofighter, le constat est sans appel quant à la maniabilité nettement supérieure du premier nommé. En effet, c'est le seul qui a été en mesure d'effectuer des virages particulièrement serrés entre la montagne et le public. Vraiment impressionnant. La prestation du Gripen était totalement linéaire. Des allées et venues au-dessus de la piste, sans plus. S'agissant de l'Eurofighter, avion visiblement lourd, il apparaissait visiblement qu'il lui faut beaucoup d'espace pour évoluer.

Écrit par : Thierrin Maurice | 17/09/2017

@Thierrin Maurice: Voilà pourquoi un choix doit être fait par des spécialistes et non des citoyens lambdas comme vous qui se pbase sur l'émotionnel d'une simple présentation.

D'une part la démo du Rafale a certes été bonne, mais celle du Gripen hongrois était également fluide et complétée par des virages serrés non seulement vendredi mais également samedi. Certes, l'Eurofighter et nettement plus lourdeau mias on ne juge pas avion à celà.

Pour avoir vu d'autres démos, Rafale, Gripen et Eurofighter à Payerne à Mollis l'année dernière et à l'Air Tattoo celle-ci varies selon le pilote de présentation.

Écrit par : Martin | 17/09/2017

@Martin : pour ce qui est des démos, la démo du Rafale était clairement un ton en dessus de celle du Gripen, que ce soit en terme de dynamisme général (ce qui plait au citoyen Lambda comme vous le dites) mais également pour ce qui est de démontrer les capacités manœuvrières (ce qui intéresse les spécialistes) : changement violent de direction / direction pointée par le nez, enchaînement rapide de manœuvres, cassés de vitesse, prise de vitesse, capacité à poser en fin de boucle, distance de roulage ultra-courte. Tous ces aspects étaient à l'avantage du Rafale. Alors certes, le pilote français ne fait que ça de toute la saison alors que son pendant Hongrois fait ça "à côté", mais la présentation était nettement à l'avantage du Rafale.

Quant aux spécialistes, justement, lors de l'évaluation de 2008 faites par Armasuisse et les forces aériennes, le Rafale est ressorti comme le meilleur des candidats alors que le Gripen-C qui était présenté par les Hongrois était bon dernier (et même inférieur à nos Hornets actuels).

Et pour éviter de démarrer avec ce poste un long débat, c'est bien sur le Gripen-E actuellement en mise au point qu'on a voté en 2013.

Écrit par : Pascal (l'autre) | 17/09/2017

@pascal L'autre, eh bien justement vous vous permettez de reparler de l'évaluation, en reprenant les "Fake" informations sorties du contexte et qui ont été largement manipulée par un des avionneurs et nous en connaissons le nom.

Pour le reste il faut conparer les différentes présentations.

Écrit par : Martin | 17/09/2017

@Thierrin Maurice, Pascal L'autre, et si la démo du Rafale de Martinez a été correcte, elle ne vaut de loin pas celle de Mickael Brocart en 2011. Tout comme la démo du hongrois était très inférieure à celle du suédois en 2011.

J'approuve le post de Martin, la comparaison s'arrête là. Tout le reste n'est que blabla de personnes lambdas.

La prochaine compétition sera d'ailleurs très intéressante car cette fois non seulement nous aurons un Gripen E bien plus puissant mais également des appareils très proche les uns des autres.

Écrit par : Steeve | 17/09/2017

Merci à PK pour ces splendides photos (dingues le partage sur FB). Et les garçons, du calme le choix sera fait par des spécialistes alors Keep Calm and See !!

Écrit par : Florence | 17/09/2017

Saviez-vous que le Rafale de présentation est allégé ? Hé, oui regarder bien, l'OFS pour Optique Frontale Secteur avant soit l'IRST en pour les autres est démontée et rempalcée par un cache. Par ailleurs, les systèmes de guerre électronique et certains système de liaison (boîtiers) pour l'armement sont démontés. En résulte une diminussion de poid total de l'avion et de fait une certaine augmentation de l'agilité.
Ajouter le fait que le pilote ne fait que celà en comparaison d'autres pilotes comme le suisse, le hongrois, et les allemands.

Ceci n'enlève ne rien le fait que l'Eurofighter est un gros loudeau mais pour le reste il faut savoir garder une distance de jugement.

Écrit par : LIv | 17/09/2017

On ne le répètera pas assez, la Suisse n'achètera pas l'avion A, B, ou C. Elle achètera l'avion dont ses moyens financiers lui permetterront d'acquérir en nombre suffisant !

Écrit par : Marco | 17/09/2017

Joli programme, c’est toujours un plaisir de venir à Sion pour ces meeting aérien et s’en mettre plein les mirettes. Malheureusement, tout n’était pas parfait en ce qui me concerne, contrairement à l’édition de 2011.
Je conçois tout à fait que c’est en partie ma faute, puisque ne pouvant décider qu’au dernier moment de la date, je n’ai pas pu imprimer mon billet sur internet. Par conséquent, après un parcours parfaitement organisé avec les navettes entre la gare de Sion et l’aéroport, je fais la queue pour les billets samedi matin. Il y a 18 personnes dans la file devant moi, soit 35 minutes à patienter ! La cause (officielle): problème de Wifi, à mon avis le fait que les personnes aux caisses doivent imprimer les billets un par un implique une lenteur désagréable (ce ne serait pas possible qu’une personne imprime déjà une partie des billets adultes et enfants, soit la grande majorité des billets, à l’avance pour gagner du temps ?). Ensuite 25 autres minutes pour entrer dans le secteur de l’aéroport qui se trouve juste de l’autre côté du passage sous voie, et pas de programmes disponibles à ce moment de la matinée. Le temps de trouver une tente pour le Cash-less, faire la queue et remplir la carte, c’est 20 minutes de plus. Il m’a donc fallu 1h20 durant lesquels je n’ai pas pu profiter du spectacle, et je n’étais pas le seul : de nombreux spectateurs rouspétaient sur ces lenteurs. Pour finir, le système Cash-less qui nous garde 3.- si on veut se faire rembourser ce qu’il reste sur la carte (j’aurai préféré les verser à une association d’Oldtimer !).

Malgré ce bémol, le programme aérien, la visite du Catalina et la discussion avec un pilote de F-5 m’ont comblé et j’ai passé une journée magnifique.

Comme certains d’entre vous, j’ai trouvé le programme effectué par le Rafale largement au-dessus de ses deux autres concurrents (en effet, on remarque que c’est un pro qui peaufine son programme depuis des mois). En face, dans des démonstrations plus linéaires, un Gripen C qui est très maniable et un Eurofighter montrant une grande puissance. Mais je suis entièrement d’accord que ce n’est pas sur cette démonstration que l’on devra choisir notre nouveau chasseur, sinon, pourquoi ne pas choisir l’Eurofighter sous prétexte qu’Airbus a largement dominé ses concurrents sur le nombre de casquettes gratuites distribuées ? ;o)

Petite question : avec la fin de la base aérienne de Sion, est-ce que l’armée (bien présente pour les infrastructures et la circulation ce weekend) aidera à l’organisation d’une éventuelle future manifestation ?

Écrit par : Jo-ailes | 18/09/2017

"A noter qu’en France, son pays, Frank est interdit de vol. Nul n’est prophète en son pays paraît-il ?"

attention ne mélangeons pas tout :)

maintenant il a le droit a coté de la base d'Istres de continuer ses essais.

les autorités lui ont interdit temporairement le droit de voler pour des histoires de réglementation.
Un engin qui peut voler a 140Km/h max a 3m du sol peut être dangereux.
et surtout il avait commencé la production d'une petite série.
Que se serait-il passé si lors d'une démo devant une plage par exemple un pilote amateur perdait le contrôle de son hoverboard, et fauchait un groupe d'enfants, qui aurait payé les frais d'assurance.
Sa suspension avait pour but de mettre au clair son hoverboard et de définir un périmètre d'utilisation.

Petit rappel, lors d'un reportage sur TF1 qui l'avait suivi lors d'un show a Miami, la FAA était intervenu pour interdire la démonstration, le temps que ses inspecteurs contrôlent le prototype.

On le voit bien en ce moment avec les drones en Europe, où très peu de personnes respectent les règles en vigueur ne rajoutons pas temporairement un autre objet non identifié dans le ciel :)

néanmoins oui je suis impressionné par les qualités de vol de cette machine ;)

Écrit par : Dimitri | 19/09/2017

En qualité de bénévole depuis jeudi 14 jusqu'au dimanche 17, j'ai été impressionné par la puissance des avions de chasse actuels tels que Rafale, Gripen, Eurofighter et F/A 18 (qui est tout-de-même ancien) que j'ai pu apercevoir lors de petites pauses ! Merci aux organisateurs de ces bons moments. Dommage que le nombre de spectateurs n'atteigne pas les objectifs car un spectacle pareil est plutôt rare !

Écrit par : Daniel COCHARD | 19/09/2017

@Daniel COCHARD: "Dommage que le nombre de spectateurs n'atteigne pas les objectifs car un spectacle pareil est plutôt rare !"
Très juste, j'ai aussi été étonné du peu de spectateurs présents samedi. De même que l'ambiance très tranquille (avec des commentaires très intéressants au demeurant) et le manque d'enthousiasme du public en général. Rien à voir avec certains meeting que j'ai vécu il y a quelques années avec une animation plus enflammée et où le public saluait les pilotes à l'atterrissage, etc. Dommage car le spectacle présenté valait (Valais?) beaucoup mieux que ça, en effet!
Ou peut-être que je commence déjà à être un vieux râleur... ;o)

PS: Merci aux organisateurs, mais également aux militaires présents et aux bénévoles!

Écrit par : Jo-ailes | 19/09/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.