07/09/2017

Belgique, Dassault contourne l’appel d’offre !

 

belgique,f-16,dassault rafale,nouvel avion de combat,blog défense,aivation et défense

L’avionneur français Dassault aviation se retire de l’appel d’offre officiel en Belgique pour remplacer la flotte d’avions de combat F-16. Mais la France n’a semble-t-il pas dit son dernier mot dans ce dossier, avec une probable offre de gouvernement à gouvernement.

Trop favorable au F-35 :

La réaction française de quitter la table de l’appel d’offre officiel est motivée par le fait que le cahier des charges belge est visiblement un peu trop favorable à l’avion américain Lockheed-Martin F-35A « Lightning II ». Les avionneurs suédois Saab et l’américain Boeing ont eux aussi définitivement quittés la compétition pour les mêmes raisons.

Une offre de indirecte ?

Pour autant, la France semble vouloir tenter le tout pour le tout avec une offre de gouvernement à gouvernement en contournant ainsi la compétition officielle. Selon la Ministre de la Défense Florence Parly, : une offre devrait être faite au gouvernement Belge avec le Rafale et comprendra également des offsets en matière de coopération industrielle.

Une décision qui agace :

Du côté belge, cette décision semble agacé le Ministre belge de la défense Steven Vandeput qui dénonce une action qui n’a aucun sens, étant donné que la procédure de sélection n’a pas encore débuté. Par ailleurs, une offre en parallèle au programme de sélection est inacceptable pour le Ministre belge.

Une action risquée :

La décision française est parfaitement compréhensible et rejoint celle des suédois et des américains de Boeing. L’image d’une compétition biaisée en Belgique se confirme un peu plus et nombres d’avionneurs sont maintenant déçus de n’avoir pu bénéficier concourir dans de bonnes conditions. La Belgique est ainsi pointée du doigt comme d’autres en Europe, car l’idée d’un soutien de l’industrie européenne s’effrite un peu plus.

La France de son côté prend un risque important en voulant tenter une offre en parallèle. D’une part celle-ci n’a que peu de chance d’aboutir et va en plus froisser les relations franco-belges. On se rappelle qu’en Suisse l’équipe de Dassault à l’époque avait tenté de contourner le choix officiel avec une tentative de contre-offre auprès des parlementaires suisses. Bien mal leur en a pris, car bons nombres de politiciens avaient vu dans cette manœuvre une tentative d’ingérence. Le grief n’est du côté de Berne par encore digéré et risque de péjorer le dossier Rafale au sein de la nouvelle compétition. Mais c’est une autre histoire.

 Photo: Le Rafale@ Dassault

 

Commentaires

Donc sur les 5 avions potentiels restent 2, sauf que l'un des deux n'est plus produit. Ca simplifie le choix, mais si j'étais électeur j'aurais la légère sensation de me faire prendre pour un c*n : avoir un choix imposé pourquoi pas - les français connaissent bien, les anglais aussi - mais autant éviter de passer par un appel d'offre.
.
L'offre de coopération avec la France inclue probablement des arrangements au niveaux pré-stratégique (asamp) qui compenseraient les bombes lisses américaines ; et on change clairement de niveau de coopération.

Écrit par : v_atekor | 07/09/2017

On a toujours su que le F-35, malgré ses limitations, serai imposée en Belgique(comme il l'a été aux Pays-Bas) car trop dépendante de l’OTAN. Les belges viennent, par contre, de choisir le programme français Scorpion pour la Composante Terre et ces pressions du gouvernement français concernant le Rafale ne tomberaient peut-être pas au bon moment…

Écrit par : GBU | 08/09/2017

Le problème dans cette compétition est la nécessité de l'avion choisi d'être compatible avec la bombe B61 (arme tactique nucléaire), que seul le F-35 peut emporter, dans sa dernière mouture -12. Le parapluie nucléaire américain demeure, et dicte ses conditions...

Écrit par : Noth | 08/09/2017

@GBU : je ne comprends pas en quoi il s'agit de pression. Il y a un appel d'offre quel seul le F35 peut gagner. La France propose une coopération militaire bien plus approfondie dans le cadre de l'Europe de la défense, et prend particulièrement soin de la Belgique puisque (@pk : sous réserve de confirmation) il s'agirait du premier transfert de l'asamp vers un autre pays. On sort de la logique comptable pour faire de la politique de défense, ce qui est au passage un des thèmes de campagne de M.Macron.

Écrit par : v_atekor | 08/09/2017

Le retrait des autres constructeurs est très révélateur de ce contrat biaisé. On sent là bien l'emprise politique des USA, via l'OTAN d'imposer un avion qui est pourtant le plus cher (achat + exploitation) et le plus contesté sur ses capacités opérationnelles.
C'est vraiment dommage qu'au sein meme de l'Europe on ne soit pas capable de choisir la préférence européenne alors que les américains ne se gêne pas de le faire chez eux notamment quand Airbus avait gagné le gros contrat des ravitailleurs, ils n'ont eu aucun complexe de faire annuler le contrat pour choisir (imposer) finalement le Boeing.
Si dans 10 ans on n'a plus d'industrie militaire en Europe, il ne faudra plus pleurer. Mais comme d'hab, l'Europe c'est un rassemblement d'intérêt personnel alors que ce devrait être d'intérêt général. Beaucoup de pays de l'UE ne jouent pas le jeu et ça causera la perte de l'Europe à moyen et long terme.
Dans 30 ans l'europe sera totalement dépendante des USA, nous ne seront plus qu'une colonie économique et militaire.

Écrit par : Albert66 | 08/09/2017

Dassault ne change pas ça façon de faire ? si ça ne fonctionne pas de la façon honnête on contourne le système.
espérons que la Suisse l'aura à l’œil.

comme on le dit quand l'arbre est plié on ne peu plus rien changé.

Écrit par : michel | 08/09/2017

Vous critiquez Dassault pour ses "méthodes détournées" mais êtes vous aveugle pour ne pas voir que c'est ce que font les USA depuis des lustres ?
Quand le vieux F-15 gagne en Corée du Sud à la surprise général (alors qu'il avait fini dernier des évaluations) vous appelez ça comment ?
Quand Boeing arrive à faire annuler (via des relations politiques) le contrat des ravitailleurs remporté par Airbus vous appelez comment ?
Quand la Pologne fait annulé un contrat avec Airbus Helicoptère pour prendre des Sikorsky, vous appelez ça comment ?
Quand la Belgique lance à appelle d'offre et que tous les concurrents se retire car savent que c'est pipé et que LM sera vainqueur avant l'heure vous appelez ça comment ?
Ces pratiques sous le manteaux, que ce soit des pressions politiques, économiques, géostratégique, sont pratiqués depuis longtemps par les USA, et avec succès. donc si Dassault sait que ce contrat belge est perdu d'avance qu'a-t-elle à perdre de tenter un coup sous le manteau "à l'américaine".
Nous les européen ont est toujours les dindons de la farce. On se prend une baffe et on tend l'autre joue à chaque fois.

Écrit par : Albert66 | 08/09/2017

toute l europe c est fait baisé en beauté par le f35 ....a vouloir courir avec le diable tant pis pour eux ....quand ils auront besoin de s en servir la ont va rire car les us ne voudront paas.....comme ils font deja avec le F16 f15 et autres bref ..ca pue les dessous de table a plein nez ....pauvre europe tjrs scout a se faire enc...par les us et ces politico pret eux aussi a manger de la merde pourvu d avoir l ivresse d un compte bancaire au bahamas ....

Écrit par : emmanuel | 08/09/2017

Malheureusement ou non notre pays veut prolonger le club du nord.
Qui il faut le dire en terme de coopération , interopérabilité est plutôt un sucés peut ton le reprocher?

La seul question est; est il bon d' acheter un avions qui est encore à ce point un prototype. on peut toujours rêver que d ici les premières livraison les choses est changé

Écrit par : benji | 08/09/2017

@Albert66 a bien raison. C'est une offre de la France. La Belgique peut simplement dire non, si cette offre ne plaît pas. Seul un gouvernement faible serait offensé.

Écrit par : Karl Rieder | 08/09/2017

Le choix français m'étonne beaucoup, certes, une compétition défavorable n'est en soi pas motivante mais tenter un espèce de barout d'honneur alors que l'on sait que tout est fait en faveur du F-35 me laisse dubitative.

Écrit par : Florence | 08/09/2017

@ Florence: Oui la France joue ici un coup de poker complexe, car du point de vue de la qualité l'offre du Rafale avec le missile ASMP est en soi une parfaite alternative à la B61 et au F-35. Sachant que le Rafale continue d'évoluer et qu'il ne souffre d'aucune maladie de jeunesse. La France aurait aussi pu maintenir son offre officiel et recourir en contre une décision finale. Avec son retrait c'est quitte ou double.

Pour infos le meeting de Sanicole de ce weekend se retrouve avec une maquette de F-35A avec les couleurs de la Belgique (incroyable, alors que la compétition ne fait que débuter), l'avionneur américain semble jouer en terrain conquis et les soutiens viennent de haut en Belgique.

Écrit par : Pk | 08/09/2017

Aux dernières nouvelles, la Belgique explore le statut juridique de la réponse de la France. De plus, le ministère belge de la Défense confirme que la lettre de la Ministre française Florence Parly, ne contient pas de réponse officielle en matière d’offre.

Pour la Belgique, seules deux offrent sont validées et entreront en procédure, celles
D’Airbus DS avec l'Eurofighter Typhoon et de Lockheed Martin avec le F-35.

Écrit par : Steeve | 08/09/2017

@v_atekor: J’ai mal choisi le mot. J’aurai du dire peut-être insistance. Je crois juste que c’est gagné pour le F-35, même si l’offre française est meilleure, et qu’il faut mieux se concentrer sur le programme scorpion. Faire équiper la composante terre et au même temps la composante air par du Made in France serai rever trop- Je ne crois pas que les ricains permettront ça, ni certains politiciens belges.

Écrit par : GBU | 09/09/2017

@Florence : le fait que l'appel d'offre détermine le choix du F35 a priori signifie que c'est un choix politique (non assumé) de la Belgique. Si c'était assumé, il n'y aurait rien à redire. On ne passerait pas par un AO, mais par un accord de gouvernement, car l'AO qui ne permet qu'un gagnant signifie "on a fait un choix politique, mais on n'assume pas. On habiller la décision sous des atours d'un choix neutre et transparent. Ce qui aurait été transparent, c'est de justifier son choix politique, et d'en débattre dans une assemblée. Habiller un choix politique sous les habits d'un AO public est le comble de la dissimulation.
.
Or une décision politique est liée à un contexte politique plus large, et pour contrecarrer une telle offre politique, il faut que les concurrents fassent une offre politique plus large pour que les députés en débattent.
.
La France propose l'asmp, donc propose à la Belgique de remplacer le parapluie nucléaire Américain par celui Français. On est vraiment dans une offre politique de défense majeure.

Écrit par : v_atekor | 09/09/2017

@PK & V-atekor: merci pour vos réponses.

Écrit par : Florence | 09/09/2017

Le probleme de l'europe, c'est que tant que nous seront incapable d'avoir une vraie défense europenne, d'assurer nous meme notre sécurité et bien de nombreux pays de l'UE reteront sous protectorat militaire americain (via l'OTAN) et donc sous influence politico industrielle americaine.
Et c'et un cercle vicieux car plus o achetera de materiel militaire US plus notre industrie militaire et notre independance s'écoulera. On a pourtant 3 excelĺents avions de combat en europe (Typhoon, Rafale, Gripen) et on touve le moyen d'acheter ailleurs. Quel gachis de savoir faire qu'on va perdre ...

Écrit par : Albert66 | 09/09/2017

J'ai tout de même l'impression que dès le départ, les dés étaient pipés! La Belgique veut le F-35 pour des raisons politiques et point barre. La réaction outrée du gouvernement belge à l'action française est risible! Finalement, il n'y a jamais eu de véritable demande d'offres et Saab a bien fait de fermer la porte à ces hypocrites! Nous verrons bien si le jeu est pipé aussi en Suisse même si, le F35 a par contre aucune chance!

Écrit par : McCall | 10/09/2017

Si l'offre ASMP-A est confirmée, ce sera une 1ère d'exportation du nucléaire FR
De plus, la portée du missile ne fera-t-elle pas la capacité nucléaire belge dans une autre catégorie que celle avec une simple bombe à gravité

Écrit par : James | 10/09/2017

McCall: je crains que pour la Suisse les dés ne soient aussi pipés car nul doute qu'ils voudront encore imposer le Gripen et je ne doute pas que le cahiers des charges ira en ce sens, par exemple en imposant (comme la Belgique) un monomoteur.
A mon avis la Suisse va se retrouver avec un choix entre le Gripen et le F35, mais ce dernier sera éliminé par son cout tres élevé (achat + exploitation).
Apres tant que ca reste un achat européen ca me convient.

Écrit par : Albert66 | 10/09/2017

@Albert66 : on ne doit accepter les coups fourrés d'aucune partie. Ce que font les USA ne justifie pas d'accepter ces comportements.

Toutes ces manœuvres devraient enfin réveiller nos décideurs européens: l'OTAN est un instrument américains qui n'est plus à service de l'Europe.
Les exemples sont légions (Fiat G.91, Lockheed Starfighter, F-16 et maintenant F-35).
Il faut à moyen terme sortir de l'OTAN et prendre nos destinées en mains. Les USA ne sont pas un partenaire fiable.
Quand le provocs' de l'OTAN et de la Russie déraperont, les dégâts seront primairement en Europe et pas aux USA.

Écrit par : Al&X | 10/09/2017

@albert66: En aucun cas les dés ne seront pipés en Suisse, par contre comme je l'expliquais en 2014 et comme celà pourrait se reproduire en 2020, le prix sera déterminant. En conséquence le Gripen E suédois et le Super Hornet ont une certaine avance pour l'instant. Nous ne sommes qu'au début d'un processus et je vous rappelle qu'aucun avionneurs n'avaient à l'époque engagé de recours en ce qui concerne le cahier des charges ni le processus d'évaluation.

Écrit par : PK | 10/09/2017

le dernier article sur le feuilleton:
A chacun de faire sa propre opinion...

http://www.defense-aerospace.com/article-view/release/187382/france-shunts-belgium-fighter-rfp-as-f_35-and-typhoon-submit-offers.html

Écrit par : forêt10 | 08/10/2017

Lisez cet article:

http://www.defense-aerospace.com/articles-view/release/3/188496/belgian-firm-wins-f_35-subcontract-despite-program-rules.html

Et tirez-en votre propre analyse...

Écrit par : forêt10 | 17/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.