22/08/2017

Production en série Mi-28UB !

232.jpg

L'hélicoptériste Mil Mi (Russian Helicopters) a confirmé a voir produit le premier hélicoptère de combat Mi-28UB « Havoc » et à débuté les essais pour la validation au combat. Le communiqué précise également que 8 appareils seront livrés au ministère russe de la Défense d'ici la fin de l'année.

Le Mi-28UB a été développé conformément aux exigences du ministère de la Défense de la Russie et est conçu pour la formation des pilotes sur la version Mi-28N. La nouvelle variante dispose d'une double commande de vol hydromécaniques, qui est exploitée à partir du cockpits en tandem. Dans le modèle original le tireur n'avait pas de contrôle dans le cockpit inférieur. D'autres améliorations incluent un habitacle plus spacieux qui abritera l’un instructeur de vol, de nouveaux sièges pour l'équipage. Dans le même temps, le Mi-28UB peut effectuer toutes les tâches de la version «N».

Le MIL Mi-28 est un hélicoptère d’attaque blindé. Il ne dispose pas de fonction secondaire de transport comme le Mi-28 et est surtout destiné à un rôle anti-char et de soutien à l’infanterie. Durant la guerre froide, l’URSS  désirait un appareil plus léger et maniable capable de compléter son Mi-24. En 1976, le gouvernement de l'époque mit en compétition deux constructeurs : Kamov et MIL. Les spécifications étaient les suivantes : capacités de transport pour 3 hommes en plus des deux pilotes, meilleures performances et vitesse maximale. Plusieurs designs furent envisagés au départ, comme par exemple le projet de double rotor. Finalement en 1977 un design classique mono-rotor fut retenu.

En 1981, un design fut retenu et une maquette construite. Le premier vol du prototype (num. 012) eu lieu le 10 novembre 1982, suivi par un second prototype (num. 022) construit en 1983. Bien qu'ayant terminé la première phase des tests de sélection, en octobre 1984 l'URSS choisit le plus avancé Kamov KA-50. Cependant le développement fut continué en parallèle par MIL.

En décembre 1987, la production à Rostov-on-Don fut acceptée et en janvier 1988 le prototype du Mi-28A (num. 032) prit son envol. Cette version fut adaptée afin d'accueillir des moteurs plus puissants et un rotor de queue en ciseau ou "X" au lieu de la version standard 3 pales. Ce Mi-28A fut présenté en juin 1989 au salon de l'air de Paris. Un second prototype de la version Mi-28A (num. 042) fut construit en 1991.

Cependant, en 1993, le programme fut mis en sommeil en raison de son manque de compétitivité face au KA-50, principalement dû à son incapacité à opérer par tout temps.

En 1995 le programme est ranimé grâce au Mi-28N ou Havoc-B. Cette version "N", pour Night (Nuit en anglais), a pour principales améliorations techniques :

  • Nouveau système d'avionique intégrée (IKBO-28).
  • Installation d'un système électronique intégré de combat et d'un radar micro-ondes (N-025 Almaz-280) monté sur le rotor principal.
  • Installation d'un système de visualisation infrarouge (Forward-Looking InfraRed ou FLIR) et caméra sous le nez.
  • Nouvelle transmission permettant de délivrer plus de puissance au rotor principal.
  • Nouvelles pales pour une meilleure efficacité.
  • Nouveau système de contrôle d'injection du carburant.

 

3234.jpg

Photos : 1 Prototype du Mi-28UB @ Fyodor Borisov 2 le Mi-28N @ Kabuki

 

 

 

Commentaires

Ah ah quand je vois la photo du haut, je me demande s'il fait aussi du café !?

Mis à part ca c'est une belle bête et je n'aimerais pas avoir à l'affronter !

Écrit par : Geneva | 22/08/2017

Le "N" de Mi-28N dit aussi "ночь" (notche'), qui signifie nuit en langue russe. Cette belle machine de combat n'a encore jamais perdu ses pales de rotor principal en conditions climatiques difficiles.

Écrit par : Mike | 23/08/2017

@Mike
non mais il a dejà perdu son système hydraulique en plein meeting et en tuant un de ses pilotes...Comme quoi rien n'est parfait.

Écrit par : moi | 24/08/2017

@Mike
Et un exemplaire a déjà été perdu au combat en Syrie. Pas invulnérable non plus, donc...

Écrit par : Matt | 25/08/2017

Matt@ Perdu en Syrie ? Oui mais comment ? Et de toute façon, il n'existe aucun hélicoptère qui résiste à tout...
Mais expérience vécue en Angola, on a vu un Twin Otter de la Zimex rentrer à la base avec un moteur touché par un Stinger de l'UNITA.
Tout peut arriver...

Écrit par : Géo | 25/08/2017

@Géo
"Perdu en Syrie ? Oui mais comment ?"

D'après les russes, problème technique.
D'après l'opposition syrienne, abattu au MANPADS.

C'est marrant, d'ailleurs. Les russes préfèrent insinuer que leur matériel n'est pas fiable plutôt que d'admettre que des rebelles sois-disant sous-équipés puissent abattre "facilement" le fleuron de leur aviation d'assaut.

Écrit par : Matt | 25/08/2017

MANPADS ? J'ai une question : les troupes suisses d'infanterie ou mieux (= les grenadiers) sont-elles équipées de ce genre de truc ? Sinon, pourquoi ?
En d'autres termes, les responsables de l'armée suisse sont-ils des gens sérieux ?
(Après avoir souffert comme grenadier de montagne à transporter le Fass 57 sur les becquets et entendu un colonel prétendre que cette arme était parfaitement adaptée aux conditions de notre pays...)

Écrit par : Géo | 26/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.