13/08/2017

Chine, les nouvelles armes du J-10B « Super Dragon » !

343.jpg

 

L’Armée de libération de la Force aérienne du peuple (PLAAF) a effectué une nouvelle opération de communication avec la présentation des nouvelles armes qui équipent dorénavant son avion de comabt J-10B « Super Dragon ».

Cette nouvelle version du J-10 « Dragon Véloce » se distingue assez facilement de l’ancienne, le «Super Dragon» dispose d'une entréed’air modifiée dotée d’un diffuseur supersonique (DSI) qui semble être du même modèle que celui testé sur le FC-1/JF-17 de type monobloc, qui doit réduire la surface radar (RCS). L’avion dispose d’un Infrared Search and Track (IRST), soit un système de capteur infrarouge passif, probablement issus du modèle russe qui équipe la version du Su-27 acquis par la Chine.

Le premier lot de J-10B est propulsé par des turboréacteurs russes Saturn AL-31FN. Il semble aujourd’hui que le moteur de conception chinoise Shenyang Liming-WS-10A souffre de problèmes de performance qui retardent son adoption pour l’instant.

L’avion dispose également d’un nouveau rangement pour les systèmes de guerres-électronique monté en haut de la dérive. On remarquera les similitudes du haut de dérive avec les M2000 & Rafale. Le fuselage dispose également de quatre capteurs additionnels. Le nez du «Super Dragon véloce» a été redessiné avec une forme ovale et non plus ronde, ce qui laisse à penser que celui-ci dispose d’une antenne AESA.  Il semble également que le viseur HUD soit plus grand. Le J-10B dispose du même éventail d'armes air-air et air-sol que le J-10A.

Chengdu-J-10B-AESA-Demonstrator-1.jpg

Les nouveautés qui équipent le J-10B :

DG3Qjc2UIAAoSmD.jpg

 

Le « Super Dragon » emporte la nouvelle génération de missile YJ-91 anti-radar et anti-navire développée à partir de la version du KH-31 russe. La version anti-radar issue de ce développement est dotée d'une portée légèrement améliorée de semble-t-il120 km, au lieu des 110 km du Kh-31P originel. En plus de la mise au point d'un capteur multi-fréquences, des mesures additionnelles ont été prises afin d'améliorer le missile, telles une architecture logicielle ouverte ou une attribution de priorités aux cibles. Ces cibles pourraient être intégrées à la mémoire du missile depuis le sol ou par le pilote en vol, ce qui rendrait les menaces gérables en temps réel. Le capteur multi-bandes demeure cependant la priorité.

Il existe également une version anti-navire de l'YJ-91. Le développement de cet version anti-navire de l'YJ-91 a abouti sur un missile évoluant au ras de l'eau. Son altitude de croisière n'excède jamais 20m dessus du niveau de la mer et, lors de sa phase terminale (généralement, quand le radar actif est allumé), le missile descend à 7 m au-dessus de la surface. Cette hauteur peut encore être ramenée à seulement 1,20 m si les conditions météo le permettent (état des vagues). D'une autre manière, le missile peut être pré-programmé pour faire un saut et plonger sur sa cible.

Nacelle KG700A :

DG3QhVxUwAAgAwy.jpg

Le J-10B était initialement doté d’une nacelle KG600 de brouillage. Depuis peu, une nouvelle version la KG700A est apparue sur les aéronefs chinois. Les KG600 et KG700A sont conçues par le SWIEE (plus connu sous le nom de l’Institut n°29) du groupe électronicien chinois CETC. Apparu pour la première fois au Salon aéronautique de Zhuhai en 2014, le KG600 est présenté par le CETC comme un « pod brouilleur d’autoprotection embarqué ». Un système d’autoprotection et de contre-mesure est déjà intégré dans la cellule du J-10B depuis sa version initiale, qui est capable d’identifier, de classer et de localiser une dizaine de sources de menace, et d’activer les contre-mesures physiques ou électroniques appropriées. La nacelle KG700A semble venir renforcer la capacité de brouillage lorsque mener une opération coup de point face à un adversaire non encore affailbit et disposant d’une pleine capapcité de défense.

Photos : 1 J-10B avec ses nouveaux équipements 2 J-10B 3 Missile YJ-91 4 Nacelle KG700a@ Longshi

 

Commentaires

Un avion qui me semble intéressant.

Écrit par : Marieno | 13/08/2017

Cette voilure est étrangement simple, si on la compare à la complexité de celles du Rafale, du Typhoon voire même du Gripen qui offrent tout une série de torsions et de courbures. Je serais curieux de connaître ses qualités aérodynamiques.

Écrit par : Mike | 14/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.