10/07/2017

La Chine teste une catapulte électromagnétique !

chine,marine chinoise,aéronavale chinoise,shenyang j-15t flying shark,blog défense,aviation et défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

La marine de l'Armée populaire de libération (PLAN) a entamé les essais d'un système de lancement par catapultes électromagnétiques (EM), connu sous le nom de système de lancement d'avions électromagnétiques (OELE) en Occident. On savait déjà que la Chine avait réussi à construire son premier EMALS (Electromagnetic Aircraft Launch System) en novembre 2016, mais il n'y avait pas de rapports ou d'images officiels à l'époque. L’année dernière des essais avaient eu lieu avec un tel système sur terre uniquement.

14.jpg

Des photos apparues sur les sites chinois montrent un avions de combat Shenyang J-15T "Flying Shark" avec un engrenage monté sur le train avant conçu pour le décollage assisté par catapulte. L'engrenage du nez comporte également une tige de retenue avant et arrière semblable au rail de lancement américain EMALS.

567.jpg

Un troisième porte-avions en construction :

Le contre-amiral Ma Weiming, spécialiste en propulsion et puissance pour les porte-avions, a déclaré lors d'un séminaire universitaire qu'il est convaincu que l'EMALS sera installé sur le futur troisième porte-avions chinois en construction. Ma a également déclaré que le plan visant à construire le transporteur n ° 3 est en cours. Il a déclaré que l'EMALS est plus fiable, moins complexe et moins coûteuse que la catapulte vapeur.

chine,marine chinoise,aéronavale chinoise,shenyang j-15t flying shark,blog défense,aviation et défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Shenyang J-15 «Flying Shark» :

Le Shenyang J-15 «Flying Shark» est un avion de chasse embarqué sur porte-avions, dérivé du Sukhoi 33. Bien que pendant un certain temps les rumeurs faisaient état d’un appareil semi-furtif, celui-ci est en fait une copie chinoise, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de SU-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.

 

4345.jpg

Photos : J-15T « Flying Shark à bord du Liaoning@ CCTV

 

 

Commentaires

Il y a une question de structures qui se pose
- Ou bien,ces avions ont été renforcés au niveau du train avant et du fuselage
- Ou bien, le décollage se fait aussi avec l'aide de poussée conséquente des moteurs pour soulager les éléments cités ci-dessus.
À terme, ces renforts sont nécessaires (sur les nouveaux avions ou en rétrofit) s'ils veulent profiter au maximum de la capacité de la catapulte

Écrit par : James | 11/07/2017

#James

"Ou bien, le décollage se fait aussi avec l'aide de poussée conséquente des moteurs pour soulager les éléments cités ci-dessus"

De toute façon, que ce soit avec les catapultes américaines ou française, les avions sont toujours catapultés avec les réacteurs à pleine puissance et PC allumée...

Écrit par : Matt | 11/07/2017

La PC est utilisée quand l'avion est très chargé ou pour épargner la cellule et le train en diminuant la puissance de la catapulte.
Dans les 1er temps, les Rafale marins décollaient sans PC
Les J-15 (ou Su-33) peuvent déjà décoller tous seuls, certes avec une masse assez limité, la catapulte permettra d'augmenter cette masse, dans la mesure des efforts supportables par le train et le fuselage

Écrit par : James | 12/07/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.