05/05/2017

Premier vol d’essai pour SolarStratos !

2017-05-05-solarstratos-premier-vol-rezo-06.jpg

L’aérodrome de Payerne est devenu une base de dévellopement des projets éco-aéronautique, après Solar Impulse, c’est l’équipe du SolarStratos qui vient de réussir ce matin son premier vol.

SolarStratos a effectué son vol inaugural depuis l’aérodrome de Payerne, le pilote d’essai Damian Hischier a testé l’avion expérimental durant 6 minutes. Durant ces courtes minutes l’avion solaire à atteintles 300 mètres d’altitude. D’une manière générale, ce vol est une réussite et ouvre l’enveloppe d’essais qui mèneront le projet à la réalisation d’un vol stratosphérique grâce à l’énergie solaire en 2019.

2017-05-05-solarstratos-premier-vol-rezo-18.jpg

Pour la petite équipe de SolarStratos, va maintenant falloir apprivoiser l’avion pour en obtenir la maîtrise parfaite. SolarStratos est le premier avion commercial solaire biplace de l’histoire, il sera aussi le premier avion solaire avec pilote à pénétrer la stratosphère. Calin Gologan (Elektra-Solar GmbH – partenaire technique de SolarStratos) en est le designer. La base de cet avion commercial sera utilisée et l’aéroplane sera poussé à la limite de ses possibilités pour réussir cet exploit. Ce biplace en tandem, d’une envergure de 24 mètres, pour un poids de 450 kilos vol comme n’importe quel avion.

L’objectif de SolarStratos :

SolarStratos est une mission aéronautique qui a pour objectif d'atteindre pour la première fois la stratosphère avec un avion solaire habité. L'initiateur de ce projet est le pilote suisse Raphaël Domjan. Le but de cette mission est de démontrer, avec un avion à moteur classique, le potentiel de l'énergie solaire.

Une expérience scientifique :

L’objectif de la mission SolarStratos consiste a voler à une altitude très peu fréquentée à partir de 15'000 mètres propulsée uniquement à l’énergie solaire. L’équipe prévoit d’atteindre les 25'000 mètres, soit un reccord. Ce vol doit permettre d’effectuerdes mesures inédites.

2017-05-05-solarstratos-premier-vol-rezo-21.jpg

Photos : Le premier vol de SolarStratos @ Communication SolarStratos

 

Commentaires

À peine Solar Impulse a-t-il réalisé son exploit que l'étape suivante commence. Avec cette fois un avion aux belles formes familières et aux lignes effilées de planeur.
Génial.

Merci pour votre travail d'information régulier et varié.

Écrit par : hommelibre | 06/05/2017

Bel exploit, même si l'envergure de l'engin laisse penser qu'il s'agit essentiellement d'un planeur.
.
Airbus a mis de son un terme à l'E-Fan, ce qui semble étonnant, après qu'il y ait eu des études pour la construction d'une usine pour de petites séries. Il est vrai que l'autonomie limitée de l'engin est un écueil sérieux qui fait préférer des engins comme le solarstratos.
.
Côté Airbus, il se dit que les technos seront déployées sur des avions de 90 places (ATR ?). Je doute que ce soit un avion électrique. Je les vois mal embarquer autant de batteries au détriment de la charge utile, ou avoir une telle envergure, avec la vitesse qui va avec : pour des vols commerciaux, ils seraient concurrencés par la mobylette, mais ça va dans la bonne direction.

Écrit par : v_atekor | 06/05/2017

J'ai du mal à comprendre l'intérêt pur ces avions solaires. Primo il faut du soleil, ce qui n'est pas toujours évident chez nous, et ça reste un avion très fragile et trop sensible à la météo qui ne reflète en rien l'avenir de l'aviation. Pas avant longtemps en tout cas.
C'est beau pour la forme, c'est écologique (quoi que ... les batteries y a mieux pour l'écologie), mais je trouve que ça ne présente aucun intérêt pour l'aviation, pour le moment.

Écrit par : Albert66 | 06/05/2017

"aucun intérêt pour l'aviation, pour le moment." pas d'accord. Ce n'est que le début et cela va s'améliorer. J'habite pas loin de LSGB et tout ce qui est silencieux me plaît beaucoup...
D'ailleurs, je me suis demandé si je n'allais pas commencer l'apprentissage ULM électrique. Pascal Balet et ses amis appellent ça le "déambulateur de l'aviation", cela me paraît très approprié. En fait, un delta à moteur électrique...
(Les ULM thermiques sont toujours interdits en Suisse)

Écrit par : Géo | 06/05/2017

@Albert66,

L'intérêt de Solar Impulse était de démontrer qu'il est possible de voler "perpétuellement" à l'énergie solaire. Si on est capable de voler H24 grâce au soleil (donc aux énergies renouvelables) il est aussi envisageable de se débarrasser des énergies non renouvelables et polluantes (fossile et nucléaire) pour le remplacer par du renouvelable.

Il s'agissait de faire prendre conscience avec un défi que beaucoup jugeaient comme étant impossible qu'avec de l'ingéniosité, du courage et une vision, cela n'est pas impossible. Ils ont cherché à ouvrir une voie vers le renouvelable en faisant la preuve de cette capacité.

De plus, comme cet avion avait eu de capacité de stockage d'énergie, il s'agissait aussi de développer des moteurs plus efficients. D'énormes progrès ont été faits de ce côté.

Il y avait encore un autre but, démontrer qu'un avion alimenté par de l'électricité peut voler. Selon cernant spécialistes, d'ici 10-20 ans, ils sera possible de trouver des avions commerciaux mono-couloirs pour du court-courrier. Si l'énergie alimentant ces avions est propre, ce sera tout bénéf pour la terre.

Concernant l'avion solaire, les applications pourront être des drones militaires, ou encore des drones pour fournir du réseau internet dans des zones difficiles d'accès...

Écrit par : Fabrice | 06/05/2017

Le marché Suisse ne suffira par à rendre un tel projet rentable, il faut voir au moins sur un marché européen ou plus. Mais honnetement le solaire a encore beaucoup trop de contrainte pour en faire l'avenir de l'aviation. Surtout si c'est pour avoir une faible autonomie et se limiter aux temps ensoleillé.

Écrit par : Albert66 | 06/05/2017

L'histoire de l'aviation regorge de tels prototypes qui ont fait avancer la science de l'aéronautique! Je vous invite à lire ou à relire votre histoire de l'aviation et de lire un livre comme le Marbout-Flash, numéro 119, écrit en 1962 par Wim Dannau "Les véhicules spatiaux vers une coopération internationale". Mais je doute de pouvoir assister un jour au décollage un tel aéronef au Québec lors de nos rigoureux hivers ou lors d'un mois de mai pluvieux comme nous vivons présentement! Bonne lecture!

Écrit par : Simon Perrault | 07/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.