29/04/2017

L’Argentine commande le T-6C « Texan » !

Beechcraft_T-6C_coast.jpg

Le gouvernement argentin a signé un contrat pour l’achat d’un premier lot de quatre avions école de type Beechcraft T-6C « Texan II ». Le contrat est estimé à près de 88 millions de dollars. Les livraisons débuteront en avril 2018.

Au total, se sont 12 appareils qui devront être achetés pour venir remplacer les actuel Embraer EMB-312 « Tucano » au sein de l’école des pilotes de la force aérienne.

Le T-6 « Texan II » :

Le Hawker-Beechcraft T-6 « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec  panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6 dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6 est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la  voltige.

 Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifiés de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

Le modèle T-6C est le même que le modèle que le  «B» mais permet l’usage d’armes de bord, telles que : canons, roquettes et bombes.

 

Beechcraft_T-6C_interior.jpg

Photos : 1 T-6C Texan II 2 Cockpit @ Beechraft

 

 

Commentaires

Bonjour PK,

La première photo est très belle.

Vous mentionnez un surpoids de 22% par rapport au PC-9, lié aux modifications demandées par les US. Quelles sont elles, pour justifier une telle prise de masse ? Moteur américain, système avionique ? Possibilité d'emporter de l'armement ?

D'ailleurs, cette possibilité d'emporter de l'armement a-t-elle pu faire pencher la balance en sa faveur (les Tucano qu'il remplace pouvant être armés) ? Corrigez moi si je me trompe, mais il me semble que la Suisse n'autorise pas les Pilatus d'entraînement a être armé (affaire du PC-9 Tchadien il y a quelques années).

Écrit par : Marine | 29/04/2017

@Marine: Plusieurs modifications sont à la base de cette prise de poid, modification de la canopée, renforcement des ailes et de la structure pour emporter de l'armement.

Effectivement, le fait de pouvoir être livré directement avec une capacité d'emport d'armement à jouré un rôle.

En ce qui concerne, le PC-9, il n'est pas livré avec un équipement militaire. Effectivement, le PC-9 tchadien avait été acheté à la France (appareil appartenat à l'EPNER) et modifié par une société belge pour emporter de l'armement. Depuis, PIlatus n'a plus livré de pièce de rechange ni assuré l'entretien. L'avion n'est d'ailleurs plus en état de vol depuis 2006 ou 2007.

Écrit par : PK | 29/04/2017

Est-ce que le T-6 n'utilise pas des sièges Martin-Baker qui pourraient faire Londres bloquer la vente?

Écrit par : GBU | 30/04/2017

@ GBU Non, ce type d'aéronef ne peut menacer les îles Malouines. Et leur marine est en très mauvais état.

Écrit par : Simon Perrault | 02/05/2017

@Simon Perrault Je pensait que les britanniques interdisaient toute exportation militaire. Sinon ça serait sympa de voir un T-6 affronter un Typhoon :-P Ok je sors...

Écrit par : GBU | 03/05/2017

@ GBU On peut rêver à une confrontation du T-6/ Hawker Typhoon ou du Hawker Tempest de la guerre 1939-1945. Ou du FMA IA-58 Pucarà au Hawker-Siddeley Sea Fury sans oublier le Douglas AD Skyraider! Les engagements des Pucaràs démontrent que ceux-ci sont de redoutables adversaires des aéronefs à voilure tournante. Conçus pour écraser des mouvements de libération faiblement armés, les Pucaràs ont démontrés leur vulnérabilité face aux mitrailleuses lourdes et aux missiles sol-air portables.

Écrit par : Simon Perrault | 05/05/2017

Les commentaires sont fermés.