04/04/2017

Le Gripen vole avec 100% de biocarburant !

biofuel_flighttest_island-_.jpg

C’est une grande première mondiale qui vient d’être réalisé par l’avionneur suédois et le motoriste américain General-Electric. Pour la première fois un avion de combat a réussi plusieurs vols avec 100% de biocarburant dans ses réservoirs.

De 50 à 100% :

Les vols avec du biocarburant tant civils que militaires ne datent » pas d’hier, mais jusqu’ici les appareils testés n’emportaient qu’un maximum de 50% de biocarburant mélangé avec du kérosène d’origine fossile. L’US Air Force a été la première à lancer une série de tests en vol avec un A-10 « Thunderbolt II », dont les moteurs étaient alimentés à 50/50 par un mélange de kérosène JP-8 et cameline. Ce premier vol d’une durée de 90 minutes a eu lieu depuis la base d’Eglin en Floride. De son côté, l’US Navy n’est pas en reste avec le programme «Green Hornet», et à fait voler avec le même mélange un F/A-18F « Super Hornet » en avril 2010.

Une volonté politque suédoise :

Ces vols à 100% verts d’un avion de combat Saab JAS-39D Gripen démontrent le fruit d’une volonté politique associée à une détermination de l’avionneur suédois. En parallèle, cette stratégie vise à soutenir et à développer les conditions pour la technologie environnementale. La stratégie suédoise inclut le support pour l'innovation et la promotion des exportations. L'ambition du gouvernement est de créer les conditions pour le développement du secteur de la technologie suédoise en matière d’environnement et de contribuer ainsi à un meilleur environnement en Suède et dans le monde. Car, pour la Suède, il devient également possible de partager se savoir faire avec les futurs acquéreurs potentiels des avions de la famille Gripen. D’un point de vue stratégique il s’agit également de diminuer la dépendance vis-à-vis des énergies fossiles notamment en cas de crise pétrolière.

Ces vols avec 100% de biocarburant démontrent aujourd’hui que les ingénieurs ont acquis suffisamment connaissance pour l'utilisation future de carburant de remplacement. Ces vols prouvent également que la famille d’avion « Gripen » est « sûr » avec ce nouveau carburant. Les vols avec un Gripen D biplace ont été réalisés depuis les installations de Saab à Linköping. En terme fonctionnement moteur, l'équipe de test n’a noté aucune différence entre le biocarburant et le kérosène ordinaire, ce qui signifie que le biocarburant peut être utilisé comme une alternative parfaitement satisfaisante au carburant ordinaire dans Gripen. Le carburant testé CHCJ-5 est constitué d'huile de colza. Par ailleurs, ce biocarburant satisfait aux mêmes exigences de combustion que le carburant fossile.

biofuel_take-off.jpg

 

Photos : Le JAS-39D Gripen utilisé lors des vols avec biocarburant @ Saab

 

Commentaires

@Eric: Oui et maintenant ils retournent leurs veste et soutiendornt le nouvel achat ! Notez le dernier paragraphe" qui stipule : " que nos FA n'ont pas besoin de l'avion le plus cher et le plus avancé techniquement». D'une part ils soutiennet déjà la candidature du Gripen E mais en plus techniquement ils sont en retard, mais bon il faudra compter sur eux en cas de vote cette fois !

en lien : http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/Les-Vert-liberaux-veulent-des-avions-de-combat-24632528

Écrit par : Martin | 04/04/2017

Et dire que les Verts'Libéraux avaient refusés le fameux "fond d'acquisition" sous divers prétextes dont celui de l'écologie! MDR!

Écrit par : Eric | 04/04/2017

Mais voici un avion en parfaitre adéquation avec la loi que nous voterons en mai prochain sur l'énergie verte !

Écrit par : Florence | 04/04/2017

1. la Suède est connu pour beaucoup de chose mais sûrement pas pour sa puissance agricole. Donc ce genre d'expérimentation ne vise que le Brésil qui est déja auto suffisant pour le pétrole grace a ses champs offshore ...et suffisament d'espace pour faire de la culture intensive.
2. La terre ne peut pas donner éternellement: les sols s'épuisent un peu partout. Donc il faudra un moment choisir entre manger ... ou faire voler des avions "greens"
3. Le terme "green" est amusant car entre l'utilisation intensive d'engrais, défoliant, etc pour faire pousser le carburant + le fait qu'on le brule au final je ne suis pas sur que le truc soit si "green" que ca...

Écrit par : R2D2 | 04/04/2017

@R2D2: Et bien vous avez tout faux, mieux une bonne guerre de retard! Les biocarburants produit ici et plus généralement sont à base d'algues et/ou d'huile de récupération. Il n'est donc pas question de choisir entre nourir des moteurs ou les hommes ! D'ailleurs si vous aviez pris le temps de lire vous l'auriez compris. Nous avons ici à faire à une révolution indutrielle qui ca profiter à tous et justement à des pays comme la Suède qui ne produisent pas de pétrole.

Écrit par : Steeve | 05/04/2017

Pauvre R2D2 vos logiciels sont obsoletes

Écrit par : Florence | 05/04/2017

"Les biocarburants produit ici et plus généralement sont à base d'algues et/ou d'huile de récupération. "
De plus, en Suède, des entreprises sont également en train de développer l'industrialisation de biocarburant à partir de déchets ménagers et agricoles. Soit, en gros, faire du carburant avec le compost.

Par contre, je suis entièrement d'accord qu'il est très important de veiller à ce que certains pays ne se laissent pas tenter par les cultures intensives qui pourraient rapporter financièrement plus à court terme, mais qui pourrait être économiquement et surtout écologiquement catastrophiques à moyen terme.

Écrit par : Jo-ailes | 05/04/2017

Pensez- vous, réellement, que seule l'huile de friture usagée des McDonald et autres Fast-Food va suffire pour faire voler une flotte d'avion de chasse?

On peut faire de l' l'HVP à partir de la culture du colza et du tournesol, de Jatropha curcas, d'huile de palme cultivé sur des terres non agricole pour l'homme. Les micro-algues ont l'air d'être plus prometteuse au point de vue du rendement. Mais le coût est pour l'instant très élevé. A suivre

Écrit par : Benoit | 05/04/2017

Beaucoup d'armées se penchent sur les biocarburants, pas forcément avec un soucis écologique en tête. L'équation est simple : on se bat là où il y a du pétrole, la guerre fait monter les prix, si le prix du pétrole est trop élevé il y a un risque. Pour contrer le risque il faut une alternative.

Écrit par : v_atekor | 06/04/2017

Tout cela est très juste. mais dans une guerre, il ne suffit pas d'avoir des avions qui volent, il faut donner à manger aux troupes. Toute la production agricole est basée sur un pétrole bon marché. Sans cela, fini, terminé, plus rien. Déjà maintenant, on brûle sur place ce qui ne peut être transporté parce que les coûts de transport sont plus élevés que le prix de vente. La production agricole oscille toujours entre surproduction et effondrement. Et tout le monde s'en fout, sauf quand il s'agit des avions. Heureusement que je suis cynique, sinon je me ferai du souci pour les humains...

Écrit par : Géo | 06/04/2017

@Géo: Mon cher Monsieur, il faut lire, et surtout être capapble de comprendre ce que l'on lit! Visiblement vous faite partie de ces personnes à priori bien pensentes, mais dont la capacité à comprendre un texte se limite au stricte nécessaire. Nous ne parlons pas de biocarburant de 2ème génération (à base de plante qui remplacent les cultures) mais bien de biocarburants de 3ème génération issus de la récupération.

V-atekor: je comprend votre réaction, il est vrai qu'en France le tri des déchets n'est de loin pas entré dans les habitudes, vous êtes loin des pays nordiques, de l'Allemagne de la Suisse dans ce domaine.. ça viendra !

Écrit par : Florence | 06/04/2017

@Florence : trois points :

* Je ne suis pas français, c'est ma troisième langue. Je viens de plus au sud encore (toujours en Europe, vous savez, au sud de Genève, ce n'est pas encore l'Afrique, si, si, regardez une carte !), et le tri des déchets fait partie de mes habitudes ainsi que d'une grande partie de la population. J'ai vécu en France et ils le font aussi à grande échelle.
.
* Vous n'avez rien compris à ma réaction : on parle de système d'armes. D'autres armées travaillent attentivement sur le sujet des biocarburants, avec d'autres soucis en vue que les gains écologiques. Quand on bombarde un dépôt de munition, une fabrique d'armes, ou une réserve de carburant ; lorsqu'on torpille un superpétrolier l'impact écologique est exactement le denier soucis des donneurs d'ordres.
.
Votre mépris pour la France et l'Europe du sud est insultant. Je suppose que c'est voulu. Espero por lo menos que haya gente algo mas inteligente en su país ; le puedo asegurar que haré mi posible para oponerme a su entrada en la UUEE, cuando le tocara, y mas sencillamente a su venida en Barcelona.

Écrit par : v_atekor | 07/04/2017

@Florence : ... oui, effectivement il faut être capable de comprendre ce qu'on lit. On parle de carburant pour des avions de combats dont la vocation est de mener des actions de guerre de haute intensité : de tuer, de brûler, de détruire, d'anéantir, assiéger, affamer
.
C'est vrai qu'on peut gazer un hôpital en minimisant son empreinte carbone.

Écrit par : v_atekor | 07/04/2017

@V_atekor: Seriez-vous un peu soupe au lait ? Car si vous vous sentez personnellement viser, celà vous regarde. Il est un fait que les biocarburants sont une solution d'avenir et vont équiper les avions civils (ce qui commence à se faire d'ailleurs) et visiblement très prochainement les modèles militaires. Il est fondamental pour l'europe "justement" de pouvoir restreindre sa dépendance des pays pétroliers. Que du pétrole ou des biocarburants équipent des avions de combat de change en rien leur utilisation dans des conflits effectivement et l'on se fiche dans ce cas de l'emprunte en carbone. Mais le fait de se rendre un peu plus responsable en tamps de paix est déjà un grand pas en avant.

Maintenant si vous n'accepter pas le fait qu'une partie de cette europe qui vous est si "cher" est en retard sur les les nouvelles technologies alors que l'autre est en avance, bien à vous!

Écrit par : Florence | 08/04/2017

Les biocarburants vont devenir une évidence dans le civil et chez les militaires du moins en temps de paix. Après, l'usage d'un avion de chasse sera toujours lié à la politique des hommes et des décisions. Pouvoir s'entrainer, faire fonctionner une police du ciel 24/24 en polluant moins et à juste titre bon pour tous.

Écrit par : Marco | 08/04/2017

Florence: Oui, je comprends parfaitement que la Suisse et la Suède sont en retard sur la France, le Royaume Uni, et les États-Unis en matière de carburants militaire alternatifs, de réflexion stratégique sur les armées par rapport au pétrole, mais en l’occurrence personne dans ces trois États ne se soucie de l'impact écologique de la chose, mais du coût et de la logistique. En €, en $, en £, et peut être même un jour en francs suisses.
.
Du coût différencié entre le temps de guerre plutôt qu'en temps de paix ; sachant que ces trois États sont en conflit permanent sur des théâtres extérieurs depuis plus de 30 ans, on s'en fou. La logistique et l'économie sont deux points clef de la chose militaire, pas l'écologie. Mais alors, pas du tout.
.
Si on fait des tests avec des tirs laser, c'est sans doute pour alléger le transport des munitions, réduire les coûts induits ; Si certains ont opté pour une propulsion nucléaire plutôt que diesel, c'est bien pour éviter les superpétroliers mais n'y voyez pas le commencement de l'ombre d'une réflexion écologique.
.
Allez le demander aux pilotes Français qui ont enterré 60 gars d'ISIS il y a quelques semaines. Allez demandé aux pilotes Israéliens qui sont revenu avec des missiles au c*l. Allez demander aux pilotes Belges qui ont pulvérisé des cibles sur lesquelles il y avait des enfants comme bouclier humain. Allez demander aux pilotes russes d'hélico dont une roquette a descendu l'appareil de leurs compagnons. Allez demander aux pilotes irakiens qui se sont fait descendre hier sur Mossoul par un tir direct.
.
Allez leur demander ce qu'ils pensent de leur empreinte carbone.

Écrit par : v_atekor | 08/04/2017

... je parlais des réflexions des militaires dans le monde quant au pétrole mais j'oubliais le cas Suisse, qui sont vraiment les seuls à lancer un appel d'offre pour ds avions militaires destinés à ne jamais faire la guerre. Si vraiment le biocarburant, comme un critère écologique, est un argument pour des politiques pour l'appel d'offre en Suisse, craignez que vos militaires se reconvertissent en prof de yoga. A ce niveau, ce n'est plus du green-washing mais de l'insulte. Si vos avions sont destinés à ne pas faire la guerre, laissez les au sol, l'impact écologique sera nettement plus évident.

Écrit par : v_atekor | 08/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.