03/03/2017

L’armée française cliente du H160 !

657dbf5b70e83a551f8d561eb523fa15.jpg

Paris, le ministre de la Défense française, Jean-Yves Le Drian confirme une future importante commande auprès d’Airbus Helicopters pour le H160. Cette achat fait partie du programme de base du futur hélicoptère léger interarmées (HIL)  (armée de l'air / armée de Terre ) qui permettra de remplacer les actuelles flottes de Fennec, Gazelle, Panther et Alouette II.

160 à 190 appareils :

Si le nombre de H160 n’est pas encore connu, il faut tabler sur un chiffre de 160 à 190 appareils, soit une aubaine pour l’hélicoptériste européen qui traverse une mauvaise passe tant du point de vue des ventes d’hélicoptères que de sa restructuration du groupe et des difficultés avec le programmes A400M de la division « avions de transports ».

Selon Jean-Yves Le Drian, la livraison du premier appareil sera avancée de quatre ans, dès 2024. La production sera au maximum de 50 exemplaires par an. Aucun prix catalogue n'a encore été communiqué.

Airbus H160 :

Le H160 est un hélicoptère bimoteur de moyen-tonnage, capables d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plateformes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. Son développement a été lancé en 2013, avec une définition de la configuration finale confirmée cette année. Avec le H160, Airbus Helicopters a fait notamment un effort sur la réduction du bruit. Ainsi, le H160 devrait être 50 % moins bruyant que les Dauphin actuels, grâce au nouveau design des pales Blue Edge. Ces dernières permettent également au H160 d'emporter 100 kg de charge utile supplémentaire en comparaison des hélicoptères équipés de pales classiques, en fonction des conditions de vol. Le constructeur a innové en installant notamment des commandes de vols électriques, et en dessinant une nouvelle forme aérodynamique, très futuriste.

 

webimg_3150.jpg

Photos : Le prototype du H160@ Airbus Helicopters

Commentaires

Cette annonce est totalement irréaliste et ceci pour plusieurs raisons:
- La France va changer de gouvernement et de régime, peu importe le camp vainqueur, la première des choses sera: démonter ce que l'autre camp à construit...
- Depuis plusieurs années, les différents corps d'armées essaient de se mettre d'accord sur le cahier des charges de ce fameux HIL, en vain... Tant que celui-ci ne sera pas ratifié, il n'y aura aucune commande.
- Où vont-ils trouver l'argent? Tout le monde sait que la France avec plus de 2200 Mds de dettes est en quasi faillite.
En outre Airbus crie au secours pour l'A-400 qui a pour l'instant la priorité, alors?...

Écrit par : forêt10 | 04/03/2017

Je suis perdu depuis qu'ils n'utilisent plus de nom propre pour nommer leurs helicos

Écrit par : James | 04/03/2017

@Forêt10 : les décisions de ce genre sont rarement, voire jamais, remises en question par un changement de président, en France. Car c'est d'abord un contrat passé avec les état-majors. Ensuite le choix du H160 comme base du HIL vient d'être validé par les trois armées, y compris les commandos spéciaux. Le projet avait été exclu de la Loi de Programmation Militaire actuelle pour laisser de la souplesse à la décision. Le calendrier des livraisons a même été avancé de 4 ans. Enfin le H160 est une base, cela signifie que chaque armée aura un hélicoptère arrangé selon les spécificités demandées. La dernière nouveauté d'Airbus Hélicopters est une solution idéale pour le remplacement des Gazelle, Fennec, Dauphin, Panther et l'antique Alouette III. L'utilisation d'une base commune va simplifier la formation et le maintien en condition opérationnelle.

Note : Airbus est un groupe composé d'entités bien distinctes. Airbus Helicopters n'est pas autre chose que l'ancienne entité Eurocopter. Le rapport avec Airbus Group est strictement nominal, de sorte que l'affaire A400M n'a aucun effet sur l'activité du constructeurs d'hélicoptères.

Écrit par : Mike | 04/03/2017

@Mike:
1. Je persiste à dire que le cahier des charges pour les besoins des trois armées n'est pas ratifié.
2. Votre note ne tient pas compte du soucis en interne d'Airbus, je vous cite une note interne au sujet de l'A-400 de Mr. Tom Enders adressée à son conseil d'administration "... Cependant, il est de notre responsabilité d'assurer la viabilité d'Airbus. En clair, si rien n'est fait, le programme A400M met clairement en danger, à terme, toutes les autres activités d'Airbus et donc l'avenir d'une réussite commerciale et industrielle européenne qui s'est construite au cours des 45 dernières années."

PS: dans les deux derniers n°s d'A & C vous avez un aperçu de la situation...

Écrit par : forêt10 | 04/03/2017

Très bel hélico! Il devrai remplacer également les derniers Puma de l'AdA. Le H160 est le remplacent naturel du Dauphin (et Panther) au vu de son design. Mais je me demande s'il n'est pas trop lourd pour remplacer les Gazelle et Alouette.

Écrit par : GBU | 04/03/2017

C'est vrai sont complétement inconscient ces français - ils doivent aussi payer leurs SNA, ils viennent de commander des frégates FTI, ils vont aussi mettre le remplacement des Puma à l'étude très rapidement, il faut aussi payer les HK416, les missiles MMP, les Sherpa des FS, payer les véhicules blindes du programme Scorpion, Payer aussi vos PC21 et en plus ils dépensent comme des fou pour faire la guerre loin de chez eux et patati et patata... Complétement fou je vous dis ces français... Continuez a essayer de réfléchir, vos analyses sont d'une rare fulgurance !

Écrit par : nonmaisdisdonc | 04/03/2017

@Foret10 : C'est effectivement un peu "gonflé" de la part de le Drian de valider cette commande alors qu'il lui reste à peine 2 mois en poste. Les autres ministres sont plutôt maintenant entrain de "gérer les affaires courantes", surtout maintenant que la cession parlementaire est close.
C'est du moins ce que fait celle pour qui je travaille... ;o)
Pour le reste, en France il n'y a pas besoin que les "3 armes" ratifient le cahier des charges. Aux termes du Code des Marchés Publics, c'est LA personne responsable du marché (en l’occurrence le ministre) qui prend la décision. Point barre. Si il y a eu des discussions avant, comme dit la pub pour un lunettier, "ça, c'était avant".
Et ensuite, surtout chez les militaires, une fois que le ministre a décidé, tout le monde la ferme et "on ne voit plus qu'une seule tête".

Écrit par : Ysgawin | 05/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.