28/02/2017

Entrée en service du EA-18G « Growler » au sein de la RAAF !

australiangrowler.jpg

L’avion de guerre électronique Boeing EA-18G « Growler » entre en service au sein de Royal Australian Air Force (RAAF). Les deux premiers exemplaires de EA-18G sont arrivés en Australie. Les appareils ont été réceptionnés lors d’une cérémonie en présence de la ministre de la Défense Marise Payne et de RAAF chef de l'air Marshall Geoff Davies.

La ministre de la défense Marise Payne a annoncé que l'Australie s'associait avec les États-Unis pour développer un brouilleur radio de prochaine génération pour venir équiper le « Growler » sur un budget de 192 millions de dollars.

Rappel :

L’Australie a commandé un total de 12 avions Boeing EA-18G «Growler», en avril 2012. Il s’agit en fait d’une conversion 12 F/A-18 E/F «Super Hornet» en EA-18G sur un total de 24 appareils commandés, auprès de l’avionneur américain. 

 Le premier «Growler» australien est numéroté A46-301 sera déployé à la mi-2015,  avant de mener une campagne d'essais en vol de 12 mois avec l'US Navy, afin de répondre aux exigences de navigabilité australiens.

Les premiers équipages australiens ont débuté au printemps une formation sur le «Growler» au sein de l’escadron VAQ-129 de l'US Navy,  sur les installations de transformation de Whidbey Island, près de Seattle, Washington.

Le EA-18G «Growler» : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

 

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

 

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du « Growler » de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

AIR_F-18F_RAAF_Armed_AIM-9X_ATFLIR_AGM-154C_lg.jpg

Photos : EA-18G « Growler » de la RAAF @ Boeing

 

 

 

 

Commentaires

Je passe immédiatement une commande pour le Canada!

Écrit par : Simon Perrault | 28/02/2017

Cher Simon, effectivement le F18E serais un excellant avion pour le Canada et oublié ce F35 pourris, il vaut mieux avoir un flotte d'avion importante que un avion soit disant furtif et en petite quantité, avec vos yeux vous le voyez et vos oreilles vous l'entendez, un jour un système permettra de passer a travers la furtivité.
Pour nous en Suisse y serait mieux du style un gripen car faut prendre en compte la grandeur du pays, son utilisation, etc.
Mais nous avons déjà beaucoup de problèmes dans l'armée de terre.
Nous sommes sous équipé en matériel défensive, par contre nous sommes suréquipé en camion et jeep pour la fuite, tous nos véhicules ont une vitesse en avant et deux en arrière.
En Suisse on a une philosophie très particulière, notre dirigeants et politico aimerait supprimer l'artillerie car on ne peut tirer sur une ville mais l'assaillant lui va y prendre son pied dans les villes et sera jamais délogé vu qu'il y a aucun risque.
Notre matériel !
Nos obusiers blindés sont complètement dépassé, lent, etc.
Notre artillerie légère à part des lance-mines de 8.1 & 12cm, il n'existe plus de canon sur roues.
Nos léopards 2 sont en majorité au top mais il en reste plus qu'une centaine.
Et la liste est longue.
La cerise sur le gâteau, on veut une armée moderne, avec 100'000 soldats (à définir) mais on peut avoir un soldat bien équipé mais ca reste un soldat.

Écrit par : michel | 03/03/2017

Je partage vos sentiments de frustrations envers la gestion des questions de défense. Je vous envie amis helvètes pour une chose: vous n'avez pas de grandes étendues marines à surveiller et à protéger et vos bureaucrates incompétents ne peuvent faire de gaffes! La situation géographique du Canada est tout autre. Nous sommes obligés d'emprunter des pétroliers-ravitailleur(AOR) à des marines étrangères, nos sous-marins sont plongés dans de multiples réparations sans fins. Notre flotte de brise-glaces est en mauvais état: récemment un cargo fut immobilisé à cause des glaces sur la rivière Saguenay qui se jette dans le fleuve Saint-Laurent(1). Ce vraquier transportait une cargaison urgente de bauxite à destination d'une usine de Rio-Tinto. Le brise-glace qui était affecté a connu des problèmes mécaniques... La construction des nouveaux brise-glaces prend du retard et cerise sur le sundae, les 2 chantiers maritimes impliqués(un sur la côte est et l'autre sur la côte ouest du pays) font des pressions politiques pour que le chantier Davie situé à Lévis,sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent en face de la ville de Québec, soit tenu à l'écart de ces juteux contrats du fédéral...Cette mauvaise gestion manifeste des bureaucrates et politiciens fédéraux ressemble aux comportements d'une république de banane. Au Québec nous utilisons le verbe "niaiser" tergiverser pour de tels comportements. Espérons que certains dirigeants lisent et prennent acte des commentaires qui sont émis sur un site comme le vôtre.

Des rives glacées en enneigées du fleuve Saint-Laurent, je vous adresse mes très cordiales salutations.

_____________
1. http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2017/02/20170218-173118.html
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/812370/brise-glaces-garde-cotiere-compromettent-commerce-saint-laurent
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/812664/ottawa-construction-nouveaux-brise-gl ace-flotte-garde-cotiere-fleuv

Écrit par : Simon Perrault | 05/03/2017

Je pense que nous vivons la fin d'une dynastie si l'on peut le dire comme ca.
Dans le passé le peuple était fier de son pays et de son armée, il l'aurait défendu avec force et conviction pour une question d'honneur.
Aujourd'hui on est gouverné par une bande de costard-cravate donc certain fils à papa n'ont jamais transpiré pour avoir gagné leur du.
Ces gens bouge bien quand il y a de l'argent qui rentre dans leur porte-monnaie mais le peuple leur est indifférent, voilà le nouveau monde des riches.
Faites-vous pas de soucis ca tourne comme ca et le sujet avec une Europe en manque de défense n'est pas fini, on sent fou si le pays coule et dirigé par un autre, ces gens auront le bras toujours acer long pour retourner leur veste.
La guerre n'est pas très loin même si ca ne vient pas a nos portes, le gel entre certain pays sera long à dégelé.
le peuple voit déjà un changement et ca ne fais que commencé, le temps des vaches grasse est terminé, le monde a avancé trop vite dans une situation de non retour.

Écrit par : michel | 06/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.