23/02/2017

Sensible modernisation des Hornet suisses !

DSC_6419.jpg

Berne, ce matin le ministre de la défense Guy Parmelin a présenté le programme d’armement 2017 (PA17) à la presse. Une part importante des acquisitions se fera en faveur de l’aviation.

Combler le vide du non achat des Gripen :

Afin d’éviter toute lacune dans la protection de l’espace aérien, il est prévu d’engager les F/A-18 jusqu’à ce qu’une flotte des nouveaux avions de combat soit opérationnelle. Pour ce faire, la durée d’utilisation initialement prévue des F/A-18 doit être prolongée de 5 ans, soit jusqu’en 2030. L’objectif de la prolongation de la durée d’utilisation est de certifier les F/A-18 à 6000 heures de vol par appareil afin de pouvoir engager la flotte jusqu’à la fin du processus d’introduction du nouvel avion de combat en 2030. Actuellement, les F/A 18 sont certifiés aptes à effectuer 5000 heures de vol chacun. Ils auront atteint cette limite et donc la fin de leur durée technique d’utilisation plus tôt que ce qui avait été initialement planifié, soit en 2025 au plus tard. Les mesures requises concernent non seulement la structure des avions, mais aussi des sous-systèmes et des composants dont l’exploitation et l’entretien sont de plus en plus problématiques. La modernisation comprendra également les systèmes d’entraînement à l’engagement, des missiles et de l’avionique.

Pour prolonger l’efficacité opérationnelle, des missiles de type Raytheon AMRAAM AIM-120C7 feront l’objet d’une acquisition subséquente (second lot). Dans les domaines de la communication, de la navigation et de l’identification, des composants seront remplacés ou renouvelés afin de garantir l’interopérabilité jusqu’en 2030. Un nouvel appareil de vision nocturne intégré dans le casque permettra d’améliorer considérablement le champ de vision dans l’obscurité.

116829.jpg

Les points d’amélioration :

- Programme de remise en état de la structure et certification de celle-ci à 6000 heures de vol par appareil.

- Train de mesures logistiques visant à appuyer l’exploitation jusqu’en 2030.

- Adaptations des simulateurs, des systèmes d’instruction et du système de planification et de debriefing des missions.

- Acquisition subséquente de missiles à guidage radar AIM-120C7 AMRAAM

- Remplacement ou renouvellement des systèmes de communication et des appareils de vision nocturne avec adaptations des logiciels des aéronefs.

Pas d’équipement pour l’appuis au sol :

publicpreview-2.jpeg

Un élément imporant du programme à ce pendant été retiré du programme par le Conseil Fédéral, il s’agit de l’adaptation des « Hornet » avec la capacité de l’engagement à l’attaque au sol et à l’appuis des troupes au sol. Il était en effet, prévu à l’origine de doter nos Hornet de la capacité à engager des bombes à guidage laser/GPS. Cette option devait permettre de venir combler une importante lacune en terme de frappe de proximité, perdue avec le retrait des Hawker Hunter en 1994. La décision du Conseil Fédéral va à l’encontre de la proposition de notre ministre de la défense et va continuer à entrenir une grave faiblesse de notre défense. Une telle capacité aurait été un gain de temps et de compétence avant l’entrée en service du nouvel avion de combat, qui devra de toute manière être multirôle.

publicpreview-1.jpeg

Crédit EEP :

Les autres point du PA17 concernant l’aviation sont soumis avec le crédit EEP qui permettra de lancer l’évaluation d’un nouvel avion de combat. Il est en outre prévu de préparer le maintien de la valeur des avions PC-7 école et du système d’instruction des pilotes de jet avec le PC-21, ainsi que le remplacement du système de brouillage embarqué Vista 5. Il est en effet, prévu d’acquérir un nouveau système de brouillage-électronique embarqué, également capable de fonctionner dans le cadre de la Cyberguerre.

Centre de lutte incendie sur avions :

116892.png

La lutte contre les incendies sur des aéronefs doit être entraînée dans des conditions militaires aussi réelles que possible. Dans ce cadre, l’accent doit aussi être mis sur la manipulation des munitions et de l’armement. Les installations d’exercice pour la lutte contre les incendies des bases aériennes de Meiringen et de Dübendorf ne disposent toutefois plus d’une structure d’instruction moderne et ne peuvent être utilisées qu’avec une autorisation spéciale pour des raisons d’ordre environnemental. Lors des exercices d’engagement, du pétrole est utilisé pour la combustion, et de vrais agents d’extinction à base de poudre ou de mousse doivent être employés. La fumée et les odeurs incommodent fortement les habitations et les bâtiments commerciaux de la région.

Le futur centre d’instruction de lutte contre le feu « Phenix » satisfera à toutes les exigences environnementales ainsi qu’aux normes internationales et civiles concernant la lutte contre les incendies sur des aéronefs et les équipements techniques des bâtiments. A l’avenir, du gaz liquide sera utilisé comme combustible, ce qui permettra notamment de réduire la formation de fumées. L’instruction de lutte contre les incendies pourra donc être réalisée sans agents d’extinction nocifs pour l’environne- ment. Les eaux d’extinction et de surface seront acheminées dans un bassin de récupération et traitées afin d’être réutilisées dans les véhicules extincteurs. Pour des raisons de coûts, l’instruction sera concentrée à Payerne. Les deux autres sites de Meiringen et de Dübendorf seront fermés.

Un centre pour systèmes aéronautiques à Emmen :

publicpreview.jpeg

Le domaine des essais en vol d’armasuisse est responsable de l’évaluation, de l’acquisition et de l’autorisation des aéronefs immatriculés à l’échelon étatique. Il se trouve sur la Base aérienne d’Emmen, qui est accessible à tous les aéronefs usuels. Les essais en vol sont effectués en collaboration avec RUAG, l’entreprise de la Confédération active dans les secteurs de l’armement et des technologies, dont l’emplacement principal pour la maintenance industrielle des avions se trouve sur cet aérodrome. Les lo- caux actuels d’armasuisse sont loués auprès de RUAG. La densification de la zone prévue par RUAG modifie la situation. Les contrats de location actuels seront résiliés. Au nord de la piste de la base aérienne, il a été possible de trouver un terrain à bâtir qui se prête aux essais en vol, à l’exploitation des drones et au service de police aérienne afin d’y ériger une nouvelle construction.

Le centre pour systèmes aéronautiques d’Emmen rassemblera les connaissances techniques du DDPS dans le domaine de l’aviation. Il comprendra cinq box pour avions ainsi qu’une halle de stationnement. La possibilité d’utiliser les box à différentes fins permettra d’améliorer la flexibilité de l’exploitation tout en optimisant l’occupation de l’infrastructure. Les synergies ainsi réalisées réduiront l’utilisation de terrains constructibles ainsi que les coûts de construction et d’exploitation à Emmen. En outre, la nouvelle construction permet- tra de diminuer le nombre de véhicules-ci- ternes devant traverser la piste, ce qui fera baisser la charge de travail ainsi que les risques d’accident. De plus, les nouveaux box disposeront d’une installation pour les avaries, ce qui permettra de réduire sensiblement les dangers pour l’environnement lors du ravitaillement en carburant.


Photos : 1 F/A-18 C Hornet à Payerne @ P.Kummerling 2 Tir d’un AIM-120 AMRAAM 3 Hornet en vol 4 simulateur Hornet 5 Centre lutte incendie 6 Centre systèmes aéronautique @ DDPS

 

 

Commentaires

Hé oui, nous en sommes là , refus du Gripen Merci M. Maurer pour votre communication, la gauche , les verts libéraux sont eux fidèles à la pensée des bisounours. Nous somme donc dans l'obligation de prolonger les F/A-18 en espérant pouvoir nous payer un nouvel avions en 2022.

Les experts recommandaient le mise en activité de la capacité air-sol, le Conseil Fédéral veut attendre..! Mais attendre quoi, le prochain conflit centre-europe? La gauche pleurniche et demande plus pour la cyberguerre, mais ne voit pas les éléments de ce programme qui justement vont faire progresser le moyen de fonctionnement du batiallon de cyber-soldats.

Enfin de bonnes nouvelles tout de même en ce qui concerne les infrastructures et la mise en place d ela futur évaluation d'avions de combat.

Écrit par : Martin | 23/02/2017

Ce programme d'armement doit encore être approuvé par les Chambres, ou est-il déjà accepté ?

Écrit par : Jo-ailes | 24/02/2017

Nos dirigeants de l'armée sont déconnectés du monde et je ne parle même pas des politiciens, les conflits d'aujourd'hui sont bien réel est qui peu dire que demain ce ne sera pas chez nous, je pense que nos dirigeants et politiciens en cas de conflit passeront vite avec leur chariot à commission à la Migros ou la Coop car là vous trouverez sur les étagères plein d'avions, de chars et d'équipement en plus si en prenez assez ont vous fera une action 3 pour 2.
L'Europe est dépassée et dommage que les USA soutienne l'OTAN, ils auraient du couper les ponts en mettant l'Europe au pied du mur.
Les Européens sont des naïfs, tout le monde est beau et gentil, soyons humains et accueillons mêmes les terroristes ensuite nous les perdons dans la nature.
Les cyber-attaques c'est une chose importante mais pas autant d'être bien équipé en armement, les attaques par le web c'est une infime parti mais nos politiciens voient ceci comme la nouvelle guerre et y mettraient tout le budget sur ca.
Les bâtiments pour ranger nos avions, oui mais !!! Avoir de réel hangar pour nos futur avions c'est bien car après on ne serait pas limité que sur de petits avions mais aussi en cas de guerre on ne peut laisser nos avions dans un même panier, tous ces avions y faudra les déplacé et les mettre ou !!! dans les près comme épouvantail a moineau.

Écrit par : michel | 24/02/2017

Avoir rejeter l'option de l'appui au sol est une grave erreur politique, il faudra des années pour compenser cette capacité sans parler de la faiblesse de notre artillerie. Le CF a commis ici un lourde faute.

Écrit par : Steeve | 24/02/2017

Question: dans quels cadres tactique et stratégique seraient engagés, aujourd'hui ou dans un proche avenir, une vingtaine de Hornet suisses ?

Écrit par : Paul Bär | 24/02/2017

@Jo-Ailes: Non il doit encore être approuvé par les deux chambres.

Écrit par : Pk | 24/02/2017

@Paul Baer: En temps de paix : deux cas sont possibles, lors de conférences internationales et du wef. Lors de tensions internationales comme la guerre en ex-Yougoslavie. Et bien sûr en temps de guerre. A noter dans tous les cas, la problématique du maintien en vol de plusieurs avions sur une longue période par rapport au nombre d'avions disponibles.

Écrit par : Pk | 24/02/2017

Merci Pascal. Donc on doit encore espérer que ce soit accepté... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 24/02/2017

A trop repousser un achat de nouveaux appareils, l'argent qui aurait pu être mis dans des avions modernes est mis dans une modernisation de vieux avions. C'est vraiment du gachis.

Écrit par : Albert66 | 24/02/2017

@Jo-ailes : Vu la majorité du parlement le projet devrait normalement passer.

Écrit par : Pk | 24/02/2017

@Albert66: Effectivement nous en sommes là. Pour l'instant ce n'est pas encore trop grave mais en cas de retard de la future acquisition nous nous retrouverons dans une situation catastrophique.

Écrit par : Pk | 24/02/2017

A ce sujet...

"Question: dans quels cadres tactique et stratégique seraient engagés, aujourd'hui ou dans un proche avenir, une vingtaine de Hornet suisses ?"

... j'aurais dû évidemment préciser en "air-sol".
Personnellement, je ne vois pas sur quels scénarios appuyer de tels engagements.

Écrit par : Paul Bär | 24/02/2017

@ Paul Bär: En matière air-sol, il sagit de maintenir la compétences d'appuis au sol qui a été perdue avec le rtrait des Hunter en 1994. Cette capapcité est exclusive en temps de guerre évidemment. L'objectif est de pouvoir être capable de mener dans un premeirs temps des opérations simples avec des bombes guidées. Puis de pouvoir élargir cette capacité en fonction des menaces avec la neutralisation en semi-profondeur (15 à 40km) avec des missiles capables de frapper des véhicules blindés par exemples.

Le concept doit permettre : A) l'appuis direct et indirect avec l'artillerie à courte et moyenne distance. B) Assurer la dissuasion face à une éventuelle menace terrestre. C) Maintenir une compétence et une formation des pilotes dans ce domaine. D) Permettre une coordination totale avec les unités au sol. E) Parfaire la maîtrise des opérations air-sol de manière à pouvoir adapter la doctrine de défense de manière active et défensive en fonction de l'évolution des armes adverses.

Écrit par : PK | 24/02/2017

un véritable hélicoptère de combat pour l'armée Suisse a toujours était au stade discutions mais pas au-delà.
Au lieu d'équipé nos avions pour l'attaque au sol, ne serais-t'il pas possible aujourd'hui de voir l'hélicoptère sous un autre angle.
un hélicoptère lourd pour notre pays mal adapté et surtout question coût, sur certaine condition nos avions peuvent être cloué au sol, pistes endommagée, etc …
je verrai bien l'hélicoptère Hughes AH-6 Little Bird pour remplir cette tâche d'attaque au sol, hélicoptère léger, fiable, coût entretient faible, équipement anti-char dernier cris, opérationnel jour/nuit.

Écrit par : michel | 25/02/2017

@PK j'ai bien compris le cadre technique d'un tel engagement, mais je peine à imaginer les cadres tactiques et stratégiques dans le contexte actuel.
Partant du principe qu'une participation suisse à des opérations militaires internationales offensives ne devant pas être prise en considération.

Pour le point A qui conditionne tous les autres, il était valide quand nous disposions d'une flotte d'attaque numériquement importante. Aujourd'hui ?

Écrit par : Paul Bär | 25/02/2017

Tout de même incroyable que certains se demmandent encore si il faut une capacité air-sol ! Non mais, que se passe-t-il en Syrie ? En Irak, au Donbass, dans la guerre au Yemen et même au Mali : des frappes aériennes ! Hé, oui on ne gagne pas un conflit avec un clic de souris mais avec des munitions.

Écrit par : Eric | 25/02/2017

Une guerre est toujours la même après ca change en fonction des moyens a disposition.
Les guerres que l'on voit actuellement sont des forces moderne contre des forces moins moderne mais ces combattants sont là pour ce battre avec n'importe quel moyen et résiste.
L'attaque au sol par des avions, il n'y a pas de problème quand un pays envahit un autre pays car ses forces sont en retrait ainsi que ses bases.
Après un pays qui est envahit et qui doit défendre sont territoire la ca deviens plus compliqué car un assaillant mettra tout en œuvre pour anéantir en 1er la partie aviation, piste, ce qui le rendra vulnérable et ceci était similaire pendant la 2ème guerre mondial, celui qui contrôle l'espace aérien contrôle tout.
Après une artillerie oui il en faut mais elle doit être mobile car sinon elle sera vite repérée et anéantie.
Un hélicoptère pour la Suisse est le meilleur choix pour freiner l'avancement de l'adversaire, alors pensons cas la prochaine génération d'avion il faudra des pilotes professionnel et non des pilotes de milice, il serait bien avec ces pilotes de les reconvertir sur un hélicoptère de combat.

Écrit par : michel | 25/02/2017

C'est absolument incroyable que notre Conseil Fédéral ne se rende pas compte et ne soit pas suffisamment orienté sur les dangers que représente aucun moyen de défense "air-sol" ! Mesdames et Messieurs, si vous me le permettez, laissez tomber vos principes politiques et revenez à la réalité, s'il-vous-plait !

Écrit par : Daniel COCHARD | 25/02/2017

Mon Cher Daniel vous dites vrai.
Mais la Suisse et les Suisses sont plus axé a distribué l'argent pour aider l'immigration de masse, par contre elle n'est pas capable d'aider correctement ces propres citoyens, les retraités, les malades et j'en passe.
A c'est sur ils ont bon moyen de taxé les gens a leur dernier sous mais quand notre état joue a la bourse nos retraites et quelle perd, la je dis bravo.
Faites-vous pas de soucis cher Suisse ca ne fais que commencé mais pour nos voisins aussi, votre vie de labeur pour avoir une retraite descente vous allez vous en mordre les doigts.
Cher Européen ou dans quelques années on pourra dire cher étranger car vous y serez.
Mot de l'histoire tout ce qui touche à l'armée est tabou, inutile pour nos dirigeants.
Au final la Suisse mérite-t-elle d'être sauvée.

Écrit par : michel | 25/02/2017

je remercie beaucoup Pascal d'avoir publié mon commentaire, je sais c'est un peu dur mais c'est la pure vérité et des fois faut ca pour faire bouger le système, après il est facile de montrer du doigt les personnes qui pense différemment mais ils ont aussi un cœur, vous ne pouvez pas être d'accord avec ce système car vous accueillez 1000 personnes et tout l'Europe avec un total de 50'000 (nombre a titre d'exemple) mais chaque année ce sont des millions qui sont persécuté, famine, etc., la balance est mal répartie ce qui veut dire que tous ces efforts ne changeront rien.
Il y aura toujours des marchands d'armes et de ceux qui ce rempliront les poches, c'est là qu'il faut arrêté car tant que ces gens continueront leur commerce mais aussi les gouvernements, rien ne changera.
Chaque année le budget militaire recevait le minimum et il est impossible de s'équipé de cette façon et la cerise sur le gâteau, nos politiciens coupé encore les achats ou orienté sur des dépense moins vital.
La Suisse comme l'Europe est à un tournant, la guerre n'est pas si loin, il suffit d'une erreur et tout l'Europe s'enflamme et l'Europe n'est pas prête, chaque pays na pas suffisamment d'équipement moderne, aujourd'hui les dirigeants Européen prient pour que ce vent de peur s'essouffle.
Ce qui prouve qu'une armée Européenne est un pure chimère, le seul moyen est que chaque pays soit en mesure de défendre son pays et non de compté sur son voisin.

Écrit par : michel | 26/02/2017

"Non mais, que se passe-t-il en Syrie ? En Irak, au Donbass, dans la guerre au Yemen et même au Mali : des frappes aériennes ! "

Si vous envisagez des missions de bombardement sur certains "quartiers" de nos villes, alors là , je suis prêt à réviser mon jugement.
Eric Zemmour avait d'ailleurs bien dit qu'il aurait été plus intelligent de bombarder Molenbek (il parlait donc de la Belgique, mais la situation en Suisse évolue dans la direction du plat pays), plutôt que de participer à une énième expédition étasunienne (bon, c'était l'époque Clinton-Bush-Obama) destinée à déstabiliser durablement des régions entières.

@Michel: quand je vois que des soldats "suisses" peuvent arborer des badges du Kosovo sans se faire chasser immédiatement de l'armée, je ne demande si cela vaut encore la peine d'acheter des avions de combat. Pour protéger quoi? L'Helvetistan ?

Écrit par : Paul Bär | 26/02/2017

Pour ceux qui lisent l'allemand, une très bonne interview de notre ancien chef des forces aérienne à propos de l'incapacité de frappe aérienne de F-18 :
http://www.luzernerzeitung.ch/nachrichten/schweiz/Von-Doktrinwechsel-ist-nicht-die-Rede;art9641,976045

Écrit par : Martin | 26/02/2017

@ Paul
Je rejoins un peu votre opinion mais un peu différemment ? De nouveaux avions aujourd'hui je me pose des questions non pas que c'est inutile mais en vaut t'il la peine d'en avoir pour protéger le Suisse.
Autrefois nous avions une fierté de notre pays et de notre armée, 2 éléments qui aujourd'hui non plus de sens, un soldat devrait protéger un peuple qui a tout fait pour s'enfoncer, que chaque Suisse prenne son destin d'avoir coulé son pays et son armée.
Et attendons qu'un jour des avions russe ou chinois survole notre pays, y nous restera une bonne défense contre avion en lançant des tablettes de chocolat comme notre assaillant.

Écrit par : michel | 26/02/2017

@Michel

Une défense (et les moyens afférents) ne sert à rien sans une volonté de défense. Il faut aussi avoir encore quelque chose à défendre.

De volonté de défense, nous n'en avons plus.
Quant à avoir quelque chose à défendre, c'est bientôt fini aussi.

Écrit par : Paul Bär | 26/02/2017

Bonjour,
Je lis vos commentaires sur le dossier de vos Hornets. Je constate que vos décideurs en matière de défense niaisent(tergiversent) de magnifique façon lorsqu'il est nécessaire de prendre les bonnes décisions en matière de défense. Vos responsables politiques semblent se comporter de la même manière ineptie que leurs homologues canadiens(militaires haut-gradé, gestionnaires du gouvernement fédéral et politiciens/ciennes à Ottawa). L'élection du nouveau président Trump fait trembler les canadiens(70% de nos échanges commerciaux s'effectuent avec les Etats-Unis) Cependant si Monsieur Trump réussit à faire baisser le prix des SuperHornets, j'espère que le gouvernement fédéral de Justin Trudeau profitera de cette aubaine pour renouveler toute notre flotte de vieux Hornets.
Cordiales salutations d'un lecteur du Québec.

Écrit par : Simon Perrault | 27/02/2017

@ Paul, nous 2 ont risque d'être no gratta sur le site avec nos commentaires anti mais pourtant je ne l'est jamais était mais quand on voit qu'un conseillé fédéral qu'il a la charge de la défense et qu'il a plus tendance de couler l'armée et avec tous ses copains politico qui ne comprenne rien, une chose est sur on n'a pas besoin d'un envahisseur car notre gouvernement le fait si bien et le peuple tellement naïf qu'il suit ca comme des moutons et ce rend même pas compte du danger, on distribue l'argent en vois tu en voilà pour certain et le peuple le paie chèrement et je ne vais revenir sur … mais y a juste à voir comment évolue la vie globalement, le riche toujours plus riche et le pauvre toujours plus pauvre, il y a plus que l'argent qui compte, le but et d'un avoir le plus possible et par n'importe quel moyen.
Victor Hugo ce retournerait dans sa tombe en voyant ca, il dirait au petit voleur la potence et au grand voleur la révérence.
L'homme a marché sur la lune, envoyer des satellites sur mars, mais na pas encore réussi a inventé un médicament contre la stupidité.
@ Pascal encore merci de nous garder sur votre site que nous adorons mais des fois nous dérivons sur un sujet en parallèle qui semblerait rien à voir mais si on cherche bien ?

Écrit par : michel | 27/02/2017

"@ Paul, nous 2 ont risque d'être no gratta sur le site avec nos commentaires anti mais pourtant je ne l'est jamais était mais quand on voit qu'un conseillé fédéral qu'il a la charge de la défense et qu'il a plus tendance de couler l'armée et avec tous ses copains politico qui ne comprenne rien, une chose est sur on n'a pas besoin d'un envahisseur car notre gouvernement le fait si bien et le peuple tellement naïf qu'il suit ca comme des moutons et ce rend même pas compte du danger, on distribue l'argent en vois tu en voilà pour certain et le peuple le paie chèrement et je ne vais revenir sur … mais y a juste à voir comment évolue la vie globalement, le riche toujours plus riche et le pauvre toujours plus pauvre, il y a plus que l'argent qui compte, le but et d'un avoir le plus possible et par n'importe quel moyen.
Victor Hugo ce retournerait dans sa tombe en voyant ca, il dirait au petit voleur la potence et au grand voleur la révérence.
L'homme a marché sur la lune, envoyer des satellites sur mars, mais na pas encore réussi a inventé un médicament contre la stupidité.
@ Pascal encore merci de nous garder sur votre site que nous adorons mais des fois nous dérivons sur un sujet en parallèle qui semblerait rien à voir mais si on cherche bien ?"
Entièrement d'accord avec vous Michel, en voyant ça, Victor Hugo pourrait se retourner dans sa tombe.
Et vous avez raison sur un autre point: l'important est que l'on puisse donner son avis... ;-)

Écrit par : Molly R. | 27/02/2017

Je remercie beaucoup Pascal et tous les amis du site qui viennent ici, une bonne équipe super sympas et de pouvoir donner notre avis même sur des sujets secondaire au post du moment.
Salutations à toute l'équipe.

Écrit par : michel | 27/02/2017

@Simon Perrault: Oui, on peut convenir d'une certaine ressemblance en matière de faiblesse décisionnel chez vous au Canada et ici en Suisse. Nous partageons plusieurs liens communs dont le fait de n'avoir subit directement de conflits armés (j'ai cependant une pensée pour vos nombreux compatriotes tombés au champs de bataille durant les deux derniers conflits mondiaux, mais également en Afghanistan) Pour le reste nos deux pays n'ont pas secoués par des attaques et de fait nos gouvernement trainent à la décision. Oui vous avez raison, la possible relance du Super Hornet via Trump pourrait être une solution chez vous peut être chez nous également.

Pour en finir avec l'air-sol, notre gouvernement se montre volontairement indécis et veut attendre le résultat de l'étude sur l'avenir de l'organisation de nos forces aériennes. Pourtant un rapport préliminaire (dont les grandes lignes ont été divulguées ici) de 2016 demandait justement d elncer u plus vite l'achat d'un nouvel avion de combat "multirole"!! Multirol, donc soit capable de frappe air-sol ! De deux choses l'une soit le CF ne sait pas ce que veut dire "Multirole" soit il manque cruellement de volonté.

Écrit par : Steeve | 27/02/2017

Bonjour PK et vous tous

PK: Avez-vous des renseignements sur les négociations entre notre pays, la Belgique, l'Espagne et les USA emmenés par LM?

D'après ce j'ai pu glaner: les USA aimeraient associer les trois pays sus-cités à un Consortium Européen utilisateur de F-35 afin d'en faire diminuer les coûts et de faire partager les avantages...?

Écrit par : forêt10 | 03/03/2017

actuellement il y a le salon aéronautique d'Avalon en Australie.
Lockheed Martin aurait annoncé être en discutions avec plusieurs pays dont la Suisse pour l'achat de nouveau avion, le F35 aurait été proposé.
Lockheed Martin mentionne si de nouveaux contrats pourraient faire baisser le prix de l'avion.

Écrit par : michel | 03/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.