16/02/2017

Eurofighter : L’Autriche attaque Airbus DS !

000-couverture.FAé-Autriche_Wikimédia.jpg

Vienne, nouveau développement dans l’affaire des avions de combat Eurofighter en Autriche. Le ministère de la Défense autrichien a annoncé ce matin vouloir attaquer en justice le groupe aéronautique européen Airbus dans le cadre de l’affaire de fraude et de corruption en ce qui concerne la vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche.

"Nous déposerons une plainte en justice contre Airbus", a déclaré à l'AFP le porte-parole du Ministère, Michael Bauer, en précisant que l'affaire portait sur la livraison en 2003 de 15 appareils Eurofighter pour un montant de 1,7 milliard d'euros.

L’Autriche devrait présenter prochainement des détails sur l’affaire, avec notamment des preuves en qui démontreraient qu'Airbus avait gonflé artificiellement le prix des appareils Eurofighter T1.

Airbus avait indiqué fin janvier avoir accepté une procédure de rectification fiscale en Allemagne concernant cette vente d'avions de combat Eurofighter à l'Autriche, alors que cette transaction fait l'objet depuis des années de soupçons d'éventuels pots-de-vin.

Rappel :

Airbus DS (ex EADS) avait livré l’Eurofighter T1 « Typhoon  II » à l’Autriche. Cette livraison fait suite au contrat signé en 2003 pour la fourniture de 15 avions y compris l’armement les équipements connexes et le simulateur. Le nouvel avion de combat autrichien est en soi un feuilleton à rebondissement. La volonté de remplacer les bons vieux Saab J-35 « Draken » date du début des années nonante. Suite à une première évaluation, c’était le F/A-18 Hornet qui avait été choisi. Mais suite à des problèmes politiques et de financement, l’achat fût reporté. L’utilisation de l’espace aérien autrichien par l’aviation Serbe, lors de la guerre en ex-Yougoslavie relança le besoin de débloquer des crédits urgents pour l’achat d’un avion moderne. Une seconde évaluation donna le JAS-39C/D Gripen suédois gagnant, mais suite à la pression du chancelier allemand Schröder, les politiques autrichiens acceptèrent de reprendre 15 Eurofighter T1 initialement destinés à l’Allemagne et proposés par Airbus.

Une Force aérienne très limitée : 

La situation de la Force aérienne autrichienne n’est, de loin pas très enviable, avec seulement 15 avions de combat Eurofighter T1, soit le modèle le plus limité de la gamme du chasseur européen. En effet, sur ces 15 aéronefs, seul 6 à 8 sont réellement disponibles, les autres étant en maintenance et servant à la formation du personnel aérien et au sol. Le standard T1 des Eurofighter autrichiens ne permet que l’interception à courte portée, ainsi que l’engagement avec des bombes en chute libre. 

Coûts exorbitants : 

Cher à l’achat, l’Eurofighter se révèle également cher à l’heure de vol, estimé à près de 18’000 dollars US à l’heure (estimation variable, selon les utilisateurs) l’Eurofighter s’avère nettement plus coûteux que le Rafale, F/A-18, Gripen et F-16. De plus, l’absence de coordination entre les pays clients, ainsi que sur le mode d’assemblage des appareils (ses éléments sont construits par chacune des parties) pose des problèmes notamment dans l’approvisionnement en pièces de rechanges.

L’Autriche voudrait un autre appareil :

Parallèlement à ce feuilleton judiciaire, le pays désire depuis un certain temps se débarrasser de ses Eurofighter T1 et opter pour un autre appareil. Des discussions sont engagées avec l’avionneur Saab depuis un certain temps. Une revente et une indemnisation financière des Eurofighter permettraient de débloquer la situation semble-t-il.

Un effet en Suisse :

Dans le cas ou Airbus DS serait mis en cause par la justice, il se pourrait dans un tel cas, que le Ministère public de la Confédération (MPC) recommande à armasuisse et au DDPS ne pas prendre en considération une offre pour l’Eurofighter T3. Une situation qui pourrait donc avoir des conséquences dans le programme d’évaluation de notre futur avion.

3054772810.jpg

Photos : Eurofighter autrichiens @ Force aérienne autrichienne

 

 

Commentaires

Enfin une bonne chose sauf pour l'Autriche qui c'est fait dupé, pour le Suisse ca tombe à pique et qui prouve les manipulations du groupe d'Airbus même si actuellement le dossier n'est pas clos.
Airbus groupe Français et une main de Dassault pas très loin, décidément il y a beaucoup de cordeaux en France.
Un Eurofighter avec des dessous de table, un Rafale avec … chut je ne dirais rien.
Au final y a que les Suédois qui balayent devant leur porte, je pense qu'il n'est plus nécessaire de faire des évaluations inutiles.

Écrit par : michel | 16/02/2017

@ Michel: Attention, Airbus est un groupe européen, dans le cas présent c'est l'Allemagne qui est mise en cause.

Écrit par : Steeve | 16/02/2017

Airbus groupe français ?

C'est l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie et l’Espagne qui ont développé l'eurofighter, pas la France.

Je ne dis pas que tout est rose en France, mais faut rendre à chacun ses propres turpitudes, la France et Dassault n'y sont pour rien dans le cas présent.

Qu'est ce que c'est que ces insinuations de dessous de table ? Citez des faits plutôt que vos fantasmes. Les faits par contre sont reconnus pour et par SAAB notamment en Afrique du Sud http://www.swissinfo.ch/fre/saab-a-admis-le-versement-de-pots-de-vin-en-afrique-du-sud/33518056

Écrit par : Teenytoon | 16/02/2017

@Teenytoon: en parlant d'infos votre lien date de 2012 et l'avionneur suédois a été mis hors de cause! Par contre BAe Systems qui travaillait à l'époque sur le Gripen a été reconnu coupable. Depuis les anglais de BAe ne travaillent plus en collaboration avec Saab, mais continue avec Airbus et l'Eurofighter.

Écrit par : Martin | 16/02/2017

Je vais aborder un sujet tabou...la collaboration internationale! Pourquoi notre gouvernement ne profiterait pas de discuter avec le gouvernement autrichien afin d'envisager un achat commun. Et de pousser la collaboration jusqu'à la formation des pilotes, le simulateur, l'entretien des avions,... A l'heure où les budgets nécessaire à l'acquisition d'un avion de combat font tousser plus d'un gouvernement, il serait peut-être temps de quitter notre esprit de clocher et d'admettre une bonne fois qu'une aviation de combat est, certes nécessaire, mais aujourd'hui utile que dans un esprit de collaboration. Nous ne protégeons plus uniquement le ciel suisse mais contribuons, avec un savoir faire reconnu, à la protection du ciel européen.

Écrit par : Didier | 16/02/2017

@Didier: Ce type de collaboration n'est pas tabou, mais souvent envisagée, au début des années 90, lorsque l'Autriche avait envisagé d'acquérir des Horne,t il était prévu un achat groupé avec la Suisse et une formation commune sur le simulateur à Payerne. Finalement l'achat de nos Hornet a été groupé avec une commande de l'US Navy, sans la votation sur cet achat voulue par la gauche qui nous a retardé d'un an, nous aurions pu grouper l'achat avec la Finlande et une précédente comme de l'USN, ce qui nous aurait permis de diminuer encore plus le prix final. Nous verrons ce qu'il adviendra en 2022.

Écrit par : Pk | 17/02/2017

@Michel : comme déjà indiqué plus haut, Airbus n'est pas un groupe français. Plus spécifiquement sur l'Eurofighter, il s'agit de la société Eurofighter GmbH, propriété de Cassidian propriété de Airbus defense & space, propriété de Airbus group.
.
C'est un consortium basée en Allemagne, dont sont actionnaires les pays concernés par l'Eurofigter via leurs sociétés nationales d'industrie aéromilitaires : Cassidian pour l'Allemagne, BAE pour le Royaume-Uni, Alenia pour Italie et CASA (Cassidian également) pour l'Espagne.
.
A aucun moment la France n'est impliquée dans l'EF, qui est le concurrent le plus direct du Rafale dont les études de R&D ont été payées par des fonds français.

Écrit par : v_atekor | 17/02/2017

Je comprends mal ce retournement tardif, les spécifications du Typhoon T1 étaient très claires déjà à l'époque. Les clients savaient que l'acquisition de cette première mouture tenait avant tout d'un soutien au développement de la machine (développé sur une base d'intercepteur), plus qu'à un équipement abouti. L'Autriche avait toute latitude de participer à l'évolution du standard.

Écrit par : Mike | 17/02/2017

Le message que j'avais envoyé na pas était validé sur ce site, aujourd'hui Dassault a plus rien a voir avec Airbus mais en 2003 Dassault faisait parti du groupe et leur divorce fut en 2014, voici un article http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/06/09/airbus-dassault-c-est-fini_4945814_1656994.html

Écrit par : michel | 18/02/2017

@Michel : après avoir touché le fond, maintenant tu creuses !

Oui, EADS était actionnaire minoritaire de Dassault et ni l'Etat français (qui possède exactement une action Dassault, et beaucoup de pouvoir) ni la famille Dassault ne pouvaient s'entendre pour la raison évidente que l'intérêt de EADS était d'absorber Dassault et d'utiliser ses technologies (ce qu'il n'a pas pu faire), et que c'était hors de question pour les autres acteurs qui ont payé le Rafale, alors que c'était le seul produit qui faisait doublon avec la gamme EADS. L'intérêt (pour l'Etat français) était d'éviter l'achat de la compagnie par un "gros". DEpusi d'autres montages ont été trouvés, notamment à coup d'"actions magiques" (voir : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/07/03/l-etat-acquiert-0-000-000-1-du-capital-de-dassault-aviation_3441105_3234.html)
.
EADS n'a jamais pu obtenir les techno qu'il souhaitait, et Dassault n'a jamais réussi à obtenir un financement de son actionnaire. Bref : il y a eu un tel montage, et il n'a jamais fonctionné, et ne pouvait pas fonctionné en l'absence d'une politique Européenne de défense.
.
Cerise sur le gâteau : le premier utilisateur de Catia dans l'aéro, c'est Boeing.

Écrit par : v_atekor | 18/02/2017

@ MIchel: Attention, Dassault était partenaire en ce qui concerne le domaine civil et non le militaire. Dassault n'a jamais participé au devellopement de l'Eurofighter. PS. votre ancien lien ne fonctionnait pas.

Écrit par : PK | 18/02/2017

@Michel
Airbus avait des actions Dassault-aviation héritées de l'Etat. Au niveau industriel, il n'y a aucune coopération ni dans un sens ni dans l'autre, il y a eu la pyrotechnique d'Arianne et la télémesure qui ont été faites par Dassault.

Écrit par : James | 18/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.