15/02/2017

Police du ciel, première intervention le week-end!

4024564136.jpg

L‘annonce avait été faite en décembre 2016, le service de police du ciel 24H24 est opérationnel les week-end. Selon le communiqué du DDPS, ce dimanche 12 février 2017, un F/A-18 des Forces aériennes suisses est venu en aide à un jet d’affaires victime d’un dysfonctionnement sur l’un de ses trains d’atterrissage. Grâce à cette intervention, l’appareil a finalement pu se poser en toute sécurité à Zurich.

Déroulement des faits :

Alors qu’il se dirigeait vers l’aéroport de Sion, l’avion d’affaires en provenance d’Helsinki a dû interrompre son plan de vol peu avant midi après que le pilote ait reçu une alarme signalant un dysfonctionnement sur le train d’atterrissage droit. La Centrale d’engagement de la défense aérienne suisse (CEN déf aér) a été alertée par le signal de détresse émis par le transpondeur de l’appareil. Elle a immédiatement proposé son aide au pilote et pris en charge son guidage dans l’espace aérien.

Un F/A-18 stationné à Payerne dans le cadre de la PA24 a ensuite procédé à un contrôle visuel de l’avion au-dessus de la région du Pilatus. Le pilote du F/A-18 a alors constaté que le train d’atterrissage semblait être correctement sorti malgré le message de dysfonctionnement, et que les deux trains d’atterrissage principaux se trouvaient dans la même position. La CEN déf aér a finalement averti les autorités aéroportuaires de Zurich, où le jet d’affaires s’est posé en toute sécurité peu après 12h30.

Rappel :

Depuis le 2 janvier dernier, le service de police aérienne est disponible 365 jours par an de 8h00 à 18h00, week-ends et jours fériés compris.

Le projet PA24 va permettre de réaliser en quatre étapes la disponibilité opérationnelle permanente avec deux avions armés prêts à décoller en l’espace de 15 minutes au maximum soit QRA15 (Quick Reaction Alert) en temps normal, en cas de crise on peut abaisser le temps à 8 minutes, pilote dans l’avion moteur éteint (QRA8) et finalement pilote dans l’avion moteur allumé soit QRA3.

2017, phase II :

La première étape a débuté au commencement de 2016 : pendant 50 semaines, deux avions armés étaient disponibles les jours ouvrables de 8h00 à 18h00. La deuxième étape a débuté le 2 janvier 2017, la disponibilité sera étendue puisque les avions seront prêts à être engagés 365 jours par an, donc aussi les week-ends et les jours fériés.

2019, phase III :

Dès 2019 et le lancement de la troisième étape, les avions de combat se tiendront prêts de 6h00 à 22h00 et, fin 2020, dans le cadre de la quatrième étape, le service sera étendu encore une fois puisque les avions seront prêts à être engagés 24h sur 24, 365 jours par an. Par ailleurs, avant fin 2020, une disponibilité des avions 24 heures sur 24 peut être garantie pour une durée limitée en tout temps ou de façon imprévue.

La police du ciel :

Les deux appareils sont affectés à des hot missions et à des live missions. Dans le premier cas, il s’agit d’intercepter des aéronefs qui violent gravement les règles du trafic aérien ou la souveraineté dans l’espace aérien suisse. Par live missions, on entend le contrôle ponctuel des aéronefs d’Etats étrangers qui requièrent une autorisation de vol diplomatique (diplomatic clearance) pour le survol du territoire suisse.

La réalité :

En 2015, près de 300 avions ont été ainsi contrôlés. On dénombre par ailleurs pour la même année 44 violations de notre espace aérien.

 

 

Commentaires

Heureusement que nous avons encore des Forces Aériennes ! Avec La stratégie de certains, le jet d'affaire se "posait" après un tir de DCA!
Le prochain argument sera qu'un PC-21 suffirait pour ces missions...
Pourquoi en place des QRA ne laisse-t-on pas le avions dans les airs, quitte a ravitailler en vol (la je parle pour la France p.ex)? Ça ne ménage pas plus les appareils? Les cycles décollages-atterrissages sont plus fatiguants pour la cellule, non?

Écrit par : Al&X | 15/02/2017

Par-ce-que la buse de ravitaillement en vol n'est pas installée sur nos avions, c'est une option que nous n'avons pas prise, ni sur les tiger, ni sur les f-18. Et il y a aussi le fait que nous n'avons évidemment pas d'avion ravitailleur non plus.

Écrit par : TC | 16/02/2017

@TC: C'est faux, les F/A-18 suisses disposent de la perche de ravitaillement en vol, tous les pilotes sont qualifiés "ravitaillement". bien que notre pays de dispose pas d'avion ravitailleurs nos pilotes s'entrainent avec les allemands et les français.

Écrit par : Steeve | 16/02/2017

Les avions ne peuvent rester indéfiniment en l'air pour 2 raisons au moins :
1) la fatigue des pilotes
2) la consommation d'huile des moteurs (on ne ravitaille qu'en carburant, pas en lubrifiant)
Mais une plus grande autonomie / des ravitaillements permettent des patrouilles plus longues, c'est sûr

Écrit par : Pascal | 16/02/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.