04/02/2017

F-35, le paradoxe Trump !

Cmq2FfeWgAA0_J5.jpg-large.jpeg

Washington, le truculent nouveau président américain D. Trump très critiqué sur de nombreuses décisions, semble au moins avoir réussi une chose : faire baisser de manière significative le prix du F-35. Après une année de négociations, suivie d’une pression sans égale ces derniers mois de la part de la nouvelle administration, Lockheed-Martin assure que le contrat de production initiale à faible taux numéro 10 concernant 90 avions de chasse F-35 sera moins élevé de 728 millions de dollars.

Sur cette base, le Bureau du Programme conjoint F-35 a annoncé des économies à hauteur de 728 millions de dollars sur le lot 10 par rapport au lot 9, ce qui représente plus de 128 millions de dollars de réduction de coûts voulu par le président Donald Trump au début de cette semaine.

Selon les premiers calculs le prix du F-35A a diminué de 7,3% pour atteindre 94,6 millions de dollars, y compris le moteur Pratt & Whitney F135. La variante B est passée à 122,8 millions de dollars, en baisse de 6,7%, tandis que la varainte C a diminué de 7,9% pour s'établir à 121,8 millions de dollars. Le contrat de 90 avions inclut 55 jets pour les services américains et 35 pour des partenaires internationaux et des clients militaires étrangers. Lockheed-Martin construira 44 F-35A pour l'US Air Force, neuf F-35B pour le Corps des Marines américain et deux F-35C pour la Marine américaine.

L'addition du prix unitaire des trois variantes s'élève à une valeur totale de 8,9 milliards de dollars pour 90 cellules et moteurs achetés dans le cadre de ce lot 10.

Oui mais…

Cependant, le prix total du contrat et les chiffres disponibles sont en contradiction avec les prix par unité. Le Bureau du programme estime la valeur totale du contrat pour les véhicules aériens à 8,2 milliards de dollars. Pratt & Whitney a déjà reçu un contrat de 1,5 milliard de dollars en juillet pour la fabrication des moteurs F135 pour le lot 10 et un contrat de 157 millions de dollars l'année précédente pour les composants à longue portée. Cela représente 9,8 milliards de dollars pour les cellules et les moteurs du lot 10, soit environ 950 millions de dollars de plus que la valeur de 8,9 milliards de dollars disponible dans le communiqué. Lockheed-Martin n'a pas pu expliquer l'écart pour l’instant.

Du côté de la Maison-Blanche :

Le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, a confirmé une économie de 455 millions de dollars. Les économies restantes, soit 273 millions de dollars proviennent de ventes à des partenaires internationaux et à des clients militaires étrangers. Plus tôt cette semaine, le président D.Trump a assuré que les pressions faite de sa part sur Lockheed-Martin ont permis d’abaissé le prix pour les avions du lot 10 d’environ 150 millions de dollars sur l’ensemble des 455 millions.

Du côté de Lockheed-Martin :

De son côté Lockheed-Martin confirme que ces réductions sont le résultat notable d’une table ronde qui a eu lie en décembre avec la nouvelle administration américaine. L’avionneur confirme une baisse du prix et cible un coût moyen de l’ordre de 80 à 85 millions de dollars pour chaque F-35A d'ici l'exercice 2019.

«L'implication personnelle du président Trump dans le programme F-35 a accéléré les négociations et a accentué notre attention sur la baisse du prix», a déclaré Lockheed. "L'accord a été atteint en quelques semaines et représente des économies importantes par rapport aux contrats précédents."

Une situation qui s’améliore mais pas partout :

Cette situation économique semble enfin être bonne pour l’avenir du F-35, dont l’avenir était menacé par D. Trump. Certes, les ennuis ne sont pas encore terminés, car de nombreux problèmes subsistent du point de vue technique et ne seront pas résolus avant plusieurs années. On notera les dernières critiques des pilotes de F-35C qui se plaignent d’oscillations verticales excessives et violentes, lors de lancement avec catapultes. Pire, la plupart des pilotes ont verrouillé leur harnais pendant le lancement catapulté ce qui a rendu les commutateurs d'urgence difficiles à atteindre, créant de nouveau, à leur avis, une situation inacceptable et dangereuse. De plus, il est rapporté que la capacité de ciblage électro-optique du F-35 est inférieur par rapport à l’A-10 et au F-/A-18.

Si l’effort Trump sur les coûts à du bon, il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne le développement du programme F-35.

12187775_978952018817075_5150452574881133453_n.jpg

 

Photos : F-35 @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

Commentaires

La baisse du coût unitaire d'un produit fabriqué en grande quantité et un classique dans le milieu industriel. Sous la pression les ventes se font quasiment à perte mais le constructeur se rattrape en augmentant largement les prix des pièces détachées.
Bref Trump a réussi à faire baisser les coûts d'achat à court terme mais à long terme Lockheed Martin il gagnera en compensant grâce au frais de maintenance.

Écrit par : Albert66 | 05/02/2017

avez-vous vu cette nouvelle : l'USAF utilise de vieux Bronco en irak :

http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/pourquoi-l-armee-americaine-utilise-ses-vieux-coucous-contre-daesh-958087.html

Écrit par : Marco | 05/02/2017

Cet avion a au plus 270 problèmes cité dans ce rapport. Certains sont très important au point que Lockheed-Martin doit repenser les ailes du F35-C pour qu'il puisse porter les missiles air-air AIM-9X Sidewinder en bout d'aile. Je ne parle pas du train avant du F35-C, des problèmes du radar, de la fusion de données
Pour ce faire une idée lire ce très long rapport à partir de la page 47

http://www.dote.osd.mil/pub/reports/FY2016/pdf/other/2016DOTEAnnualReport.pdf

La remise en état des premiers exemplaires vont coûter une fortune.

Écrit par : Benoit | 05/02/2017

et dire que la Suisse a mis le F35 sur sa liste des prétendants pour la futur évaluation de nos nouveaux avions de combat.
nos politiciens ont tout fait pour couler le gripen soit disant version papier de l'avion et des performances trop faible.
maintenant personne mon te au créneau contre ce F35

Écrit par : michel | 06/02/2017

@Michel: C'est simplement trop tôt, la bataille commencera d'ici l'été avec le cahier des charges et les essais en Suisse en 2018 voir 2019. Pourrons simplement nous offrir le F-35 même si sont prix baisse ? Est-il dans notre intérêt de commander américain et surtout avons-nous besoins d'un avion furtif ? Ces questions serons vite débattues. Au vu de nos moyens la question est déjà presque réglée.

Écrit par : Pk | 06/02/2017

Pk a raison, les signes en matière d'acquisitions militaires démontrent clairement que nous achetons non pas le moins bon, mais bien le moins cher lorsque que c'est possible. Des exemples : le nouveau mortier 12cm mobile Cobra, et le choix de remplacer les Sigg Sauer P220 par des Glock 17P12.

Écrit par : Steeve | 06/02/2017

Superbe ce mortier RUAG type Cobra...!

Écrit par : nonmaisdisdonc | 07/02/2017

Ce qu'il faut bien comprendre c'est que le rafale, le gripen et l'eurofighter vieillisse déjà ce l'a fait ''un moment'' qu'ils sont sur le marché, tandis que le f35 est bien plus jeune est entre en fonction actuellement aux usa. Il est vrai qu'il y a encore des défaillances mais il s'agit de la version F35C de l'US NAVY c'est à dire adaptée à un porte-avion chose que nous n'avons pas en suisse. Le F35A quant à lui s'avère être assez maniable et possède une capacité de décollage sur courte distance remarquable et entre en service dans l'USAF.

Écrit par : lol123 | 04/07/2017

@lol123: je ne partage pas entièrement vos propros d'abord parce que les avions européens que vous citez arrivèrent à maturation et continuent d'évoluer pour disposer d'une durée de vie jusqu'en 2040. Le F35 n'est pas si jeune, il a été conçus dans les années 90 et devait entrer en service en 2012 déjà. Bref entre les retards et les problèmes de cet avion il est difficile de lui donner une pleine confiance. Sans parler de sa piètre démonstration au Bourget.

Écrit par : Mathieu | 04/07/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.