19/01/2017

Le Sukhoi T-50 aux mains des pilotes russes !

IMG_0837.JPG

Le Sukhoi T-50 « PAKFA » va subir une série de tests aux mains des pilotes de la Force aérienne russe. Les Forces aériennes et aérospatiales russes (VKS) ont déclaré que cinq avions de type T-50 vont être testés en vol.

Au total se sont donc cinq Sukhoi T-50 qui vont être transférés à la base de Chkalov VKS State Flight Test Center n ° 929 à Akhtubinsk. Une fois au centre de Chkalov, l'avion sera soumis à un programme en deux étapes. Le «State-Joint Flight Testing» permet dans un premier temps aux pilotes militaires de prendre progressivement la main sur l’avion en vue de sa validation. Ce programme d'essais conjoints est en théorie le dernier processus auquel l'avion en tant que prototype est soumis avant de pouvoir recevoir le feu vert pour la production en série.

Dans cette première étape du programme, les pilotes d’essais de Sukhoi vont formés les pilotes des Forces aériennes et aérospatiales russes (VKS). Puis dans la seconde étape les pilotes de la VKS voleront l’avion et devront valider si celui-ci satisfait aux exigences opérationnelles du service. Alors viendra l’autorisation de production.

Une fois sorti de la chaîne de production et mis en service, le premier avion de série T-50 devrait être livré au 4ème Centre national de formation du personnel aéronautique et des essais de combat du ministère russe de la Défense à Lipetsk. À ce stade, les pilotes de la VKS qui ont complété le programme d'essais conjoints de l'État créeront un cadre de pilotes instructeurs tirés des unités de combat prévues pour être les premiers opérateurs du T-50.


Des questions restent ouvertes :

Deux questions sont encore en suspends en ce qui concerne ce projet, d’une part, le radar AESA SH121 N035 Irbis NIIP du T-50 russo-indien est encore en développement par le centre INPI Tikhomirov, ce radar fonctionnera en bande X (N036B) et comprend également deux antennes en bande « L » implantées dans les bords d'attaque de voilure (N036L) et dispose d’éléments internes basés sur l'arséniure de Gallium couplé à des technologies en nano-hétérostructures. Les Russes confirment l’incorporation de modules à électroluminescences (AESA MMIC). De l’autre la motorisation actuelle composée du moteur à réaction Saturn 117S ST1 doit être à terme remplacée par la version ST2 qui n’est pas encore opérationnelle. En conséquence les premiers T-50 seront-ils produits et modernisés par la suite ou le Ministère de la Défense russe, attendra-t-il la mise au point définitive de ses deux systèmes avant de passer commande du nouvel avion ?

 

1860366.jpg

Photos : Sukhoi T-50 PAK-FA @VKS

 

Commentaires

superbe la premiere photo. Cela me revoit dans mes souvenirs avec Clint Eastwood dans le Firefox

Écrit par : abdel | 19/01/2017

Pour vous je ne sais pas mais je le trouve pataud...

Écrit par : nonmaisdisdonc | 20/01/2017

@nonmaisdisdonc: je pensais exactement la meme chose.
après pour ce qui est des moteurs ont sais que les russes exscellent dans la puissance, et concernant les systemes à bord ça reste un peu flou sur les performances et la qualité.

Écrit par : Albert66 | 20/01/2017

@nonmaisdisdonc @Albert66 Je pense que la démo a été faite pour montrer la capacité de l'avion à manœuvrer à faible vitesse, grâce à ses tuyères vectorielles et ses réacteurs puissants (comme le F-22). D'où l'impression de nonchalance.

Écrit par : Simon | 20/01/2017

N'oublions pas que cet avion est fait pout tirer loin, au-delà de la portée visuel (comme d'autres me direz-vous) mais utilise les dernières technologies. Pour un avion de cette taille, il reste extrêmement maniable notamment à faible vitesse d'où l'intérêt de ne pas le sous-estimé.

Écrit par : Steeve | 20/01/2017

Les commentaires sont fermés.