15/01/2017

Italie, première commande pour le M-345HET !

CAcNYwjWUAAKxcz.jpg

Leonardo a signé avec la Direction nationale de l'armement italien du ministère italien de la Défense un premier contrat pour un premier lot de cinq avions d'entraînement Aermacchi M-345HET.

L'Armée de l'Air italienne a besoin d'environ 45 M-345HET (désignés T-345 par les Forces armées italiennes) pour remplacer progressivement les 137 appareils en service de type MB-339 qui sont entrés en service en 1982. Le nouvel avion fonctionnera a côté de la flotte de 18 bimoteurs Aermacchi M-346 déjà commandés et actuellement utilisés par l'armée de l'air italienne pour la phase avancée de la formation des pilotes. Ensemble, les deux types d'avions formeront un système de formation avancé pour les pilotes militaires italiens. Le M-345, grâce à ses systèmes de formation à la pointe du progrès et à la pointe du terrain, permettra à l'armée de l'air italienne d'améliorer considérablement l'efficacité de la formation et permettra une réduction des coûts opérationnels. La première livraison est prévue pour 2019. Le M-345 viendra également remplacer les MB-339 de la patrouille acrobatique italienne, les Frecce Tricolori.

 

Le M-345HET :

Le M-345 est une modernisation du M-311, qui n’est autre qu’une version améliorée du S-211. Le SIAI-Marchetti S-211 est un développement qui date de 1976, sa voilure est positionnée en position haute et affecte une très légère flèche.  Cette voilure rendait le S-211 très manoeuvrant. Le cockpit est allongé et abrite un pilote et un instructeur, ce dernier occupant un siège légèrement surélevé. Chacun des membres d'équipages dispose d'un siège éjectable Martin-Baker. La motorisation est assurée par un unique moteur, un turbofan à double flux Pratt & Whitney, moins gourmand en carburant que la plupart des moteurs de l'époque. Mais, la faible puissance délivrée par ce moteur, utilisé initialement par des jets d'affaires, ne rend pas le S-211 très performant, bien au contraire.

En 2005 Alenia-Aermacchi tente une première fois de relancer le petit jet avec une nouvelle version, le M-311. Par rapport au S-211, les modifications aérodynamiques portent sur de nouveaux saumons de voilure, une modification des cloisons d’aile, l'apparition de quilles ventrales. La structure et le train d’atterrissage ont été renforcés pour autoriser des facteurs de charge de +7 G à -3,5 G à 3100 kg en configuration lisse au décollage. Le réacteur Pratt & Whitney JT15D-5C de 1450Kg  a une puissance supérieure de 30 %. L'avionique est entièrement revue : écrans multifonctions, affichage tête haute à l’avant avec reproduction au poste arrière, plate-forme GPS inertielle, deux ordinateurs de bord pour simuler les missions. L’accent a aussi été mis sur la maintenance, facilitée par une modification des trappes d’accès, l’installation d’un générateur autonome d’oxygène (OBOGS), afin d’améliorer la disponibilité de l’appareil.

Mais depuis plus rien, le projet M-311 a été mis en cocon, jusqu’au dernier Salon du Bourget, ou le constructeur italien a annoncé la relance du programme sous le nom de M-345.

Reprenant les mêmes arguments qu’en 2005, Alenia Aermacchi propose le M-345 en complément du biréacteur M-346 qui se place sur le haut de gamme de ce créneau. Le M-345 va assurer la formation de base des pilotes. 

 

M345HET_foto_EH.jpg

Photos : 1 M-345HET lors de son vol inaugural 2 Prototype au couleurs des Frecce Tricolori @ Leonardo

Commentaires

Deux jets pour l'écolage ? Voilà une solution bien étrange alors que d'habitude c'est un turboprop associé à un jet ou même deux turboprops dont le PC-21 pour assurer la transition finale. La décision itlaienne est effectivement économique, mais surement pas "économe" aux prix fluctuant du baril de pétrole, des diverses pièces détachées le coût à l'heure de sera assurément élevé.

Par contre, ce choix permet d'assurer la vente des deux machines à l'exportation (surtout le M345) avec comme vitrine les somptueuses démonstrations des Frecce. Je pense que ce choix est surtout dicté pour soutenir l'industrie aéronautique italienne, pourquoi pas.

Écrit par : Fabrizzio | 15/01/2017

Jusqu'à maintenant les élèves pilotes en France n'avaient pas de tuboprop pour faire la liaison entre apprentissage et la chasse.
Pour les non directs Cognac > TB 30 Epsilon et Gros. Pour les directs Salon de Provence > CAP 10 puis Cognac.
Cela en faisait-Il des mauvais pilotes. Je ne pense pas. J'ai l'impression que les PC21 acquis dernièrement sont là pour remplacer les zébulons (Epsilon) qui commence à devenir vieux. Déjà qu'en 2000 on les maintenaient condition avec difficulté, maintenant je ñ'osé imaginer.

Écrit par : Fyd | 16/01/2017

@ Fyd : Non le PC -21 va remplacer les Alpha Jet, voir : http://psk.blog.24heures.ch/archive/2017/01/04/la-france-commande-17-pilatus-pc-21-862813.html

Écrit par : Marco | 16/01/2017

17 PC21 pour remplacer les Alpha-Jet de Tours et Cazaux, ça me semble relativement peu. Hors il y a sur la plateforme de Cognac 37 TB30 et 18 Grob 120.
on en enlève 40% pour maintenance et autres.

Le contrat cité dernièrement entre l'entreprise "Babcock France" associée à Dassault pour le contrat FOMEDEC.

Écrit par : Fyd | 16/01/2017

@Fyd
Tant que les Alphabet sont encore utilisés, ils le seront avec les PC-21.
Au fur et à mesure que les 1ers se retirent, il y aura probablement d'autres commandes de PC-21 ou un autre avion?

Écrit par : James | 17/01/2017

Les commentaires sont fermés.