12/12/2016

Mauvaise journée pour le F-35 !

1497184576585219910.jpg

Après la mise en garde faite à Boeing en cas de surcoûts pour le futur avion présidentiel, Donald Trump vient de s’en prendre une nouvelle fois à Lockheed-Martin et à son F-35. Cette attaque n’est pas la première, durant la campagne présidentiel, le candidat républicain avait à de nombreuses reprises critiqué le nouvel avion américain.

«Le programme F-35 et le coût sont hors de contrôle», a twitté Donald Trump ce matin.

Forte réaction à Wall Street :

Cette nouvelle déclaration du futur président américain, a fait chuté le tire de Lockheed-Martin de 4% dans les premiers échanges. Ebranlé, le groupe de défense a dû défendre en urgence son appareil furtif, estimant que les F-35 étaient des avions de «grande valeur», dotés d'une «technologie incroyable». 

Lockheed-Martin en difficulté :

Et comme si la déclaration de Donald Trump ne suffisait pas, l'arrivée en Israël des deux premiers F-35 furtif a dû être retardée en raison de mauvaises conditions météorologiques à leur base de départ en Italie. L'imprévu a contraint l'entreprise à assurer publiquement que l'avion, qui a subi plusieurs revers par le passé, n'était pas en cause, mais que ce retard était lié à un manque de visibilité sur la base aérienne italienne. Les deux avions devaient être reçus lors d’une importante cérémonie ce lundi vers 14H00 (12H00 GMT) sur la base aérienne israélienne de Nevatim (sud), en présence des plus hauts dirigeants israéliens et des représentants des grands médias internationaux.

Et comme rien ne va en ce moment pour le programme F-35, des officiers de l’Armée de l’air israélienne ont énoncé de nouvelles critiques. Pour eux, la capacité à pouvoir pénétrer les défenses aériennes iraniennes et les systèmes de missiles sol-air S-300 d'origines russes, est en soi un fait aujourd’hui, avec des avions non furtifs. De leurs engagements passés, les pilotes de guerre israéliens ont retenu qu'il vaut mieux disposer de nombreux appareils éprouvés, que d'une poignée d'appareils ultra-modernes dont la maintenance péjore les coûts.

 

CygaChBWEAAwXLp.jpg-large.jpeg

Photos : 1 Dessin de presse 2F-35 @ Lockheed-Martin 

 

 

 

Commentaires

Le scandale du siècle organisé par le complexe militaro-industriel US va-t-il faire long feu ? On peut souhaiter que la réalité finisse par l'emporter , mais les dégats collatéraux , notamment ici en Europe , vont être douloureux pour de longues années .

Écrit par : philbeau | 12/12/2016

Très intéressante réaction de Wall Street qui n'avait jusqu'ici ps véritablement réagi aux problèmes du F-35. Cela confirme ce j'ai pu remarqué ces dernières semaines aux USA , la finance marche pour Trump. Le fait que Lockheed et Boeing avait largement soutenu la campagne démocrate et notamment Obama ont eu du repis jusqu'ici.

Écrit par : Philippe | 13/12/2016

La question est : Trump pourra-t-il faire baisser les coûts du F-35 ou fera-t-il capoter le projet ?

Écrit par : Marco | 13/12/2016

@Marco : ni l'un, ni l'autre. Il justifiera quelque changements légaux, histoire que ceux qui ont travaillé à négocier les contrats publics ne puissent pas être embauchés par les entreprises privées ; il y aura un changement de soutient des industriels. Pour faire bonne mesure, on va rogner sur le coût de la peinture des casques des pilotes qu'on refinancera après avec l'argent d'un programme public annexe... et moins visible.
.
Et c'est tout.

Écrit par : v_atekor | 13/12/2016

Le lobby militaro-industriel américain se réjouissait de l’élection de Trump ? Il avait raison : le format général de l’US Army doit passer de 470 000 à 540 000 hommes, celui du corps des Marines de 182 000 (24 bataillons) à 240 000 hommes (36 bataillons). L’US Air Force, elle, remonterait de 1100 à 1200 chasseurs, et l’US Navy de 276 à 340 navires. Mais en dégainant ses tweets menaçants, Donald Trump montre qu’il va aussi manier le bâton côté finances. Sur la défense comme sur le reste, son mandat s’annonce sportif.

Écrit par : Steeve | 13/12/2016

Selon le Congressional Budget Office il serait possible de remplacer les F-35 commandés par un mix de F-16 et F/A-18 et permettrait d’économiser 29 milliards de dollars sur la période 2017-2026.

Écrit par : Martin | 13/12/2016

Rajoutons à cela que le futur Sécrétaire à la Défense, Mattis, touche des stocks options depuis quelques années de la part de ..... Lockheed Martin !!!!

Concernant les "doutes" des militaires israéliens ... j'aimerais que l'on nous fournisse des sources car ce n'est pas du tout ce que j'ai pu lire.
Les militaires israéliens étaient ennuyés par le rayon d'action annoncé du F-35 (du fait que les options de bidons de carburants potentiels ne soient pas souhaités par le constructeur...) et ils avaient aussi un souci avec l'impossibilité de pouvoir modifier l'avion. Sur ce 2eme point les choses sont réglées car le F-35 "ADIR" va être modifié et équipé avec des technologies israéliennes ....

Concernant la capacité potentielle d'avions actuels face aux S-300 et S-400 de fabrication russe ... qui peut croire que le fait d'avoir plus d'avions vous permet soudainement de passer outre ses défenses Sol-Air ??? La preuve frappante est faite en ce moment en Syrie, il suffit que ces systèmes soient présents pour que les F-15, Rafale et compagnie voient leur champ d'action clairement réduit.

Pouvoir penser que les israéliens ... dans leur position sous menace permanente ... prenne le F-35 en estimant qu'il sera une perte d'efficacité est un non sens incroyable.

Il va falloir que les "experts" de l'internet se demandent un jour pourquoi tous les militaires des nations impliquées veulent absolument le F-35 ... parfois contre l'avis de leurs politiques (voir exemple canadien)

Écrit par : Dany40 | 13/12/2016

@Dany40
J'appuie votre propos, le bashing anti-f-35 de la part des médias deviens presque ridicule.

Écrit par : Inquisiteur Morphéus | 13/12/2016

Effectivement, le F-35 soulève de grandes interrogation ici en Israël. Certes, l'avion est sophistiqué, mais ses coûts et son efficacités notamment sur une période de conflit longue sont remis en cause. C'est pour celà qu'en Israël, l'option de maintenir et modenriser les F-16 et F15 est devenu un impératif avec une question de fond: faut-il develloper un avion indigène dont le rapport coût/efficacité pourrait s'avérer meilleur ?

Écrit par : Liv | 13/12/2016

@morphéeus & Dany40: Je crois que vous n'avez pas saisi l'essentiel, il ne s'agit pas de "bashing" ce terme étant réservé à la petite guerre que se livre certains avionneurs comme Dassault et Airbus par exemple.

Dans le cas du F-35, les critiques proviennent non pas de journalistes et d'internautes, mais bien de militaires, de pilotes et d'organismes d'Etat ayant pour but le contrôle des coûts.

Par aileurs, comment expliquez-vous le fait que des gouvernement "justement" et non les militaires optent délibérérement pour le F-35 sans même avoir pris la peine d'organiser une compétition capable d'évaluer correctement les avions du marchés ?

Écrit par : Marco | 13/12/2016

@ Marco En 1997, le gouvernement libéral de Jean Chrétien avait commencé les procédures pour le renouvellement de la flotte de nos CCF-118. Les promesses du F-35 ont tellement éblouies les membres de l'Aviation royale canadienne que ceux-ci se sont montrés très favorables à cet achat et celui-ci a également séduit la classe des politiciens. Lors du choix successeur du CF-101b, une véritable confrontation se produisit entre le F-16 et le F-18. Mais pour le remplacement de nos CCF-118, jamais ne s'est tenu un véritable appel d'offre.

Écrit par : Simon Perrault | 14/12/2016

@Marco

Les armées sont toujours de grandes silencieuses ... mais soyons clairs, dans un pays sous menace permanente comme Israel aucun politique ne prends de décision aussi lourde et majeure en terme stratégique et tactique si cela à l'encontre de l'avis des militaires ...

Ce qu'il faut saisir c'est qu'il n'existe aucune perspective d'avenir en terme de programme aéronautique à part le F-35 dans le monde occidental. Tous les autres avions proposés (F-18, Typhoon ou Rafale) sont tous des concepts datant des années 80 avec aucune proposition export actuelle venant proposer une adaptation aux menaces nouvelles (comme les S-300 ou les nouveaux modèles d'avion russes, chinois et pakistanais).

Le F-35 est toujours en fin de mise au point ... mais les militaires israéliens, comme ceux des autres pays acheteurs, préfèrent parier que les USA finiront par mettre au point correctement cet avion (comme ils l'ont toujours fait .. avons nous oublier les énormes limites du F-16 à son origine ??) et que cet appareil fournira donc une plate-forme d'évolutions technologiques de défense vitale à la capacité de se maintenir au sommet de la pyramide des forces aériennes mondiales.

Rien de plus ...

Écrit par : Dany40 | 16/12/2016

@Dany40: je ne partage pas vos propos, d'une part les Rafale, Eurofighter représentent les aéronefs du moment parfaitement capables de répondre aux diverses menaces actuelles et futures.

En ce qui concerne Israël la problématique est claire et vient d'être confirmée dans ce blog et par Liv dans un commentaire (Liv qui est d'origine israélienne d'aillleurs, si j'ai bien compris).

"les énormes limites du F-16 à son origine" Ah bon ??? je ne vois pas de quoi vous parler, le F-16 lorqu'il est arrivée notamment dans la compétition pour équiper l'OTAN à la fin des années 1970 à surclassé tout les autre compétiteurs air-air et air-sol.

Pour terminer citez-moi un seul appareil qui a connu autant de problème et de déboire dans sa conception que le F-35 historiquement ?

Écrit par : Marco | 16/12/2016

Bonsoir,

@Dany40 : "Ce qu'il faut saisir c'est qu'il n'existe aucune perspective d'avenir en terme de programme aéronautique à part le F-35 dans le monde occidental."

Wow ! Sachant que le F-35 n'a pas vocation à endosser TOUS les rôles des avions de combat existants, le monde occidental sera donc prochainement sans défense contre n'importe quelle menace extérieure...

@Dany40 : "Tous les autres avions proposés (F-18, Typhoon ou Rafale) sont tous des concepts datant des années 80"

Voici les dates de mise en service des avions que vous citez : Rafale et Typhoon 2001 et Super Hornet en 1995. On est donc bien loin de l'époque des Mirage 2000 (1984) !

En outre, il y a un monde entre les versions initiales de ces avions (F1, T1 et Hornet A/C) et leurs toutes dernières évolutions. A vous lire, il semblerait que tous les constructeurs se soient assoupis exceptés Lockheed Martin. N'oubliez pas que les générations 4, 4++ 5 et bientôt 6 sont un concept inventé par les US pour valoriser LEUR production national. Les Typhoon et autre Rafale resteront pour longtemps encore des avions de combat redoutables, et ce, pour n'importe quel adversaire (F-35 compris).


@Dany40 : "... avec aucune proposition export actuelle venant proposer une adaptation aux menaces nouvelles (comme les S-300 ou les nouveaux modèles d'avion russes, chinois et pakistanais)."

Pensez-vous réellement que les Tejas, FC-1/JF-17 et autre J-10 B soient des menaces pour un Rafale F3R et Typhoon T3 ? Ah non ! Vous faîtes peut-être référence aux J-20 et J-31 dont personne ne connaît les performances et les capacités réelles, c'est bien ça ?

@Dany40 : "... mais les militaires israéliens, comme ceux des autres pays acheteurs, préfèrent parier que les USA finiront par mettre au point correctement cet avion "

TOUS les pays acheteurs du F-35 sont impliqués dans son financement voire sa construction. Je pourrais également aborder la couverture politico-militaire qu'offre un achat d'équipement militaire US. Ce sujet a été débattu et argumenté à de multiples reprises ce même blog...

En synthèse, le F-35 deviendra probablement un avion performant. En attendant, les décisions d'acquisition sont des actes avant tout politique.

Rien de plus...

Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 16/12/2016

Bonjour,

Il n'y a rien de dramatique quand au retard dans la mise au point du F35.

Tout avion prend du temps pour sa mise au point.

Écrit par : Cargo99 | 17/12/2016

@Cargo99: Non évidemment, mais combien d'avion ont connu autant de problèmes que le F-35 ??La est la différence.

Écrit par : Hervé | 17/12/2016

Bonjour à tous¨
Je vous fais part d'une note "confidentielle" israélienne...
Le F-35 mis à mal par la météo et Donald Trump
"Légère" déconvenue pour la cérémonie officielle de la réception de l'Adir, ou F-35 israélien, en présence des plus hautes autorités politiques et militaires israéliennes et d'Ashton B. Carter, secrétaire américain à la Défense.
Les deux chasseurs qui devaient s'illustrer dans le cadre de la cérémonie ont rallié la base aérienne de Nevatim (Israël) avec plus de cinq (5) heures de retard... en raison de conditions atmosphériques dégradées.
Ce qui a excédé certains officiels, qui n'ont pas manqué de souligner qu'il est assez surprenant qu'un appareil vanté pour ses multiples qualités et son invincibilité soit défait par la météorologie.
Le malaise s'est accentué avec l'apparition du tweet du président élu Donald Trump, déclarant que le coût du programme était "HORS de CONTRÔLE".
Jeff Babione, directeur du programme JSF au sein de Lockheed Martin et présent à Nevatim, a alors dû redoubler d'efforts pour affirmer que le F-35 serait d'un coût d'acquisition abordable...
Fin de citation!

Écrit par : forêt10 | 17/12/2016

@ Frederic A

Oui je vous le confirme, les programmes Rafale datent de la fin des années 1980 ...ne regardez pas la date de mise en service, je parle de la date où le programme est lancé (et donc l'époque où l'avion puise ses concepts de fond).

Concernant l'absence de programme aéronautique équivalent au F-35 ... je ne dis pas que le Rafale et le Typhoon ne sont pas compétents ou qu''ils n'évoluent pas. Je veux dire que ces programmes ne sont pas à ce jour dotés d'une évolution annoncée et datée pour s'adapter aux changements de la guerre aérienne qui se profilent en 2025-2030.

Si vous faites partie de ceux qui pensent que le Rafale par exemple peut rester l'arme aérienne majeure française et nous permettre de garder notre haut niveau de capacité pour ces années 2025-2030 ... et bien je vous invite à lire l'audition du chef d'état major de l'armée de l'air française André Lanata devant la commission de la défense en octobre dernier :

http://www.opex360.com/2016/10/28/les-strategies-de-deni-dacces-preoccupent-le-chef-detat-major-de-larmee-de-lair/

Il indique clairement à la représentation nationale que de nouvelles technologies vont devoir être travaillées puis incrémentées dans les systèmes d'armes francais car sans çà les équipements français (y compris le Rafale) perdront de leur superbe dans un délai de 15 ans. Dans les technologies où les efforts doivent être menés selon lui il cite ... la discrétion !!! donc faire évoluer le Rafale en terme de furtivité est absolument vital pour maintenir les capacités de l'avion en 2030.

Donc ... non ... à ce jour aucun avion à part le F-35 ne propose de solution de rupture spécialement étudiée pour faire face à ces impératifs de 2025-2030. On peut penser que la réponse US n'est pas la bonne, mais dans ce cas il faudrait se dépecher d'en proposer une autre car plusieurs pays sont déjà acheteurs du F-35 en partie à cause de cela.

Enfin, croire que Israel achète du F-35 uniquement par alignement stratégique avec les USA n'a pas de sens. Si les israeliens ne croyaient pas que les choix de capacités et les compromis du F-35 sont dans le vrai pour les années à venir, ils pouvaient sans aucun souci acheter des F-15 modernisés et continuer à les mettre à jour régulièrement ... Tout cela sans remettre en cause leur alliance avec les USA. Israel comme d'autres pays croient que les choix forts du programme donneront au final un appareil efficace face aux défis de son temps.

Écrit par : Dany40 | 21/12/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.