11/12/2016

L’Allemagne cherche un remplaçant pour ses Sea Lynx !

Super_Sea_Lynx_Mk_88A_AgustaWestland_Germany-German_air_force_640_001.jpg

L'Allemagne prépare un concours en vue du remplacement de sa flotte de 21 hélicoptères Westland « Sea Lynx » de guerre anti-sous-marine (ASW) et vise à faire une sélection d'ici la fin de 2017. L’objectif et de disposer du nouvel hélicoptère d’ici 2023.

Le processus d'acquisition du nouvel hélicoptère est en préparation à Berlin, et de devra répondre à à l’ensemble des besoins de la marine allemande. Cependant, la marge de manœuvre en terme de choix sera limitée par un budget particulièrement serré prévient Berlin.

Trois appareils participeront à l’évaluation :

Les appareils susceptibles de venir remplacer les Westland « Sea Lynx » sont l’Airbus NH90 « Sea Lion », l’AgustaWestland (Leonardo) AW159 « Wildcat » et le Sikorsky S-70B « Sea Hawk ».

L’Airbus NH90 « Sea Lion » :

marine allemande,sea lynx,aw159 wildcat,nh90 sea lion,s-70b sea hawk,sikorsky,lutte anti-sous-marines,blog défense

 

La version spéciale commandée par la marine allemande du NH90, le « Sea Lion » vient d’effectuer son premier (voir article du 9.12.16 ). Selon Airbus, il serait très facile de convertir les modèles déjà commandés par l’Allemagne en vue d’assurer la lutte anti-sous-marine ASW et ceci pour un coût moindre. La seule difficulté vient du fait que le « Sea Lion » de part sa taille ne peut pas être engagé depuis les anciennes frégates de la marine encore en service et celle-ci devrait les remplacer au plus vite.

Lancé lors du Salon international ILA Airshow de Berlin en mai 2014, le « Sea Lion » est largement similaire à la version de base du NH90 NFH de l'OTAN, mais présente des équipements de communication et de navigation spécifiques à l'Allemagne, dont un système de communications par satellite. L’avionique comprend en plus un système d'identification automatique (AIS) pour localiser, identifier et suivre les navires. L’appareil sera également de mitrailleuses latérales M3M de 12,7 mm de chaque côté, de missiles Marte MKII, de torpilles Torpille MU90. Par ailleurs le « Sea Lion » peut emporter des réservoirs de carburant internes et externes supplémentaires ainsi qu'une deuxième console de mission.

Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, le NH90 « Sea Lion » est destiné à fournir des services de surveillance continue, de surveillance maritime, de recherche et de sauvetage (SAR), de transport pour les nouvelles régates F124 et F125 Baden-Wurttemberg, ainsi que des navires de soutien au combat de classe Berlin (Type 702) de la Marine allemande.

Leonardo AW159 Wildcat :

351475183.jpg

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).

Sikorsky S-70B « Sea Hawk » :

4222165606.jpg

La version S-70B est est la version export du MH60R, soit le dernier développement du SH60 «SeaHawk» destiné à la lutte anti-sous-marine et de bâtiments de surface. Il remplace et reprend l’ensemble des missions actuellement dévolues aux actuels SH60B et SH60F. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le MH-60R représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, le MH60R est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications. Lockheed Martin qui est responsable de l'intégration numérique de poste de pilotage de l'hélicoptère, du radar multi-mode, du sonar acoustique à longue portée et l’adjonction d’une caméra infrarouge. Le MH60R dispose également d’une architecture électronique permettant de protéger l’aéronef contre les menaces missiles. 

 

Photos : 1 Sea Lynx de la marine allemande@ Marine allemande 2 NH90 « Sea Lion »@Airbus 3 AW159 Wildcat@ Leonardo 4 S-70B « Sea Hawk » @ Sikorsky

 

 

Commentaires

... Pourquoi continuer à impliquer les USA, alors que l'Allemagne participe au NH90, et que le AW est aussi Européen ?

Écrit par : elan | 11/12/2016

@Elan: Simplement parce que les règles imposées par l'OMC aux pays signataires obligent l'ouverture des marchés à la concurrence. Par ailleurs, plus il y a d'avionneurs en concurrence plus l'acheteur peut se permettre de négocier le prix final.

Écrit par : PK | 11/12/2016

Soit, mais dans ce cas faire participer les Russes. Et on se souvient de l'appel d'offre pipé pour les ravitailleurs US. Ils pratiquent le protectionnisme, faisons de même.

Écrit par : elan | 11/12/2016

Élan: certes, mais etant donné qu'au sein de l'OTAN on achète pas russe il n'y aucune raison de les prendre en compte.

Écrit par : Pk | 12/12/2016

Les américains ont voté ceci.

Les principales restrictions directes à l'accès des entreprises étrangères aux marchés publics américains sont liées aux dispositions de deux lois destinées à favoriser les offres américaines par rapport aux offres étrangères :

- le Buy American Act pour les marchés publics de fourniture et de construction (mais pas de service)

- le Balance of Payment Program (cf. §3), qui s'adresse exclusivement aux marché publics portant sur des biens destinés à être utilisés à l'étranger

Le département de la défense est également concerné par l'application de ces lois. En outre, il peut limiter l'accès aux marchés de défense aux exportateurs étrangers au nom de la sécurité nationale dans le cadre du National Security Act 1947 et du Defense Production Act de 195026(*). Le DoD peut ainsi imposer des sources américaines pour certains produits ou activités, notamment dans le cadre des Defense Appropriation Act, lois de finance annuelles votées par le Congrès.

A cela s'ajoute un arsenal de textes visant à soutenir les industries américaines et donc à handicaper la concurrence : le Small Business Act 1953, qui impose à l'administration de réserver aux PME/PMI 23% de ses marchés publics fédéraux directs et 35% des contrats de sous-traitance de ses maîtres d'oeuvre industriels.

Pour les fournitures de défense, la France dispose d'une exemption au Buy American Act et au Balance of Payments Program par le biais d'un Memorandum of Understanding (MoU) bilatéral sur les achats réciproques en date du 22 mai 1978. On notera que ce MoU ne l'exempte toutefois pas des mesures imposées par les autres lois, du type Appropriation Acts.

nous l'avons bien vu avec les ravitailleurs, les TGV, etc.

Par exemple C'est Lockheed Martin (société américaine) qui installe le système électronique sur Le HC-144A est basé sur le CN-235-300 MP Persuader (européen).

En gros il faut assembler ou construire ou finir les installations aux USA, c'est le cas de l'Airbus UH-72 Lakota, du HC-144A et bien d'autre appareils européens.

Pour un exemple du MoU de 1978, je pense au système radio RITA

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_int%C3%A9gr%C3%A9_des_transmissions_automatiques

Écrit par : Benoit | 12/12/2016

Les commentaires sont fermés.