05/10/2016

L’Allemagne envisage de suspendre la production de l’Eurofighter !

CtgTPZOW8AAVtxE.jpg-large.jpeg

Berlin, pourrait décider de suspendre la production de l’avion de combat européen Eurofighter « Typhoon II » faute de commandes. Si cette décision devait être confirmée, l’Espagne pourrait alors suivre le même chemin.

Pour Berlin, la chaîne de fabrication est devenue trop chère et le manque de commandes ne permet pas de justifier un maintien à court terme de la production en Allemagne. La suspension de la production pourrait être temporaire, jusqu’en 2018 au moins. L’Angleterre et l’Italie vont de leur côté continuer à produire l’avion, notamment pour répondre à la demande du Koweït pour 28 appareils.

Une production compliquée :

Il faut dire que rien n’est simple en ce qui concerne la production de l’avion européen. Les pièces de l’avion sont produites à divers endroits, ce qui ne facilite pas le processus de rentabilité. Par exemple, l’aile droite de l’avion est produite en Espagne et la gauche en Italie, alors que les pièces du centre du fuselage le sont en Allemagne. De plus, l’assemblage final se fait sur quatre sites différents, histoire de satisfaire du moins en apparence, les quatre pays membres du consortium.

Transformation d’Airbus :

Hors, pour Airbus DS, ce mode de production n’est justement pas rationnel et va devoir être corrigé très rapidement sous peine de voir l’ambitieux programme européen mourir prématurément. Un réajustement qui devrait faire partie de la récente décision de la fusion (réorganisation) entre Airbus Group et Airbus. Pour Airbus, il s’agit d’agir à plusieurs niveaux, afin de consolider et de réduire les coûts de production des différents secteurs aéronautiques dont celui de l’Eurofighter.

Rationaliser ou mourir :

La lenteur de la capacité d'amélioration de l’avion de combat «Typhoon II» est due au fait, que dès le début du projet, les quatre partenaires que sont l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie est l’Espagne avaient des demandes spécifiques. De plus, l’avion est produit sur quatre sites. Cette particularité est l’une des principales raisons du prix élevé de l'appareil, car elle en limite l'effet de production de masse en multipliant les coûts de production. Chaque partenaire assemble les modèles destinés à son besoin national, tout en participant à la production de composants les avions construits (exportation comprise). Mais aujourd’hui, il est temps de changer cette erreur d’industrialisation sous peine de voir le projet s’arrêter définitivement.

L’avenir du T3 :

L’avenir de l’Eurofighter dans sa nouvelle version le T3 dépend directement d’une réorientation stratégique de la division avions de combat d’Airbus. Si le Koweït deviendra le premier utilisateur de la nouvelle version du « Typhoon » il faudra pourtant relancer les ventes de celui-ci, pour assurer un avenir aujourd’hui très incertain.

Les Airbus DS Eurofighter T3 Block15 vont disposer des nombreuses nouvelles améliorations en comparaison des versions et standards antérieurs. L’Eurofighter T3 Block15 disposera du capteur IRST de série, il permettra la mise en oeuvre du missile air-air très longue portée « Meteor » de MBDA, le Koweït compte utiliser la nacelle de désignation "Sniper", ainsi que les missiles antichars MBDA « Brimstones II » et des bombes à guidage laser GBU-12. Par ailleurs, la Force aérienne koweitienne a opté pour le missile air-air courte portée Diehl BGT Iris-T. En matière de radar, les Thyphoon koweïtiens seront les premiers à l’exportation à recevoir le nouveau radar de type AESA antenne à balayage électronique CAPTOR-E de Selex-ES.

 

634791339.JPG

Photos : 1 Eurofighter T3 @ Airbus DS 2 Eurofighter T2 de la RAF à Payerne @ P.Kümmerling

 

Commentaires

Je trouve la décision logique, avec 4 pays impliqué dans ce programme, on se retrouve avec 4 lignes d'assemblage, chacun dans un pays.
donc, faute de commandes importantes à l'export il est logique de réduire à 2, voire meme 1 ligne d'assemblage une fois les avions déja commandés livrés.

Écrit par : Albert66 | 05/10/2016

Juste une précision:
"Berlin, pourrait décider de suspendre la production de l’avion de combat européen Eurofighter « Typhoon II » faute de commandes. Si cette décision devait être confirmée, l’Espagne pourrait alors suivre le même chemin."
Cela veut dire que l'Allemagne et l'Espagne arrêtent d'assembler les appareils, ou que la partie centrale du fuselage et l'aile droite ne seront plus produites? J'imagine la première idée, mais j'aimerai juste en être sûr... Merci.

Écrit par : Jo-ailes | 05/10/2016

En fin de compte, ce n'est pas une si mauvaise nouvelle. Ménager la chèvre et le choix n'est pas viable à long (moyen?) terme.
Cela conforte Saab et Dassault dans leurs décisions. Et finalement, l'organisation russes qui séparent l'assemblage de la conception est peut-être la solution pour Airbus...

Écrit par : Al&X | 06/10/2016

Voilà bien l'épilogue tant attendu: un avion voulant marier les exigences de trop de monde, produit sur trop de sites, tous plus ou moins spécialisés... la DGA française et Dassault avaient vu juste en 1985 en décidant de faire le Rafale seule. Toute l'Europe est tombée dans le panneau et son outil de défense en sort bien amoindri. L'appareil français remplit finalement le cahier des charges de tous les pays du consortium Eurofighter, qui se trouvent obligés d'acheter cette machine dépassée ou de refourguer leurs commandes à des monarchies du golfe...

Écrit par : patex | 07/10/2016

@Patex: D'accord sur le début de votre intervention. Par contre le T3 n'est de loin pas dépassé et permettez-moi mais Dassault essye également de ventre des Rafale aux monarchies du Golfe, c'est le cas aux Qatar et les tentatives aux EAU. aux dictateurs que comme Al Sissi en Egypte.

Écrit par : Marco | 07/10/2016

Le Typhoon le seul avion dont l'aile gauche et l'aile droite sont produites dans des usines différentes comme la pub Twix gauche et Twix droite...

Écrit par : hdg | 08/10/2016

@Benoit aucuns des 2 endroits ne construisent que l'aile droite ou que l'aile gauche ;-)

Écrit par : hdg | 08/10/2016

"@Patex: D'accord sur le début de votre intervention. Par contre le T3 n'est de loin pas dépassé et permettez-moi mais Dassault essye également de ventre des Rafale aux monarchies du Golfe, c'est le cas aux Qatar et les tentatives aux EAU. aux dictateurs que comme Al Sissi en Egypte."

Le rafale à déjà été vendue aux qatar avec 24 exemplaires et une options de 12, mettez vous à jour dans les commandes d'avions et pour l’Égypte, certes Al Sissi est un homme dur, mais il à au moins l'avantage que son pays reste stables et ne parte pas dans le chaos l'air la Syrie et l'Irak
.

Écrit par : Adri74 | 11/10/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.