03/10/2016

Les gouvernements priés de réduire l’empreinte carbone de l’aviation !

empreinte-ecologique-d-un-avion.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) a prié instamment les gouvernements réunis à la 39ème Assemblée de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) de s’entendre sur une mesure mondiale basée sur le marché destinée à aider l’industrie aérienne à gérer son empreinte carbone.

En tête de l’ordre du jour de l’Assemblée de l’OACI se trouve la proposition en vue de mettre en place le Régime de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale (CORSIA).

« L’industrie aérienne mondiale s’est manifestée vigoureusement pour encourager les gouvernements à écrire une page d’histoire en s’entendant sur la mise en œuvre du CORSIA. Ce sera le premier accord mondial du genre destiné à un secteur industriel. Nous nous sommes engagés à poursuivre une croissance neutre en carbone à partir de 2020. Le CORSIA, ainsi que d’autres mesures d’amélioration des technologies, des opérations et des infrastructures, maintiendra l’aviation au premier plan des industries qui gèrent de façon responsable leurs impacts sur le climat», a déclaré M. Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Les compagnies aériennes membres de l’IATA ont adopté des résolutions lors de leurs assemblées générales annuelles de 2013 et de 2016, demandant aux gouvernements de mettre en place une mesure mondiale basée sur le marché (GMBM) pour aider à gérer l’empreinte carbone de l’aviation. La GMBM doit viser des réductions d’émissions réelles (et non servir de source de revenus pour les gouvernements), tenir compte des différentes situations des compagnies aériennes en fonction de la maturité des marchés, et ne pas causer de distorsion de la concurrence.

« Nous avons, dans l’actuelle proposition de CORSIA, un compromis pragmatique. Et comme 60 États se sont déjà engagés pour une période volontaire, une dynamique se dégage. Il faut que d’autres États fassent preuve de leadership et d’engagement envers la durabilité en s’engageant aussi », explique M. de Juniac.

La GMBM doit être mise en œuvre dans le cadre du bouquet de mesures comprises dans la stratégie à quatre piliers de l’industrie concernant les changements climatiques. La GMBM est une solution d’appoint en attendant que les améliorations des technologies, des opérations et des infrastructures permettent d’atteindre pleinement les objectifs de durabilité de l’industrie. Ces objectifs sont les suivants :

  •   Amélioration moyenne de l’efficacité énergétique de 1,5 % d’ici 2020 

  •   Croissance neutre en carbone à partir de 2020 

  •   Réduction de moitié des émissions nettes de carbone d’ici 2050, par rapport au niveau de 2005 


Commentaires

Bonne idée de réduire les émissions polluantes. A présent, il ne reste plus qu'à appliquer le même genre de projet aux 4x4 qui polluent villes et campagnes juste pour la frime et aux usines chimiques... On peut attendre longtemps. Il est plus facile de stigmatiser l'aviation civile ou militaire que de changer notre comportements quotidien...

Écrit par : Luc | 05/10/2016

Belle initiative qu'il faudrait appliquer au traffic maritime.

Écrit par : Mitch | 05/10/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.