26/09/2016

La Chine teste une version CATOBAR du J-15 !

1449836313406574000.jpg_org.jpeg

La Chine a débuté une série de tests d'une nouvelle variante de son avion de combat destiné à la marine J-15 « Flying Shark » en version CATOBAR. Ces essais semblent confirmer que la Chine prépare la conception de son troisième porte-avions sur le chantier naval de Jiangnan Changxingdao près de Shanghai qui sera doté de catapultes.

Pour la première fois une image est apparue montrant un Shenyang J-15 doté d’un train d’atterrissage avant modifié avec un système permettant l’usage du système CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off But (ou Barrier) Arrested Recovery). Ce système est utilisé pour le décollage et l'atterrissage d'appareils sur un porte-avions. Cette technique permet de projeter à grande vitesse grâce à une catapulte un aéronef. La récupération s’effectue en se servant d’un brin d’arrêt présent sur le pont.

A ce jour les J-15 chinois étaient dotés du système STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery). Les aéronefs décollent grâce à seule propulsion et utilisent un tremplin en bout de piste pour prendre leur envol.

Pour ces essais, la Chine utilise deux pistes terrestres dotées de avec catapultes. Selon plusieurs sources, l’une utilise une piste avec catapulte à vapeur alors que l’autre serait doté d’un système électromagnétique.

p1685960.jpg

Shenyang J-15 «Flying Shark» :

Le Shenyang J-15 «Flying Shark» est un avion de chasse embarqué sur porte-avions. L’avion est une copie chinoise du Sukhoi Su-33 russe, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de Su-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.
La Chine a activement cherché à acheter des Su-33 en provenance de Russie à de nombreuses reprises, l’offre a été faite en mars 2009, mais les négociations se sont effondrées en 2006, après qu'il fut découvert que la Chine avait développé une version modifiée du Su-27SK désigné Shenyang J-11B, en violation des accords de propriété intellectuelle.

 

Photos : 1 J-15 STOBAR 2 J-15 avec train avant modifié CATOBAR @ Chine Nouvelle

Commentaires

La Chine progresse et avance dans beaucoup de domaines... Le made in China de piètre qualité est réservé aux acheteurs ne souhaitant pas débourser grand chose, ils sont capables de faire de belles réalisations pour eux-mêmes. Et ils ont compris que la puissance militaire sera le bras armé de leur diplomatie. Construire des catapultes à vapeur et profiter de la naïveté russe (assez rare pour être soulignée) afin de se constituer une industrie (coucou le J-11) aéronautique viable : l'avenir se jouera en partie en mer, et la Chine l'a bien compris

A côté de ça, l'Europe est à pleurer (et le manque de navires de mon pays, la France, soit disant 2ème plus grande zone maritime mondiale, est à pleurer également)...

Écrit par : Marine | 26/09/2016

@Marine: "La chine progresse" ... euh oui si on part du principe qu'ils copient tout. Ils n'ont rien acquis, tout ce qu'ils font part d'un modèle acheté.
après on a beau copié un appareil, commencer à faire du "made in china" ça ne donne pas lus d'info concernant la qualité des appareils.
Que valent leur électronique, leur radar, leur avionique, leur moteur, etc ? on n'en sait rien et bizarrement isl ne se présentent jamais lors des appareils d'offre pour être comparé aux autres avions russes et occidentaux.

Ce n'est pas parcequ'on a de l'argent, qu'on copie, qu'on sort un avion tous les 6 mois qu'on en devient pur autant un constructeur hitec. Moi je demande à voir.
Cela me rapelle un livre que j'avais lu il y a plus de 20 ans sur la guerre froide où il était dit que les qualités et capacités des avions soviétiques avaient été largement surestimés par rapport à la qualité des avions de l'OTAN. Et j'ai bien l'impression qu'avec la Chine on en fait autant.
Il n'y a qu'à voir le COMAC 919, copie du A320, qu'aucun client ne veut, preuve qu'aucun n'a été convaincu par la technologie chinoise.

Écrit par : Albert66 | 27/09/2016

Sauf erreur ou omission de part deux clients étrangers, General Electric Capital Aviation Services (GECAS) et City Airways ont commandé des Comac C919. Certes ce n'est pas beaucoup 20 et 10 exemplaires de mémoire.

Le J 11D, le J 11BS, le J 16, le J 10B et J 10C, le J 15 STOBAR, le J15 CATOBAR, le J20 n'ont pas l'air de prendre feu régulièrement. Le développement de ces appareils ne doit pas être facile tous les jours. Mais il avance. La Chine progresse très vite dans le domaine de la métallurgie pour les réacteurs, de l’électronique, systèmes d'arme plus vite que l'Europe. Malheureusement.

Les Etat-Unis ont changé de région en passant de la Russie à la mer de Chine. Ce n'est pas pour rien. A moins que leurs experts mentent pour que les sociétés américaines produisent des bateaux LCS qui sont en pannes régulièrement, un F 35 au développement chaotique et bien d'autres programmes coûteux.

Écrit par : Benoit | 27/09/2016

@Benoit:
Pour le Comac, les ventes à une petiote compagnie low cost thailandaise et une société de location d'avion (US) qui ne cherchent que du gain pour des fonds de pension on ne peut pas dire que ce soit des références d'export. Le jour où le comac se fera acheter par une grande compagnie on pourra dire que les Chinois auront fait un bon avions.

Pour les avions de guerre chinois, que tu compares maladroitement au F-35, je pense que tu oublie que le F35 a une à deux génération d'avance, voir meme plus.
La série des J11 et compagnies ne sont que de pale copie des avions russes des années 80-90. Certes ils ont surement de sradar plus moderne, AESA mais c'est comme tout, il y a de bon radar AESA et de mauvais RADAR AESA. Et il faudrait arriver à comparer, or la Chine refuse de le faire lors des compétitions d'appels d'offre. C'est étonnant pour un pays qui adore exporter en masse et casser les marchés. visiblement ils ont peur qu'on voit que leur avions ne sont pas à la hauteur, et ils le cachent.
après, c'est mon avis.

Écrit par : Albert66 | 27/09/2016

@Albert66 je ne compare pas du tout le F35 et un avion chinois. Je me moque du F35, tout en me demandant ce qui fonctionne comme prévu par le cahier des charges en ce moment. Quel sera le prochain pépin de cet avion.

Sauf erreur de ma part une grande compagnie Low Cost qui de mémoire a au moins 300 Boeing 737-800 a signé un MOU avec COMAC. Certes il concerne le développement de l'avion pas l'achat. Cela a-t-il fait peur à Boeing pour obtenir une plus grosse ristourne? Comme pour les paquets de lessive un avion gratuit pour deux acheter? A suivre.

GECAS loue à au moins 270 clients plus de 1950 avions. Pour info il a même commandé des ARJ 21-700. Certes pas beaucoup. C'est un acteur majeur de son secteur d'activité.

Après vous avez raison. On ne sait pas si le radar du F35 est un bon radar AESA. C'est du marketing tout comme la cinquième génération. Nous n’avons pas vu le F35 ou le F22 en service. Le F22 a fait des petits tours en Syrie, en Corée du Sud et en Europe pour une tournée publicitaire, vanter les mérites de la cinquième génération, de l'Amérique, etc.

Écrit par : Benoit | 28/09/2016

@Benopit: Oui le GECAS est une grande ocmpagnie, qui achète des avions pour les louer et je pense qu'il est logique qu'il cherche à proposer aux clients du monde toute sorte de gamme d'avions, allant des plus beaux, des plus chers, au plus petits et les moins chers.
Je pense que les COMAC de GECAS sont probablement destiné à la location dans le marché chinois ou asiatique et pour les pays qui n'ont pas de gros moyens (asie ou afrique).
Bref pour moi l'achat de GECAS n'est pas un gage de confiance mai splutot une volonté de proposer une gamme très large à des clients qui ont des critères et moyens très variés.

C'est un peu comme les loueurs de voitures, ils n'ont pas que des haut de gamme dans leur catalogiues, ils ont de tout, de la grosse premium à la petite citadine.

Écrit par : Albert66 | 28/09/2016

@Albert66, globalement, j'ai le même raisonnement que vous. Il ne faut pas oublier que pour le Comac 919. La société s'est entouré des meilleurs sous-traitants de l’aéronautique occidentale : GE-Safran, Thales, Zodiac Aerospace, Hamilton Sundstrand, Honeywell, Michelin ou Liebherr. Donc il est permis de penser qu'il n'y aura pas de gros soucis. A suivre.

Écrit par : Benoit | 29/09/2016

C'est une information intéressante, merci. Dommage que l'essentiel des commentaires soit hors sujet !
A l'heure où l'Inde cherche à se doter d'une force aéronavale de premier plan, et devra choisir son avion embarqué en fonction du type de moyen de mise en l'air de ce dernier (CATOBAR, STOBAR ou STOVL), si les chinois se mettent au CATOBAR qui est de toute évidence la solution la plus pertinente, c'est un argument massue pour que les indiens choisissent ce système eux aussi et c'est donc un argument supplémentaire pour le Rafale. Il n'existe à l'heure actuelle aucun appareil d'origine russe catapultable par le système STOBAR. Les seules productions existantes sont donc le Rafale, le Super Hornet et le F-35C. Le MiG 29K de l'Indian Navy est STOBAR et de ce fait très limité en charge utile et en rayon d'action, sans parler d'une disponibilité plutôt faible.

Écrit par : patex | 03/10/2016

@Patex: Vous écrivez : " Il n'existe à l'heure actuelle aucun appareil d'origine russe catapultable par le système STOBAR"heu vousliez dire CATOBAR ?? Je présume.


Sinon, il semble que l'Inde se dirige vers le projet russe de porte-avions 23000E Storm qui est encore un modèle STOBAR.

Écrit par : Marco | 03/10/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.