19/09/2016

L’EPFL planche sur l’avion modulable !

air-journal-clip-air-avion-modulable.jpg

Lausanne, une équipe de l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) travail sur un concept futuriste d’avion modulaire baptisé Clip-Air.

Le principe de l’avion modulaire est une conception qui doit permettre d’emporter trois types de capsules indépendantes, un peu à la manière des porte-containers et offrant par la même occasion plusieurs configurations possibles de transport. L’aéronef est une grande aile volante sur laquelle vient se fixer trois types de cabines pouvant emporter des passagers, du fret ou même du carburant.

Le concept Clip-Air doit permettre d’offrir une plus grande flexibilité pour les transporteurs tout en rationnalisant les énergies. L’aile volante pourrait ainsi être configurée différemment d’un vol à l’autre. Pour ce faire, à chaque escale il serait possible de changer le type de capsule en fonction des besoins du transport.

De multiples possibilités :

Imaginez-vous prendre l’avion dans une gare ! Embarquer dans une capsule pour rejoindre l’aéroport par le rail et, sans quitter son siège, s’envoler vers une autre ville. L’idée maîtresse de Clip-Air est d’apporter la flexibilité du rail au transport aérien par exemple. L'avion Clip-Air comprend, d’une part, la structure porteuse avec l'aile volante, les moteurs, le cockpit, le carburant, le train d’atterrissage et, d’autre part, la charge transportée, les passagers et/ou le fret. La capsule équivaut donc à un véritable fuselage d’avion, mais dépourvu de ses attributs habituels. L’aile volante peut accueillir jusqu’à trois capsules d’une capacité de 150 passagers chacune.

Les premières études théoriques montrent le potentiel de Clip-Air en terme de capacité de transport; ceci grâce à une gestion plus efficace et plus flexible de la demande, un taux de remplissage plus performant et une flexibilité accrue de l’offre. Des gains supplémentaires proviendraient des économies de maintenance, de stockage et de gestion.

Clip-Air entend aussi répondre aux préoccupations environnementales et aux objectifs fixés par l’Acare (Advisory Council for Aeronautics Research in Europe) de réduire de 50% les émissions de Clip-Air peut transporter autant de passagers que trois A320 avec deux fois moins de moteurs. En d’autres termes, voler avec trois modules sous la même aile sur 4000km consomme, au stade actuel du projet, moins de carburant que trois avions de même capacité volant indépendamment, à vitesse et altitude égales. Clip-Air peut transporter autant de passagers que trois A320 avec deux fois moins de moteurs. En d’autres termes, voler avec trois modules sous la même aile sur 4000km consomme, au stade actuel du projet, moins de carburant que trois avions de même capacité volant indépendamment, à vitesse et altitude égales.

3 capsules fond noir.png

Photos : Le principe de l’aile volante Clip-Air @ EPFL

Commentaires

Le concept n'est pas idiot mais je ne crois pas une seconde à sa faisabilité.
Par contre, vu la configuration, si j'étais eux je rajouterais la possibilité de largage d'un module qui pourrait loger et sortir des parachutes. D'un aspect sécuritaire ce serait fort. Dommage qu'ils n'aient pas pensé à ce point.

Écrit par : Albert66 | 19/09/2016

Albert66 : oui et tu peux aussi imager la largeur de la piste... à Cointrin ça irait super bien. Une aile à Ferney-Voltaire, une autre au Grand Saconnex !
Mais rêvons : Ce concept en mode VTOL (décollage / atterrissage vertical) pourrait être génialement pratique muni de 3 containers-hopitaux-totalement-équipés qui pourraient être déposés en douceur et en urgence dans les zones sinistrées (Népal, par exemple) ou des abris-dortoirs (avec douches et WC of course) pour réfugiés victimes de tsunamis ou autre.
L'idée est bonne, il ne reste plus qu'à la mettre en pratique et les chercheurs de l'EPFL ont rejoint les laboratoires des experts du centre de recherche agricole en charge de trouver une solution pour que les poules aient des dents...

Écrit par : byp | 20/09/2016

@Albert66
Largage d'un container, si c'est du fret ça pourrait aller, quoique la précision du point de chute n'est pas aisé, en plus s'il a des passagers à l'intérieur...

@byp
L'un des buts de ce projet est l'économie d'énergie et le VTOL n'est pas terrible de ce point de vue, vu qu'il ne bénéficie pas de la portance de la voilure.

Écrit par : James | 20/09/2016

Bonsoir,

@albert66 : "Le concept n'est pas idiot mais je ne crois pas une seconde à sa faisabilité."

Nous sommes d'accord !

Cela doit faire plus de vingt ans que je vois ce type de configuration dans les revues qui imaginent "l'avion de demain". Au final, les avions de ligne d'aujourd'hui ressemblent à ceux d'hier.

Les designs novateurs vont rêver... à défaut de faire recette.

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 20/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.