05/09/2016

Australie : sévères critiques contre le Tigre !

2571168438.jpg

On le savait, l’Australie n’est pas satisfaite de sa flotte d’hélicoptères Airbus Tigre ARH. Depuis plus d’une année les australiens dénoncent de nombreux problèmes concernant la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère qui ont un coût plus élevé que prévu. L’Australie se plaint également de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit ont été relevés.

Nouvelles attaques :

Dans un rapport publié en fin de semaine dernière, le National Audit Office of Australia (ANAO) se montre à nouveau très critique par rapport à l’hélicoptère européen. Le rapport composé de 64 pages détaille une série de questions. Il identifie 76 « lacunes en matière de capacités », dont le ministère de la Défense (DoD) estime que 60 d’entres elles sont « critiques ».

"La flotte d'hélicoptères Tigre n'a pas encore livré la capacité initiale prévue par le gouvernement australien et l'expérience montre une fois de plus que les coûts de maintenance sont plus élevés que prévu », dit le ANAO.

Sur l'acquisition initiale, l’ANAO soutient que le Tigre ARH était encore une plate-forme immature quand il a été sélectionné en décembre 2001.

En moyenne, seulement 3,5 hélicoptères de la flotte sont réellement opérationnels sur 16 appareils.

Le rapport souligne également des retards importants dans les principales étapes de mise en service du Tigre. Par exemple, la capacité de sortie opérationnelle initiale avait 40 mois de retard sur le calendrier et la « très conditionnelle » capacité opérationnelle finale est arrivée 82 mois après la date prévue. De plus, le Tigre n’est toujours pas opérationnel pour opérer à partir des navires de guerre.

Les coûts de maintenance ne sont toujours pas résolus et posent encore de nombreux soucis. Le coût par heure de vol en juin 2016 était de 30 335 dollars australiens, par rapport à un objectif de 20 000 dollars australiens.

Les capacités du Tigre en tant que plate-forme de combat sont également critiquées. L'hélicoptère est incapable de communiquer efficacement avec le réseau de l'armée australienne, ce qui réduit son utilité en tant que plate-forme de reconnaissance de premier plan. Il semble également que l’armement pose des problèmes, des nacelles de roquettes de 70mm ont été larguées sans l’aval du pilote. La cause de ce problème n'a pas encore été identifiée. Le système d’acquisition optique monté sur le toit de la cabine (RFS) ne peut engagé au-delà de 4km, alors que les missiles Lockheed-Martin AGM-114 « Hellfire » disposent d’une capacité d’engagement de 8km.

De fait le Tigre peut se trouver dans la portée effective du feu ennemi avant que l'équipage de celui-ci puisse identifier et répondre à la menace.

Remplacement des Tigre ?

Toutes ces critiques amènent une fois de plus à la question d’un remplacement de la flotte par une autre machine. Boeing semble s’intéresser de plus en plus à la question, tout comme Leonardo Helicopters.

 

3114915098.jpg

Photos : Airbus Tigre ARH australiens@ Brian Chidow

 

Commentaires

Certes le Tigre, comme tout nouveaux appareils modernes a des soucis et des retards mais je reste sceptique de voir qu'ils sont si mécontent du Tigre alors que les autres clients, dont les français qui l'utilisent beaucoup ne opérations ne s'en plaignent pas.
Pour les temps de disponibilité, il faut dire que ces stat peuvent facilement etre faussé par l'attente d'une pièce ou parce que l'a&rmée peut etre lente à passer une commande. et la distance d el'Australie n'aide pas les délais de livraison.
Le problème est à mon sens tout aussi politique. Quand on est déçu par un appareil, plutot que de dire au peuple qu'on s'est planté on a plutot tendance à dramatiser les problèmes pour justifier l'abandon auprès du public. Comme on dit "qui veut noyer son chien l'accuse de la rage".
Je pense sincèrement que si le Tigre était si catastrophique les armées européennes qui s'en servent en opérations réelles s'en seraient plaintes depuis longtemps, tout comme on le fait avec l'A400M.

Écrit par : Spoutnik | 05/09/2016

@ Spoutnik: En même temps, les critiques sur le Tigre de la part des autres utilisateurs sont simplement un peu voilées, les trois pays que sont la France, l'Allemagne, l'Espagne travaillent depuis un certain temps à de nombreuses améliorations. Celles-ci semblent justement venir combler certaines faiblesses constatéee en opération. Les Australiens semblent dire haut et fort ce que les autres pensent tout bas.

Écrit par : Yves | 05/09/2016

"les armées européennes" sont aussi celles de pays membre de airbus eurocopter ce qui doit expliquer des critiques en mode sourdine .....

Écrit par : laurent | 05/09/2016

@Laurent, l'Allemagne fait parti d'Airbus et pourtant ils ont été les plus critiques envers l'A400M.
Quand à la France, ils ont critiqué également l'A400M meme s'ils l'ont fait "discrètement".

Écrit par : Spoutnik | 05/09/2016

Derrière les commandes de matériel militaire,en règle générale et dans tous les pays ,il y a toujours quelque chose qui n'est pas militaire.Les critiques sont toujours à prendre en compte trés prudemment.De toute manière depuis des décennies,je n'ai jamais vu un avion ou autre sans défaut de départ.
Voilà ce qui se passe quand les clients,les fabricants..et les exploitants mettent une pression ( fut elle technique ou financière) pour sortir du matériel qui risque d'en pâtir..

Écrit par : Lotser | 06/09/2016

Prudence dans ce domaine car les critiques ne sont sans doute pas uniquement d'ordre technique. Il est vrai que la version australienne n'était pas aboutie : rien de surprenant avec tant de versions différentes d'ailleurs : bonjour la logistique! Si cet appareil était si mauvais pourquoi les Australiens veulent-ils participer à la mise au point de la dernière version ?

Écrit par : BT | 06/09/2016

Je me demande si L'Australie fera de meme avec ses F35 parce que pour le moment l'avion est très loin d'être réellement opérationnel et de pouvoir répondre au cahier des charges. Bref ce sera surement pire que le Tigre ... mais mon petit doigt me dit qu'ils ne diront rien.

Écrit par : Spoutnik | 06/09/2016

l'industrie de la defence de l'europe a du plomb dans l'aile, avec l'affaire de l'helicoptère tigre le sous-marin scarpene, l'a400m, le typhoon ajouté à cela la plus grande éscroquerie de l'oncle sam avec le f35, sans compter la montée de l'industrie militaire russe et chinoise. je me demande si l'europe ne serait pas rélegué au second rang

Écrit par : kunga | 06/09/2016

En gros, le Tigre européen sait faire tout ce que le Tigre australien est incapable de faire: opérer à partir d'un navire, viser à plus de 8km, communiquer avec tout le monde et voler dans un environnement très hostile. Fallait peut-être le faire fabriquer en France plutôt que de vouloir à tout prix le fabriquer en Australie avec des solutions locales, non?

Écrit par : john | 07/09/2016

Oui... assez suspect qu'il n'y ai qu'eux qui se plaignent de cette manière d'un appareil qui comme c'est déjà dit est et a été utilisé en opex de façon soutenue - Le seul gros problème entendu a été l'érosion prématurée des turbines en raison du sable en Afghanistan et au Mali mais ce soucis qui concernait par ailleurs un peu toutes les voilures tournantes a depuis été semble t-il solutionné - En tous cas, sauf erreur d’appréciation de ma part, c'est un silence assourdissant du coté d'Airbus a ce sujet.

Écrit par : nonmaisdisdonc | 07/09/2016

J'espère que les australiens sauront être honnête et aussi critique quand ils recevront leur F-35 car s'il ne disent rien sur cet avion catastrophe là ce sera clairement de la mauvaise foi.
Je veux bien croire que le Tigre ne soit pas parfait, surtout quand on ajoute des spec qui n'étaient pas initialement prévu et qui ont besoin d'être finalisés, mais là les critiques sont clairement abusives. D'autant que si on regarde bien de nos jours, tous les appareils modernes militaires quelques soit la nation ont des soucis et un taux de disponibilité de plus en plus bas (lié à la fragilité et la complexité de la haute technologie et aux couts importants de maintenance). Le Tigre n'échappe pas à la règle, et n'est ni mieux ni pire que les autres.
L'australie joue simplement la victime pour mieux justifier de s'en séparer. Je ne serais meme pas surpris qu'ils rachètent des Apache à la place et que là dessous il y ait eu une sournoiserie des USA pour discréditer un concurrent.

Écrit par : Albert66 | 07/09/2016

Bonjour,

@kunga : "l'industrie de la defence de l'europe a du plomb dans l'aile, avec l'affaire de l'helicoptère tigre le sous-marin scarpene, l'a400m"

Cette synthèse me paraît un peu excessive. Le Scorpene est un navire franco-français. Les documents qui font la une des journaux ont, à priori, été volé à un sous-traitant étranger.

"L'affaire du tigre" concerne UN client sur les quatre que compte le Tigre.

L'A400M est encore en cours de développement...

Attention à ne pas tout mélanger !

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 08/09/2016

bonjour,
Fréderic A: vous avez raison, mais vue l'interpénétration de l'économie et de l'industrie européenne, nous pouvons nous permettre de dire que l'échec d'un acteur peut être considéré comme l'échec d'un ensemble

Écrit par : kunga | 09/09/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.