03/08/2016

Des P-8i « Poseidon » de plus pour l’Inde !

423.jpg

New Delhi, les commandes vont et viennent, le gouvernement vient de conclure un accord portant sur l’achat de quatre Boeing P-8I « Poseidon » de patrouille maritime supplémentaires. La transaction sera effectuée sous la direction du Foreign Military Sale du gouvernement des États-Unis (FMS). La commande a été initialement autorisée par le Conseil d'acquisition de la défense Indien en juillet 2015, selon des sources proches du dossier.

L'accord a été récemment approuvé par le comité du Cabinet sur la sécurité (CCS) et les livraisons commenceront d’ici trois ans. L'ordre comprend quatre avions de patrouille maritime supplémentaires de type Boeing P-8i pour une valeur d'environ 1 milliard de dollars. Ces appareils vont venir grossir la flotte actuelle de P-8i composée de huit avions pleinement opérationnel.

Les P-8i indiens sont utilisés pour les patrouilles à longue distance de guerre anti-sous-marine (ASW) et les missions de renseignement, de surveillance, de reconnaissance (ISR) et d’'appui-maritime sur l'Océan Indien. Les appareils sont basés à Rajali au sein du Naval air Squadron 312A.

 

Le P-8i «Poseidon» :

Le P-8i est la version indienne du P-8A destiné à l’US Navy, soit un appareil de reconnaissance maritime à long rayon d’action et de lutte anti-sous marine construit par Boeing est destiné à l'Inde dans le cadre d'un contrat attribué en janvier 2009. Le standard du P-8I dispose des mêmes équipements que la version destinée à la marine américaine, mais avec en plus un détecteur d’anomalie magnétique et d’un radar arrière APS-143C (V) 3. Les P-8i ont reçu du matériel indien dont un système IFF ami/ennemi fabriqué par Hindustan Aeronautics.

Les P-8A & i « Poseidon» sont conçu pour remplacer le P-3C « Orion » comme appareil longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), de renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). La famille P-8 est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8 « Poseidon » est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Ils offre une plus grande capacité de combat et demanderont moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans les marines utilisatrices. Les P-8 sont armés de missiles AGM-84L « Harpoon II », de torpilles légères Mk 54 et de charges de profondeur Mk-82.

 

342.jpg

Photos : 1 P-8i avec missiles Harpoon sous les ailes @ Kevin Scott 2 P-8i @ IN

 

Commentaires

Ils auront été vite à les acheter ceux là. Ce n'est pas dans leur habitude.
Manque de concurrence sur ce type d'avion où est ce une particularité de vouloir emmerder les français et européens ?

Écrit par : Spoutnik | 03/08/2016

Spoutnik
C'est surtout les exceptionnels capacités de cet avion qui intéressent et motivent les Indiens.
Quand ils ont urgemment besoins d'un outils, ils savent prendre les raccourcies dans leurs administrations.

Écrit par : ALAIN | 04/08/2016

@Spoutnik

Donc vous en êtes à dire que quand un pays n'achète pas français ou européen c'est parce que le dit pays veut nous emmerder ??? Même si nous n'avons rien à offrir sur le marché ... c'est magique !
Car il vous a peut être échappé que nous ne construisons et ne proposons pas de matériel de la gamme du P-8 ultra moderne, rapide, longue allonge (surement très cher) ET en dotation dans l'armée du pays constructeur...

Je détecte chez vous un (léger) délire de persécution...

Écrit par : Montaudran | 04/08/2016

Airbus avait proposé une version MPA du A319 mais "sur le papier" alors que le programme américain était déjà avancé.
Cependant il semblerai que l'achat de matériel américain (P-8, C-17, C-130J, AH-64E, CH-47F...) soit moins problématique que celui de matériel européen: A330MRTT, AW-101 et helicos d'Airbus annulés et le Rafale qui traine toujours.

Écrit par : GBU | 04/08/2016

Il est fait mention du "Foreign military sales", c.à.d. d'une commande groupée avec celle de l'US Navy, ce qui baisse le prix. Donc, forcément, il ne valait mieux ne pas trainer...

Écrit par : Imhof | 10/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.