26/07/2016

Israël confirme vouloir son autonomie sur le F-35 !

Israel-F-35-Adir-Debut-Profile-1.jpg

Tel Aviv, une nouvelle fois Israël a confirmé vouloir se distancer du système de maintenance centralisé du F-35. Normalement, les F-35 israéliens devraient effectués les travaux de grande maintenance au sein du futur centre européen situé sur la base aérienne de Cameri en Italie.

A prendre ou à laisser :

Selon l’Etat major général de la force aérienne israélienne, il n’est pas question de sous-traiter la maintenance à l’extérieur du pays. L’ensemble des travaux seront effectués en Israël. Seul, certains sous-systèmes seront envoyés à l’étranger et dans certains cas seulement. La question n’est pas négociable et en cas de refus, le gouvernement annulera la commande de Lockheed-Martin F-35.

De bonnes raisons :

Si les israéliens se montrent intraitables sur ce dossier, c’est qu’ils ont de bonnes raisons. En cas de conflits par exemple, en Europe ou en Israël comment pourra-t-on envoyer de manière sécuritaire des appareils en Italie ? De plus, en cas de conflits graves en Europe, le centre de Cameri pourra-t-il survenir à la demande des utilisateurs du F-35 en temps et en heures ? Un officier de l’armée de l’air israélienne faisait la constatation suivante : qu’arriverait-il, si le centre de Cameri était bombardé ou victime d’une attaque terroriste sévère ? Pour Israël, ce centre unique en Europe représente un "talon d’Achille" sérieux pour les utilisateurs de F-35.

Le second problème de la maintenance concerne le système de maintenance ALIS (Autonomic Logistics information System) centralisé au Etats-Unis pour l’ensemble des utilisateurs n’offre pas les sécurités nécessaires en matière de cyberguerre. Il faut dire que, si un hacker arrive à pénétrer le système ALIS, qui communique depuis chaque avion directement au sol, il aura accès à l’ensemble de la gestion de la maintenance cellule, des systèmes de missions et des clés cryptographiques utilisées sur chaque F-35 en service. Inutile de préciser que, si l’ennemi accède à ces données, il pourra les modifier à son aise et clouer la flotte de F-35 au sol. De plus il aura également accès aux données des autres nations utilisatrices de l’avion.

Mais pour Israël, il existe également un autre problème avec ALIS, en cas de guerre électronique généralisée, il sera impossible pour les utilisateurs de l’avion d’avoir la garantie de pouvoir en permanence rester en contact avec le centre de maintenance aux Etats-Unis pour recevoir les correctifs de logiciels. De plus, la chaine d’approvisionnement en pièces détachées risques d’être sévèrement compromise clouant ainsi au sol les flottes de F-35. Israël est principalement lié à la vulnérabilité des systèmes externes qui relient le F-35 à la fois aux réseaux militaires américains et aux réseaux des partenaires de l’avion.

Assurer sa propre maintenance :

Pour les israéliens, le système centralisé de maintenance de Lockheed-Martin représente une dépendance vis-à-vis des Etats-Unis inacceptable d’une part et dangereuse de l’autre. Les industriels israéliens à travers la société Israël Aerospace Industry (IAI) se préparent à l’installation d’un service de maintenance complet. Israël prévoit de mettre en place sont propre pare-feu pour vous assurer que l'information privilégiée ne passe pas entre les Etats-Unis et israéliens via un système externe tel que le système Autonomic Logistics information (ALIS).

De plus, pour Israël il est inconcevable de rester dépendant en matière de pièces détachées. Pour ce faire le pays va constituer son propre stock pour garder son autonomie en cas de conflit.

Commentaires :

Les israéliens ont parfaitement mis à jour les faiblesses du système de maintenance du F-35, ainsi que la capacité des USA à garder la main sur chaque avion vendu à l’exportation. Il n’est pas question pour l’Etat Hébreu de voir un jour un changement de politique de la Maison Blanche venir bloquer la flotte israélienne à distance. Une situation qui commence d’ailleurs à inquiéter d’autres acquéreurs de l’avion.

 

IS-F-35_2_LaraSeligman-AWST.jpg

Photos : Le premier F-35A israéliens @ Lockheed-Martin

 

Commentaires

Sans commentaires sur la fable incroyable du F35 racontée à ses petits alliés par Washington...A Tel-Aviv , ils ont passé l'âge de croire aux contes de fées .

Écrit par : philbeau | 26/07/2016

Israël est le 1er pays acquéreur du F35 a voir très clair sur la stratégie Américaine.
si un jour Israël ce retourne contre les USA ou vice versa en état de conflit de guerre, les avions USA qui interviendraient sur le sol israélien pourrait avec le système ALIS donné des informations dans les F35 israélien par le biais d'un code que ces avions ne puisse tirer un missile ou que le missile partirait sur une cible fictive.
les infos donnée par Israël sont juste.
au final les Américains veule vendre un avion et eux seul diront sur qui tiré.

Écrit par : michel | 27/07/2016

"....Un officier de l’armée de l’air israélienne faisait la constatation suivante : qu’arriverait-il, si le centre de Cameri était bombardé ou victime d’une attaque terroriste sévère ?...."

Cela ne vaut il pas non plus pour la RUAG et les FA Suisse?....
Ou les trois arsenaux militaires?...

Les mesures d'économies forcent les armées a centraliser, ce qui facilite la neutralisations d'infrastructures importante...
Pourtant, une des premières leçons qu'on nous apprend est d'éviter une concentration de troupe/matériels...

Écrit par : Benoit 2 | 27/07/2016

@ Benoit: Il faut distinguer deux choses: la première cocnerne une concentration unique dans un pays en Europe de la maintenance des F-35, soit un sérieux problème.

De l'autre, en Suisse en cas de conflit, les centres de maintenance seront délocalisés dans des cavernes.

Écrit par : PK | 27/07/2016

@ philbeau et michel: Les autres clients ont à coup sûr une vision aussi claire du problème qu'Israël. Ces derniers sont juste les premiers qui l'ont dit (ou qui peuvent le dire).

Écrit par : Didou | 27/07/2016

Comme je l'écrivais dernièrement, sur ce même blog, (mais pour une raison inconnue non publié!?) ; thème: "Pour Israël le F-35 est insuffisamment protégé en cybersécurité !"

Israël est-il en train de nous refaire le coup du Kfir / Mirage avec le F-35?

En effet, ce pays a parfaitement la capacité intellectuelle, technique et industrielle de mettre au point voire d'améliorer cette "bête à chagrin" qu'est le F-35 dans son état embryonnaire.

Si c'est vraiment le cas, on comprend bien qu'Israël ne veut en aucun cas que les Américains viennent mettre leur grain de sel (sable) dans leurs activités...

Écrit par : forêt10 | 29/07/2016

"au final les Américains veule vendre un avion et eux seul diront sur qui tiré."

Ce qui est déjà le cas pour nos F/A-18.

Écrit par : Paul Bär | 30/07/2016

"Cela ne vaut il pas non plus pour la RUAG et les FA Suisse?....
Ou les trois arsenaux militaires?..."


L'organisation décentralisée de l'OFAEM était une merveille logistique.
Malheureusement détruite aujourd'hui, par des gens probablement très intelligents.
Ou plein d'humour.
C'est très drôle, effectivement, de devoir envoyer un PC-9 au Tessin
pour aller chercher une vis de fixation pour un autre PC-9,
alors qu'avant la petite pièce était simplement disponible dans le magasin de la base.

Écrit par : Paul Bär | 30/07/2016

Bonjour,

@forêt10 : "ce pays a parfaitement la capacité intellectuelle, technique et industrielle de mettre au point voire d'améliorer cette "bête à chagrin" qu'est le F-35 dans son état embryonnaire."

Les industries aéronautiques israéliennes qui ne produisent aucun avion de combat de haute-technologie, seraient donc capable de faire mieux que Lockheed Martin (la première entreprise mondiale de défense et de sécurité) ?

Cordialement / Frédéric

Écrit par : FredericA | 30/07/2016

@FredericA
Ça veut au moins dire que le Kfir a sublimé le Mirage III sans pour autant prétendre être meilleurs que Dassault Aviation, ou AMD-BA peut-être à l'époque.

Écrit par : Gian | 31/07/2016

Bonjour,

@Gian : Oui, j'avais bien saisi la comparaison initiale de Forêt10.

Ceci dit, le développement du Mirage III était déjà terminé depuis longtemps lorsque le Kfir a fait son premier vol.

Les dates parlent d'elles-même :

- 1956 pour le 1er vol du prototype du Mirage
- 1960 pour le Mirage III C
- 1969 pour le Mirage V
- 1970 pour le Kfir

Le Kfir est donc l'amélioration d'un appareil DEJA opérationnel et DEJA en service dans de nombreux pays (dont Israël). A titre de comparaison, le premier F-35 destiné à Israël vient de prendre l'air le 26 juin dernier ( http://defense-update.com/20160728_adir_airborne.html )

Aussi, je ne vois vraiment pas comment Israël serait en mesure de finaliser la mise au point du F-35 sauf en y investissant des dizaines de milliards de dollars sur les prochaines années. Ce qui me semble pour le moins improbable...

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 31/07/2016

@ gian, FredericA. !sraël n'a pas pour intention de dévelloper le F-35 mais d'y incorporer des technologies propres en matières de guerre-électronique, de cyberguerre et de disposer d'une composante suffisante pour permettre une autonomie en matière de maintenance.

Écrit par : Liv | 31/07/2016

.... Israel est un fabricant reconnu de matériel aéronautique "high tech" dont des radars et divers équipements électronique (viseurs de casques, contre mesures, ...)

ils ne font pas d'avions (niveau "tôlerie") ni de moteurs mais TOUS les autres équipements

PS: le kfir c'est le années 70/80

Écrit par : laurent | 31/07/2016

Bonjour à tous, je constate que ce sujet vous passionne.

Je vais essayer de répondre à chacun dans la plus grande sobriété:

- @ Frederic
"Les industries aéronautiques israéliennes qui ne produisent aucun avion de combat de haute-technologie, seraient donc capable de faire mieux que Lockheed Martin (la première entreprise mondiale de défense et de sécurité) "

A tous les niveaux naturellement non, mais selon les circonstances, une plus petite structure peur faire mieux (beaucoup) qu'un grand groupe installé dans son confort.

C'est souvent ce qui entraîne ces grandes structures de faire des "bids" monumentaux, car l'information qui remonte au(x) décisionnaire(s) est souvent tronquée (je n'ai pas dit fausse).

Chaque "petit" chef de service, pour se donner de l'importance enjolive son bilan et/ou ses possibilités réelles.
Ainsi au moment de la décision, la, (les) personne(s) responsable(s) n'ont qu'une vue optimale de la situation (marketing, technologie, marché etc.).
La décision finale est automatiquement en décalage avec la réalité.

Quelques exemples flagrants de mauvaises décisions de grands groupes:
- LM F-22 et maintenant le F-35
- Airbus: A-318, A-340, A-380, A-400 et on pourrait y ajouter l'Eurofighter
- Boeing: n'a plus cru au B-757 ce qui ouvre une voie royale au A-321 LR, et dernièrement le 747-8 flop commercial complet.
- Safran avec le Silvercrest (Dassault est très satisfait)
- etc.

La différence entre l'approche américaine et israélienne vis-à-vis du F-35 est:
- Mercantile pour les premiers
- EXISTENTIELLE pour les seconds.

Ainsi, Israël va faire avec le F-35 ce qu'ils ont toujours fait avec le Mirage III, le F-16, et le F-15, le rendre opérationnel et conforme à 100% à LEURS besoins en améliorant l'important et supprimant le superflu.
Le gros travail sur le F-35 sera la partie logicielle et celle de détection.
Je peux vous affirmer (par expérience personnelle) qu'ils en sont capables!

- @ Laurent
"PS: le kfir c'est le années 70/80"
Exact!
Sauf qu'entre temps ils ont proposé un Kfir "modernisé" pour l'Argentine et surtout si l'Inde peut s'enorgueillir d'un avion "indigène" comme le Tejas c'est grâce à Israël qui s'est chargé de toute la partie "Système informatique et détection"
- Radar ASEA
- Pod de désignation
- Calculateurs
- etc.

Pour revenir à nos moutons (volants) mon opinion (pas nécessairement partagée) est la suivante:
Dès la réception définitive des F-35, ceux-ci seront démontés et adaptés aux désidératas israéliens.
- On enlève tout ce qui n'est pas indispensable
- On injecte des développements indigènes
- On ajoute des choses essentielles
- On optimise le logiciel*
Après cela, on comprend très bien qu'ils ne voudront pas passer par un centre de maintenance "européen" à la sauce LM.

* Courte expérience personnelle:
Une "Abnahme" (réception) d'un grand système informatique à ZH était prévue le lendemain à partir de 09h00.
Vers 19h00, le système se plante, on peut redémarrer mais certaines phases du programme nous apparaissent fausses.
Après analyse commence un long échange de Mails et de téléphones avec la maison mère en Israël.
Vers 02h00 les premières ddl arrivent.
Chargements et tests -> suggestions/corrections (d'autres ddl)
Vers 07h30 test de grande ampleur
Vers 08h50 les collaborateurs peuvent prendre leur "znüni"
Après un rapide "scaffi" nous avons pu procéder en toute quiétude à la réception, qui fut un succès total.

Ces gens sont formidables, ils travaillent (en équipe 24h/24) et sont toujours disponibles.

Bonne journée à tous!

Écrit par : forêt10 | 01/08/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.