21/06/2016

Le Meteor en service sur le Gripen C !

Gripen-D.jpg

Le nouveau missile air-air européen de référence longue portée MBDA Meteor est officiellement en service au sein de la Force aérienne suédoise (Flygvapnet) sur le version modernisée du Gripen C/D MS20. Le missile Meteor a été déclaré opérationnel sur le Gripen C/D à fin 2014 après la réussite série de tirs d'intégration. De fait, l'Armée de l'air suédoise est devenue la première à mettre en oeuvre le nouveau missile.

Premier engagement :

Durant ces deux dernières semaines, l’escadrille F21 de la Flygvapnet dotée du nouveau standard MS20 du Gripen C/D a pu engager pour la première fois le nouveau missile. Les pilotes suédois ont pu notamment mesurer la supériorité du nouveau missile engageant des F-16 et des F/A-18 norvégiens et finlandais sur le site d’entrainement de Vidsel en Suède. Avec l’arrivée du Meteor, l’escadrille F21 a pu revoir en profondeur les tactiques d’engagement à longue portée.

Gripen C/D MS20 :

La modernisation au standard MS20 du Gripen C/D englobe les systèmes suivants : une nouvelle architecture électronique pour faire face à l’évolution des menaces et de la guerre électronique à venir. L’arrivée du radar PS-05 Mk4 à antenne mécanique est le développement le plus récent du radar PS-05. Une nouvelle configuration et un nouveau « back-end » complètent et permettent de renforcer les performances en matière de plage de fonctionnement et de détection. Cette nouvelle version à antenne mécanique, doit permettre à la version actuelle du Gripen d’emporter le missile MBDA Meteor et la dernière version du Raytheon AIM-120C7 AMRAAM. 

Le Saab JAS-39 Gripen C/D MS20 comprend : 

Le missile MBDA Meteor.

La bombe SDB (Small Diameter Bombe) GBU-39 ainsi que les GBU-22, GBU-10.

Une nouvelle application radar.

Amélioration de l’autoprotection.

Le GCA Ground Collision Avoidance System.

Des nouveaux équipements de protection (CBRN) qui permettent un vol dans une zone contaminée.

Diverses sécurités en matière de cyberguerre.

Amélioration de liaison électronique Link16 (OTAN) et Link TAU (liaison Gripen).

Amélioration de la liaison au sol CAA/JTAC.

Fonctions de reconnaissance étendues.

Ces améliorations vont progressivement équiper l’ensemble Gripen C/D suédois en service et permettre le lien avec l’arrivée en 2018-2019 du Gripen E MS21. Pour les utilisateurs actuels de ce standard, ces améliorations vont permettre de maintenir le standard C/D à un haut niveau jusqu’en 2023-2025.

3838933259.jpg

Le missile Meteor : 

Le Meteor est prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation est privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile va permettre d’assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

Un radar de bord qui fournit des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

  • Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  • Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.

D’ici 2018, le Meteor entrera en fonction sur le Gripen E et le Rafale F-3R. En 2019 sur l’Eurofighter T3 et en 2020 sur le F-35.

signature.jpg5e9d0e6a-0f17-4f03-9ef0-18a884012aedOriginal.jpg

Photos : 1 Gripen C MS20 avec missiles Meteor air-air, RBS15 anti-navire, Iris-T air-air et pod Litening 2 Gripen C MS20 avec bombes GBU, AIM-9 Sidewinder et pod Litening. 3 le Meteor @ MBDA

Commentaires

Est ce que l'on a une idée précise de la portée du nouveau radar PS-05 Mk4 ? Car la version précédente du PS-05 ne permet absolument pas de justifier l'intégration d'un missile longue portée.
De plus si l'on se base sur le site de SAAB (sic), la nouvelle version double la portée du radar en conservant l'architecture et l'antenne mécanique. Autant dire que les anglo-suédois sont soit des génies, soit les américains, russes, japonais et français (les références en la matière quand même) sont de piètres ingénieurs ....

Écrit par : Fonck | 22/06/2016

@Fonck: On ne connait pas la portée précise de la nouvelle version du radar PS-05 MK4, celle-ci permet l'utilisation du Meteor dans une certaine mesure, mais il est certain que la pleine utilisation n'est possibe qu'avec le RAVEN du Gripen E.

Écrit par : PK | 22/06/2016

Donc si la portée a été augmenté jusqu'à "disons" 100 km pour être cohérent avec le Meteor (cohérent mais pas efficient), cela veut dire que la portée de la version précédente était de 50 km ? En somme la performance des radars (européens) des années 80 ?!

Écrit par : Fonck | 22/06/2016

@Fonck: C'est plus que celà, car la version de base du PS-05 était estimée de 100 à 120 km, je dirais que l'on se situe plus entre 150 et 180 km

Écrit par : PK | 22/06/2016

150/180 km un radar a antenne mécanique de ce diamètre là ?

Les anglo-suédois sont donc des génies ... ou d'excellent marketeurs .... tout du moins à destination du grand public

Écrit par : Fonck | 22/06/2016

Fonck: Non c'est la norme, les Israéliens font pareil sans parle rdes russes.

Écrit par : PK | 22/06/2016

Quel dommage que les Européens ne se soient pas entendus car il y a quand même de sacrés avions sur ce continent.
Entre les trois productions il y avait sûrement quelque chose a faire tant sur le plan opérationnel que sur le plan industriel plutôt qu'aller financer le complexe LM.

Écrit par : Bob62 | 22/06/2016

@ PK. A quels radars russes ou israéliens (de CE DIAMETRE là) faites vous allusion ?

Écrit par : Rehoui | 23/06/2016

À terme il y aura 2 versions du Gripen proposées à la vente ou juste le E ?

Écrit par : James | 23/06/2016

@Bob62 : malheureusement, le problème central était (et est toujours) que les politiques étrangères qui ont commandé ces avions sont différentes.

En pleine guerre froide, l'Allemagne et le RU avaient besoin d'un excellent intercepteur contre les Russes. La France avait besoin d'un avion polyvalent, un peu contre les Russes, beaucoup pour aller faire la police en Afrique, y compris depuis un porte-avion... Et il faut bien comprendre qu'il était aussi vital pour la RFA de pouvoir défendre massivement sa frontière Est, que pour la France de pouvoir intervenir en Algérie.

Et là, je peux comprendre que les Allemands n'aient pas spécialement eu envie de participer à ce qui semblait alors un surcoût pour avoir un avion complètement polyvalent avec la menace soviétique à 10 minutes de vol de Bonn ; mais il était aussi évident que ça aurait été une faute pour la France de ne pas anticiper des conflits avec/dans ses anciennes colonies (et les ressortissants qu'elle abritaient) et donc de s'armer efficacement, et prioritairement, pour un conflit d'intensité moyenne en Afrique ; la menace soviétique était essentiellement contrée par la politique de dissuasion.

30 ans après ces âpres discussions, les problèmes africains sont toujours là, et si les relations avec la Russie sont toujours tendues, la situation stratégique a radicalement a changée. L'EF se transforme en chasseur bombardier.

Écrit par : v_atekor | 23/06/2016

@v_atekor
Merci de vos renseignements auxquels effectivement je n'avais pas réfléchi. Mais aujourd'hui, dans le cadre du renouvellement des flottes européennes, n'y avait vraiment rien a faire ? Selon les besoins et les intérêts de chacun, je ne peux m'empêcher de penser qu'il y avait bien un des trois qui pouvait convenir plutôt que ce F35, contre lequel je n'ai aucune acrimonie, si ce n'est le fait d'assécher les budgets et d'affaiblir les entreprises européennes.

Écrit par : Bob62 | 24/06/2016

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.