09/06/2016

Exercice franco-suisse Epervier 2016 !

FA-18_et_Mirage_2000_FR_1_(Epervier09).jpg

Du 10 au 26 juin 2016, les Forces aériennes suisses participent avec une quarantaine de collaborateurs, dont 12 pilotes, à l’exercice bilatéral de défense aérienne «Epervier16 » qui se tient à Mont-de-Marsan (France).

La délégation suisse se compose d'environ 40 personnes et de quatre avions de chasse de type F/A-18. L'exercice offre l'opportunité de s'entraîner conjointement avec une nation étrangère, de tester les procédures des Forces aériennes suisses dans un environnement international, d'exercer l'interopérabilité de l'équipage, ainsi que d'augmenter l'expérience des collaborateurs au sol et en l'air.

En participant à cet exercice, le détachement suisse complète l'entraînement de défense aérienne, qu'il ne peut exécuter que partiellement en Suisse en raison des mesures prises par égard pour la population.

Un arrangement technique entre la Suisse et la France sert de base légale pour la participation helvétique à l'exercice «Epervier16».

Exercice « Epervier » :

L’Exercice « Epervier » n’est pas une première, il existe depuis plusieurs années entre nos deux pays. Dans le cadre des échanges bilatéraux, l’exercice “Epervier” se déroule chaque année à tour de rôle en Suisse et en France. Mais pour des raisons d’engagement sur des théâtres d’opération étrangers de l’Armée de l’air française, cet exercice avait été momentanément reporté ces dernières années.

Epervier, c’est l’occasion pour les deux Forces aériennes de s’entrainer conjointement au combat aérien longue portée BVR (Beyond Visual Range = hors de portée visuelle) et combat aérien rapproché (Dogfight) en enchaînant des missions simples 1 vs 1 puis, plus complexes 4 vs 4.

Il s’agit également de peaufiner les procédures d’engagement afin de parfaire la capacité commune d’engagement en matière de partenariat de défense aérienne.

Il faut rappeler que depuis plusieurs années le partenariat entre les deux pays à fortement augmenté dans le domaine de la sécurité en Europe et ce genre d’exercice, ainsi que l’entraînement au ravitaillement en vol des F/A-18 suisses sont devenus chose courante.

 

Photo : Mirage 2000-5 de l’EC 1.2 « Cigognes » et deux F/A-18 C Hornet lors en 2009 @ Swiss Air Force

Commentaires

Vos pilotes devraient venir à l'exercice annuel de combat aérien international Maple Flag qui a lieu à la 4e Escadre Cold Lake. Cette base située dans la province canadienne de l’Alberta. Elle se situe au sud-est de Fort McMurray et à 456 km de cette ville dévastée. Elle dispose d’un polygone de tir aérien d’une superficie de 1,17 million d’hectares équipé de cibles et de simulateurs de menaces les plus modernes. Située dans la région centrale des immenses plaines de l’ouest canadiennes, Cold Lake , altitude 541 m, est le terrain idéal pour l’entrainement des pilotes de chasse. Un duel entre F-18 à croix blanche et à feuille d'érable serait passionnant!

Écrit par : Simon Perrault | 10/06/2016

Les suisses vont s'entraîner avec - ou contre - le Rafale.

Écrit par : Karl Rieder | 11/06/2016

Bonjour Karl : A Mont-Marsan, nos pilote vont se trouver au sein de l'Escadron de chasse 2/30 Normandie-Niemen sur Rafale F3 (jusqu'ici Epervier était organiser avec l'EC 1.2 Cigogne sur Mirage 2000-5F) De fait les exercices seront permettre de s'entrainer avec et contre les Rafale avec au menu du ravitaillement en vol

Écrit par : PK | 11/06/2016

Bonjour,
une idee de la difference de niveaux entre pilotes? Les resultats des confrontations fuitent-ils?

Écrit par : question | 11/06/2016

"une idee de la difference de niveaux entre pilotes?" Bien sûr. Les pilotes suisses sont évidemment meilleurs. Question de culture. Parce qu'à tout hasard, les pilotes suisses ne sont pas à la CGT...

Écrit par : Géo | 11/06/2016

@Question & Géo: Dans ce type d'exercice on ne divulgue jamais les résultats, par respect d'un part et parce que l'on tient compte également des différences entre aéronefs. D'ailleurs, lors d'une interview ce printemps avec un de nos pilotes, celui-ci m'expliquait que de toute manière on ne montre jamais toutes les capacités des appareils, chacun garde ses petits secrets. Par contre, le travail en collaboration en ce qui concerne les procédures et les améliorations possibles est parfaitement partagé entre les nations.

Ce que l'on peut dire, c'est que le niveau des pilotes est très proches, dans les deux camps, il y a de jeunes pilotes moins expérimentés et d'autres plus avancés. Ce type d'entrainement permet à chacun de progresser nous avons là du "win-win".

Écrit par : PK | 11/06/2016

Merci PK!
Quand vous parlez de difference entre aeronefs est-ce que le F18 A/F a l'avantage sur le M2000 en combat air-air... ms pas sur le Rafale (F3, je crois qu'il a le radar ASEA?)? J'avais cru comprendre que le dog fight etait une specialite Dassault.
J'ai aussi entendu dire que lors d'un precedent exercice l'AA s'etait fait moucher.
Je suis suisse ms j'ai quelques doutes sur ce genre d'affirmations.... en France on a l'occasion de voir les pilotes s'entrainer, en Suisse je suppose que c'est moins le cas vu la taille du territoire et la legislation, et ce meme s'ils s'exercent frequemment a l'etranger + accords ac les pays frontaliers. La seule fois ou j'ai vu les F18 en vol ils volaient bien sagement en patrouille... en France j'ai assiste a tout autre chose!
Pourtant votre commentaire me donne l'espoir que c'est possible :)... je serais tres fier^^ Les pilotes francais ayant une tres bonne reputation je crois.
Ok ce comm' est un peu pusillanime ms que voulez-vous l'Euro2016 et son match France-Suisse approche :)

Écrit par : question | 13/06/2016

@question: Oui, par le passé il y a eu au moins un exercice qui opposait les Hornet suisses à des Mirage 2000 durant lequel les pilotes suisses ont eu l'avantage. À rappeler toutefois que nos Hornet étaient munis de la Link 16 et de viseurs de casques, contrairement aux chasseurs de l'Hexagone. Je ne dis pas qu'ils n'avaient aucun mérite, bien loin de là, mais ça leur conférait un certain avantage.
Contre les Rafale, c'est le contraire: le système d'arme des appareils français et leur maniabilité sont supérieurs. Nos pilotes vont devoir se donner pour tenir bon, mais je suis certain qu'ils ne feront pas pâle figure durant les exercices.
Et comme le disait PK: l'important c'est d'améliorer la collaboration et quelque soit les résultats, tous les participants sont gagnants.

Écrit par : Jo-ailes | 13/06/2016

Merci pr votre reponse!

Écrit par : question | 14/06/2016

Les commentaires sont fermés.