17/04/2016

Interceptions et tensions sur la Baltique !

CgO7hWgW8AA0T4O.jpg-large.jpeg

L’interception d’un avion de reconnaissance électronique américain de type RC-135 par un Sukoi Su-27SM « Flanker » russe a ravivé, un peu plus, les tensions entre les deux pays. L’incident s‘est déroulé dans l’espace aérien international en mer Baltique.

Une série d’incidents aériens :

Le dernier incident date du 7 avril dernier, mais avait été précédé le 25 janvier, par une interception similaire entre un avion de reconnaissance électronique de type Boeing RC-135 et un avion de chasse de type Sukhoi Su-27SM « Flanker ».

La révélation de ces deux incidents aériens fait suite aux passages à très basse altitude de deux Sukhoi Su-24 « Fencer » au-dessus du destroyer USS Donald Cook de la Marine américaine en début de semaine dernière.

Les russes provoquent l’ire des américains :

Pour les américains, les réactions des russes sont agressives et dangereuses. En ce qui concerne le RC-135, le Capitaine Daniel Hernandez, porte-parole en chef de l'US European Command a expliqué que l'interception a été conduite de façon dangereuse et non professionnelle, car le pilote du Su-27 aurait effectué un virage agressif, pouvant mettre en danger la stabilité de l’avion américain.

Du côté russe, on explique que les pilotes ont effectué une interception dans le but d’identifier l’avion américain et que les procédures internationales ont été scrupuleusement respectées.

Le RC-135 :

Le Boeing RC-135 est la base d'une famille d'avions de reconnaissance électronique conçue à partir du C-135. Le RC-135V/W « Rivet Joint » est un avion de type SIGINT (Renseignement électromagnétique et électronique) de l'US Air Force. Il surveille à la fois les communications radio et les signaux électroniques émis par les radars adverses. Il dispose par ailleurs de capacités de brouillage de ces signaux.

Le Su-27SM(3) : 

Cette version modernisée du Sukhoi, dispose d’un cockpit doté de quatre écrans multifonctions couplés à un nouveau système de communication sécurisé et plus résistant au brouillage. Les logiciels radars ont été adaptés pour permettre l’utilisation de la gamme la plus récente en matière de missiles «air-air» et «air-surface» de longue portée. Le Su-27SM (3) est une version polyvalente capable de remplir des missions de combat en utilisant efficacement et avec une haute précision les armes "air-surface» y compris par guidage avec GPS (GLONASS). Selon Sukhoi, le Su-27SM (3) est presque deux fois plus efficace que son prédécesseur, le Su-27C. Il est propulsé par deux moteurs Saturn AL-31F-M1. 

La Russie dispose d’un parc d’un plus de 350 Su-27 répartit entre 12 régiments, en plus, du centre de démonstration en vol de la patrouille des Chevaliers Russes (Russian Knights), et des unités d’entraînements et le centre d’essais en vol des Forces aériennes.

Protocole de sécurité :

Il faut se rappeler que le Pentagone a récemment conclu un protocole de sécurité en vol avec la Russie, après la tenue d'une conférence vidéo avec des fonctionnaires russes de la Défense. Les discussions ont porté sur la sécurité aérienne dans ciel en Syrie, ainsi que sur "les moyens d'éviter les accidents et la confrontation entre la coalition et les forces russes à chaque fois que les deux parties opèrent à proximité d’un objectif commun.

La situation :

La région de la Baltique qui comprend l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie est sous protectorat de la mission de l’OTAN « Baltic Air Policing » menée par les membres de l’OTAN. En d’autres termes, la sûreté de l'espace aérien de la région est opérée par des avions de combat des pays membres de l’Alliance du traité Nord Atlantique qui se relaient dans la région et ceci à la frontière avec la Russie.

Commentaire :

La région est donc sous-tension depuis plusieurs mois, suite à la crise ukrainienne. Mais, le lancement de manœuvres navales de l’Otan dans la région au large de Kaliningrad a envenimé un peu plus la situation. Nous assistons, ni plus ni moins, qu’à une forme de communication des deux parties, dont l’intention est de montrer ses capacités à se maintenir dans la région. Les Etats-Unis semblent changer de comportement en accentuant ces incidents, au lieu de les minimiser, comme s’était encore le cas récemment. Une manière pour eux de se faire passer pour la victime. Du côté russe, on montre un peu plus sa capacité de réaction, avec pour but la réaffirmation du renouveau de la puissance militaire à faire respecter sa souveraineté territoriale. Nous atteignons une nouvelle phase dans un rapport de force grandissant avec en point de mire un rééquilibrage russo-américain.

570f395bc4618803528b4625.jpg

 

Photos : 1 Su-27SM « Flanker » interceptant le RC135@VVS 2 Passage d’un Su-24 « Fencer » sur l’USS D. Cook@ USN

 

 

Commentaires

La notion de manoeuvre dangereuse et agressive est relative, est ce que les uns n'exagère pas ou les autres ne minimise pas ?
Difficle à dire et c'est un peu parole contre parole. Tant qu'il n'y aura pas de vidéo pour mettre en évidence la chose c'est difficile d'appuyer une telle accusation.
Pour ce qui est du survol maritime en zone internationale, donc sans règle, peut on dire qu'un passage en rase motte est un acte menacant ? ou peut on dire qu'il s'agit juste d'un vol de reconnaissance ?
On fleurte avec la tension, on se provoque, on se teste, et un jour ça se passera mal, comme en Turquie. Faudra-t-il attendre qu'un avion russe se fasse descendre pour que ce petit jeu s'arrête ?

Écrit par : Spoutnik | 17/04/2016

"peut on dire qu'un passage en rase motte est un acte menacant ?"
Sauf quand la direction de l'avion va droit sur le navire qui est largement visible par le pilote.

Écrit par : James | 17/04/2016

au niveau des vidéos il y en a pléthore sur 1 tas de sites (peut-être aussi .sûrement youtube !)
et on voit très bien le sukhoi passer à moins de 30 mètres du vaisseau américain .
Y-a-t'il vraiment besoin d'une telle proximité pour une reconnaissance ??

Écrit par : quattrocchi | 17/04/2016

@Spoutinik vu la photo Fencer, si c'est pas un acte de provocation de passer si prêt... et bien les USA pourraient placer 20 divisons dans les pays baltes sans que cela soit vu comme une une provocation nonplus?
mais comme d'habitude avec les propagandistes russes, les accords signées ne valent rien. seul leurs paroles est juste.

Écrit par : Milpa Bagen | 18/04/2016

Dans l'histoire celui qui s'est mis le plus en danger c'est le pilote de l'avion.
1) il a risqué fortement de se faire abattre (ce qui fut le cas en Turquie)
2) il aurait pu heurter un mat ou une antenne du bateau et finir au tapis sans aucune chance pour s'éjecter.

Certes, je reconnais que la manoeuvre n'était probablement pas pour une identification, c'était plutot une manoeuvre pour dire "si je veux je peux vous couler", mais ne eau internationale on sait très bien qu'il n'en sera rien. Bref pour moi le pilote s'est mis en fort danger pour une manoeuvre inutile. Je doute que ce soit une manoeuvre personnelle car c'est la 3eme fois en 4 mois que cela arrive mais je pense que les russes jouent quand meme avec le feu, meme si les américains n'hésitent pas à en faire autant.

Écrit par : Spoutnik | 18/04/2016

Tout ça n'est pas très sérieux et ne semble pas venir d'en-haut. Russes et Américains ont un sérieux programme en commun: la station spatiale.

Je les vois très mal jouer à la bataille navale, alors qu'ils ont des spationautes qui travaillent ensemble. De plus, les Américains sont pour l'heure incapable de ramener les leur.

Enfin, s'agissant de la technologie et des compétences russes, je ne crois pas que les Américains auraient laissé embarquer leurs astronautes dans des engins conçus par des bras cassés.

Écrit par : splatch | 18/04/2016

Les commentaires sont fermés.