09/04/2016

Canada, crispation à propos du F-35 !

F35-canadien.jpg

Ottawa, l’ombre du F-35 hante encore les politiciens canadiens dans la difficile question du remplacement de la flotte de Boeing CF-18 « Hornet ». En effet, le nouveau gouvernement semble être moins défavorable à l’achat du Lockheed-Martin F-35 que lors de la campagne électorale.

Changement de ton :

En effet, lors de la campagne électorale, Justin Trudeau avait promis de « remplacer les Boeing CF-18 « Hornet » actuels par des aéronefs plus abordables que les F-35 », en ouvrant un nouvel appel d'offres. En effet, celui-ci estimait que l'abandon des F-35 de Lockheed-Martin pouvait permettre d'économiser « des dizaines de milliards de dollars pour les prochaines décennies, tout en favorisant d’autres domaines d’acquisition pour les Forces armées canadiennes ».

Hors, il semble que le ton du gouvernement se modère de mois en mois. Le nouveau ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, se montre moins ferme sur cet engagement et n’écarte même plus l’idée d’acheter au final le F-35 et ceci, après avoir pourtant promis de mettre fin à la commande du précédent gouvernement pour se procurer des aéronefs plus abordables.

Une compétition avec le F-35 :

Le nouveau ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan va débuter le processus d'examen de la politique de défense avec une table ronde à Vancouver le 27 avril prochain, dans le but d’examiner les différente options en ce qui concerne la relance de la compétition en vue du remplacement des CF-18. Si les avionneurs européens sont invités à proposer leurs aéronefs, deux éléments sont incontournables dans le choix de l’avion final :

  • Les avantages économiques liés aux entreprises canadiennes seront un facteur de décision important.
  • L’avion choisi doit continuer à permettre l’interopérabilité entre les forces armées du Canada et des Etats-Unis.

L’impact du choix canadien :

La décision finale du Canada sur l’achat ou non des 65 avions de combat Lockheed-Martin F-35 aura un impact direct sur le prix de celui-ci. En effet, en cas de refus canadien les coûts du programme du F-35 prendront à nouveau l’ascenseur, avec comme effet un prix augmenté de l’ordre un million de dollars par appareil. Inutile de préciser que la décision du Canada crispent déjà les représentants du gouvernement des Etats-Unis et des pays déjà engagés dans le programme.

 

Photo : Image de synthèse du F-35 aux couleurs canadiennes @ Lockheed-Martin

 

 

 

 

Commentaires

Très bien alors chaîne d'assemblage de Rafale au Canada, vu que l'avion est compatible OTAN donc opérabilité avec les avions US

Écrit par : James | 09/04/2016

Entre mensonges électorialistes et incompétences le jeune Trudeau n'a plus le choix d'ou le revirement de décision, au mieux il choisira une tranche de Super Hornet pour satisfaire son électorat puis commandera le F-35. Dans les deux cas l'interopérabilité sera maintenue et les dégâts politiques minimisés

Écrit par : LIv | 09/04/2016

Bonjour,
Je suis d'accord avec vous James, il y aurait pour nous comme les canadiens une formidable opportunité économique puisque le Rafale est pleinement certifié OTAN.
Mais je crois cependant que la pression US est trop forte et que Dassault devrait y réfléchir a deux fois avant d'aller engager des frais qui seront vraisemblablement a fonds perdus.

Écrit par : Bob62 | 09/04/2016

@ James & Bob62: Il est noraml en tant que français de défendre votre Rafale, mais l'Eurofighter, le Gripen sont eux aussi entièrement compatible OTAN avec en plus la capacité d'emport de misisles US ce qui n'est pas le cas de votre Rafale. De plus, il faut ici comprendre une interopébilité non seuelemnt en terme d'armement mais également en terme de logiciel et de pièces détachées. Liv vous avez certaienemtn raison.

Écrit par : Marco | 09/04/2016

Les canadiens et les québécois sont peu préoccupés par les différents aspects de la défense de leur pays et il existe un fort courant de pacifisme au sein de la population canadienne. Lors de la dernière campagne électorale, une journée fut consacrée à la politique étrangère du Canada et rien aux questions de défense...Je ne suis pas surpris par la saga du remplacement des CF-18. C'est la même histoire qui se répète depuis les remplacements des CF-100 par les CF-101 en 1961. Le pays a toujours acheté avec raison des biréacteurs, alors pourquoi il faudrait subitement choisir un mono-réacteur? Le sacrosaint facteur de l'interopérabilité (la compatibilité en terme plus simple)avec le Norad et l'Otan se comprend aisément. Le Rafale remplit parfaitement ce facteur(connaissez-vous beaucoup d'aéronefs non-étatuniens qui peuvent opérés depuis les CV(N) de l'U.S. Navy?) De plus les retombées économiques pour l'industrie aérospaciale concentrée dans les provinces du Québec et de l'Ontario seraient énormes. Mais je doute qu'un gouvernement libéral à Ottawa fasse preuve de sagesse en matière de défense comme l'histoire nous le démontre. Très cordiales salutations d'Outre-atlantique!

Écrit par : Simon Perrault | 10/04/2016

Ils ont perdu du temps avec des fausses promises de campagne et des critiques à Harper pour finir par acheter le même catastrophique et hyper-cher F-35. Le meilleur avion pour le Canada est le Rafale car omnirôle, le meilleur en combat aérien des avions occidentaux dans le marché et avec un rayon d'action assez long.

Écrit par : GBU | 10/04/2016

Le problème du Canada est le même que celui des autres nations partenairesd u programme F35! Pour être partenaires ces pays ont du investir quelques milliards dans cet avion. Dès lors comment expliquer à ses citoyens que l on c est trompé et que cet argent est perdu??!!
Au final, la seule liberté de ces pays et de réduire le nombre d dem machines commandées, comme l a fait l Italie. Même si l avion n est pas bon, pour les USA le programme est un succès, il a permis de drastiquement réduirel le marché pour les autres producteurs d avions, et de rendre une bonne partie du monde occidental dépendant .

Écrit par : raph | 10/04/2016

Les canadiens ont choisi soumission totale et inconditionnelle aux etats unis sur les questions militaire il y a fort longtemps et ce revirement annoncé en est la plus parfaite illustration.

Écrit par : patex | 10/04/2016

@raph: votre commentaire est tout à fait judicieux. Politiquement parlant il va être dur d'expliquer tout cela aux contribuables. Mais je crois qu'en dehors de tout esprit partisan pour le Rafale, que néanmoins ce choix serait probablement le plus judicieux.
* en terme économique, Dassault semble vouloir aller très loin en coopération, donc des retombées importantes pour la filière canadienne qui est déjà très performante
* en code source, c'est totalement ouvert. Donc une liberté totale pour les forces canadiennes
* une adéquation avec les besoins canadiens d'un biréacteur éprouvé et disponible en nombre suffisant.
Je ne suis qu'un petit lecteur et je serais heureux d'avoir votre ( ainsi que les autres intervenants ) opinions.
Merci.

Écrit par : Bob62 | 10/04/2016

Je me doutais bien que le lobbying américain, la pression du voisin serait très très forte. Je n'ai jamais douté que ce gouvernement canadien reviendrait sur ses décisions. Les paroles en campagne électorale n'engage que ceux qui y croient comme on dit.
C'est un peu dommage que les canadiens soient trop sous la coupe américaine, ça aurait été un message fort de leur montrer qu'il pouvait choisir autre chose que du made in USA

Écrit par : Spoutnik | 10/04/2016

en toute impartialité je pense que le choix du Rafale serait le plus opportun .En plus d'être l'avion le plus performant du moment ,je ne vois pas Dassault laisser tomber le secteur aéronautique canadien et y investir largement.Le Rafale est sans doute encore un avion jeune et qui pourrait sensiblement évoluer ,cependant pour des raisons financières une coopération avec un pays partenaire semble opportune . Inde , Canada ? .Dans ce cas le savoir faire français ne ferait il pas merveille avec nos cousins que nous aimons bien. De futurs projets Bombardier Dassault il faut y croire !

Écrit par : reverdy | 10/04/2016

@reverdy votre commentaire commence déjà mal !!Quant à une collaboration Dassault Bombardier, je ne vois pas d'intérêt Si ce n'est que l'un devrati absorber l'autre.

Écrit par : Stephan | 10/04/2016

vous préférez sans doute un F 35 raté ,qu'un avion réussi .IL faut dire qu'il y a eu des précédents de nombreux pays s"étant fait refiler des F 84 Thunderstreak/ Thundeflash et autres F104 Starfighter alors qu'ils disparurent bien vite de l'inventaire US.Quant à la survie de Bombardier( Un article est paru:Airbus se déclarant non intéressé par le rachat de Bombardier-donc j" en déduis que des offres ont été faites en ce sens!) bon courage avec la concurrence d' ATR et d'Embraer

Écrit par : reverdy | 10/04/2016

Je comprends que l'on soutienne l'idée du Rafale ... car après une longue période de critiques sans pitié l'avion de Dassault est enfin vu à sa juste valeur ...

Mais notre vision française et un peu cocardière ne doit pas nous faire détourner le regard de certaines questions.

Oui il y a une pression forte pour un achat de matériel US ... mais il y a aussi une justifiaction simple et légitime : L'allié n°1 et seul allié stratégique assez puissant pour peser des Canadiens pour la zone Pacifique (Face aux russes et chinois) ce sont les USA ... La force militaire française bien que compétente est d'une tout autre catégorie que celle des américains. Donc leur allié réel unique c'est l'Oncle Sam lorsque on arrête les belles paroles et qu'on regarde qui est capable de faire quoi.

Autre point ... prenez garde à la massive campagne anti F-35 qui se déchaine sur le Net ... aujourd'hui tout ce qui est certain c'est que le F-35 est en retard et qu'il fini ses mises au point. Dire que c'est une catastrophe ou un mauvais appareil c'est faire des suppositions gratuites et non documentées lorsqu'on on parle d'un avion qui n'a commencé sa phase de mise au point tactique en situation de combat que depuis un an... et les retours des pilotes impliqués contredisent les avis si certains des pseudos experts de l'internet.

Tout cela pour dire que le choix canadien est à faire entre :
- la promesse d'un avion à venir qu'on leur promet adapter à l'ère du combat aérien qui se profile (et çà reste à vérifier bien sûr
- la mise sur un appareil ancien existant (F-18, Rafale , Gripen etc etc ..) mais qu'il faudra moderniser ou remplacer dasn un délai de court ou moyen terme impliquant des coûts supplémentaires

C'est un choix à faire avec attention ....

Écrit par : Dany40 | 11/04/2016

Pour répondre à patex | 10/04/2016 Non! Visiblement vous méconnaissez l'Amérique du nord et l'histoire de nos 2 pays et de nos relations depuis plus de 400 ans! Les canadiens sont fiers d'affirmer qu'ils partagent avec les Etats-Unis la plus longue frontière terrestre non-fortifiée au monde. Lorsque le Canada se procure du matériel pour sa défense, nous devons toujours "le canadianisé" à cause de nos propres et rudes conditions d'utilisation. Nous sommes d’abord des nord-américains mais d’un autre type que les étatsuniens ou les mexicains. Cette identité construite au fil de l’histoire des Amériques implique des facteurs de ressemblance et de différence avec nos voisins étatsuniens et mexicain. Pour nous canadiens et québécois l’interopérabilité ou tout simplement la compatibilité avec nos voisins du sud va de soit par exemple la tension électrique est de 110V comme au Etats-Unis et au Mexique. Mais nous utilisons le système métrique contrairement à nos voisins du sud du 45e parallèle. P.S. La C7A1 canadienne est une variante de la M16 étatunienne et elle ne gèle pas au froid. Très Cordiales salutations d'Outre-atlantique!

Écrit par : Simon Perrault | 11/04/2016

@patex "Les canadiens ont choisi soumission totale et inconditionnelle aux etats unis sur les questions militaire il y a fort longtemps et ce revirement annoncé en est la plus parfaite illustration." Votre commentaire signifie que vous méconnaissez l'univers du monde politique canadien et l'histoire des relations entre mon pays et les Etats-Unis. Par exemple le Canada revendique la souveraineté sur les territoires de l'Arctique canadien tandis que les étatsuniens comme les russes nous la conteste. Peu importe le parti politique au pouvoir à Ottawa celui-ci n'est aucunement inféodé à l'Oncle Sam! Nous avons bien participé à la seconde guerre du golfe 1990-1991 mais heureusement nous avons refusé de participer à la troisième 2003-2011. Je vous invite à observer le fonctionnement du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (North American Aerospace Defense Command, ou NORAD) fondé en 1957 et celui-ci opère en mode coopératif! Et vous oubliez que canadiens, étatuniens et mexicains sont d'abord des Nord-américains issus de la colonisation européenne. Cette identité construite au fil de l’histoire des Amériques implique des facteurs de ressemblance et de différence avec nos voisins étatsunien et mexicain. Pour nous canadiens et québécois l’interopérabilité ou tout simplement la compatibilité avec nos voisins du sud va de soit que ce soit dans la vie de tous les jours par exemple la tension électrique est de 110V comme au Etats- et au Mexique, Idem pour le système de télévision national. Le matériel utilisé par les Forces armées canadiennes doit être « canadianiser ». Notre fusil d'assault le C7A1 diffère du modèle de la M16 utilisé aux Etats-Unis. Nous sommes fiers de partager avec notre voisin du sud de la plus grande frontière terrestre non-fortifiée au monde. Très cordiale bonjour d'Outre-Atlantique!

Écrit par : Simon Perrault | 12/04/2016

Simon perrault je suis désolé d insister mais patex a completement raison vous comme nous d ailleur (je parle de la France et de la plupart des pays europeens) sommes des vassaux de l empire ....

Écrit par : bob | 12/04/2016

Bonjour,

@Dany40 : "prenez garde à la massive campagne anti F-35 qui se déchaine sur le Net [...] les retours des pilotes impliqués contredisent les avis si certains des pseudos experts de l'internet."

Au vue des milliards investis pour mettre au point le F-35, on attends à minima qu'il soit égal aux avions qu'il doit remplacer (F-16, A10, Harrier...). Ce n'est malheureusement pas le cas, et ce, alors même qu'une centaine d'appareils sont déjà construits !

Quelques constats chez les futurs clients du F-35 : prolongation des appareils existants (UK, USA), rachats d'avions existants en compléments du F-35 (Israël), report de la décision d'achat (Singapour), etc.

Je puis vous assurer que ces infos ne sont pas tirées de "pseudo-expertise tirée d'internet" (excellente votre expression !). Ce sont des faits issus de communications gouvernementales.

Pour en revenir au Canada, je vois bien un choix comprenant :

- Quelques F-35 pour des raisons politiques

- Une majorité de Super Hornet pour des raisons pragmatiques (adéquation aux besoins et rapport qualité/prix).

My two pences Canadiens ;- )

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 13/04/2016

@bob tout les pays du monde occidental seraient des vassaux des Etats-Unis? Ou vous me semblez confondre une série de films de fiction produits à Hollywood ou vous confondez l’histoire de l’Antiquité et de l’Empire romain avec l’époque de l’histoire contemporaine qui débute en 1789. Selon votre propre interprétation historique : -jamais des pays occidentaux ont refusé de participer à plusieurs conflits impliquant les Etats-Unis; -c’est la France qui a demandé la permission à la présidence des Etats-Unis de construire et mettre en service la Force de dissuasion nucléaire française; - et c’est la présidence des Etats-Unis qui a demandé la permission au général de Gaulle que quitter toutes les bases que ceux-ci avaient alors en France après l'introduction de la dissuasion nucléaire; -naturellement, c'est Mme Thatcher a requis à genou la permission aux étatuniens pour de reconquérir les Falklands; -évidemment, c'est suite à la recommandation de la présidence des Etats-Unis, que le gouvernement canadien a refusé de participer à la 3e guerre du golfe 2003-2011 et de retirer ses CCF-118 de Syrie en 2015. Quant à l'Otan, ce sont toujours les étatuniens qui décident du choix du matériel militaire qui est conçu et fabriqué aux U.S.A. ceux-ci ont le monopole de la vente des armes à ses alliés pardon à ses vassaux peut importe qu'il s'agit d'avions de combat, de char d'assaut ou de fusils. Lors des célébrations du 14 ou du 21 juillet, français et belges paradent majestueusement avec blindés, des uniformes&des fusils d'assaut de type made in U.S.A.! La notion de vassal fait référence en histoire, au Moyen Âge à « celui qui relève d’un seigneur à cause d’un fief qu’il lui a concédé en échange de foi et hommage. « Référence http://www.cnrtl.fr/lexicographie/vassal. Et pour la première fois dans l’histoire du monde plusieurs pays de l’Occident forment librement une alliance militaire en temps de paix, l’OTAN, visant à se protéger mutuellement d’une agression armée. Nous sommes le 4 avril 1949 et nous sommes bien loin de la Pax Romana de l’Antiquité et des diktats de Rome. Vos commentaires suggèrent que vous nourrissez un profond sentiment anti-américain et que ceux-ci ne sont pas fidèles à la réalité historique. PS Je vous recommande de lire le passionnant Hors-Série du Le Monde 2016 ‘’L’histoire de l’Occident Déclin ou métamorphose?’’ Edition 2016 qui vient de paraître. Cordiales salutations d’un voisin immédiat de l’Oncle Sam!

Écrit par : Simon Perrault | 13/04/2016

Pour ceux ici qui pensent toujours que le choix du F-35 par le gouvernement précédent de Harper était uniquement un fait de l'influence des USA sur le Canada ... je vous invite à lire les informations récentes obtenues par la presse canadienne et qui expliquent pourquoi le gouvernement Trudeau a changé de ton sur le F-35 :
http://journalmetro.com/actualites/national/956370/les-liberaux-changent-de-ton-sur-le-f-35/

Je vous livre le passage savoureux :

" Selon des documents obtenus par La Presse Canadienne, des hauts fonctionnaires du ministère de l’Industrie se sont réunis dès le lendemain de l’élection du 19 octobre pour ajuster leur discours avant de formuler leurs avis au nouveau gouvernement sur le programme controversé de remplacement des avions chasseurs. Ils ont alors convenu que le gouvernement devrait surtout être guidé dans sa décision par les exigences des militaires eux-mêmes.
En plus d’insister sur l’importance de choisir un nouvel appareil qui saura répondre aux besoins de l’armée, les hauts fonctionnaires ont aussi plaidé que le F-35 offre peut-être plus de possibilités que l’on croit pour l’industrie aérospatiale canadienne en matière de contrats de maintenance."

Et oui ... le complexe militaro-industriel, les professionnels du secteur donc, plaident clairement pour le F-35 avec insistance. C'est un populisme mal venu qui a poussé Trudeau a condamné le F-35, et aujourd'hui les avis tranchés des professionnels le place en situation délicate.

Comme souvent le politique réfléchi à court terme ... Trudeau a pensé à être élu et c'est tout. Les militaires et les industriels de la défense, eux, planifient sur plusieurs décennies leurs besoins et l'évolution des capacités qui leur seront nécessaire pour assurer la sécurité et la compétence des forces armées sur le terrain ... et pour cette planification là le F-35 est clairement leur choix et c'est très logique.

Écrit par : Dany40 | 30/04/2016

Les commentaires sont fermés.