07/04/2016

Coincée, la RAF doit maintenir l’Eurofighter T1 !

1280px-Typhoon_f2_zj910_arp.jpg

La Royal Air Force britannique (RAF) se retrouve coincée tout comme la Luftwaffe allemande avec la première tranche d’avions de combat Eurofighter T1 et devra, faute de moyens, être conservée en service, au-delà de la date de retraite d'origine.

Les 53 avions de combat Eurofighter « Typhoon II » T1 (Tranche1) vont être prolongé de 2019 à 2040 au sein de la défense stratégique et de sécurité (SDSR). La grande question est de savoir comment faire fonctionner les deux escadrons de la Tranche 1 aux côtés des Tranche 2 et 3 ? En effet, il ne subsiste que très peu de points communs entre le T1 et les modèles T2/T3.

Compte tenu des limites des logiciels du T1, la RAF a décidé de ne pas essayer de mettre à niveau ces plateformes particulières avec les améliorations des mises à niveau destinées aux standards T2/T3. De fait, les Eurofighter T1 de la RAF ne peuvent être utilisés qu’exclusivement que pour des tâches de défense aérienne.

Maintenir une dotation suffisante :

Si, la version T1 du « Typhoon II » reste limitée et ne permet pas une mise à jour avancée, comme c’est le cas avec le T2 et prochainement le T3, cette version reste incontournable au sein de la RAF, afin garder une dotation suffisante pour assurer les nombreuses missions qui lui incombent. Le but étant d’éviter à la prestigieuse RAF de tomber au plus bas en matière de capacité numérique.

Le maintien du standard T1 doit permettre de combler le départ à la retraite des Panavia Tornado GR4. L’éventualité d’un départ des Tornado et des Eurofighter T1 pour 2019, plongerait la RAF inexorablement dans une sous dotation difficile à combler à l’avenir.

La RAF aujourd’hui :

La Royal Air Force dispose à ce jour de 192 avions de combat de première ligne, composée de 87 Tornados, 53 Typhoon T1 et 52 en version T2.  La RAF va prochainement débuter la réception de 40 Eurofighter T3A. Il faut également tenir compte dès 2019 des premières livraisons de Lockheed-Martin F-35 « Lightning II », mais avec un rythme particulièrement lent. Selon les prévisions de la RAF, en 2019, celle-ci ne disposera donc que de 127 avions de combat, soit le seuil le plus bas jamais comptabilisé.

Typhoon-ZJ803-BA-1-XL.jpg

Photos : Airbus DS Eurofighter T1 de la RAF @ RAF

 

 

 

 

Commentaires

Bonsoir,

"il ne subsiste que très peu de points communs entre le T1 et les modèles T2/T3"

Il ne fait aucun doute que l'EF ait évolué au fil du temps. Toutefois, je suis très surpris par cette affirmation. La marine française met actuellement à niveau des Rafale du standard F1 vers le F3.

http://www.meretmarine.com/fr/content/les-ex-rafale-f1-de-retour-au-sein-de-la-marine-francaise

La mise à jour est certes très lourde mais elle reste toutefois possible. Il est étonnant qu'Airbus ne puisse en faire de même avec l'Eurofighter.

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 07/04/2016

@Frederic : Typiquement - mais ça reste uen hypothèse - il y a eu d'abord des changements aérodynamiques ou de structure dans les versions ultérieures, qui ont amené à des modifications des commandes de vol et du PA. Ensuite il y a eu des modifications dans les missions.
.
Dans ce cas, si on veut utiliser l'ancienne structure sans la faire évoluer, il faut se retaper des nouvelles commandes de vol et un nouveau PA, et revalider le tout. Puis ajouter les nouvelles missions, et les valider... C'est presque aussi cher que de refaire l'avion.

Écrit par : v_atekor | 08/04/2016

Un petite pensée pour le Koweït qui vient de choisir cette erreur de l’ingénierie aéronautique pour équiper son armée de l'air... ;-P
Certes, leurs avions (si on peut encore parler d'avion pour désigner l'Eurfighter...) seront à priori au dernier standard, mais l'avion va forcément continuer à évoluer tout au long de sa vie. Si il rencontre ce genre de problème à chaque évolution majeure, les pays propriétaires ne sont pas sorti de l'auberge ! Sans compter que c'est loin d'être le seul défaut de cet avion !

Écrit par : Simon | 08/04/2016

@ Simon: L'Eurofighter T3 ne posera pas de problème en terme modernisation, rien à voir avec le T1 car l'architecture électronique est différente. Le seul vrai problème concerne le prix à l'heure de vol, mais nous somme en tant qu'européens les "bons" (cons) de contribuables qui payont l'essence à ces chers Emirats!!!

Écrit par : Steeve | 08/04/2016

C'est étonnant que cet avion trouvent encore des clients malgré ses déboires, ses problèmes d'évolution, sa récente capacité AirSol qui ne convaincant pas, son prix encore plus élevé que le rafale, sa capacité multirole mais pas omnirole, son absence de version marine, son absence de mise à l'épreuve au combat (L'allemagne et les anglais en sont à engagner leur vieux Tornado en Syrie et Irak), etc. Ils doivent avoir une sacré équipe commercial pour arriver à le vendre mieux que le Rafale.

Écrit par : Spoutnik | 08/04/2016

@Spoutnik: Le Typhoon a évolué, voilà la raison ! Il n'y a que ceux qui n'ont pas un suivi avisé qui se posent encore ce genre de questions ... Qurant au Rafale, si vous enlevé le marqueting surrané vous verrez que tous n'est pas rose. Chaque avion a ces points forts et ses points faibles au final les besoins du client déterminent le choix.

Écrit par : Marco | 08/04/2016

@Spoutnik
Encore une fois le côté politique (et peut être prix) a primé sur celui de la performance/besoins

Écrit par : James | 08/04/2016

Le vaste choix des armements a semble-t-il jouer un rôle important pour le Koweït, ce qui n'aurait pas pu être le cas avec le T1.

Écrit par : Serge | 08/04/2016

Pour mémoire, l'aviation britannique utilise des Eurofighter pour bombarder l'EI, et ce depuis la Chypre.

Écrit par : Imhof | 09/04/2016

@imhof: oui mais d'après A&C, la capacité d'attaque au sol de l'EF est limité
http://www.air-cosmos.com/syrie-la-raf-envoie-des-typhoon-a-chypre-52204

Apparement les vieux Tornado ont toujours la préférence de la RAF pour les missions de frappes et de reco. C'est regrettable quand on voit qu'à côté le Rafale fait tout avec une grande facilité et efficacité.

Écrit par : Spoutnik | 09/04/2016

@Spoutnik: Certes avec le T1, mais T2 offre maintenant des capacités air-sol parfaitement appréciables. Le T3 permettra une totale capapcité omnirôle. Le Rafale n'a pas souffert des divergeances des quatre pays à l'origine du Typhoon et c'est bien ainsi.

Par contre le Rafale se montre limité en terme de panel d'armement et d'éqiuipement connexes, ce qui péjore sa vente à l'exportation. "Rafale fait tout avec une grande facilité et efficacité" la rélaité terrain montre que ce n'est pas forcément le cas, il temps en France de prendre un peu de recul sur les affirmations "publicitaires" et de regarder les choses en face, ce qui ne remet pas en question le Rafale mais bien un certain nombrilisme à la française.

Écrit par : Steeve | 09/04/2016

@ Steeve, ce n'est pas le T1 qui a été envoyé à Chypre pour du bombardement car le T1 n'a pas cette capacité. Et si à l'avenir l'EF aura (peut etre) une parfaite capacité As et omnirole ce n'est pas le cas pour le moment.
quand vous dites que le Rafale a une capacité limité ne terme d'armement, je serais curieux que vous me citiez une source car c'est bien la première fois que j'entends une telle affirmation. quand on regarde sur Wiki les capacité d'armement des deux avions j'ai plutot l'impression que c'est l'EF qui est plus limité que le Rafale.

Écrit par : Spoutnik | 09/04/2016

@steeve : "la réalité sur le terrain montre que ce n'est pas forcément le cas"

Je suis curieux de savoir comment vous allez passer de l'affirmation généraliste abstraite, aux exemples pratique... Car pour le moment, ça se passe plutôt bien, sur le terrain.
.
Si, en terme d'armement tu parles d'emporter des armements étrangers ou des viseurs de casques, on peut difficilement parler de "limitation" étant donné que c'est une politique très officielle pour permettre de vendre du matos français : je vois mal mbda adapter le sidewinder sur le rafale, (et moins encore des clients l'acheter, puisqu'à la base, si des clients optent pour le Rafale, c'est généralement pour éviter une dépendance américaine trop forte, donc... )

Écrit par : v_atekor | 09/04/2016

@Spoutnik : Je n'ai pas parlé du T1 à Chypre et mon commentaire précise bien que le T1 n'est pas adapté à l'attaque au sol.

V-atekor / Spoutnik : Il y a les effets publicitaires et les réalités terrains dont les pilotes expriment le ressenti. En terme d'armement je parle de Panel pour le Rafale, le fait que le Qatar demande l'adaptation du pod Sniper est en soi une bonne chose et montre qu'il est primordial de permettre l'ajout de divers système sur l'avion français, n'en déplaisent aux équipementiers français. Le même problème existe avec la demande indienne (hormis les problèmes que nous connaissons avec ce pays) en ce qui concerne le visuer de casque israélien.

Si le Rafale pouvait offrir une gamme de système large (européens, israélien et accessoirement américain) nacelle Litening, ReeceLite, missiles Iris-T, ASRAAM, Brimstone, Python, Darter, AMRAAM, Sidewinder, Kongsberg ce que peut aujourd'hui le T3 et le Gripen E, serait un atout déterminant pour les futurs clients du Rafale.

Dans mon propos il n'est pas question de minimiser les qualités du Rafale, mais de démontrer qu'aujour'd'hui la lageur d'une offre permet cibler au mieux un client. A propos, le Sidewinder est produit par Raytheon.

Écrit par : Steeve | 09/04/2016

@steeve : Et oui, c'est bien pour ça que mbda ne l'adaptera pas ;-) (le sidewinder)
.
Mais je ne pense pas que ça change grand chose sur les ventes potentielles. Pour prendre l'exemple de ce missile, comme du pod quatari : ça reste possible avec la compatibilité otan et sans un investissement trop grand. La question est plutôt de savoir qui paie, et c'est forcément le client final export, puisqu'on ne peut quand même pas demander à l'AA de financer l'intégralité des équipements potentiels sur Rafale.
.
Bref : l'intégration est possible, si les clients potentiels veulent ces équipement il faut qu'ils les intègrent, mais ça ne me semble pas vraiment être un défaut de l'avion...

Écrit par : v_atekor | 09/04/2016

@ToutCeuxQuiPrétendentQueleRafaleNeSeVendPas "parce qu'il ne peut pas embarquer tel ou tel armement", sachez que c'est un faut argument :
Si un pays choisis le Rafale, il va, de préférence, avoir des avions neufs. Il suffit donc de demander à Dassault de câbler l'avion pour tel missile ou telle bombe, et le tour est joué. C'est ainsi que les Rafale actuellement en service ne peuvent pas encore embarquer le Meteor mais quand ce missile sera opérationnel, les nouveaux Rafale destinés à la France seront câblés en fonction, puis les anciens seront petit à petit upgradés.

Écrit par : Simon | 09/04/2016

@ Simon : Vous n'avez rien compris ! Il ne s'agit pas ici de faire du Bashing Rafale mais d'entamer une réflexion, une remise en question, d'ailleurs votre commentaire tombe à l'ouest du problème.

Écrit par : Marco | 10/04/2016

@ V_atekor: Nous y sommes, le concept de vente et l'adaptation de celui-ci aux besoins du clients. Dans le cas du Rafale c'est le client qui paye pour une adaptation (enfin, si elle acceptée). Cher Airbus DS et Saab le concept n'est pas d'attendre la demande du client, mais de lui offir un panel d'armement déjà validé en provenance de plusieurs fournisseurs. Le client n'a plus qu'a faore son choix. Cette vision est de plus en plus demandée, elle permet aux clients ne plus dépendre d'un seul fournisseurs et permet également d'en changer à mi-vie selon les besoins mais aussi pour des raisons politiques.

Encore une fois, l'arrivée du pod Sniper et peut-être d'un viseur de casque israélien seront un plus pour le Rafale.

Écrit par : Steeve | 10/04/2016

@steeve oui, c'est certain qu'ajouter des options est toujours un plus côté ventes.

Cela étant, comme le fait justement remarquer simon, l'adaptation se fait avant la livraison, sans compter que l'électronique et l'informatique sont déjà prévus pour tout ce qui est otan. Ca reste une dépense, mais toujours bien moins cher qu'un rétrofit. On entre là dans des discussions de commerciaux plus de que techniciens, sachant qu'à la fin ça fait peu de différence sur le prix.

Écrit par : v_atekor | 10/04/2016

Concernant l'intégration de nouvelle arme, il faudrait que le missilier accepte de donner ce qu'il faut et que son gouvernement le veuille aussi, sinon l'avionneur ne pourrait rien faire. Donc il y a des conditions politiques.

Écrit par : James | 12/04/2016

@James : En théorie oui. En pratique, ces missiles sont bien connus.
.
Par ailleurs, les états qui ont ces missiles ont aussi des avions américains adaptés pour les tirer, il faudrait un énorme clash politique pour se retrouver dans cette situation, et même dans ce cas, la rétro-ingénierie de l'avion existant et du missile existant te permet de réaliser l'intégration. C'est bien plus cher, mais plusieurs pays, d'Israël à la Chine en passant par la Suisse, sont passés maîtres dans ces techniques...

Écrit par : v_atekor | 12/04/2016

les problèmes rencontrés par les Eurofighters se retrouvent sur d'autres appareils et cela est dû à leurs MCO's ainsi qu'à leurs mises aux derniers standards - surtout armements et détections - Cela coûte cher et les armées de l'air sont limitées par leurs budgets alloués par les Gouvernements;il faut avoir pratiqué pour comprendre cet état de fait;
on parle aussi de la dispo de nos avions et hélicos engagés dans les conflits actuels!

Écrit par : SAUTERET | 14/04/2016

Les commentaires sont fermés.