06/04/2016

La Jordanie opte pour le Pilatus PC-21 !

cc1e6f4401116d86e69acbc79891b54a-PC-21 Australian Demo Tour Canberra(A000465785).jpg

Stans, et de sept pour le PC-21 ! Pilatus Aircraft Ltd vient d'annoncer que la Force aérienne Royal Jordanian (RJAF) a opté pour l’achat de 8 Pilatus PC-21 écoles. Cette commande remplace celle d’août 2015, dans laquelle le pays avait porté son choix sur le PC-9M. Ce changement semble également confirmer que la RJAF prépare la modernisation de sa flotte d'avions de combat avec le choix d'un nouvel aéronef d'ici 2020.

La Force aérienne Royal de Jordanie a en effet revu son cahier des charges et demandé à l’avionneur suisse de modifier son choix en direction de la dernière génération d’avion école que représente le PC-21. La commande comprend également un simulateur, du matériel de formation et un ensemble complet de soutien logistique.

Soucieux de moderniser ses installations de formation de pilotes, la RJAF a opté pour le Pilatus le PC-21, sachant qu'il fournira des performances excellentes et un rapport coût-efficacité pour la formation de base et avancées de ces pilotes.

Pour l’avionneur suisse il s’agit du septième client pour le PC-21 et le sixième à l’exportation. Les pays utilisateurs sont la Suisse (8), Singapour (19), l’Arabie Saoudite (55), Emirats arabes unis (25), le Qatar (24) l’Australie (49) et la Jordanie (8).

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde d’assurer une transition directe, vers des chasseurs modernes, tels que les F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, F-35 pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

1253014a4d1e910cb1c737afdcfa09e2-PC-21-Cockpit-01.jpg

Photos : 1 PC-21 en vol 2 Cockpit @ Pilatus Aircraft

 

Commentaires

Par contre ils passeraient de 9 à 8 exemplaires, cela voudrait dire qu'ils gardent le même budget?

Écrit par : Jo-ailes | 06/04/2016

C'est l'avion pour la Suisse, en le militarisant bien sûr. La guerre moderne, ou plus exactement le type de dangers et la manière d'engager des troupes, ne nécessite en aucun cas l'usage de jets qu'ils soient Fighter, Bomber, a.s.o..

Écrit par : René Bart | 07/04/2016

@ René Bart : Malheureusement vous avec tort sur toute la ligne. D'abord parce que le PC-21 ne peut pas être armé, c'est une particularité voulue par l'avionneur.
Deuxièmement, en matière de police du ciel 24/24 le PC-21 volant à 670km/h ne peut pas rejoindre un avion de ligne volant à plus entre 800 et 900 km/h. Encore moins un jet de combat.

Pour terminer la guerre moderne comme vous sembler vouloir en parler, comprend les moyens traditionnels : avions, hélicoptères, chars, missiles, artillerie, drone, cyberguerre et le terrorisme. On appelle celà la guerre-hybrique. Les nouvelles menaces ne remplacent pas les anciennes mais viennent s'additionner. Les nombreux exemples de conflits dans le monde le démontrent chaque jours un peu plus!

Écrit par : PK | 07/04/2016

@René Bart: Celà fait la troisième fois que vous poster ce même commentaire à propos du PC-21, certes vos propos n'engagent que vous. Il serait peut-être opportun de mieux vous informer, et de lire les différentes réponses qui vous ont téé adressées et le cas échéant de revoir votre vision des choses.

Écrit par : Steeve | 07/04/2016

Les commentaires sont fermés.