02/04/2016

La Russie engage ses Mi-28N & Ka-52 en Syrie !

567.jpg

Moscou, Le ministère russe de la Défense (MoD) a confirmé cette semaine avoir engagé ses hélicoptères d’attaques les plus modernes en Syrie, pour appuyer les forces du président Bachar El-Assad.

Pour conformer cette information, le ministère de la défense a publié des photos de frappes aériennes par ses hélicoptères d'attaque, montrant que des missiles étaient tirés sur des objectifs appartenant à l’États islamiques dans la région Palmyra. Les russes ont vraisemblablement engagés des missiles 9M123 « Khrizantema » guidées par laser d’une portée de 6km.

p1650517.jpg

Cette nouvelle permet de confirmer ce l’on pensait depuis plusieurs semaines. La Russie avait jusqu’ ici engagé des hélicoptères plus anciens, de types Mi-24/35 et ceci, dès le début de son entrée dans le conflit. L’arrivée récente de Mi-28N & de Ka-52 sur la base aérienne de Hmeymim près de Latakié n’avait pu été vérifiée. Ces hélicoptères ont par ailleurs, joués un rôle important ces dernières semaines dans la libération de plusieurs secteurs, dont celui de Palmyra.

Le Mil Mi-28N  « Havoc » :

654.jpg

Le MIL Mi-28 est un hélicoptère d’attaque blindé. Il ne dispose pas de fonction secondaire de transport comme le Mi-24 et est surtout destiné à un rôle anti-char et de soutien à l’infanterie.  

    Équipement électronique (navigation, armement, etc.) intégré à l'appareil et géré par deux ordinateurs.

    Protection passive du pilote et du copilote : cockpit totalement blindé résistant au tir de munitions perforantes ou incendiaires de calibre 12,7mm.

    Deux turbines séparées ayant leurs éléments vitaux protégés par un blindage supplémentaire. Possibilité de voler sur une seule turbine.

    Utilisation de nouveaux matériaux résistant mieux aux dommages.

    Possibilité de vol de jour ou de nuit par des conditions météo mauvaises, et cela même à basse altitude (5-15m selon le fabricant).

Le Mi-28NE peut accueillir différentes armes, en tourelle et sur ses 4 points d'emports :

    Armement fixes : canon automatique Shipuniv 2A42 de calibre 30x165mm, embarquant 250 projectiles. la cadence de tir est réglable à 200 ou 550 coups par minute. Il est monté sur la tourelle NPPU-28N. Sa portée pratique est de 2 500 m.

    Armement amovible sur les 4 points d'emports :

Missiles guidés : jusqu'à 16 missiles guidés antichars 9M120 Ataka-B ou jusqu'à 8 missiles à détection infrarouge Igla-V.

Pods de roquettes amovibles : type S-8 (Calibre 80 mm) jusqu'à 80 pièces sur 4 nacelles ou Type S-13 (calibre 122 mm) jusqu'à 20 pièces sur 4 nacelles ou Type S-24 (Calibre 240 mm) jusqu'à 2 pièces.

Pods de mitrailleuses amovibles : jusqu'à 2 canons UPK-23-250 de 23 mm avec 250 projectiles chacune.

Mines : jusqu'à 4 lance-mines KMGU-2.

Le Kamov Ka-52 « Alligator » :

982.jpg

Le Kamov Ka-52 «Alligator» est un hélicoptère de combat de hautes performances avec une capacité jour et nuit, doté d’une capacité de survie élevée. Doté d’une conception de rotor coaxial, il offre un plafond de vol stationnaire de 4000m et la vitesse verticale de montée atteint 10mètres seconde à une altitude de 2’500 m. Equipé d’un cockpit blindé qui résiste aux projectiles de 12,7. Les deux pilotes disposent en outre d’un système d’éjection inédit qui éjecte en premier le rotor coaxial, puis déclenche l’éjection des deux sièges, du pilote et du mitrailleur.

Les systèmes de vol comprennent un système de navigation inertielle (INS), un pilote automatique et affichage tête haute (HUD). Les capteurs comprennent un pod infrarouge (FLIR) et un radar de suivi de terrain. Le Ka-52 est équipé d'un récepteur d'alerte radar couplé à un système de guerre électronique. Le Ka-52 est propulsé par deux turbines Klimov117VMA, fournissant chacune 2’200 CV (1660 kW). Les moteurs sont placés de chaque côté du fuselage pour renforcer la capacité de survie au combat. L'hélicoptère a également une unité de puissance auxiliaire (APU) pour le fonctionnement autonome. L'hélicoptère disposant de petites ailes équipées chacune rails de suspension, ainsi, que les contre-mesures de bout en bout d'aile. L’Alligator peut emporter jusqu’à 12 missiles anti-char 9A4172«Vikhr» d’une portée de 10km de quatre paniers à roquettes B8V20A de vingt roquettes de S-8 de 80 mm chacun ou quatre paniers B-13L de cinq roquettes S-13 de 122 mm chacun. un missile air-air d'autodéfense Igla-V (SA-16 Gimlet) peut être fixé sous chaque point d'emport, le R-73 (AA-11 Archer) peut également être transporté, ainsi que des bombes FAB-500 de 500 kg ou des bombes à dispersion. Le Ka-52 est armé d'un canon 2A42 à tir rapide de 30mm, sans restriction d’azimut. 

 

Photos : 1 Ka-52 & Mi-28N 2 Ciblage d’un véhicule aux mains de Daech 3 Mil Mi-28N 4 Kamov Ka-52 « Alligator »@ VVS

 

 

 

 

 

Commentaires

Est ce que certains d'entre vous savent pourquoi avoir deux modèles d'hélicoptères d'attaques déployés sur le même théâtre (avec double lot de pièces, de mécaniciens, etc.) ?

Écrit par : Fonck | 03/04/2016

La première réponse qui vient à l'esprit, c'est qu'il n'y a rien de mieux que le terrain pour tester du nouveau matériel...

Écrit par : Géo | 03/04/2016

Il semble que ce déploiement permet aux Russes de tester les deux variantes d'hélicoptères avec comme objectifs la validation en combat et la fenêtre de visualisation en vue de l'exportation.

Écrit par : Steeve | 03/04/2016

Certes, l'entrée en combat de ces deux hélico est très important pour la vente commercial de ces appareils mais attention car l'hélicoptère reste malgré tout un appareil vulnérable et en zone urbaine cela peut devenir casse pipe pour l'image de ces hélico s'ils en perdent plusieurs.

D'un point de vue tactique militaire, après la campagne aérienne russe qui a rempli tout ses objectifs (et qui commence à baisser avec l'annonce du retrait de l'aviation russe du conflit), il est logique de laisser à place à un appui au sol plus rapproché et mieux armé. Ces appareils d'appui au sol sont redoutables d'efficacité meme s'ils restent vulnérables. Il est clair que des troupes ayant un tel appui ont un avantage indiscutable et cela va dans la logique russe de soutien des troupes syriennes gouvernementales.
Dans ce conflit, les russes ont indiscutablement la bonne tactique, et cela se voit au résultat. Rien à voir avec les campagne aérienne des occidentaux qui sont peu efficace (pour ne pas dire inefficaces) depuis 2 ans.

Écrit par : Spoutnik | 03/04/2016

Les commentaires sont fermés.