24/02/2016

La Suisse relance le projet d’un nouvel avion de combat !

20140704191251-6d86d9b3.jpg

Notre nouveau ministre de la Défense Guy Parmelin a informé aujourd’hui les membres du Conseil Fédéral du lancement des travaux préparatoires prévus pour l’évaluation d’un nouvel avion de combat. Un crédit EEP (études de projets, essais et préparatifs d'achat) pour l'acquisition d'un nouvel avion de combat sera soumis au Parlement en 2017. Le Département fédéral de la défense prévoit de lancer les travaux de préparation au printemps 2016.

Un vote qui n’a servi à rien !

Les projets d’acquisition d’avions de combat sont souvent compliqués du point de vue politique et ressemble souvent à des feuilletons interminables. L’Inde traîne les pieds avec la finalisation du Rafale, les EAU ne se sont toujours pas positionnés sur un appareil depuis cinq ans, l’ancien gouvernement canadien avait opté pour le F-35, sans ouvrir une compétition, créant ainsi un tollé politique. Et en Suisse nous n’en sommes pas en reste avec une votation ratée en mai 2014, qui au final n’aura servità rien sinon perdre du temps. Car l’inévitable se rapproche, la flotte de 30 Northrop F-5 E/F « Tiger II » (54 encore en service en 2014) est à bout de souffle et ne pourrait pas être engagée en cas de conflit. Pire, elle n’est même pas engageable pour la police du ciel 24/24, dont la première étape a été activée en janvier dernier.

Les besoins en augmentation :

Si, lors de la votation de 2014, il était prévu de remplacer partiellement la flotte de F-5, la situation continue d’évoluer de manière problématique. En effet, il ne reste plus qu’une trentaine de « Tiger » et ceux-ci, vont continuer à être retiré progressivement du service. De plus, la situation se complique du côté des Boeing F-/A-18 C/D « Hornet ». En effet, l’avionneur américain ne produira plus de mises à jour dès 2023 et l’US Navy va débuter le retrait progressif de l’avion à cette date. Le « Hornet » va donc rapidement vieillir, pour être totalement dépassé d’ici 2030.

En conséquence, il va falloir combler le départ à la retraite non d’un, mais de deux types d’avions ! Soit dans l’urgence le F-5, puis le F/A-18.

DSC_3182.jpg

Situation d’urgence :

On aura eu beau prévenir de la situation en 2014, nous voici donc, dans une problématique d’urgence. D’une part parce que le nouvel avion n’arrivera qu’après le départ à la retraite des F-5 et ceci au moment ou il faudra déjà remplacer les Hornet. Sans quoi notre pays ne disposera plus d’une aviation moderne.

Relance du projet :

Le ministre de la Défense instituera un groupe d'experts composé de représentants des différents domaines concernés de l'armée, d'armasuisse et du Secrétariat général du DDPS. D'ici à janvier 2017, les experts répondront dans un rapport aux questions de fond concernant les besoins, la procédure et les aspects industriels. Ils aborderont également l'avenir des avions F/A-18 et F-5 actuellement en service. Le groupe d'experts est dirigé par le chef de l'Etat-major de l'armée et supervisé par le chef de l'Armée et le chef de l'armement.

Au printemps 2016, le DDPS mettra également sur pied un groupe d'accompagnement au sein duquel pourra siéger un membre de chaque parti représenté au Conseil fédéral. Composé également de représentants du DDPS, d'autres départements, de l'industrie et de la Société suisse des officiers, le groupe d'accompagnement suivra les travaux du groupe d'experts, discutera des aspects fondamentaux de l'acquisition et échangera ses vues avec celles du groupe d'experts. Son rôle ne consiste toutefois pas à approuver ou à rejeter le rapport du groupe d'experts.

La demande du crédit EEP 2017 constitue le lancement officiel du projet d'acquisition d'un nouvel avion de combat. Selon la planification actuelle, le choix du type d'appareil tombera en 2020, le crédit d'acquisition sera soumis au Parlement en 2022 et la livraison des nouveaux avions débutera en 2025.

A quoi faut-il s’attendre :

Du point de vue des futurs candidats, nous retrouverons certainement les trois avions européens, soit l’Airbus DS Eurofighter T3 Block10/15, le Dassault Rafale F-3R, le Saab Gripen E MS21. Du côté américain la question reste ouverte, en effet, si le cahier des charges en matières d’offsets est le même que le précédent, les avionneurs américains ne pourront sans doute pas y répondre (participation au développement de l’avion et garantie à 100% de compensation). Dans le cas contraire le F-35 sera évalué sur le papier et peut-être le Super Hornet à condition, que celui-ci puisse être produit assez longtemps.

Ce qui est certain aujourd’hui, vient du fait qu’une nouvelle évaluation des appareils dans les standards les plus élevés va être effectuée. Contrairement à 2012, les avionneurs disposent tous d’éléments très proches de ce qui pourra être livrés en 2025. Côtés Suisse, reste à définir le nombre d’avions qui sera commandé et le cas échéant en plusieurs tranches. Rappelons que selon les besoins des Forces aériennes, il faut une cinquantaine d’avions. Mais l’élément clef de ce nombre    sere le prix.  La suite au prochain épisode.

 

DSC_3240.jpg

P.hotos : 1 image de synthèse avions actuels @ Gérard Famerée 2 Northrop F-5 E Tiger II 3 Boeing F/A-18 C « Hornet » P.Kümmerling

 

 

 

Commentaires

"... la flotte de 30 Northrop F-5 E/F « Tiger II » (54 encore en service en 2014) est à bout de souffle"...
On est bien d'accord: en ce moment il ne reste plus que 26 Tiger (4 F-5F et 22 F-5E) encore en état de vol, suite aux problèmes de fissures et les 6 appareils non réparés?

Écrit par : Jo-ailes | 24/02/2016

Vu que le cout semble avoir été le frein de l'achat de Gripen je vois mal un autre appareil gagner cet appel d'offre vu que le Gripen est est moins cher.
A la rigueur il n'est pas impossible que le super Hornet ait une chance mais il n'y a clairement aucune possibilité pour Dassault, Airbus et Lockheed Martin de placer leurs avions. J'ose espérer qu'ils auront l'intelligence de ne pas perdre de temps en ne participant à cet appel tant ce dossier est joué d'avance vu qu'on sait que la Suisse est fixé sur le Gripen.
Dassault comme Airbus ont d'autres compétitions ailleurs où ils ont leur chance, inutile de perdre son temps et de l'argent avec le contrat Suisse, déja acquis. Parcequ'il ne faut pas rêver, les besoins, les volontés, les critères, les décideurs, sont les mêmes donc on arrivera forcément aux meme conclusion. La Suisse va juste devoir bosser en communication auprès de son peuple pour faire passer la pilule.

Écrit par : Spoutnik | 24/02/2016

A la bonne heure !!! Enfin! Ceci dit, l'avion choisi sera commandé sur le programme 2021-2024, mais quel sera le budget à cette époque, sachant qu'avec programme DEVA 2017-2020 nous avons toute les peines à obtenir les 5 milliards nécessaires. Effectivement, le prix sera une fois de plus l'élément déterminant.

Écrit par : Steeve | 24/02/2016

@Spoutnik: Les choses ont malgrés tout changés, nous avons un nouveau ministre de la défense, un nouveau responsable chez armasuisse (équivalent de la DGA) et les équipes de pilotes d'essais sont rajeunies. Mais par contre le vrai problème du choix reste le coût qui peu réduire la marge de manoeuvre en ce qui concerne l'éventail des possibilités.

Sur le fait que des avionneurs pourraient se retirer de l assomption, il est trop tôt pour se prononcer, la Suisse aura besoin de plus d'avions, donc il y a un intérêt. Il faudra attendre le cahier des charges pour celà, mais il est vrai qu'une telle option est possible.

Écrit par : PK | 24/02/2016

Bonsoir,

AAAAAAAH ! Les feuilletons des F-35 et autres des Rafales Indiens commençaient à être lassant. Je me réjouie d'avoir enfin une nouvelle série à rebondissement à suivre sur psk.blog !

@Spoutnik : "Dassault comme Airbus ont d'autres compétitions ailleurs où ils ont leur chance, inutile de perdre son temps et de l'argent avec le contrat Suisse, déjà acquis."

Les compétitions permettent de gagner de l'argent mais aussi d'en faire perdre aux autres concurrents.

En outre, les abandons ou forfaits de l'un ou l'autre des avionneurs peuvent être mal perçus par des prospects potentiels (problème technique ? échec lors des tests ? compensations indigentes ?...).

Cordialement / Frédéric A.

Écrit par : FredericA | 24/02/2016

la question de coût est une simple chimère et faut avoir les yeux bien ouvert pour voir le vrai, lors de la dernière compétition dont le gripen est sorti haut la main et ceci question d'un avion adapté à la Suisse.
le financement d'environ 300 millions par année sur 10ans pour l'achat du gripen a reçu la foudre du peuple et des politiciens juste pour une question qu'on aime pas ca mais qui est monté aux barricades pour une dépense de 10 milliards pour un département que je nommerais pas

Écrit par : michel | 24/02/2016

"Rappelons que selon les besoins des Forces aériennes, il faut une cinquantaine d’avions"; C'est peut être un peu beaucoup sachant que des pays comparables en superficie et en population comme la Belgique et les Pays bas prévoient 34 et 37 appareils. (je sais ils sont intégrés dans l'OTAN).
De plus, doit on résonner en nombre d'avion ou en capacité à réaliser les missions sachant que la taille et les capacités de ces avions sont relativement différentes. Pour 22 Gripen, combien de F35 ou d'Eurocanard a t on pour le même résultat? Dassault proposait je crois 18 Rafale.
Reste encore le soucis des infrastructures, seul le Gripen était dans les clous précédemment, ce critère est il toujours d'actualité?

Écrit par : Papsou | 24/02/2016

Merci Pascal, pour cette présentation.

Lors de cette acquisition, si votations il y a (ce qui est à peu près certain), ce sera réellement l'existence de notre force aérienne qui sera en jeu... À moins de grands changements, il y a de grandes chances que l'achat passe.
D'autant plus que le Gripen E/F ne sera plus "un avion de papier" comme tant annoncé par les opposants. On saura enfin de quoi il est réellement capable... ou pas.
Si ça devait être le Rafale (à mon avis il peut avoir ses chances, surtout si le Gripen ne tient pas ses promesses), il ne pourra plus être considéré comme l'avion trop cher invendable à l'export.
Quand aux autres... l'Eurofighter a grevé des budgets militaires, et continue encore. Le Super-Hornet sera t'il encore produit? Et le F-35, je préfère ne pas y penser! ^^

Écrit par : Jo-ailes | 24/02/2016

On va encore avoir droit à un benchmark des avions précités, avec le Rafale encore en tête, et au final la facture sera trop élevée pour l'avion le moins cher et la votation sera à nouveau négative. C'est écrit dans le marbre... Il y a trop de votations en Suisse aujourd'hui.

Écrit par : patex | 24/02/2016

J'éprouve énormément de sympathie envers votre pays qui doit encore recommencer ce processus de remplacement de vos F-5. Au Canada, le nouveau gouvernement élu a annoncé un nouvel appel d'offre pour remplacer nos CCF-188 mais l’opinion publique canadienne est peu favorable à l'achat de tels matériels malgré leur nécessité. Lors de la dernière campagne électorale tenue à l'automne 2015, une journée des débats fut consacrée à la politique étrangère du Canada et RIEN aux aspects de la défense du Canada..

Écrit par : Simon Perrault | 25/02/2016

Bonjour,

A mon avis, nous aurions tord de penser que tout va se passer comme la dernière fois (évaluations, choix du gripen, votation, échec). certaines choses ont changées.

Le F35, je pense qu'on est tous d'accord on oublie (trop cher, pas d'offset)
Le F18, est sans doute la solution la moins cher à court terme, mais beaucoup moins intéressante à long terme.
L'Eurofighter, est moins polyvalent (même si à mon sens la Suisse à plus besoin d'un intercepteur que d'un chasseur bombardier) et plus cher que le rafale, de plus son évolution est incertaine (arrivé des F35 en Italie et au Royaume-uni) et il faut voir si les partenaires actuels auront la volontés de faire participer la suisse (offset)

Le Rafale, son prix posera toujours problème mais il est maintenant vendu à l'export (plus de visibilité sur son avenir) et il y a à mon sens une place pour un partenariat portant sur les développements futur (ce point pourrait intéresser le canada et bombardier voir la belgique). De plus il y a une demande d'avion école pour remplacer les alfajet. Je me dis que tout cela pourrai coller.

Le gripen à trouvé son partenaire avec le Brésil, et beaucoup de choses promises à la Suisse ont été récupérer par Embraer. Il reste l'avion le moins cher et le plus adapté aux besoins opérationnel de la Suisse (AMHA). Par contre je ne vois pas comment faire voter en faveur de cet avion alors qu'il a été refusé une première fois.

Écrit par : julien_jla | 25/02/2016

@julien_jla : Ce n'est pas exacte, Embraer fabrique la partie centrale du Gripen E, les parties de l'avion qui étaient proposées à la fabrication en Suisse n'ont pas été donnée aux brésiliens et seront à nouveau proposées à notre pays. La votation concernait le financement et non l'avion, par conséquent revenir avec le Gripen ne posera pas de problème. Concerant le remplacement des Alphajet, la France se dirige en direction de l'Alenia 211, par contre la Suède a clairement montré sa préférence pour le PC-21. La Suède a par ailleurs tenu sa promesse malgrés le refus du vote de maintenir 200 millions de commandes en Suisse pour le Gripen E. Bref, les suédois ont une sérieuse avance, mais tout reste à faire.

Je partage également l'idée que peut-être certains avionneurs pourraient décliner la demande, le prix étant en cause.

Écrit par : Steeve | 25/02/2016

F-35 à évaluer pour la Suisse? Une blague je suppose. À quoi servirai un avion conçu pour le combat A-S dont les qualités A-A sont plus que médiocres?
Franchement cette nouvelle compétition ne sera que du gaspillage du temps comme d'argent. On sait que le Rafale va toujours vaincre dans n'importe quelle évaluation technique et que le Gripen sera toujours le plus abordable. Le choix devrai donc être fait entre ces deux avions et au plus vite possible. J'espère que le peuple ne sera pas consulté cette fois-ci. Malheureusement la démocratie a parfois ses limites :-(

Écrit par : GBU | 25/02/2016

On parle souvent du prix élevé du Rafale, mais n'oublions pas que le F-35 est nettement plus élevé, et que l'Eurofighter est également plus cher.
Julien a raison de dire que le consortium eurofighter va surement ralentir ou stopper le developpement de l'eurofighter au profit du F-35. Idem pur le Super Hornet qui n'a pas non plus un grand avenir puisque la Navy semble plus l'utiliser pour faire le pont jusqu'à un F-35 fiable.

Pour le Rafale, je pense que l'export va enfin pouvoir permettre d'amortir un peu plus le prix du developpement et diminuer son prix. Et il y aura effectivement des chances certaines que Dassault améliore le rafale sur une longue durée dans l'intéret de la France qui devra maintenir cet avion 30 à 50 ans, idem pour le Gripen. Je doute que le F-18 ou l'Eurofighter auront un tel suivi.

Dans un pays comme la Suisse, très montagneux, un avion bimoteur est un avantage, ca offre une meilleure sécurité en cas de panne d'un moteur. On a souvent lu que les pilotes se sentent plus en sécurité dans un bimoteur et en milieu à fort relief cela peut être fatale de perdre son unique moteur. Donc point faible pour le Gripen et le F-35. Meme si on est tous d'accord pour dire que le F-35 n'a aucune chance sur tous les points.

Autre avantage favorable au Rafale par rapport aux autres, c'est ca réelle capacité omnirole. Le Rafale est effectivement le seul avion omnirôle, les autres étant des multirole, voir meme des intercepteur avec une capacité AS rajouté mais limitée comme l'Eurofighter.
http://www.avionslegendaires.net/2015/12/actu/omnirole-multirole-difference-uniquement-semantique/

Le Gripen aura l'avantage certain de l'agilité, et surtout du faible cout et répondra parfaitement à un besoin qui se limite particulièrement à une police du ciel. Cela dépendra donc si la Suisse veut un unique avion, pour faire surtout une police du ciel, et occasionnellement partir en guerre. Ou bien si elle veut un avion pour sa police et le "scramble" (interception AA) et un autre optimisé pour l'attaque au sol.

Écrit par : Spoutnik | 25/02/2016

@ Spoutnik: Le Gripen E est totalement omnirole, air-air, air-sol, air-mer et reco tout comme le Rafale. Mias l'avion suédois emporte moins d'armement air-sol et dispose d'un rayon action inférieur, normal il est plus petit. Bref, pour ces raisons et pour le prix je pense qu'il sera confirmé.

Écrit par : Steeve | 25/02/2016

La décision du Conseil Fédéral est de raboté sur les 5 millards pour l'armée 2017 à 2020, bref, sans une réaction rapide du parlement l'armée aura un budget diminué à 4,7 millards pour cette période. Il est clair que le financement du nouvel avion de combat sera compliqué, seul le meilleur prix passera ! Encore un point pour le Gripen !

Écrit par : Martin | 25/02/2016

@Steeve: "Le Gripen E est totalement omnirole, air-air, air-sol, air-mer et reco tout comme le Rafale."
Je crois qu'on peut dire qu'il sera multirôle, oui. Quant à être omnirôle, ce sera à lui de le prouver. D'ailleurs, où en est-on dans son développement? J'ai demandé plusieurs fois si quelqu'un en avait des nouvelles et visiblement personne ne sait exactement quel est son avancement... Dommage, ce serait bien de connaître ses performances réelles: sont-elles à la hauteur de celles qui étaient prévues? Je l'espère.

@Martin: L'acquisition devrait débuter après 2020, espérons qu'à ce moment-là il y aura le budget adéquat.

Écrit par : Jo-ailes | 25/02/2016

concernant de refaire une évaluation de plusieurs modèles, je sais pas si ca en vaut la peine ? ou c'est peut-être une obligation ? juste pour voir ce qui ce fait de mieux en ce moment.
si c'est le cas, il y a le réel et le faux.
le faux = un F35 hors de prix, un avenir incertain, performance j'en parle même pas, maintenance hors propos, quand sera t'il réellement opérationnel.
le faux = un F18E chaine de montage ouverte en fonction de la demande mais pour combien de temps ? mais peut-être la surprise et dans 10ans on en produira toujours.
au final F18 & F35 une illusion pour la Suisse.
passons au réel
un eurofighter complètement dépassé en terme maintenance, au lieu d'évolué, il est un gouffre à l'entretient, après un avion multi-rôle, là il c'est amélioré mais bon voilà on a cas passé du côté Anglais pour voir la survie de leur eurofighter, ils ont du liquidé la totalité de leur harrier, impossible de jouer sur les 2 tableaux.
le rafale un avion multi-rôle mais qui a du s'amélioré selon la clientèle de changer afin que le client puisse utilisé des armements différent.
reste le gripen qui est le mieux adapté pour notre pays, la Suisse est pas un grand pays et doit avoir un équipement adapté à sa situation.
relançons directement le programme gripen et cette fois de la cohérence pour c'est achat et fini les conneries de chalet sans son toit ou tout le reste.

Écrit par : michel | 25/02/2016

@ Jo-ailes: le Roll-out du Gripen E de présérie est prévu le 18 mai prochain. L'occasion de suivre l'avancée de celui-ci qui devrait effectviement être omnirôle. Mais nous en reparlerons...

Écrit par : PK | 25/02/2016

@michel: La décision de refaire une évaluation est faite d'un part parce que, près de dix ans se sont écoulés, depuis la dernière évaluation et il est normal de reprendre les données qui ont évoluées depuis. Reprendre d'anciennes informations pourrait-être mal interpréter. Le DDPS veut ici donner un nouvelle chance à chacun des concurrents potentiels.

Écrit par : PK | 25/02/2016

@Simon Perrault
L'armée c'est comme une assurance, on en a besoin uniquement quand un accident survient mais il faut le souscrire et payer reguliérement

Écrit par : James | 26/02/2016

@PK: "le Roll-out du Gripen E de présérie est prévu le 18 mai prochain. L'occasion de suivre l'avancée de celui-ci qui devrait effectviement être omnirôle. Mais nous en reparlerons..."
Mais en voila une excellente nouvelle!!!
D'ici quelques temps on saura enfin ce qu'il a dans le ventre. Cette fois son évaluation se fera sur ses performances réelles et il ne sera pas possible de les mettre en doute lors de leurs comparaisons avec ceux des autres concurrents.

Écrit par : Jo-ailes | 26/02/2016

J'ai beau chercher je ne trouve aucune info ou source parlant d'une capacité omnirole du Gripen E.
Et attention aussi aux sites ou commentaires qui confondent omnirole et multirole.

Écrit par : Spoutnik | 26/02/2016

Les avions de combat suisse
Le retour.
.
Ce qui m'impressionne le plus, c'est que de ces 5 avions de guerre, les seuls qui servent de bêtes de somme dans certaines armées ont pratiquement le même design, et la même philo : le F18 et le Rafale.
.
(Même si c'est lié à l'absence des très employés F16 et Tornado dans cette liste puisqu'ils sont en fin de vie.)

Écrit par : v_atekor | 26/02/2016

Le choix d'un avion militaire par le peuple ? Quelle idiotie ! Demande-t-on au peuple de choisir les locomotives des trains ? les chars d'assaut ? les voitures de services ? les armes des militaires ? NON ! Cette manie est l'apanage des "antis-armée" composés de "nein-sager" de tout poil et des spécialiste de la destruction de la conduite d'un Etat !
Que nos pilotes, dirigeants et politiques regardent quels sont les Pays qui ne passent pas leur temps à scier la Suisse !

Écrit par : Daniel COCHARD | 26/02/2016

Pour le remplacement des Hornet, le Rafale me semble le meilleur choix (désolé, je suis français et ai donc un faible pour les belles perches de ravitaillement).
En fait, je m'interroge sur la pertinence du Hornet. Avec le retour d'expérience, savez vous s'il était nécessaire à votre défense ou pas un peu overkill?
Car si votre armée de l'air n'a pas l'intension de participer à des interventions extérieurs, un petit gabarit plus agile comme le gripen me semble idéal pour la suisse (probablement plus que pour la suède ou le brésil).
PS: quand je parle de petit gabarit, pour moi, le "petit" ne concerne que l'autonomie et l'emport (et un peu la survivabilité par rapport aux biréacteurs), le reste pouvant évoluer plus facilement ou moins difficilement.

Écrit par : Lucien | 27/02/2016

après une bonne lecture sur le site de Saab.
effectivement le 18 mai le rideau ce lèvera sur le gripen E de présérie et enfin on pourra l'admiré.
il semblerait qu'une version biplace du gripen E est en cours de développement.
concernant une statistique pour une heure de vol avec carburant, lubrifiant, pièces de rechange coûte ?
pour le gripen = 4'700 dollars
pour le F18E =11'000 dollars
pour le rafale = 16'500 dollars
pour l'eurofighter = 18'000 dollars
pour le F35 = 31'000 dollars

Écrit par : michel | 27/02/2016

@ Lucien: sur le fond je pense que votre vision est bonne, mais Dassault se lancera-t-il sur ce nouvel appel d'offre ? Là est la question, le Gripen représent ela bonne option pour la Suisse, l'avion de présérie va être prêt d'ici ce printemps et Dassault ne pourra pas être concurrentiel sur le prix quelue soit le nombre d'avions demandés. L'avionneur français ne voudra certainement pas se voir insuffler un nouvel échec en Suisse. On peut avoir la même réserve pour l'Eurofighter.

Écrit par : LIv | 27/02/2016

je pense que la France avec le rafale reviendra avec une offre similaire à la dernière faite soit 18 à 20 rafales mais la est le problème ?
1.
avoir 18 ou 20 rafales qui font le travail de 22 gripen là c'est une chose mais on ce pose la mauvaise question ... on sait que si une flotte d'avions est très sollicitée sur une certaine période, on ce retrouvera vite avec un manque d'avion en état de vol suite a une maintenance prolongée.
2.
concernant l'eurofighter, l'offre sera surement avec une partie en version d'occasion et du neuf mais pas le dernier modèle.
3.
je pense que ce soit pour le rafale ou l'eurofighter, ce sera un replay avec quelques petites améliorations mais sans ce démarqué.
4.
la question d'avoir un avion en Suisse est pour ma part une obligation d'avoir une police aérienne, après il y a les antimilitaristes qui eux la question militaire est tabou juste quand le conflit est là et que tous retourne leur veste.
5.
la question de faire voté le peuple sur un budget ? je trouve une vraie bêtise car le 95% n'ont aucune connaissance sur le sujet et ce font manipulé par une presse sans connaissance du sujet qui prend parti en temps que manipulateur pour faire pencher la balance en audimat ce qui remplis leur fiche de salaire.
6.
lors du remplacement de nos F18, je ne vois pas un 2ème modèle d'avion, le modèle qui sera choisit pour le remplacement des tiger F5E sera le même pour le F18.
7.
la Suisse choisira un nouvel avion unique qui sera commandé la 1ère fois par un lot d'avions de 20 à 30 et après chaque année quelques +/- 3 à 5 avions pour arriver au final a un nombre d'avion de 50 à 60.

Écrit par : michel | 27/02/2016

@ Michel: je suis sceptique pour ces statistiques. Le F35 n'étant pas encore opérationnel, le chiffre que vous rapportez ne peut être qu'une vague estimation.
Les chiffres que j'ai vu pour le rafale étaient environ de 10.000€ pour l'aéronavale il y a quelques années.
Le gripen C/D doit effectivement être le plus économique.

@Llv: Si le principale critère est le prix, est il envisageable de prendre des Gripen C/D. Le Gripen E sera supérieur, mais les C/D ne sont pas mal non plus.

Écrit par : Lucien | 27/02/2016

il est vrai que ce sont des statistiques, il est toujours difficile d'avoir une vraie estimation.
pour le gripen E on peut voir sur la version C pour ce faire un idée.

en tout cas je suis empatient de voir un post sur le gripen et toute sa biographie comme avion multi-rôle

Écrit par : michel | 27/02/2016

@Lucien, Michel: les coûts à l'heure de vol mentionné concerne le Gripen C/D, lors de la dernière évaluations l'estimations des coûts était de : Gripen E 7'800 dollars, Rafale 11'200 et Eurofighter 14'500,--.

Par contre je vous mets en garde contre le fait d'un interptétation trop rigide de ces chiffres qui concernaient notre pays à l'époque. En effet, les coûts à l'heure de vol sont toujours complexe à calculer. Pour un même appareil, d'un pays à l'autre ceux-ci peuvent être différent. Je m'explique, pour un même appareils chacun des utilisateurs va négocier séparérement l'achat d'un volume x de carburant. A celà, il faut tenir compte du prix du baril au moment de la transaction et du taux de change pour chaque monnaie. Il faut également tenir compte des achats de pièces détachées ou non ce qui va fair evarier le prix. Le dernier point concerne les salaires des employés de maintenances qui ne sont ps les mêmes d'un pays à l'autre ni les charges sociales. Dernier point, chez nos voisins françaisn par exemple l'heure de d'un mMirage 2000 ou d'un Rafale va considérabelment varié, si celui-ci est en opération extérieur ou sur le territoire national. Prudence donc!

Écrit par : PK | 27/02/2016

@ Pascal : merci pour ces précisions forts intéressantes et qui confirment qu'en Israël le f-35 ne sera utilisé que de manière secondaire car partriculièremenrt cher.

@ Lucien: La Suisse n'a jamais envisagé d'acheté la version C/D du Gripen mais bien le E.

Écrit par : Liv | 27/02/2016

Merci bcp Pascal pour ces précisions, il est vrai que l'on pense pas à toutes ces choses en parallèle à prendre en considération.

Écrit par : michel | 28/02/2016

@v_atekor
Effectivement le F-18 et le Rafale sont les seuls du lot à effectuer des missions sur le terrain depuis des années. Autant les 2 avions ont la même philosophie dans leur conception en ce qui concerne les missions, autant ils ont très peu de choses communes niveau design: l'un a une voilure classique avec empennage et bi dérives et apex pour les grandes incidences, l'autre aile delta canards et mono dérive, les canards jouant la même fonction que les apex aux grandes incidences

Écrit par : James | 28/02/2016

Une maladie sévit à maints décideurs politiques de plusieurs pays des 2 côtés de l'Atlantique: le niaisage(perte de temps, irresponsabilité face à une situation, tergiversation) comme nous disons au Québec! Cette maladie se manifeste de façon fort virulente lorsqu'il est question d'achat de matériel de guerre autre que des munitions, pardon de matériel pour la défense du pays! Au Québec et dans une certaine mesure au Canada anglais, il existe un fort courant pacifiste naïf qui favorise et encourage ce niaisage de nos politiciens et de nos fonctionnaires publics quant l'achat de matériel militaire. Et peu de voix se font entendre pour remettre les pendules à l'heure. Vous êtes chanceux de ne pas avoir de marine, c'est un autre gros problème de moins! Il faudrait cultiver un comportement de "consommateurs avertis" envers les politiciens et les contribuables. Au Canada tous les intercepteurs affectés à la défense du ciel canadien furent depuis le CF-100 des années '50 des biréacteurs et le successeur aux CCF-188 Hornets devrait être aussi un biréacteur et surtout pas un monoréacteur comme le F-35. Quant au remplacement de vos F-5 et F/A-18, la candidature de l'appareil suédois serait le "meilleur best buy" pour le contribuable et électeur helvète.

Écrit par : Simon Perrault | 28/02/2016

A méditer avant que M parmelin et le DDPS ne prennent une quelconque décision!!!

Israel Reconsidering 2008 Purchase of U.S. Jets; Cabinet Mulls Cancelling Acquisition of Flawed Fighter-Jet Rejected By Most NATO Air Forces
(Source: Israel National News; published Feb 29, 2016)
By Hillel Fendel
A welcome decision made back in 2008 to purchase U.S.-made Joint Strike Fighter (JSF) jets no longer appears very attractive in 2016 – and Israel is considering backtracking on it.

So say Israeli government sources quoted by Middle East Newsline (MENL).

For one thing, the much-touted JSF has some inherent flaws, such as inadequate range, weapons payload and stealth capability. In addition, the Americans refuse to share the JSF source code with Israel. Israel would not be able to modify the platform to fit its needs, and would have to send damaged engines to Turkey or the U.S. for repairs.

According to the sources, some Israeli Cabinet members say the state-of-the-art version of the F-35 jet is outright "flawed." Israel could find itself "increasingly dependent" on a fighter-jet that has been rejected by most NATO air forces, the sources say.

Until the JSF reaches its full potential, a highly-placed source said, "we will have dozens of very expensive aircraft with limited capabilities."

Back in September 2008, the U.S. Defense Department approved the sale of 25 F-35 stealth-enabled Joint Strike Fighters to Israel's air force. The $15.2 billion deal included an option to buy 50 additional bombers in ensuing years.

Israel was particularly interested in the plane because of its short takeoff and vertical landing capabilities. It was assumed that in war-time, Israeli bases and runways were liable to be heavily targeted by enemy missiles, rendering them all but unusable. The F-35B, with its ability to hover, land vertically, and take off vertically with a light load, would be invaluable under such circumstances. In addition, it needs only a few hundred feet of runway to take off when fully-loaded.

Even back then, however, manufacturer Lockheed-Martin faced claims that the jet performed poorly in tests and combat simulations. The company insisted that the JSF was the most advanced fighter of its class available.

Israel is currently expecting 33 F-35A jets, to arrive in two batches. The first aircraft are expected to arrive by 2017. Over 20 of them were supposed to have arrived last year, but the order was reduced to 14 by a government panel headed by Energy Minister Yuval Shteinitz. Seventeen F-35's are still on order for 2017, and the Israel Air Force continues to push for even more to arrive by 2020.

The Netanyahu government has urged Washington to sell Israel the advanced F-15 fighter-jet that has been approved for Saudi Arabia. But the Obama Administration has refused, presenting the JSF as the only platform available for Israeli purchase with the more than $3 billion a year it receives in American aid.

A second source quoted by MENL says the "overall feeling [among Cabinet members] is that Israel can't continue on this path and needs proven combat platforms." The sources added that Israel would end paying a "strategic price" for "procuring, operating, and training for 50 inadequate aircraft."


(EDITOR’S NOTE: As we have previously reported, Israel is more interested in buying two additional squadrons of F-15I twin-engined fighters which it can upgrade and improve at will rather than F-35s whose modification and operations are controlled by the United States and Lockheed Martin.
The issue is especially critical as the F-15 production line will close without new orders [see related story today: Israel Wants More F-15Is But Opposes Their Sale to Qatar]).

Écrit par : forêt10 | 29/02/2016

@ Simon Perrault
merci beaucoup pour vos commentaires, je vois que la Suisse n'est pas la seule a avoir des problèmes, il y a peut-être un virus qui agresse les neurones à un majorité de la population et ceci pour tout l'Europe, je me pose des question si notre alimentation n'est pas modifiée avec des somnifères ? vite un appel à Fox Molder lui trouvera la solution.
concernant les achats a part la munition, camion, jeep, remorque, moto devient sujet tabou et glissant.
la Suisse est la championne en achat militaire, chaque année la majorité ce sont des camions, voiture, jeep, etc... mais ou est le remplacement des chars ou du reste ?
je pense le problème est plus vaste, le Canada, la Suisse ont le même problème mais les autres pays en Europe suivent la même pente, une Europe en perte de vitesse sur une armée performante qui sera incapable à défendre son pays.
en Suisse on commence aujourd'hui avec de gros problèmes sur les futurs achats, pour chaque programmes y va avoir des batailles avec nouvel avion de combat, défense aérienne, obusier blindé, char, etc.........

Écrit par : michel | 29/02/2016

@ Michel
Le problème est survenu avec la chute du bloc soviétique et l'émergence d'un nouvel ennemi plus difficile à contrer et à combattre: les divers mouvements djihadistes dont l'EI. A l'époque de la guerre froide, les gouvernements et la population des pays du monde occidental acceptaient sans trop rechigner les sommes consacrées à la défense. Avec la chute de l'Union soviétique, plusieurs dirigeants et citoyens occidentaux croyaient qu'avec la chute du Mur de Berlin, nous pouvions "retirer les marrons du feu" et réduire sensiblement les budgets consacrés à la défense un peu comme en 1918. Malheureusement et pour diverses raisons un nouvel ennemi du monde occidental plus sournois et difficile à vaincre, pratiquant la guerre guerre asymétrique de a surgit dont l'EI n'est qu'une illustration de ce fanatisme barbare. P.S. Avec les primaires se déroulant aux Etats-Unis certains étauniens professent des âneries quant à la façon de défendre leur pays!

Écrit par : Simon Perrault | 29/02/2016

En marge du sujet: Pour ceux que cela intéresse!

Chaîne de montage du Rafale …
http://link.brightcove.com/services/player/bcpid808058471001?bckey=AQ~~,AAAAu-f--Hk~,5zEK7jWffsgqKPQTIlNuNUqXgyf1TndP&bclid=0&bctid=3201526579001

Écrit par : forêt10 | 10/03/2016

un article sur la possibilité de voir des Su-35 ou T-50 équipés de technologie occidentale développée en Suisse:

http://www.20min.ch/schweiz/news/story/-Russland-ist-scharf-auf-einen-Kampfjet-Deal--13923190

Écrit par : Manu | 10/03/2016

Les commentaires sont fermés.