11/02/2016

Russie et Inde revoient les coûts du T-50 !

853.jpg

L’Inde et la Russie ont convenu d'une réduction des coûts en vue de la fabrication du futur avion de combat de cinquième génération Sukhoi T-50 PAK-FA. Cette nouvelle entente aurait été finalisée au cours de la visite à Moscou, du Premier ministre indien Narendra en décembre dernier.

La participation aux coûts :

Chacun des deux partenaires va investir l’équivalent de 4 milliards de dollars au cours des sept prochaines années, dont 2 milliards chacun, pour la première année et le reste réparti uniformément au cours des six années qui suivent. Le coût total du développement est désormais estimé à 10 milliards de dollars, comparativement aux 12 milliards annoncé précédemment.

Hindustan Aeronautics (HAL) participera à 25% des travaux et la société électronique indienne Bharat Electronics augmentera sa participation de l’ordre de 10% pour atteindre les 20%. Par ailleurs, on apprend que les entreprises indiennes vont gérer le remplacement de l'avionique russe, y compris les systèmes de missions et de navigation, des ordinateurs et systèmes d'affichage et de gestion, ainsi que les systèmes d'autoprotection en vue de la version d’exportation du T-50, qui sera considérablement différente de la version destinée à l’Inde et à la Russie.

L'armée de l'air indienne prévoit de se doter de 250 Sukhoi T-50. De son côté, la force aérienne russe devrait recevoir son premier appareil l'année prochaine et disposer d’un premier lot de 55 T-50 en service en 2020.

 

Rappel :

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera également d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.

 

675.jpg

Photos : 1 Sukhoi T-50 @ Alexey Mityaev 2 Su-50 @ Sergei Ablogin

Commentaires

Mouiais.... Comment l'Inde arrivera-t-elle à fournir l'équipement électronique pour cet avion de combat de 5e génération s'il elle n'y arrive pas pour ses S-30MKI (UK sera équipé de matériel israélien ) ??
Encore une histoire de bœuf et grenouille où un partenaire n'ose pas avouer être dépassé ??

Écrit par : Al&X | 12/02/2016

Je suis d'accord avec AI&X, et je rajouterai que son travail sur le Tejas a été très décevant, donc je vois mal ce que les indiens pourraient faire sur le T-50 pour le rendre efficace.
quand je lis aussi que l'Inde va avoir ne charge la partie informatique de l'avion, ça me fait terriblement peur. Les indiens ont la réputation d'être de mauvais programmeurs.

Écrit par : Spoutnik | 12/02/2016

Incrédule petits commentaires, l'Inde n'est juste bonne qu'a commander des Rafale, pour le
reste se sont de gros nuls! Pourtant l'argent de ces gros nuls est le bien venu en France"belle hypocrisie"! Combien d'entreprises françaises n'ont-elles pas délocalisés en indes ? Combien d'entreprises bien françaises ne font-elles pas confiance aux informaticiens indiens ? Assurances, banques, automobiles ? Et pourtant ces "minables informaticiens" sont déjà à l'origine des logiciels qui vont voler le T-50!!

Écrit par : Pavri | 12/02/2016

@Pavri : non, pas du tout : même pour les Rafales ce sont des gros nuls. La compétition MRCA a été lancée en 2001 pour être annulée en 2015. Pendant ce temps, le F35 est (presque) devenu un avion.

Écrit par : v_atekor | 12/02/2016

on parle maintenant que d'une commande de 60 appareils par l'IAF malgré les critiques émises dernièrement :

1- Moteur peu fiable ( moteur actuel AL-41F1 Saturn pour les prototypes)
2- Radar insuffisant ( KRET développe un nouveau radar pour 2018 "radio-optical phased array antenna" (ROFAR)
3- Furtivité laissant a désirer
4- Prix trop élevé ( 225M$ l'unité 2 a 3 fois le prix d'un SU-30MKI actuel)


Les russes ont déjà annoncé qu'il réduisait la première commande a 12 appareils dans un 1er temps ( pour une entré en service en 2017) conséquence de la situation économique du pays et du rythme modeste de développement du programme PAK.
D'ailleurs le contrat signé début janvier pour de nouveau SU-35 va dans ce sens.

Écrit par : Stéphane | 13/02/2016

Je ne suis pas sûr que toutes les références sont les bonnes car j'ai lu que tous les systèmes pour l'Inde porterai la référence 079.


Sh121 multi-functional integrated radio electronic system (MIRES)
N079 AESA radar[57]
L402 Himalayas ECM suite built by KNIRTI institute
101KS Atoll electro-optical suite[58]
101KS-O: Laser-based counter-measures against infrared missiles
101KS-V: IRST for airborne targets
101KS-U: Ultraviolet warning sensors
101KS-N: Targeting pod

source à croiser avec d'autres données:
https://en.wikipedia.org/wiki/Sukhoi/HAL_FGFA

Écrit par : Benoit | 13/02/2016

Ce n'est qu'une impression mais je trouve que pour un avion de supériorité aérienne, censé être comparé au F-22, je trouve ce T-50 très gros, lourdeau, et j'ai un doute sur sa capacité d'agilité.

Pour l'article, je confirme que la commande de l'Inde qui était initialement 250 appareils a été réduit à 144 ces dernières années. J'ignore si ce chiffre est tombé à 60 mais cela me parait très probable vu que les couts du T-50 ont augmenté significativement (retard, problèmes techniques, etc) et que l'Inde fait face à des problèmes budgétaires.

Écrit par : Spoutnik | 13/02/2016

@Spoutnik : pas si lourdeau que celà le T-50 : https://youtu.be/47YW7IMl9Og

Écrit par : Max | 13/02/2016

Je rajouterais aussi que je ne suis pas surpris que sa furtivité soit decevante cat quand on le regarde de dessous c'est pas fameux. Des reacteurs presque à nu, des forme pas tres lissée avec des creux comme entre les moteurs en dessous, des angles vifs, des missiles et support sur les ailes, etc.

Écrit par : spoutnik | 13/02/2016

@Pavri:Programmer des logiciels banquaires et pour pour les assurance et de la programmation temps réel pour du matériel militaire, ce sont 2 choses bien différentes.
Oui, Microsoft fais développer de grandes parties en Inde, oui Crédit Suisse et UBS aussi.
Les informaticiens indiens savent bien programmer ce qu'on leurs spécifie.. Mais là, du logiciel embarqué pour un avion de combat de la 5ème générations , j'ai de gros doutes! Oui je suis vraiment incrédule.
Pourquoi réussiront-ils là où les USA ont d'énormes difficultés (logicielles!) avec leur F-35?
Pourquoi achètent-ils du matériel israéliens pour les SU-35MKI??? Ce serait pourtant la bonne occasion de se faire la main....
Ces logiciels embarqués, c'est pas du Open Source.... On peut pas s'inspirer du travail des autres.
Alors, on en reparle dans 5 ans?

Écrit par : Al&X | 13/02/2016

Ce lien donné une petite idée de la complexité du software : https://www.f35.com/about/life-cycle/software
Le développement en mode block n'est pas vraiment usuel.... Surtout quand on sait qu'en rajoutant une couche, la plupart du temps, on introduit des effets indésirables dans ce qui fonctionnait avant...

Écrit par : Al&X | 14/02/2016

des nouvelles du Sukhoï T50-6-2

http://bmpd.livejournal.com/1918216.html

Écrit par : Benoît | 25/05/2016

Les commentaires sont fermés.