07/02/2016

L’US Navy veut le maintien du Super Hornet !

542.jpg

L'US Navy veut maintenir la chaine de production du Boeing F/A-18 « Super Hornet » à St Louis, car celle-ci est « vitale » pour surmonter les déficits et les retards du Lockheed-Martin F-35C. La flotte actuelle de F/A-18C/D « Hornet » vieillit plus vite que prévu de fait de sa surexploitation dans les longues campagnes au Moyen-Orient. Par ailleurs, des problèmes similaires sont actuellement rencontrés l'US Marine Corps avec ses « Hornet » et sa flotte de AV-8B « Harrier ».

Pour la marine américaine, il est devenu impératif de commander un minimum de 16 «Super Hornet» & « Growler » avec l’exercice financier 2016. Mais, il en faudra encore 35 d’ici 2020 pour combler les besoins opérationnels, mais également de formation des pilotes. Avec le retrait progressif des F/A-18C/D « Hornet » à partir de 2023, il faudra non seulement combler le départ de ceux-ci, mais également palier à la lente mise en opération de la flotte de F-35, dont l’US Navy semble perdre confiance.

Produire des «Super Hornet » :

Le secrétaire américain à la défense Ashton Carter a confirmé à la Marine qu’il faudra plus de F/A-18 « Super Hornet » que prévu précédemment. De plus, d’ici 2030 la force de frappe de la Marine reposera essentiellement avec le binôme « Super Hornet » & F-35 à la condition que ce dernier puisse recevoir l’ensemble de ses validations opérationnelles.

 

Les craintes opérationnelles du F-35 :

Une fois de plus, la problématique est connue et touche le programme du F-35. Le dernier rapport de la Direction des tests opérationnels et d’évaluation datant de la fin 2015 est tout simplement clair : « L'avion de chasse furtif ne sera pas prêt pour l'échéance de juillet 2017 » ! "Les problèmes importants sont bien connus, ils incluent l'immaturité du système d'information logistique autonome ainsi, que le système d’identification des pannes « Autonomic Logistic Information »(ALIS) qui continue d’échouer à identifier les pannes, sans oublier l'instabilité du logiciel avionique du Block 3F qui représente le squellette de l’avion et plusieurs problèmes concernant la fiabilité et la maintenabilité du moteur de l'avion", a ajouté le responsable du rapport Michael Gilmore.

Du côté de la Marine, la perplexité gagne du terrain avec le système de simulation qui doit permettre d’évaluer l’avion dans des environnements très complexes, difficiles à reconstituer dans la réalité, est lui-même en panne, car confronté à des difficultés informatiques. Le rapport pointe un nouveau problème qui concerne la question de l’échauffement de la soute à munitions qui dépasserait dans plusieurs cas de figure les limites fixées. Au sol, par forte chaleur à 32°C ou à grande vitesse et moyenne altitude (de 500 à 600 kt sous 25.000 ft pour le F-35A de l’USAF). La solution proposée par l’avionneur consiste à ouvrir la soute pour la refroidir et ceci même en vol. Problème, en mission de pénétration furtive, cette action rend tout simplement l’avion pleinement visible par les radars adverses. Toujours sur cette question, le refroidissement de la cellule et des soutes est obtenu sur le F-35 en utilisant le carburant comme dissipateur de chaleur (idem sur d’autres avions) mais ne donne pas de résultat satisfaisant sur le F-35. Cette problématique a été identifiée dès le début des premiers vols, il y a près de dix ans, mais à ce jour aucune solution n’est proposée.

 

7865.jpg

Photos :1 le F/A-18 E/F « Super Hornet @ USN 2 F-35 soutes ouvertes @ Lockheed-Martin

 

Commentaires

Et dire que cet avion, le plus cher du marché (et de loin), se vend bien à l"export. Comme quoi ce n'est pas la qualité et le prix d'un avion qui fait qu'il se vend bien.

Écrit par : Spoutnik | 07/02/2016

@Spoutnik: les choses sont plus compliquées qu'il n'y parait, la pression du vendeur et en des USA en sont un élément porteur.. le sujet de ma dernière conférence sur les Forces aériennes de l'Otan au profit de l'Association Suisse des sous-officiers : https://www.facebook.com/pascal.kummerling/posts/1224822444199877

Écrit par : pk | 07/02/2016

Là , le coup de la soute , le F 35 ne nous l'avait pas encore faite !
Au bout du compte , on aura bien ri , c'est déjà ça !
(une pensée émue pour les états majors des pays européens concernés , nos amis anglais en tête ...)

Écrit par : philbeau | 07/02/2016

@Spoutnik
Une vente d'avion de combat, c'est beaucoup de politique

Écrit par : James | 08/02/2016

"Une vente d'avion de combat, c'est beaucoup de politique"
Certes mais plus préjudiciable est que cela siphonne les budgets de certains pays durablement(au détriment du développement de notre arlésienne préférée; la Défense Européenne) car on oublie trop vite le coût prohibitif de la maintenance de cet avion qui devra plus ou moins obligatoirement passer par le constructeur.

Écrit par : nonmaisdisdonc | 08/02/2016

Pour l'année fiscale 2016 la Navy va sans doute obtenir 20 avions supplémentaires.

Le projet de loi propose d'ajouter 7 EA-18G (660 m$), 5 F/A-18 E/F (350 m$), 6 F-35B Marines (780 m$) et 2 F-35C Navy (255m $).

Enfin pour 2017 12 Super Hornet seront sans doute commandé.

En début d'année 2015 la Navy devait obtenir seulement 13 F-35 (9B et 4C)pour la FY2016...

Écrit par : Stéphane | 08/02/2016

@James: Oui il est clair que les pressions politiques sont maitres dans ces marchés et on l'a bien vu avec le marché de la Corée du Sud remporté par le F-15 qui était pourtant sorti dernier aux évalusations.
On a lontemps moqué le Rafale, qui ne se vendait pas car trop cher, car soit disant dépassé, et aujourd'hui on s'aperçoit qu'il n'en est rien. C'est un excellent avion omnirole, et son cout est le plus faible de ses concurrents équivalent (F-35 et Eurofighter).
si le Rafale ne se vendait pas c'est parceque 'on le vendait mal, et PK avait bien expliqué les raisons.

Écrit par : Spoutnik | 08/02/2016

@Philbeau:
Nos amis anglais se consolent en intégrant l'ASRAAM de MBDA sur le F-35!

Ces missiles seront utilisés au cours de l'année 2016, dans le cadre d'une série d'essais en vol et de tirs aériens qui représentent une étape clé vers l'IOC (Initial Operating Capability, capacité opérationnelle initiale) au Royaume-Uni.

A propos cher ami: Ou en êtes-vous, (chez vous) avec l'acquisition d'un nouveau Fighter?

Écrit par : forêt10 | 08/02/2016

@forêt10: On a déjà changé de Conseiller fédéral responsable de l'armée, c'est déjà ça (pas sûr qu'il soit meilleur, mais ce sera très difficile qu'il puisse être plus maladroit!).

À part ça, ça devrait reprendre d'ici l'année prochaine, je crois. Reste à savoir avec quels appareils: Le Gripen E/F (c'est à peu près sûr, mais où en est-on des essais Pascal?!?), le Rafale (c'est sûr), l'Eurofighter (c'est maintenant sûr qu'il est trop cher) et Pascal nous parlait éventuellement du F-35 (qui est une catastrophe économique, quand aux qualités opérationnelles on en reparlera en 2030!)... ;o)

Écrit par : Jo-ailes | 08/02/2016

Il n'y a que les américains pour vendre un avion de combat qui n'est pas encore entré en service.
Pour le Rafale, il était invendable sous le standard F3.

Écrit par : Gian | 08/02/2016

@Jo-ailes
Je crois qu'il y a une confusion, je ne parle pas de l'acquisition d'un "Fighter" en Suisse, étant donné que celle-ci n'a pas encore été lancée, mais au CANADA, car sauf erreur de ma part, notre ami "Philbeau" est canadien je crois...

Écrit par : forêt10 | 08/02/2016

@Gian: Beaucoup d'avion commencent leur carrière en étant que partiellement opérationnels, mais ce sont souvent des versions transitoires avec une montée en en puissance par rétrofit. Tu te moques du Rafale (sport national en France à une époque) mais l'Eurofighter a également eu ce type de démarrage.
Pour le F-35 c'est différent, son problème ne se limite pas à quelques mise à jour, ce sont de gros problèmes de conception et de structure qui lui font face, et également de moteur.L'avion est arrivé à un stade où certains défauts pénalisant ne pourront surement jamais être corrigé, et l'US Air Force et surtout la Navy le savent et s'en inquiète sérieusement. Ceci explique la longue prolongation de certains appareils comme le A-10 ou le Super Hornet, et on peut penser que d'autres seront également prolonger comme certains F-16 de dernière génération. D'ailleurs le projet du successeur a déja été lancé, comme si on voulait retarder la mise en service du F-35 et le remplacer ensuite le plus rapidement possible. Et mon petit doigt me dit qu'on ne cherchera plus à faire un avion trop sophistiqué à 4x le prix d'un bon avion tout aussi moderne, la leçon du F-35 sera-t-elle retenue ?

Écrit par : Spoutnik | 08/02/2016

@Gian : Que neni. Les Russes savent bien faire aussi. Mais le pompon revient aux indiens, qui achètent officiellement un avion à construire officieusement avec des russes avec qui ils signent un contrat sans jamais le payer et donc sans jamais avoir d'avion, mais en payant pendant 5 ans et arrivent cependant à le vendre... Et si vous n'avez rien compris, on vous envoie un négociateur indien.(et une corde...)

Écrit par : v_atekor | 08/02/2016

@ Jo-ailes
Je ne sais pas ce qu'il en est avec le Gripen en Suisse mais ça chauffe du côté du brésil avec la succession de scandales de corruption qui entachent la présidence Rousseff, le contrat Gripen semble être en cours de ré-examen là-bas. Les résultats des investigations pourraient être lourds de conséquences pour Saab et indirectement pour le choix de la Suisse. Le Gripen hors jeu, le rafale et l'eurofighter trop chers pour les finances suisses, quelle solution serait alors possible? un JF-17 a un prix imbattable, un FA18/E qui aurait l'avantage de négocier avec les USA le maintien d'une ligne de production et la conservation des "consommables", du Mig/Sukhoi pas cher mais peu fiable ? des avions d'occasion (F18C, F16, Mirage 2000 émiratis) même si cela semble être un mauvais choix?

http://www.defenseindustrydaily.com/brazils-gripen-acquisition-still-under-contention-belarus-plans-to-replace-mig-29s-with-su-30s-japanese-observers-saw-nk-missile-break-in-pieces-032696/

Écrit par : Frieden | 09/02/2016

@ forêt10: Désolé, je n'avais pas relevé que le message s'adressait à Philbeau! ;o)

J'espère sincèrement que nos amis à la feuille d'érable, s'ils devaient prendre un avion américain, choisiront le Super Hornet... ^^

Écrit par : Jo-ailes | 09/02/2016

Génial : ouvrir la soute à munition pour y diminuer la température ; bonjour la trainée et adieu la furtivité ! Quel est le c.. qui a inventé un avion pareil ?

Écrit par : Uldry | 09/02/2016

cool @Spoutnik, cool ...
je suis un fervent soutien au Rafale et j'ai toujours kiffé cet appareil.
Je disais juste que le Rafale défini comme omnirôle ne pouvait-être vendu alors déployé au standard F1 ou 2. Le produit ne correspondant pas à l'étiquette.
C'était juste avant que v_atekor ne me cite l'exemple russo-indien.
Pour moi la politique commerciale du F35 relève du coup d'audace.

Écrit par : Gian | 09/02/2016

A propos du successeur du F-18 à feuille d'érable. Il coulera beaucoup d'eau sous les ponts de Québec, comme nous disons, et une ou deux autres élections fédérales avant que le successeur au Hornet soit opérationnel. L'élection d'un nouveau gouvernement libéral à Ottawa à l'automne 2015 signifie l'abandon du programme d'acquisition des F-35. Le premier ministre Justin Trudeau a proposé de « remplacer les CF-18 actuels par des aéronefs plus abordables que les F-35 », en ouvrant un nouvel appel d'offre. Mais il y a un gros bémol "le Canada continue et continuera de prendre part au programme de développement de l’avion de 5e génération." http://www.45enord.ca/2015/11/f-35-le-canada-continuera-de-payer-sa-cotisation-au-programme-de-développement/ Traditionnellement les gouvernements libéraux fédéraux rechignent à débourser de l'argent public pour l'achat de matériels pour la défense comme la saga des Cormorants CH-124 en 1993 le démontre. Et lors de cette dernière campagne électorale une journée fut consacrée à la politique étrangère canadienne et rien aux questions de défense.... Depuis la seconde guerre mondiale les intercepteurs à la feuille d'érable étaient toujours des biréacteurs tandis que le D-35 est monoréacteur!!! Et lorsque nous retraçons l'historique du remplacement des CF-100 par les CF-101 en 1961 et des CF-101 par les CF-18 en 1982. Le processus est toujours le même: long et pénible. Au Canada nous excellons dans l'Art du niaisage(tergiversation). Et le remplacement des CF-18 connaîtra le même long et pénible processus d'acquisition et nous nous ferons tirer l'oreille par l'Oncle Sam si nous prenons trop de temps lors de ce magasinage. Mais il n'est pas certain que le candidat choisi provienne des Etats-Unis. La performance du Rafale dans les opérations au Moyen-Orient prouve sa parfaite compatibilité, la fameuse et sacrosainte interopérabilité, avec les forces armées étatuniennes font un candidat valable et crédible pour le Canada. Mais nos voisins du 45e parallèle pourraient bien sortir un atout caché dans leur jeux comme une nouvelle version du Super Hornet!

Écrit par : Simon Perrauilt | 10/02/2016

Les commentaires sont fermés.