25/01/2016

Rafale en Inde, accord politique !

rafale inde,dassault aviation,inde et rafale,avions de combat,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

New Dehli, les chances de conclurent « enfin » la vente de 36 avions de combat Rafale avancent, mais rien n’est encore sous toit ! Ce lundi, un pas important vient d’être franchis avec un accord politique entre les deux pays. La vente finale bute toujours sur le prix et les offsets.

Ce qui bloque le contrat :

L’accord politique de ce jour est important pour l’avionneur Dassault, mais le contrat tarde encore sur cet épineux dossier. Pour aboutir, il faut que les deux parties arrivent à se mettre d’accord sur le prix final et sur le dossier des offsets. L’Inde n’accepte toujours pas le prix actuel, soit 5,4 milliards d’euros pour 36 avions et demande à la France une baisse de prix de l’ordre de 10 % à 20 %. En parallèle, New Dehli, exige des offsets de l’ordre de 50% dont 30% directement réinvestit dans le pays.

Commentaire :

L’accord de ce jour est une bonne chose, mais ne doit pas faire oublier les points de discorde qui existent encore sur le fond du dossier, car sans un règlement de ceux-ci, il ne pourra pas y avoir de finalisation du contrat. Une chose se vérifie une nouvelle fois, les bonnes nouvelles concernant le programme Tejas mettent l’administration indienne en position de force pour la finalisation du contrat avec la France. Mais celle-ci, n’en fait-elle pas un peu trop ? En effet, le prix annoncé par la France en Inde est parfaitement raisonnable d’une part, il correspond par exemple à l’offre faite à l’époque à la Suisse (par appareil) et ceci sachant que les négociations ne portent plus sur 126 avions, mais sur un nombre réduit d'aéronefs. De plus, les difficultés de l’industrie indienne, rendent difficile le transfert de technologie, en ce qui concerne les offsets. La suite au prochain épisode !

 

Photo : Image de synthèse Rafale aux couleurs indiennes @ Dassault

 

Commentaires

Dans mon dernier éditorial du 20 courant sur"Le Rafale en courte finale" j'exposais le marchandage "à l'indienne" sur le sujet.
Aujourd'hui nous apprenons que le contrat final serait de 9 Md €, armement compris (non encore ratifié)et que la France serait prête à investir pour 10 Md€ sur 5 ans en Inde.
Cherchez l'erreur... Encore une affaire qui va coûter très cher aux contribuables français!

Écrit par : forêt10 | 25/01/2016

@Forêt10 : quand on investi, ce n'est pas à fond perdu a priori, c'est pour en retirer des bénéfices, Sans compter Il y a aussi 6 centrales nucléaires, des scorpènes, du solaire, des voitures dans les contrats signés en Inde...
.
Cela étant j'attends de voir, car s'il y a une chose qui est certaine, c'est que 36 rafales ne riment à rien. Soit ils enterrent de facto le tejas et il y en aura plus ce qui peut être financièrement intéressant, soit on est bon pour poireauter quelques années encore...
.
ce qui est certain c'est que les ministères se tapent les uns sur les autres, générant le blocage que l'on connaît sans prise de décision claire, que ce soit pour enterrer le Tejas ou au contraire pour l'appuyer décisivement, car les "bonnes nouvelles" ne sont vraiment pas nombreuses pour un programme aussi ancien : il n'y a pas que le coq gaulois qui chante les deux pieds dans le fumier...

Écrit par : v_atekor | 25/01/2016

Le feuilleton du probable achat du Rafale par l'Inde est passionnant à suivre. Voilà que les compensations française seraient supérieures à la commande. Notre "cher Président" a vraiment le sens des affaire.

Écrit par : Benoit | 25/01/2016

Ce contrat devient totalement ridicule et nous devrions envoyer les indiens allez voir ailleurs.
D'ailleurs ailleurs pour quoi ? si les indiens veulent un avion très performants, multirole, et pour pas cher elle va pouvoir cherchez longtemps. le F-35 est hors de prix, L'eurofighter encore plus cher, le Gripen ne répond pas aux exigence indiennes, les avions chinois sont hors course car ce sont des ennemis potentiels, et l'inde ne veut plus d'avion russes de type Su35, car elle en a déja 300 et l'inde s'en plaint fortement (taux de disponibilité catastrophique). Et après toute cette histoire, quel constructeur voudrait commercer avec eux à présent.
Quand au Tejas il ne replacera jamais le Rafale, il ne joue pas dans la meme court.
Soyons honnete, l'Inde aimerait recupérer un max de technologie du Rafale pour son savoir faire et une future version de son Tejas qu'elle peine à finir, mais visiblement l'industrie indienne n'en a pas la capacité. C'est là que ça bloque.


Et pour compliquer la chose, une demande de la marine indienne aurait été faite auprès du gouvernement indien pour l'acquisition de 54 Rafale marine qui équiperont leur 3eme porte avion.
http://www.opex360.com/2016/01/21/laeronavale-indienne-sinteresse-de-pres-au-rafale-marine/
Bref on n'a pas fini d'entendre parler de l'Inde et du Rafale.

Écrit par : Spoutnik | 25/01/2016

Mais d'où vous sortez vos problèmes de prix et d'offset, et surtout vos chiffres ?!

Les faits indiquent qu'il reste à établir le montage financier. Ce qui veut dire qu'ils sont d'accord sur le prix. Ya rien à ajouter.

Écrit par : Bruno | 25/01/2016

@PK:
Vous poussez le bouchon un peu loin en affirmant que les succès du Tejas mettent l'Inde en position de force. Ce programme souffre de difficultés bien réelles qui persistent malgré tout, et ça reste un avion de seconde ligne au mieux, qui ne pèse pas lourd face aux autres productions régionales. Je ne vois vraiment pas ce qui pourrait mettre l'Inde en position de force, au contraire. Dassault a enregistré de nouvelles commandes et garde des prospects très chauds (le dossier Emirats avance lui aussi vous avez certainement suivi), et la chaîne de production ne manque pas de travail pour plusieurs années. Pendant ce temps l'Inde perd du temps, son armée de l'air a un taux d'attrition parmi les plus élevés au monde, elle perd des pilotes et le trou capacitaire face aux autres puissances régionales se fait chaque mois plus important. L'urgence grandit en Inde, c'est Dassault in fine qui en profitera. Ne pas oublier que c'est l'Inde qui a choisi le Rafale !

Écrit par : patex | 25/01/2016

Vous mélanger l'affaire Rafale et les autres projets avec le contribuable qui paye, il y'a pas que le Rafale qui compte.

Pour contre, je veux savoir où l'administration indiennes est en position de force avec leur tejas, parce que les Chinois font beaucoup mieux et que le tejas est dépassé.

Je serais curieux de voir comment se passe les négociations avec les russes si elles sont aussi compliquée, si elle le sont pas, c'est que leur ministre de La Défense et pro russe et corrompue.

Je vous donne une interview de Mr Trappier qui donne des nouvelles sur l'affaire en Inde, ça change des autres médias.
http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/contrat-rafale-en-inde-il-y-a-une-vraie-volonte-d-aboutir-selon-m-trappier_1757185.html

Écrit par : Adri74 | 25/01/2016

@Adri74
Il est clair que le Tejas n'est qu'un avion secondaire, un petit intercepteur qui a beaucoup de mal à etre mis au point et on a du mal à comprendre en quoi il met l'Inde en position de force. Je trouve meme que c'est la France qui est ne position de force car l'Inde a uun besoin urgent de refair euneforce aérienne digne de ce nom et il est meme déja trop tard. Elle ne pourrait meme pas se payer le luxe de tout recommencer à zéro.
Coté négociation Indo-russe, ce n'est pas la joie. L'inde est en colère sur ces Su-35 Mki qui ont une taux de disponibilité catastrophique. Et concernant le T-50 l'Inde est très mécontente d'être mise à l'écart du developpement de l'avion alors qu'elle est en coopération sur ce programme.
Bref, les indiens me semblent vouloir en apprendre beaucoup, obtenir un savoir faire en payant le minimum, voir meme en ne payant pas. Bref c'est abusé et l'Inde en fait trop, en veut trop. C'est vouloir le beurre et l'argent du beurre comme on dit chez nous. Je comprend que la France ne veuille pas céder sur ces exigences absurdes et je pense que n'importe quel autre pays ferait comme la France.

Écrit par : Spoutnik | 25/01/2016

@spoutnik : Si la France, comme vous l'écrivez était en position de force, le contrat serait signé depuis longtemps et ne buterait pas encore sur des questions de prix. Quant à la questin du Tejas, petit et avec peu de capacité, certes, mais qui représente pour l'Etat indien la consécration de la mise au point d'un avion de combat.

Écrit par : marco | 25/01/2016

Pour info le taux de disponibilité du Rafale qui a été donné à l'Assemblée Nationale en 2015.

http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-72354QE.htm

Il est pas plus élevé que celui des Su 30 MKI indien.

Écrit par : Benoit | 25/01/2016

@marco: Vous n'avez pas l'air d'être très au fait du temps que prennent les négociations en Inde.
La vente des avions d'entrainement Hawk en 2004 a mis vingt-six années à se concrétiser, du fait de l'extrême complexité du fonctionnement de l'administration indienne.
Cela dit vos récentes interventions ici manquent tellement de profondeur que vos difficultés de compréhension ne m'étonnent guère.

Écrit par : patex | 25/01/2016

@Patex: Vraiment ? Et pourtant, le PC-7 a été négocier en 6 mois, le P-8A en 12 ! Les exemples sonr bien là. Mais l'administration indienne foncitonne lentement en fonction de développement indiens, lorsque ceux-ci sont en compétion avec un aéronef étranger, l'administration freine, puis s'accélère en fonction de l'évolution de ceux-ci. Je ne vous retorune même pas le compliment...

Écrit par : marco | 26/01/2016

L'Inde est un pays très complexe à bien des égards, avec une administration qui certes fonctionne, car héritée des collons anglais, mais qui n'a pas véritablement évolué ou presque. Mais il y a un élément très important dans ce pays qui conerne la vision de l'intérêt national. Le politique peut donc actionner à sa guise des mécanismes qui vont accélérer les bonnes vieilles procédures, mais uniquement lorsque l'in térêt national n'est pas en cause. Il faut à se stade différencier l'indépendance industriel et les projets nationaux des impératifs d'approvisionnement sectoriels.
Par concéquent, un projet d'acquisition d'un système étranger peut être activer rapidement à la condition que celui-ci ne soit pas en concurrence avec un projet local. On le voit avec le Pilatus PC-7 dont les deux premières tranches ont été commandées dans un record de temps. Sauf, que la troisième sera plus longue, car celle-ci va buter avec le projet indien d'avion école. A l'évidence et PK a été le premier à relevé la problématique avec le programme MMRCA et le Rafale, les projet d'achat ne sont pas égaux les uns les autres aux yeux du politique dans ce pays.

Écrit par : Steeve | 26/01/2016

@marco: l'achat d'un avion de combat de première ligne a une autre signification en terme d'orientation stratégique et de souveraineté industrielle que celle d'une machine "simple" comme le Pilatus.
Dans le cas du Poseidon, les indiens ne réclament pas de transfert de technologies et n'en font pas un projet structurant pour un pan entier de leur industrie. C'est bien pour cette raison que les tractations sont longues. Les négociations pour le Hawk ont duré une éternité car les indiens voulaient le produire sur place.
Si Modi en a fait une affaire de gouvernement à gouvernement, c'est pour accélérer le processus de négo qui est ralenti par les différentes administrations au fonctionnement totalement archaïque. Le passage en force du premier ministre pour bousculer l'administration est un signal clair que l'Inde est dans l'urgence. Vous remarquerez que rien ne filtre du côté de Dassault ou du gouvernement français, alors que c'est la cacophonie chez les indiens...

Écrit par : patex | 26/01/2016

@Marco: "Si la France, comme vous l'écrivez était en position de force, le contrat serait signé depuis longtemps et ne buterait pas encore sur des questions de prix"

Et pourtant le Rafale est le moins cher parmi l'Eurofighter, le F-35 ou le Su-30.
L'inde voudrait un avion moderne des plus performant pour le prix d'un avion bas de gamme. Faut pas pousser non plus et ça ne me surprend pas que la France (enfin surtout Dassault) ne veuille pas vendre son avion à perte.
Cela dit, le prix n'est pas réellement le vrai point bloquant car c'est surtout sur les offset et les transferts de technologies que l'Inde pousse.Payer un avion en obligeant qu ela moitié de l'argent dépensé reviennent à l'Inde c'est comme vouloir payer un avion deux fois moins cher. Idem pour les transfert de techno que l'Inde voudrait récupérer pour l'intégrer à ses futurs avions locaux.

Bref, l'Inde abuse et rarement un pays n'aura poussé aussi loin l'exagération.
Dassault devrait bientot voir arriver un contrat pour les émirat arabe uni, ce serait imminent, et porterait sur 60 appareils. Et si ce contrat arrive avant celui de l'Inde ils vont devoir attendre 1 à 2 ans supplémentaires et aux dernières nouvelles l'armée de l'air indienne est très pressante car elle a un besoin énorme et urgent face à des ennemis ou menaces de mieux ne mieux équipés

Écrit par : Spoutnik | 26/01/2016

@Spoutnik: L'Inde joue la position de force c'est une évidence et en abuse, effectivement. Pour les EAU, c'est un autre problème et rien n'est ancore jouer, mais remercier le l'arrivée de Trapier au commande car son prédécesseur avait donné une image épouvantable de la France en matière d'arrogance.

Écrit par : marco | 26/01/2016

J'ai l'impression que le contrat avec les EAU ferait du bien au contrat indien.

Il permettrait d'ouvrir une seconde ligne de production et de réduire les délais de livraison et le prix de l'appareil ce qui rentrerait dans les critères des indiens.

C'est peut être pour ça que Dassault dit qu'il faut encore attendre 4 semaines?

Écrit par : hdg | 26/01/2016

@marco : tu te trompes, elle n'est pas en position de force dans le sens ou ce contrat a vraiment énormément tardé. D'autres acheteurs permettent de pérenniser la ligne de production du Rafale, l'objectif stratégique français est déjà atteint. Elle a perdu son opportunité d'être massivement en position de force, mais ne s'en est pas encore aperçue. pire : la ligne de prod' actuelle est tellement pleine que ça décale les commandes françaises, ce qui ne fait pas forcément l'affaire de l'Etat lorsque son armée est engagée sur plusieurs fronts.
.
Le seul intérêt, pour la France, d'un tel contrat, est désormais uniquement financier. Et il est clair que si on retarde trop ou que l'on baisse les prix, et bien l'intérêt disparaît purement et simplement : impossible d'être trop gourmand avec un vendeur qui n'a pas tellement besoin de vendre, impossible d'être en position de force avec un vendeur qui promet au mieux des avions pour dans 5 ans...

Écrit par : v_atekor | 27/01/2016

@Spoutnik:
Dassault ne vendra pas à perte!
Le prix fixé en 2015 de 122 Mio€ / avion sera le montant que Dassault remettra à l'état français.
L'état français réglera la note à Dassault.
L'accord final avec l'Inde sera épongé par le contribuable français.
Pour étayer ce je j'écris ici, il suffit de suivre le feuilleton entre DCNS et l'état français depuis un an.
A ce jour DCNS réclame toujours ~ 200 Mio€ à l'état français; ~900 ont déjà été payés à DCNS.
Pour mémoire DCNS réclamait au moment de la vente 1,2Md€!

Pour l'instant en Inde nous en sommes à 84 Mio€ et 100% d'offsets (voir les 10 Md€ d'investissements français)

Écrit par : forêt10 | 27/01/2016

@V-atekor: si le contrat a tardé, c'est justement en grande partie par la volonté la volonté indienne, vous avez raison sur le fait que l'intéret de la France est financier, par contre il semble que les négociation entre les deux gouvernements parlent d'une livraison rapide et non de 5 ans! Effectivement la Fance se retoruvent dans une situation complexe car elle devra livrer vite et ceci pose un problème en ce qui concerne l'Armée de l'air.

Écrit par : marco | 27/01/2016

@hdg: En aucun cas celà n'aurait aucun effet, si ce n'est de contracter un peu plus les delais de livraisons (voir Marco & v-atekor)

Écrit par : Stéphane | 27/01/2016

marco : "les négociation entre les deux gouvernements parlent d'une livraison rapide et non de 5 ans!"

Rapide, à partir de quand ;-) Au rythme indiens, 5 ans c'est optimiste ! Mais oui il est possible qu'il y ait un lot de quelques avions qui soit livré rapidement contre paiement d'un acompte, comme ça a été le cas en Égypte. Quant au dernier avion...

Écrit par : v_atekor | 27/01/2016

@Stephane
si les contrats de 60 appareils pour les EAU est signé avec les 36 (+36 plus tard?) pour l'Inde, la création d'une seconde ligne de production aura un sens, ce qui permettrait de maintenir les délais de livraisons et de baisser le prix unitaire des Rafales. Je suis persudé que c'est le plan de Dassault.

Écrit par : hdg | 27/01/2016

L'esprit du commerce semble échapper à certain dans ce forum, en effet, le client est à plus forte raison dans le domaine de l'armement est toujours en position de force, mais selon les cas, avec des nuances que le/les vendeurs doivent être capables d'interpréter. L'Inde est naturellement en position de dicter ses conditions, d'une part par ce que ce pays dispose de plusieurs fournisseurs en matière d'avions et d'autre part car ses besoins son énormes et peuventt déboucher sur des commandes additionnellles. J'ai lu ici que l'Inde avait négocier quelques systèmes étrangers pour équiper l'avion français, un élément caractéristique de pressions sur le vendeur. En ce qui concerne d'éventuels excès en vue de la baisse du prix et l'obtention de compensations industriels les officiels indiens aurient torts de se gêner, quitte à pousser l'exagération. Mais, le constructeur français tout comme le gouvernement doivent vendre cet avion absolument et ceci je voous le rappelle face à une concurence qui n'est pas toujours équitable, je fais ici allusion aux produits venu des USA.

Écrit par : Gabriel Stein | 27/01/2016

@hdg. au prix d'une seocnde ligne de fabrication avec 60 appareils celà ne serait absolument pas rentable et le prix serait reporté sur le coût de chaque appareil. Rien d'intéressant!

Écrit par : marco | 27/01/2016

Ou va nous mener cet "Accord politique"?
On apprend cette semaine que les négociations, qui soit dit en passant devaient être réglées en 4 semaines, sont de nouveau bloquées!
Cause(s) invoquée(s) le(s) prix!
Vous me direz que ce n'est pas nouveau, mais après la baisse substantielle de 122 à 84 Mio l'unité, le premier ministre qui a fait son show jeudi, déclare que "le prix ne me convient pas et tant que ce prix ne correspondra pas à MA vue des prix, aucun deal ne sera signé!"
Que veut-il? outre "au minimum 50% d'offsets" une diminution de 25% sur le prix d'achat des "Rafale" soit ~ 65 Mio l'unité.
Quand l'état français et Dassault arrêterons-t-ils cette mascarade!
PK vient de nous montrer le J-20 Chinois, ils (les indiens) ont qu'à en acheter ou mieux encore des F-35 américains...

Écrit par : forêt10 | 19/02/2016

"Quand l'état français et Dassault arrêterons-t-ils cette mascarade!"

Ca serai plutôt aux indiens d'arrêtez cette mascarade, mais quand ont connais pas les indiens, vaut mieux se taire.

Tiens pendant ont parle de ce marcher, voici quelques nouvelle concernant ce deal,bonne ou mauvaise, ont sais pas?

http://www.ndtv.com/india-news/rafale-on-instalments-is-the-answer-to-defence-ministrys-tight-budget-1283367

http://www.oneindia.com/india/adequate-funds-kept-for-rafale-deal-parrikar-2031686.html

Et voila pour ces nouvelles.

Écrit par : adri74 | 04/03/2016

La coupe à moitié vide:

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/le-cinq-defis-de-dassault-aviation-pour-2016-556249.html

La coupe à moitié pleine:
http://www.defensenews.com/story/defense/policy-budget/industry/2016/03/10/france/81587960/

Comme quoi sur un même sujet et une même conférence, la synthèse peut être (très) différente:
Les français, pour une fois, font profil bas, tandis que les américains considèrent que l'affaire est presque pliée (Dassault Says It's Close to Rafale Deal With India)
A suivre...

Écrit par : forêt10 | 11/03/2016

New Dehli dernière, Demandez la dernière édition!!!

http://www.defense-aerospace.com/articles-view/release/3/172163/india%E2%80%99s-law-ministry-raises-last_minute-hurdle-to-rafale-deal.html

Jusqu'où iront-ils pour ne pas signer...?

Écrit par : forêt10 | 16/03/2016

Ils n'ont qu'a continuer comme ça ils feront passer pour des idiots, qu'il continue à faire perdre le temps à Dassault, le jour ou un autre client leur brulera la place de livraison, d'autant que Dassault n'a plus le couteau sous la gorge depuis l’Égypte et le Qatar ont signer, reste que les EAU signe avant eux comme ça sera bien fait pour eux.


Le mieux serai aussi d'éviter de croire que dit la presse, ça ira mieux pour certains.

Écrit par : adri74 | 17/03/2016

A tous nos amis qui espèrent une commande de Rafale de la part des EUA:
Cette commande (si elle vient un jour) est remise au mieux à 2018 (officiel).
Les causes nominées:
- Prix du baril en chute libre
- Opérations au Yemen qui coûtent très chers.
- Satisfaction avec la flotte actuelle (dont les Mirage 2000-9)

Mauvaise nouvelle pour Dassault et la France, car à la vitesse ou vont les négociations avec l'Inde, 2016 risque d'être une année "blanche" pour leur carnet de commande respectif.

Écrit par : forêt10 | 18/03/2016

Il est permis de penser qu'avec un prix du baril de pétrole bas, les contrats civiles et militaires vont pas être nombreux en 2016. Ou ils seront étalés dans le temps. Pour 2017, il faudra attendre l'élection du Président ou de la présidente, de l'assemblée et attendre la nouvelle politique extérieure du nouveau gouvernement. Ob peut attendre un gel, voir un embargo sur les armes pour la région.Donc je pense que les contrats seront que du consommables.

Écrit par : Benoit | 19/03/2016

Il est temps pour Dassault et notre ministre de la défense, de signifier fermement la fin de ces
ridicules façons de négocier.Les besoins Indiens pour son A de l'air sont les leurs, premier point,et rafale a largement le choix a l'export , second point.
L'inde est un trés beau pays, a lui de prévoir sa défence.

Écrit par : Baumann | 20/03/2016

A ce niveau de prix, ce n'est plus une vente d'avions, c'est un cadeau politique que les dirigeants français se font à eux même, au détriment de leurs finances publiques, déjà si mal en point.
Il faut rappeler que le prix de départ était de l'ordre de 12 Md€!!!

Si nous accélérons notre processus d'achat (avant les élections présidentielles françaises), nous pourrons bientôt avoir 30 Rafale pour le prix de 22 Gripen...

http://economictimes.indiatimes.com/news/defence/7-25-billion-france-makes-its-best-price-offer-for-36-rafale-fighter-jets/articleshow/52230203.cms

Écrit par : forêt10 | 12/05/2016

@Foerêt 10, non le prix de départ était d'environ 9 milliards pour 36 Rafale. Pour la Suisse celà ne change rien nousa ovns besoins de 50 appareils avec un plafond de 7 milliards. Pour ce prix l'Eurofighter et RAfale ne peuvnet que livrer 30 à 32 avions + 250 millions pour l'infrastructure. Seuil Saab peut livrer 44 à 46 Gripen E.

Écrit par : Steeve | 12/05/2016

Si ce monsieur Parrikar est réellement persuadé de ce qu'il avance, alors il doit officiellement renoncer à l'achat des 36 Rafale.

http://www.defenseworld.net/news/16128/Indian_Tejas_As_Capable_As_Rafale__Defense_Minister#.V0GC59KLQ-U

Ceci dit tout le monde sait à quoi s'en tenir sur la parole d'un homme politique...
Toutefois en 10 ans, les Indiens ont pu suffisamment amasser d'informations pour être à même de construire un avion de bonne facture.

Écrit par : forêt10 | 22/05/2016

"Si ce monsieur Parrikar est réellement persuadé de ce qu'il avance, alors il doit officiellement renoncer à l'achat des 36 Rafale.

http://www.defenseworld.net/news/16128/Indian_Tejas_As_Capable_As_Rafale__Defense_Minister#.V0GC59KLQ-U

Ceci dit tout le monde sait à quoi s'en tenir sur la parole d'un homme politique...
Toutefois en 10 ans, les Indiens ont pu suffisamment amasser d'informations pour être à même de construire un avion de bonne facture."

Je ne sais pas de quel coté vous êtes, mais il y'a tellement de contradictions du coté indiens que j'ose même plus croire au moindre articles concernant ce deal.

Et revenir au tejas, je voudrais bien le voir en comparaison avec les chinois et voir le résultat final.

Écrit par : Adri74 | 24/05/2016

Les commentaires sont fermés.