05/11/2015

L’US Navy pourrait commander plus de Super Hornet !

20090605174618super_hornet_on_flight_deck.jpg

 

Les retards du programme Lockheed-Martin F-35 poussent l’US Navy à envisager sérieusement une nouvelle commande de Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ». Le F-35 ne pourra en effet, pas venir combler assez rapidement le départ à la retraite des premiers lots de F/A-18 C/D « Hornet » dans la période 2023 à 2026, par conséquent, il faut impérativement combler ce vide.

Pour l’US Navy, il s’agirait de passer commande pour un supplément de 24 à 36 Boeing F/A-18E/F « Super Hornet » à travers l'exercice 2018. En parallèle à cette commande, l’US Navy envisage le maintien d’un certains nombre de « Hornet » dont l’état des structures permettrait de monter de 6'000 heures à 10'000 heures de vol durant la période 2016 à 2032. Pour l’US Navy le « Super Hornet » pourrait rester en service jusqu’en 2040.

 

Et l’Advanced Super Hornet :

 

2539970078.jpg

L’US Navy envisage également de relancer l’idée d’une mise à niveau d’une partie de la flotte de « Super Hornet » au standard « Advanced Super Hornet » durant la période 2023-2025. Le projet «Advanced Super Hornet» est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 «Silent Eagle». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité, concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Efficace et ayant donné de très bons résultats avec les essais du «Silent Eagle», le projet «Advanced Super Hornet» en reprendrait donc les lignes, pour une application sur les «Super Hornet» et autres «Growler» actuels. 

Tout comme sur le «Silent Eagle», on applique une amélioration de la furtivité des revêtements et la signature de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle, soit : l’emport de carburant et armes en externes. Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique n’a pas été oubliée, le cockpit est doté,  soit d’un écran géant ou de deux grands écrans couleurs. Les deux options seront dotées d’un mode tactile.

 

2213437.jpg

Photos : 1 F/A-18 E « Super Hornet » @ USN 2 Advanced Super Hornet @ Boeing 3 Super Hornet @ Gabriel Desmond

Commentaires

Pas surprenant sur les LIRP 8 et 9 USNavy a commandé que 4 F35 C au total. A un moment donné elle va manqurr d'avions sur sur porte-avions.A moins qu'elle en supprime. Ce qui m'étonnerai vu que les États-Unis montrent ses muscles à la Chine et dans le golfe.

Écrit par : Benoit | 05/11/2015

Malgré les améliorations envisagées sur un "Advanced Super Hornet" combien de temps pourront-ils rester compétitifs face au nouveau chasseurs de 5eme générations ?


Faut se souvenir aussi qu'en 2013 deux décisions avait été prises, l'annulation d'une commande de 13 F/A-18 E/F (FY2014) et peut de temps après une autre de 36 (FY2015).
Simple arbitrage budgétaire entre le Super Hornet et le développement du F-35...

Écrit par : Stéphane | 05/11/2015

Quel aveux d'échec pour ce F-35, devoir racheter un avion de génération inférieur et ressortir des carton un projet de remise à niveau

Écrit par : FabienM. | 06/11/2015

Les commentaires sont fermés.