02/11/2015

Un escadron de F-15 « Silent Eagle » pour Israël !

2135196.jpg

 

 

Tel Aviv, la levée des sanctions contre l’Iran va s’accompagner par la mis en place d’un nouvel escadron d’avions de combat Boeing F-15, au sein de la H'eil Ha'Avir, soit les Forces aériennes et spatiales israéliennes. Des sources israéliennes confirment que la demande qui a été convenue, lors d'une récente réunion entre les ministres de la Défense des Etats-Unis et d’Israël à Washington DC.

 

Un escadron de « Silent Eagle » :

Bien que les détails de la demande de F-15 n’ont pas été divulgués, les sources disent qu'il implique le dernier avion de la gamme « F-15 », soit le  « Silent Eagle ». Le Pentagone aurait également autorisé Israël à monter des systèmes israéliens sur l’appareil de type électroniques, mais également des armes air-sol et l'ajout de réservoirs de carburant pour des performances conformes à une autonomie prolongée.

 

Le Boeing F-15 « Silent Eagle » :

 

MSF09-0028.jpg

Dérivé direct du F-15E, le F-15 «Silent Eagle » dispose d’une amélioration de la furtivité des revêtements et la signature de l'avion, qui est due, au montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait qu’il possible en fonction de la mission de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle, emport de carburant et armes en externes.

 Le «Silent Eagle» est capable de transporter en interne l’ensemble des missiles air-air, tels que des missiles AIM-9X et AIM-120 et air-sol, des armes telles que le Joint Direct Attack Munition (JDAM) et Small Diameter Bomb (SDB). Le niveau de charge des armes utilisées sur les versions actuelles des F-15 reste  le même avec l’installation du CFTS.

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la  cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA)  permet une optimisation des différents capteurs et senseurs.

 

En adéquation avec la modernisation des F-15I :

Ce futur nouvel escadron qui devrait équiper la Force aérienne israélienne sera également en adéquation avec la dernière mise à jour de la flotte de F-15I du pays. La modernisation de la flotte de F-15I comprend l’installation d‘un nouvel ordinateur principal et d’un protocole spécial qui permet de canaliser les anciens systèmes en direction du nouveau système informatique et ceci, en conservant l’architecture actuelle. Cette mise à jour, permet aux F-15I de rester en service pendant les 20 prochaines années.  De plus, des travaux de structures ont réduits les risques de fissurations sur les parties mobiles de l’avion. Concernant la guerre électronique, des améliorations ont permis d’améliorer la protection des systèmes. En matière d’armement, l’intégration de système de types JDAM  et JASSM / JSOW a été planifié. Cette modernisation prévoit également la généralisation de l’intégration du missile Rafale Python 5 sur l’ensemble des versions du F-15 en service en Israël.  Le Python 5 est le dernier né des missiles air-air à courte portée de la famille «Python». Il dispose d'une capacité de tir « au-delà de la portée visuelle » se verrouille sur sa cible après le tir. Il dispose d'un nouveau système de guidage électro-optique et infrarouge. Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs.

 

693.jpg

Photos : 1 F-15i @ Yochai Mossi  2 le F-15 « Silent Eagle » @ Boeing 3 F-15i en vol @ IAF

Commentaires

Boeing trouverai là le moyen de prolonger sa ligne de production de F15, de gagner un peu d'argent. C'est assez surprenant car Israël est le seul de la région à pouvoir acheter le F35. Même si ce pays peut monter ses propres systèmes électronique et armes, ces avions seront presque les mêmes que ceux de l'Arabie Saoudite. A suivre

Écrit par : Benoit | 02/11/2015

@Benoit: Israel a déja beaucoup de F-15 (meme si ce ne sont pas des Silent Eagle) il est donc plus facile pour eux de continuer avec cet avion, surtout qu'ils connaissent bien l'avion au point d'y avoir inclu des instruments à eux.
Le F-35, je pense que maintenant plus personne n'a vraiment envie d'en faire l'acquisition et Isreal a plutot besoin d'un avion avec une forte capacité d'emport, ce qui n'est pas son cas.
Le F-18 n'a jamais eu la faveur d'Israel, et le F-16 n'est pas un avion de supériorité aérienne comme le F-15.
De toute façon Israel ne peut acheter que du matériel Us, donc le choix est plutot restreint.

Écrit par : FabienM. | 02/11/2015

Cela soulage surtout Boeing avec les fermetures programmées a plus ou moins brèves échéance des lignes d'assemblages du C-17, F/A-18 (a moins de commandes nouvelles) et du F-15.

Écrit par : Stéphane | 02/11/2015

En effet!

Si cette commande se confirme, elle sera la démonstration éclatante que le programme F-35 aura été un fantasme mal géré.

La levée des sanctions contre l'Iran est vue comme une menace par Israël, elle cherche donc à relever son niveau opérationnel, en conséquence, elle achète des F-15 Silent Eagle et non des F-35!


L'armée de l'air israélienne est pragmatique, expérimentée et compétente, elle possède des voisins turbulents et pas de profondeur stratégique, et quand ça se corce un peu plus, elle prend du F-15 Silent Eagle et non le dernier né du complexe militaro industriel US!
cqfd

Écrit par : syntaxerror9 | 02/11/2015

"Acheter" est un grand mot! J'aimerai bien que mon pays "achète" comm Israël. En fait les USA soutient Israël à bout de bras.... Et ce dernier ne manque pas d'utiliser ses lobbyistes à Washington.
Une base avancée US au Moyen Orient en fait.

Écrit par : Al&X | 03/11/2015

Je ne comprends toujours pas pourquoi l'armée israélienne n'a pas préfère acheter plus de f-35? Un dès critères peut-il être le temps? En effet je crois que les f-15 arriveront plus rapidement que les f-35. Enfin pas très clair.

Écrit par : Simonbro | 03/11/2015

Je ne comprends toujours pas pourquoi l'armée israélienne n'a pas préfère acheter plus de f-35? Un dès critères peut-il être le temps? En effet je crois que les f-15 arriveront plus rapidement que les f-35. Enfin pas très clair.

Écrit par : Simonbro | 03/11/2015

@Simonbro: Simplement à causes des coûts d'achat et de maintenance.

Écrit par : PK | 03/11/2015

@Simonbro: Si je peux me permettre d’émettre un avis:
Israël se trouve dans un état de guerre permanent.
Elle a donc besoin de moyens de défense FIABLES!
En aucun cas, le F-35 à l'heure actuelle et pendant encore de longues années ne peut être qualifié de fiable.
C'est la raison pour laquelle,Israël à renforcée son aviation avec des modules fiables et éprouvés que sont les F-16 et F-15 modernisés.

Écrit par : forêt10 | 03/11/2015

Ce choix du F-15 semble s'inscrire dans la même logique que les évolutions des avions russes : on améliore des "châssis" anciens, c'est plus rapide, moins onéreux et moins risqué techniquement que d'inventer un nouvel avion qui est à la fois un gouffre financier et une chimère technologique (le F-35). Compléter son parc de F-15 (certainement en grande partie payés par les USA et leur dotation annuelle à Israël) permettra à Israël de faire face à la majorité des menaces, les quelques F-35 déjà commandés n'ayant sans doute qu'un rôle proche de feux les F-117 au temps de la 1ere guerre du Golf : l'attaque incognito de points sensibles. Pour le quotidien des F-15 revalorisés par des technologies modernes seront certainement plus rentables et plus efficaces. Sans doute le lobby industriel américain empêche l'Air Force de faire les mêmes choix... du coté de Tel Aviv, on le sait, ils sont bien plus pragmatiques !

Écrit par : Ghost95 | 03/11/2015

Israël avait demandé le Silent Eagle ça fait longtemps mais l'adminitration Obama s'opposait. Le problème c'est que même le F-15SE reste inferieur en combat A-A à certains des avions des "voisins" (Egypte et Qatar: Rafale, Arabie S., Kuwait et Oman: Eurofighter). Israël aurai pu peut-etre adquerir des Eurofighter pour la superiorité aérienne. Je ne crois pas que le consorcium serai hostile à l'Idée (à diférence de la France) car Israel est déjà client des allemands pour des sous-marins et des italiens pour le Lavi.

Écrit par : 67 | 04/11/2015

@67
Pensez-vous vraiment que la France a des réticences à vendre le Rafale à Israël?

Écrit par : James | 05/11/2015

@ James: Malheureusement, c'est le cas, la France ne veut plus vendre à Israël, elle préfère "ses amis musulmans". Une demande d'Israël avait eu lieu au début des années 2000 pour évaluer le Rafale. Le gouvernement français de l'époque avait adressé une fin de non recevoir à celle-ci.

Écrit par : Liv | 05/11/2015

Sans vouloir relancer l'éternel (et sensible) débat sur les qualités apparentes du Rafale ou du Typhoon versus d'autres appareils, on peut néanmoins supposer que les performances finales (opérationnelles) d'un appareil restent directement liées à sa masse (rayon d'action, charge emport, diamètre antenne radar, volume pour accueillir de l'électronique, etc) qui font que sur ces aspects là un Rafale sera supérieur à un Gripen (aïe, je crains les commentaires de nos amis suisses), et qu'un F-15 sera plus "puissant" qu'un Typhoon, c'est une question de kilos et de m3... le taux de roulis importe peu (zut "importe moins").

Bien sûr si on ne ressent pas le besoin d'attaquer une cible située à plusieurs milliers de kilomètres, on peut choisir un avion plus léger et cependant très efficace... j'adorerai piloter un Gripen (clin d'œil à nos amis suisses, brésiliens et autres ;-). Israël vise (entre autres)des cibles lointaines qu’il faut atteindre sans ravitaillement en vol tout en emportant une charge militaire significative et en traversant de fortes défenses sol-air ou air-air, il n’y a pas dans le catalogue occidental beaucoup d’appareils avec ces caractéristiques de base. Pour parler du Rafale (que j’adore), il a pu effectuer des missions très longues grace à plusieurs ravitaillements en vol, mais intrinsèquement il a les « pattes » un peu plus courtes qu’un F-15E par exemple. Pas sûr qu’il puisse mener une mission type « Osirak » comme l’ont fait les F-15 et F-16. Nos amis pilotes de Rafale et lecteurs du site pourront peut-être corriger ce point sans trahir une info « secret défense ».

Si on considère que la flotte à l'étoile de David est US à 100% depuis la fin des années 80, à la place du chef d'état-major je ferai le même choix : garder le même fournisseur, le même circuit de pièces détachées et autres tout en achetant la toute dernière version d’un appareil largement apprécié. L'Inde fait un choix totalement inverse, leur niveau opérationnel semble s'en ressentir...

Enfin quant à l’idée que les américains aient pu « accepter » l’idée de financer Israël pour que ceux-ci achètent en parallèle des Rafales, faudrait être naïf. Rappelons-nous qu’ils ont « torpillé » (mais ils n’étaient pas les seuls) le Lavi ce qui a amené l’état hébreu à acheter d’autres F-16. Rappelons-nous aussi que ne fabricant pas de sous-marins à propulsion diésel électrique, les USA n’interfèrent pas dans ces marchés. En revanche, l’Allemagne concède à Israël des conditions financières très exceptionnelles sur ce point, disons en échange d’actions beaucoup moins complaisantes il y a quelques dizaines d’années… pragmatiques je vous dis ! :-)

Écrit par : Ghost95 | 05/11/2015

Israël a demandé une augmentation de l'aide militaire américaine, 50 mds sur 10 ans.

Source Reuters

Israël a demandé aux Etats-Unis qu'ils lui apportent une aide militaire annuelle représentant 5 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros), lorsque le programme d'aide américain en vigueur aura expiré, a-t-on appris mercredi de sources proches du Congrès.

Le programme en cours représente en moyenne une aide de 3 milliards de dollars et il expirera en 2017.

Le gouvernement israélien souhaite obtenir un soutien de 50 milliards de dollars sur dix ans, ont dit des assistants parlementaires, pour parer aux menaces qui vont apparaître du fait de la signature de l'accord entre l'Iran et les grandes puissances sur le programme nucléaire de Téhéran.

Selon Israël, la levée des sanctions économiques pesant sur la République islamique d'Iran va lui permettre de d'accroître son aide à des factions hostiles, en Syrie, au Liban, dans les territoires palestiniens et ailleurs.

Les sources et d'autres responsables américains ont toutefois prévenu que les négociations n'en étaient qu'à leurs prémices et que le texte n'était pas encore prêt à être adressé au Congrès qui devra l'approuver pour qu'il entre en vigueur.

"D'abord, ils doivent négocier avec la Maison blanche", a dit une source.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, doit rencontrer la semaine prochaine le président américain, Barack Obama et la question du soutien militaire américain devrait figurer au menu de leurs discussions.

Un responsable américain a prévenu qu'il était peu probable que la présidence accède intégralement aux demandes formulées par Israël, expliquant que les deux parties finiraient sans doute par se mettre d'accord sur une somme comprise entre 4 et 5 milliards de dollars

Écrit par : Stéphane | 11/11/2015

Les commentaires sont fermés.