28/10/2015

Northrop-Grumman remporte le contrat du futur bombardier !

maxresdefault.jpg

 

Washington, l’avionneur Northrop-Grumman remporte le contrat en vue de la conception du nouveau bombardier furtif, plus connu sous le nom de programme Long Range Strike-Bomber (LRS-B) et ceci face à Boeing et Lockheed-Martin.

Un énorme contrat :

Le montant de ce marché sans précédent depuis dix ans pour le Pentagone pourrait atteindre à terme 80 milliards de dollars, dont 14 uniquement pour le développement, l’US Air Force prévoit de commander une centaine de bombardiers furtifs. Le coût unitaire moyen des 100 bombardiers est estimé à près de 564 millions de dollars.

Le projet LRS-B :

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012, mais les principaux constructeurs (Boeing, Lockheed-Martin, Northrop-Grumman) ont reçu la consigne de ne rien divulguer sur le sujet. On le comprend, le sujet est classifié «confidentiel».

Le projet LRS-B est considéré, comme si important pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique occidental et le Moyen-Orient, que le programme se poursuivra en dépit d'une réduction de 487 milliards de dollars dans le budget du Pentagone, portant sur les 10 prochaines années.

 

Une décision qui sauve Northrop-Grumman :

Il y a quelques semaines, je vous parlais des coulisses et de l’enjeu de ce choix, en effet, le statut de l’avionneur et équipementier Northrop-Grumman, en tant que troisième source d’avions de combat pour l'armée américaine était condamné, si celui-ci ne remportait pas ce contrat, faute de pouvoir produire un aéronef pour équiper l’armée américaine. Alors, a-t-on voulu sauver Northrop-Grumman et garantir le maintien de trois avionneurs aux Etats-Unis ? La question semble déjà passionner les spécialistes ce matin aux USA!

A contrario, cette décision pose un problème à la division "avions de combat" de Boeing, qui pourrait se retrouver écartée de toute livraison à moyen terme. En effet, le "Super Hornet" arrive en fin de chaine de fabrication, les modernisations de F-15 ne représentent pas un avenir suffisant. Il ne reste plus que le futur programme d’avion école en collaboration avec le suédois Saab pour permettre à Boeing de maintenir une chaine de montage pour cette division.

 

Possible contestation du choix :

Boeing et Lockheed Martin ont exprimé leur déception et réclamé des éclaircissements sur les critères retenus pour l'attribution du contrat avant de prendre la moindre initiative en vue d’une possible contestation du choix.

 

northrop_grumman_b_x_battle_ax_by_bagera3005.png

Photos : Projet du LRS-B selon Northrop-Grumman

Commentaires

Le soldat Northrop-Grumman est sauvé pour l'instant. Ces concurrents peuvent porter plainte. Mais de quand date le dernier avion conçu par cette société. Sauf erreur de ma part, Boeing a obtenu un lot de 15 F18 G.L'Arabie Saoudite peut sauver le soldat Boeing avec un lot de F15 de. Quels seront les partages industriels sur ce projet? A suivre.

Écrit par : Benoit | 28/10/2015

Récemment, NG a notamment développé des drones (Xb-47B, RQ-180), ça permet de garder leurs compétences, comme l'avait fait Dassault avec le nEUROn

Écrit par : James | 28/10/2015

@Benoit : B2 spirit, 1997 pour la mise en service, et j'imagine qu'ils n'ont pas perdu complétement la main...

Écrit par : v_atekor | 28/10/2015

A quoi pourra bien servir un tel engin?
Sur la fiche technique en langue anglaise, j'ai lu "Le LRS-B doit être optionnellement piloté" donc c'est une espèce de Drone?
Lorsque l'on sait ce qu'un missile de croisière peut faire, je ne vois l'utilité d'un vecteur de ce type?
En outre toujours d'après cet article le coût de développement, calculé sur environ 100 appareils serait de l'ordre de 80Mdrs de $ (estimation 2010). On sait déjà que ce budget sera doublé voire triplé.
Quel gâchis!

Écrit par : forêt10 | 28/10/2015

En regardant de près Boeing et Vought ont participé au programme du B2 Spirit. Il est permis de penser que le congrès va imposer un partage industriel à Northrop-Grumman pour que chaques sociétés aient une part du gâteau.

Écrit par : Benoit | 28/10/2015

@forêt10
Un avion armé de bombes/missiles permet une réponse graduée de rien jusqu'à la bombe nucléaire suivant les charges emportées tandis qu'un missile de croisière c'est tout ou rien, avec le risque que le rien n'est pas assuré quand qu'il faut annuler la mission.

Écrit par : James | 28/10/2015

Les commentaires sont fermés.