21/10/2015

La Finlande lance la compétition pour remplacer ses Hornet !

 

capture-d_c3a9cran-2014-10-22-c3a0-22-20-20.jpg

 

Helsinki, cette fois c’est officiel, la Finlande lance la compétition en vue de remplacer sa flotte de d’avions de combat Boeing F/A-18 C/D « Hornet ». Pour ce faire, le gouvernement prévoit une enveloppe de 7,6 milliards de dollar, qui doit encore être validée par le Parlement.

Le Ministre de la Défense Jussi Niinistö a autorisé l'armée de l'air à ce mardi à débuter, le processus de sélection pour le projet « HX ». Le cahier des charges comprend 64 pages (les coûts et la basse observabilité étant les mots clefs) et va être envoyé, avec une demande de renseignements aux différents avionneurs potentiels, d’ici le mois de février 2016. Les avionneurs ont jusqu’en février 2018 pour transmettre une première offre à la Finlande. Le choix devrait normalement être connu, selon le calendrier actuel, au début de l’année 2021, afin de permettre une entrée en service du premier appareil en 2026.

 

Les aéronefs en compétitions:

On retrouve une nouvelle fois les grands classiques du moment, avec le Lockheed-Martin F-35 «Lightning II», le Saab JAS-39 Gripen E MS21,  l’Eurofighter «Typhoon II» T3A/B Block20 et le Dassault Rafale F3-R, ainsi que le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

 

Le Hornet en Finlande : 

C’est en 1992 que la Finlande décida d’acquérir 64 F/A-18 C/D «Hornet» pour remplacer les bons vieux MiG-21 et Saab J-35 «Draken». A l’époque, les Hornet finlandais ne sont pas complètement équipés, notamment en matière de guerre électronique et d’avionique, ce qui avait permis à l’époque de faire baisser le prix d’achat. Mais dès le début des années 2000, la Finlande décida d’équiper ses « Hornet » des systèmes manquants. Depuis les « Hornet » finlandais ont reçu les missiles air-air à moyenne portée de type AIM-120 AMRAAM avec un système de système de visée plus performant et de doter ceux-ci, du système de guerre électronique AN/ALQ-67.

Le groupe de travail du ministère de la Défense finlandais a recommandé que la flotte de F/A-18C/D puisse entrer en retraite durant la période 2025-2030. A signaler, que la Finlande considère que le coût d'un programme d'extension de vie des « Hornet » est à la fois risqué et prohibitif.

 

4200365317.jpg

Photos : Boeing F/A-18 C/D Hornet @ Finish Air Force

Commentaires

Pourquoi ne pas nous joindre à cette évaluation. Nous devrons bientôt aussi replacé les même avions. Si le choix concorde nous pouvons ainsi faire des économies pour les 2 pays car la commande serait plus conséquente. De plus la Finlande est aussi un pays neutre et de dimension similaire.

Écrit par : Christopher frey | 21/10/2015

"les coûts et la basse observabilité étant les mots clefs" il y a bien un appareil qui se détache du lot, c'est un certain Gripen E du voisin suédois ! A suivre... :-)

Écrit par : marco | 21/10/2015

Ont ils dit le type de missions destinées à ces avions ?
De l'interception ? du bombardement ? du multirole ?

Écrit par : FabienM. | 21/10/2015

Et encore il y a des pays qui songent au F-35? Même la Finlande qui à besoin surtout d'un chasseur et pas d'un avion d'un "simple" avion d'attaque? Si il est dans la compétition les ricains feront tout pour l'emporter... Du n'importe quoi... :-(

Écrit par : À quoi leur servira un F-35? | 21/10/2015

Allez, quelques escadrons de Rafale pour titiller la calvitie luisante de tonton Vladimir ? Les cocardes finlandaises iraient bien dessus !

Écrit par : patex | 22/10/2015

@FabienM : multirole, c'est aujourd'hui la norme pour la majorité des pays.

Écrit par : Pk | 22/10/2015

@ Christopher frey : Si vous êtes canadien, alors oui il y a de grandes similarités. Si vous êtes suisse, beaucoup moins, même si dans ces trois pays, c'est le F18 qui doit être remplacé.
.
@marco : il est clair qu'un partage des missions de formation et de maintenance, voire de munitions, avec la Suède peut être très avantageux pour la Finlande. Le même partage de coût qui est proposé par la France avec ses voisins Belges et Suisses. Dans le contexte actuel de la plupart des pays d'Europe, la routine pèse plus sur les budgets que les guerres (peut être pas pour la France et le RU, mais c'est une autre histoire).

Écrit par : v_atekor | 22/10/2015

@Marco dit ""les coûts et la basse observabilité étant les mots clefs" il y a bien un appareil qui se détache du lot, c'est un certain Gripen E du voisin suédois ! A suivre... :-)"

Je crois plutot que c'est une formulation qui écarter d'entrée le F-35.
Quasiment tous les pays prennent le critère du prix le plus bas possible comme important. C'est une façon de prévenir les constructeurs qu'ils comptent négocier et tirer les prix vers le bas ou qu'il va falloir faire des compensations.
Si le prix était l'unique et principal argument, il est clair qu'il n'y aurait pas d'appel d'offre et que le Gripen aurait été sélectionné d'office. Donc non le Gripen n'est pas particulièrement favori, il est au meme stade que les autres.

Écrit par : FabienM. | 22/10/2015

Question: les Hornets finlandais possèdent-ils un phare d'identification sur le côté bâbord comme pour les CCF-118 Hornet canadiens? Encore un sujet qui va alimenter les discussions sur la toile pendant bien longtemps!

Écrit par : Simon Perrault | 23/10/2015

@Patex:
"Allez, quelques escadrons de Rafale pour titiller la calvitie luisante de tonton Vladimir ? Les cocardes finlandaises iraient bien dessus !"
Sauf qu'à moins d'un revirement de stratégie spectaculaire, Dassault n'a pas l'intention de participer à cet appel d'offres.
Les déconvenues passées avec ce pays ont échaudé la maison Dassault.

Écrit par : forêt10 | 23/10/2015

Les commentaires sont fermés.