20/10/2015

Police aérienne, une bisbille pour rien !

 

3521238273.jpg

 

La Russie a protesté lundi contre l'approche d'un avion de chasse suisse près de l'appareil amenant le président de la Douma à Genève. Dans un premier temps,  la diplomatie russe avait incriminé un appareil militaire français.

 

Un joli méli-mélo :

 

Incriminée dans un premier temps, nos voisins se sont vus accusés par la Russie d’un incident diplomatique avec la convocation dans la journée de l'ambassadeur de France à Moscou. Paris a dès lors déploré cette convocation, sur la base d'accusations erronées et a affirmé avoir fourni aux Russes toutes les mises au point nécessaires.

 

Les faits :

 

La réalité est pourtant très simple, nous avons affaire ici à contrôle aérien des Forces aériennes suisse dans le cadre de la police aérienne avec un contact visuel avec le pilote de l’avion russe pour ne vérifier le type et l'immatriculation. Ce contrôle a été fait en parfaite conformité du droit aérien et des accords internationaux sur les procédures de police aérienne.

 

Petit rappel :

 

L’une des missions les plus importantes que l'armée suisse doit accomplir en relation avec la

politique de sécurité est de garantir l'intégrité de notre territoire contre les influences

extérieures indésirables. Cela comprend la sauvegarde de la souveraineté sur l’espace

aérien. C'est le droit d'un état de définir des règles d'utilisation de son espace aérien et de

faire appliquer ces règles.1 Le droit à la neutralité est ancré dans le droit international, mais il

en découle une obligation de contrôle de son propre espace aérien et d’une capacité

d'intervention, lorsque la sécurité du pays ou du trafic aérien en général l'exige.

 

C’est également pour ces raisons que la mise en place, bien que politiquement tardive, de la police du ciel 24h24 et actuellement en phase pour atteindre sa pleine capacité d’ici deux à trois ans. Actuellement les Forces aériennes testent un dispositif avec deux F/A-18 armés prêts au décollage, selon les normes OTAN QRA (Quick Reaction Alert) durant plusieurs semaines. La fin des heures de bureau approche, il était temps !

 

 

 

Commentaires

1) chaque pays a le droit d'effectuer un controle aérien, et les avions russes ne se privent pas de le faire chez eux. Le fait de protester pour un tel controle est absolument sans fondement et ridicule.
2) C'est aberrant que les russes aient confondu un avion F18 suisse avec un Rafale français, et la France avec la Suisse. Leur système Glonass (GPS russe) est il si mauvais que ça ? on comprend mieux pourquoi ils refusent d'admettre leur présence en Crimée et en Ukraine, ils ont de sérieux problème de géolocalisation.

Il est meme incroyable de voir qu'ils se sont ridiculisés à porter immédiatement une accusation contre la France, de convoquer l'ambassadeur francais au Kremlin, alors qu'il aurait suffit au préalable de vérifier les photos prises des avions. Pourquoi tant de précipitation ! pourquoi reprocher un tel controle alors que c'est un droit internationale !!!
Pas de doute, on sent chez les russes une extreme tension et nervosité suite aux sanctions internationales à leur égard.

Écrit par : FabienM. | 20/10/2015

Amis suisses, le but de l’éminent passager russe, interdit de territoire en Europe, était d'atteindre les français puisque ces derniers (avec d'autres membres de l'OTAN) reprochent à la Russie ses comportements sur la Baltique, en Ukraine (les hollandais en particuliers).
.
Manque de bol, l'avion était Suisse : visiblement pour mettre de l'huile sur le feu, il faut commencer par savoir reconnaître un f18 d'un rafale...
.
Bref, la Suisse n'a probablement pas grand chose à se reprocher, et la Russie essaiera de sauter sur la prochaine occasion, en apprenant d'abord à distinguer un empennage double d'un empennage simple...

Écrit par : v_atekor | 20/10/2015

Vous avez parfaitement le droit de faire respecter votre espace aérien. J'espère ce cet incident sera relaté et commenté abondamment dans vos médias. Vos concitoyens comprendrons alors la raison d'être d'une force aérienne dotée d'aéronefs modernes. Au Canada, nous sommes habitués de recevoir de la visite non-désirée de nos voisins russes. Nos CF-18 sont parfaitement adaptés pour ce genre de mission! Et ceux-ci sont les seuls CF-18, au monde, à être muni d'un phare d'identification sur le côté bâbord du fuselage.
Bravo à vos pilotes et à leur équipe de maintenance!

Écrit par : Simon Perrault | 20/10/2015

@Simon Perrault:
Faux. Il te suffit de regarder la photo illustrant l'article pour te rendre compte que les notre aussi en ont ;)

Écrit par : inquisituer Morphéus | 20/10/2015

Merci, mais les F-18 suisses ont également un phare sur le côté babord... (d'ailleurs on le voit sur la photo)Et les F-18 koweïtiens l'ont aussi!
A part ça, peut être que les Russes avaient bien vu deux empennages, mais avaient mis ça sur l'effet du à la vodka...

Écrit par : Imhof | 21/10/2015

Je ne vois pas l'utilité d'aller vérifier avec un F/A-18 l'immatriculation et le type d'un avion qui 15 minutes plus tard sera posé en Suisse... Pour un survol ok mais dans ce cas précis, je pense qu'on devrait bien trouvé quelqu'un sur l'aéroport de Genève qui est capable de le faire (et pour moins cher...)

Écrit par : Alco_Fribas | 21/10/2015

C’est vraiment navrant de constater (sur un site d’aviation) combien cet incident a déviè sur des insultes (pilotes ivrognes) et un certain mépris sur leur connaissance aérienne, sans compter les critiques sur le système Glonass de géolocalisation (il faudra poser la question aux terroristes qui subissent en Syrie, si les bombes tombent bien dans leurs têtes et non pas sur des hôpitaux). Question, puisque de police aérienne (24/24) on discute : L’avion ne se pas identifié ? Son transpondeur ne fonctionnait pas ? Pourquoi cet avion et pas un autre ?
Personne n’est se posez la question (lire entre lignes) pourquoi cette réaction et contre qui ? Messieurs faites travailler vos méninges.
Les pilotes militaires suisses veulent mieux connaître les avions russes et les capacités de ses pilotes (ceux qui vraiment combattent et comment et donnant une vraie leçon en Syrie aux autres pays dites alliés) alors n’ont qu’a participer aux meetings (ou les patrouilles russes puissent participer et non comment comme a Payerne qu’ils on été interdit de survol de l’espace aérien « dite » européen et malheureusement beaucoup d’entre nous nous n’avons pas pu les voir a l’oeuvre) et démontrer de quoi ils sont capables. D’ailleurs ce n’est pas qu’avec deux avions qu’on contrôlera TOUT l’espace aérien suisse.
Ça commence a devenir fatigant ce propagande antirusse qu’en définitive Eux les russes ne nous ont jamais embête (pour rester poli) tandis que des pays soi disant amis nous ont vraiment bien trahi. Pour finir puisque on a parlé de l’Ukraine (pays que je connais quand même et surement plus que certains intervenants dans cet article, au sujet de la Crimée elle a été, est et sera définitivement russe. Pour le reste n’oublions l’essentiel
Business Is business.

Écrit par : Alberto | 21/10/2015

@Alco Fribas: simplement parce que l'expérience a démontré qu'un avion n'est parfois pas ce qu'il prétend être et peut à tout à coup changer de cap et se diriger ailleurs d'où le besoin d'anticiper et de vérifier celui-ci !

Écrit par : Steeve | 21/10/2015

@Alberto : je ne doute pas que vous connaissiez la Crimée, et fort bien la Russie dans son ensemble, cher Albertovski.

J'admire votre capacité à soutenir vos troupes, et à retourner un événement qui a donné lieu à des excuses du Kremlin, en charge contre les pays hôtes. Bien vu pour l'Espace aérien "dit" Européen ; mais je vous confirme de la souveraineté des états membres sur leur ciel. On attend avec impatience l'invitation des avions français, polonais et Allemands à des meeting à Sébastopol, Kalingrad ou Mourmansk.

Vous devriez perfectionner votre français au niveau de votre Russe, la lecture de votre prose en serait facilitée et vos prises de positions seraient plus crédibles.

Écrit par : v_atekor | 21/10/2015

@ v_atekor, c’est vrai ma langue maternelle n’est pas le français, mais je vous assure que j’essaie de m’améliorer chaque jour qui passe. Alberto c’est bien mon prénom et je ne suis pas ni russe, ni ukrainien. La seule erreur que j’ai commise c’est de m’avoir emporté au sujet de cet incident. Pour votre info j’habite ce beau pays depuis presque 40 ans, j’ai la nationalité suisse et j’aime les avions. J’aurais bien voulu voir la patrouille russe à Payerne suite à l’invitation des forces aériennes suisses. Inutile de vous dire la rage quand j’ai compris que grâce à l’ Union Européenne cette visite était interdite. Pour terminer le politiquement correct ce n’est pas ma tasse de thé d’ou mon erreur (je répète) d’avoir commenté cet article.

Écrit par : Alberto | 21/10/2015

@Steeve
Actuellement nous n'avons pas d'avions dévolus spécifiquement à la police du ciel. Les interceptions sont faites par des avions qui sont déjà en vol (entraînement). Leur mission est modifiée sur le coup pour permettre l'interception.
Il ne me semble pas que les avions soient armés durant leurs entraînements quotidiens (demande confirmation). Du coup ils ne seraient d'aucune utilité si l'avion intercepté s'avèrait hostile. Je ne parle pas du WEF ou autres évènements importants durant lesquels les avions sont réellement armés.

Écrit par : Alco-Fribas | 21/10/2015

@Alco Fridas : vous avez un petit épisode de retard, en ce moment deux Hornet armes sont prêts à décollés de Payerne et ceci en préparation de la futur QRA 24h24. Certes cette mesure est limitée dans le remps mais les choses avances !

Écrit par : Steeve | 22/10/2015

Alberto : si vous n'êtes effectivement pas de langue maternelle française, mea culpa, car votre niveau est plus qu'honorable.
.
Cela étant, pour en revenir à cet incident, je pense qu'il serait bon que vous vous penchiez sur le "profil" de la personne qui a fait cette dénonciation ;
.
Quant à la patrouille Russe à Payerne, ce n'est pas du "politiquement correct" que de rappeler que depuis la crise géorgienne, les relations entre l'Europe et la Russie sont très tendues et que ça n'est pas simplement lié à la crise Ukrainienne, ou à la destruction d'un avion de ligne plein de hollandais. Des missiles nucléaires tactiques ont été installés à Kalingrad en 2013, et, pour rester dans le sujet aéronautique, des batteries antiaériennes y ont également été installées l'an passé. Elles contrôlent de fait tout ou partie des espaces aériens baltes, polonais, voire allemands.
.
Ces pays sont libres de faire ce qu'ils veulent, même considérer que l'installation de missiles nucléaires à leur frontière est un geste inamical. Je suis désolé si certains en Suisse se croient encerclés par des pays hostiles parce qu'ils ont le culot de rappeler à la Russie certaines politesses.

Écrit par : v_atekor | 22/10/2015

Les commentaires sont fermés.