06/10/2015

La stratégie aérienne russe en Syrie !

7143825.image.jpeg

 

 

 

L’entrée en guerre de la Russie en Syrie a pour but de soutenir le Président Bachar El-Assad et son administration et ceci que cela plaise ou non à l’Occident. Dès l’entrée en activité de la force aérienne russe, les accusations ont fusés en ce qui concerne, les réelles intentions de la Russie vis-à-vis de  l’Etat Islamique (Daech).

 

Protection territoriale

Avec le recul, il est aujourd’hui possible de comprendre pourquoi les premières frappes russes ont touchés différents groupes rebelles. Les jours qui ont suivi l’arrivée des premiers aéronefs russes sur la base aérienne de Lattaquié, différentes factions ont lancé une série d’attaques à l’artillerie et à la roquette, directement sur le secteur nouvellement occupé par les russes. Cette première réponse russe avait pour but, de protéger et stabiliser le secteur de l’aéroport de Lattaquié.

 

12107247_10153575190981181_3751032516591795574_n.jpg

La stratégie russe :

La Russie montre depuis un certain temps, qu’elle a lancé de nombreux raides aériens contre l’EI et ceci en suivant une parfaite logique, qui consiste à étouffer l’ennemi en faisant en sorte que celui-ci, se retrouve à cours de munitions et dans l’incapacité de manœuvrer, de se coordonner et de communiquer.

En effet, la stratégie aérienne russe consiste à attaquer les centres de commandement de l’EI à Kasr Faraj, les dépôts de munition à Maadan Jadid, sans oublier les réseaux de transmission. Les voies de communication ne sont pas oubliées avec la région de Deir Ez Zor et subissent également un harcèlement constant. Dernièrement, le centre d’entrainement de Daret Ezza a été violemment touché. Et ce mardi le repaire des combattants du groupe Etat islamique EI a été la cible des avions russes dans la ville syrienne de Palmyre. D’autres raids ont eu lieu près D’Alep.

 

Importante reconnaissance :

Les opérations actuelles menées par l’aviation russe ne pourraient avoir lieu, si la Russie n’avait de mis en place en Syrie diverses phases de reconnaissance et de collecte et de traitement de l’information avec des appareils de reconnaissance, mais très probablement aussi avec des agents de terrain.

 

1027918122.jpg

L’objectif :

Les Russes appliquent une pression aérienne qui doit à terme priver les unités de l’EI de toute logistique, casser le moral des unités de front et accentuer les désertions. Ces actions semblent également démontrer que la Russie prépare terrain de la reconquête, des unités de l’armée syrienne et de ses alliés iraniens.

Reste que l’on ne peut affirmer aujourd’hui, si Moscou gagnera son pari. En effet, le risque d’enlisement est en soi très fort. Sauf, si les forces pro-Bachar El-Assad arrivent à bousculer l’EI et les groupes rebelles sans que Moscou n’ait besoin d’engager le combat au sol. Quoi qu’il en soit, Vladimir Poutine vient de prendre de vitesse Washington et Paris pour la seconde fois !

 

Les avions russes engagés :

La Force aérienne russe peut compter sur plusieurs type d’avions : Sukhoi Su-25 « Frogfoot », Sukhoi Su-24 « Fencer », Sukhoi Su-27, Sukhoi Su-30SM et des Sukhoi Su-34 « Fullback », sans oublier des hélicoptères d’attaques MI-24 et Ka-52.

 

1027918107.jpg

Photos : 1 Sukhoi Su-34 « Fullback » 2 & 3 Armurier russes 4 Sukhoi Su 24 « Fencer »@ Dmitri Vinogradov

Commentaires

Synthèse claire de ce que tout le monde comprend actuellement de l'implication des Russes dans ce conflit . Désolant de voir que trois états (USA , UK et France)essaient de coordonner une opposition , active ou de principe à cette intervention , quitte à sauver la mise de l'Etat islamique , préférant privilégier leur obsession dirigée sur la chute du régime Assad . En maintenant ainsi une trajectoire de collision avec l'engagement russo-iranien (auquel la Chine est en train de se joindre) , non seulement l'Europe risque de continuer à pâtir des méfaits islamistes , mais une dangereuse opposition de forces s'établit dans cette zone déjà explosive .

Écrit par : philbeau | 06/10/2015

La stratégie et l'objectif, c'est très bien, mais n'est ce pas ce que l'aviation américaine et celles de ses alliés font déjà?

Écrit par : Jan | 06/10/2015

Effectivement il me semble que les russes ont un véritable objectif certes en ayant négocier quelques avantage auprès de Bachar. La coalition americano-francaise frappe ça et là mais qui s'ouiten-t-elle ? L'ASL ? Elle n'existe plus quant aux Kurdes ils n'ont ni les moyens ni l'envie de conquérir la Syrie .

Écrit par : Florence | 07/10/2015

Juste pour les photos, un peu plus loin, sur le site il y a la partie une.


http://englishrussia.com/2015/10/05/russian-forces-in-syria-part-2/

Merci pour la publication de ce lien qui peu heurter les plus sensibles.

Écrit par : Benoit | 07/10/2015

Concernant les frappes de la coalition, il va falloir nous expliquer par quel prodige après soi-disant 10.000 frappes l'année dernière, l'Etat islamique ne s'était jamais si bien porté ? Comment n'a-t-elle pas pu empêcher la prise de Palmyre, ville isolée en plein désert, alors que des colonnes de centaines de véhicules djihadistes convergeaient vers elle ? La duplicité de forces coalisées, et en premier celle de la partie américaine, est une évidence pour quiconque à des yeux pour voir, et un cerveau pour réfléchir.

Écrit par : Julien | 07/10/2015

Analyse très claire et très précise. Ça permet de se faire une idée. Et de voir à long terme si elle était juste. Et surtout si la stratégie sera efficace.

Écrit par : Frédéric Sidler | 07/10/2015

La stratégie russe est la bonne, une aviation qui appuie des troupes au sol (celles de El assad).
coté Otan, c'est une stratégie de l'échec, et tous les experts le disent, un bombardement seul ne sert à rien si ce n'est affaiblir un peu l'EI. D'ailleurs depuis plus d'un an, nos bombardement (très couteux) n'ont pas empeché l'EI de s'étendre et prendre des villes.
L'opposition occidentale est décevante et je pense qu'elle est purement politique, conflit d'interet avec une peur que les russes réussissent là où on a échoué. Nous, nous sommes omnibulé par El Assad alors que notre priorité devrait etre de détruire l'EI et traiter le cas de El Assad ensuite, mais on veut faire les deux à la fois, donc résultat ça n'avance pas.
Les USA et l'Europe sont dans une politique d'autruche, à bombarder inutilement pour se donner bonne conscience et critiquer ceux qui ont une véritable stratégie.

Écrit par : FabienM. | 07/10/2015

@Florence
Il serait bon d'arrêter avec cette "alliance franco américaine", c'est une coalition qui comprends 18 pays : USA, France, Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Bahreïn, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Émirats arabes unis, Jordanie, Maroc, Pays-Bas, Portugal, Qatar, Royaume-Uni, et Turquie.
Certains (rare) se limitant à de la logistique ou de la reco mais la plupart ont envoyé des avions bombardiers.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Coalition_arabo-occidentale_en_Irak_et_en_Syrie

Écrit par : FabienM. | 07/10/2015

PK: "Quoi qu’il en soit, Vladimir Poutine vient de prendre de vitesse Washington et Paris pour la seconde fois !"
Il faut savoir que ni Obama ni Hollande n'ont de réelles stratégies militaires dans ce conflit.
Obama n'a jamais été et ne sera jamais un stratège en politique extérieure.
Hollande se sert de ce conflit a des fins de politique intérieure.
Pendant que l'attention des français est détournée sur le moyen-orient, ils en oublie quelque peu le marasme économique de leur "pauvre" pays...

Écrit par : forêt10 | 07/10/2015

@FabienM : si je parle des USA et de la France C'est que ceux ci sont les vecteurs principaux côté Occident.

Écrit par : Florence | 07/10/2015

Avant de mettre en avant les trop fameuses "théories du complot" qui font vivre les phantasmes de certains, je pense qu'il faut plutôt voir dans l'anémie des bombardements de la coalition, comme le dit très bien forêt10, l'effet de la médiocrité des hommes politiques occidentaux en place.

L'exemple de Palmyre est en effet édifiant, car les effets d'une campagne de bombardement volontaire comme on a pu le voir lors de la guerre du Golfe I (par exemple du bombardement de l'autoroute Koweit City-Bassorah) sont d'une toute autre nature et sans doute que la prise de cette ville syrienne par Daesch n'aurait pas été si simple si on avait appliqué les méthodes d'il y a 25 ans.

Hélas, nos très faibles dirigeants ont oublié la vieille sagesse qui veut que si l'on peut éteindre un incendie à ses débuts avec un verre d'eau, il faut un camion-pompe 15 minutes après...

Ne pas oublier non plus la pensée de Churchill: "vous avez choisi le déshonneur à la guerre. Vous aurez le déshonneur ET la guerre"...

Écrit par : badcox57 | 07/10/2015

L’Occident peut remercier Poutine d’envoyer sur le terrain l’Armée rouge faire le sale boulot que les Américains et les Français refusent de faire. Et depuis toujours les Russes se foutent complètement des dommages collatéraux (ex : l’avancée de l’armée Joukov en Allemagne…).

Écrit par : Uldry | 07/10/2015

@Uldry: Les russes n'envoyent pas de troupes au sol pour combattre en Syrie. Les seuls commando qui ont été envoyé là bas servent uniquement à protégé les bases russes. Pur le moment seules l'aviation russes est en combat et en appui des troupes de Bachar El Assad. en gros les syriens fournissent les troupes au sol et les russes le support aérien.

@florence, Oui les américains sont un grand vecteur politico-militaire, comme ils l'ont toujours été, mais les français pas plus que les anglais ou les allemands. Si on nous entend plus c'est parceque nos médias s'interessent plus aux propos tenu par Hollande mais je te garanti que Merkel et Cameron sont tout aussi actif politiquement que Hollande.

La France a certes un plus grand role dans le conflit sud Saharien, mais son role en Irak/Syrie est plutot minime à tel point que l'intervention en Syrie a été une conséquence de la volonté de ne pas etre écarté politiquement des discussions entre russes et américains sur ce conflit.
La France suit les américains, tout comme le font plusieurs autres pays.

Après ce que fait la France et la coalition n'est peut etre pas top, pas la meilleure stratégie, mais au moins nous on fait quelque chose. C'est pas comme ces pays qui nous font la morale mais qui eut ne font rien du tout.

Écrit par : FabienM. | 07/10/2015

A FavienM : rien n'est moins sur : http://www.letemps.ch/2015/10/07/moscou-prepare-une-offensive-terrestre-syrie

Écrit par : Marco | 08/10/2015

@Marco: si tu lis bien mes propos c'est exactement ce que je dis, les russes fournissent l'appui aérien, et les troupes au sol sont celle de Bachar El Assad, ce ne sont pas des troupes russes qu mèneront des attaques au sol. Les russes ne font qu'appuyer avec ses avions les troupes syriennes

Écrit par : FabienM. | 08/10/2015

Les Russes ont des objectifs clairs : conserver un pied-à-terre au Proche Orient (Tartous...)et pour cela une alliance objective avec L'Iran pour sauver Assad qui reste leur seul appui obligé. Secondairement, montrer l'impuissance occidentale, ce qui n'est pas difficile à mettre en valeur : ils ont tiré les leçons de notre attitude en Ukraine. Ils ne vont pas se préoccuper des "effets collatéraux" de leur action car ils savent que cela n'aura aucun effet dans leur pays et se moquent éperduement de nos réactions. Ils veulent démontrer qu'ils sont un pays "sérieux" sur lequel on peut compter et non sur ces pleutres d'occidentaux. Il y a cependant des risques : l'opposition des pays sunnites de la région, le ralliement de populations aux islamistes considérées par elles comme leur seuls vrais défenseurs contre les chiites abhorrés, car la dimension religieuse devient primordiale.L'expérience montre aussi que réoccuper le terrain, les villes est une chose : le tenir ensuite en est toute une autre. Attention à l'enlisement !

Écrit par : BT | 08/10/2015

Il me semblait que la Douma n'avait pas encore autorisé une intervention au sol, mais il s'emble que Poutine prépare l'assaut : http://reinformation.tv/russie-spetsnaz-syrie-islamistes-romee-43671-2/

Écrit par : Serge | 08/10/2015

@Serge: envoyer des forces spéciales pour netraliser des objectifs précis ce n'est pas comme envoyer des troupes en masse au sol pour une invasion. Une force spécial a un objectif précis, une mission précise, ce n'est pas leur role de reconquérir un territoire.
Il faut noter que ces forces spéciales peuvent aussi etre sur place pour protéger les bases russes qui subiraient parfois des attaques des forces libres.

D'ailleurs il ne faut pas rêver, les forces spéciales américaines et francaises font aussi de telles missions secrètes. Mais ça reste du ponctuelle, dans un objectif stratégique bien particulier.

A l'heure actuelle, la Russie n'a pas envoyé de troupe en masse pour aider les forces d'El assad, elle n'a que l'aviation qui appuye les syriens au sol. Les troupes russes au sol sont là en protection des bases russes ou pour des opérations commando très ponctuelle.

Écrit par : FabienM. | 08/10/2015

A propos des pays membre de la coalition. Le 19 octobre prochain, j'irai voter comme mes compatriotes afin d'élire un nouveau parlement canadien. Et il se pourrait fort bien que les CF-188 à feuille d'érable quittent le ciel du Proche-Orient si le Premier ministre sortant, Stephen Harper, n'est pas réélu. Historiquement, la politique étrangère du Canada préoccupe très peu l'électorat canadien.

Écrit par : Simon Perrault | 09/10/2015

Les commentaires sont fermés.