14/09/2015

Un remplaçant pour l’U2 ?

Lockheed-U-2S_LM.jpg

 

La division « Skunk Works » de Lockheed-Martin a déclaré travailler sur le développement d’un nouvel aéronef de reconnaissance (RSR) qui pourrait remplacer les actuels U-2 et le Global Hawk pour 2025.

Selon Lockheed-Martin le projet connu sous le nom de « TR-X » pourrait aussi transporter des charges de remplacement comme un laser à haute énergie ou pour la guerre électronique.

Le TR-X comporterait certaines caractéristiques clés de U-2, tels que les charges utiles modulaires, une forte puissance (45 kVA), un générateur de communications en réseau et une déployabilité rapide. L'étude devra déterminer, quel motorisation sera choisie moteur ou si il serait possible d'utiliser le moteur General Electric F118 de l'U-2, qui a prouvé être très fiable et économique. Le TR-X comporterait un système de missions ouvertes (OMS) et une architecture semblable à celle qui a été récemment testée pour la modernisation de l’U-2.

 

Remplacer l’U2 en 2020 :

Ce projet semble donc s’inscrire dans le but de prévoir un remplaçant à l’actuel U2 et ceci à partir de 2020. La flotte actuelle des U2 doit être modernisée avec une amélioration du radar synthétique Raytheon ASARS-2B et le nouveau système de communication L-3 qui peut relayer les communications avec les avions de combat de la quatrième et cinquième génération. Ces nouveaux systèmes vont être comptabilisés au programme des acquisitions 2016, pour une mise à niveau rapide de la flotte de U-2. Cette mise  à niveau des U-2 et le maintien de la flotte, s’inscrit dans le cadre des récents d’engagements de celui vers le Moyen-Orient et dans le Pacifique.  Des U-2  sont actuellement engagés dans la campagne aérienne contre le groupe extrémiste de l’Etat islamique en Irak en Syrie.

Le nouvel appareil devra donc pouvoir compenser progressivement le départ à la retraite de la flotte de U2, reprendre son rôle actuel et pouvoir s’emble-t-il faire en faire plus. Reste à savoir si le budget actuel permettra la réalisation de cet ambitieux programme.

 

Photo : l’actuel Lockheed-Martin U2 @ USAF

Commentaires

Et pour quoi pas un Drone pour ce type de mission ? il aurait l'avantage de pouvoir rester bien plus longtemps en vol.

Écrit par : FabienM. | 14/09/2015

Ils ont essayé de faire un drone, le Global Hawk, mais il coûte plus cher à faire voler que le U2

Écrit par : Fyd | 15/09/2015

Le coût de l'heure de vol des drones. De mémoire des Global Hawk block 30 (?) ont été annulé pour cette raison. La capacité de bande passante par satellite insuffisante, le piratage et le brouillage des liaisons peut être d'autres raisons. Le brouillage du GPS est possible également. Un pilote peut être sans sortir grâce à son savoir.

Écrit par : Benoit | 15/09/2015

Poser la question c'est déjà donné la réponse dit le proverbe. Dans certaines situations rien ne pourra remplacer un aéronef piloté in situ. Dans l'industrie offshore les plongeurs sont conjointement employés avec des véhicules sous-marins télécommandés(ROV). La question que je me pose est: les avionneurs et tout le complexe militaro-industriel étatsuniens est-il capable de construire sur successeur au U-2 dans des délais et à un prix raisonnable? Plusieurs exemples m'incitent à répondre par la négative: la saga du F-35; le remplacement des navettes spatiales par une capsule du même type que vaisseau cargo russe du type Progress; les destroyers zumwalt de l'U.S. Navy. Il me semblerait que ceux-ci auraient perdu "la touche" pour concevoir et fabriquer de tels objets.

Écrit par : Simon Perrault | 15/09/2015

@Simon Perrault
Le cahier des charges du F-35 était et est encore trop gros à "digérer", dans une mondre mesure, c'est aussi le cas de l'A-400M. À priori, les missions du remplaçant de l'U2 ne doit pas différer beaucoup de son aînée.

Écrit par : James | 16/09/2015

Les commentaires sont fermés.