07/08/2015

Brésil, le sénat approuve le financement du Gripen !

 

Gripen-NG-Mock-up1-960x653.jpg

Brasilia, la dernière étape en vue de l’acquisition de la première tranche d’avions de Combat Saab Gripen E par le Brésil est terminée, le Sénat vient d’approuver l’accord de financement portant sur un montant de 4.6 milliards de dollars pour l'achat de 36 Gripen E.

L'accord, a été signé le 5 août entre le Ministère brésilien de la Défense et le Swedish Export Credit Corporation ( FMV)pour un plan de financement définitif.

 

Nouveau taux d’intérêt :

Selon l'accord, les taux d'intérêt annuels seront fixés à 2,19%, contre 2,54% initialement demandé par le gouvernement suédois. Le Brésil a 25 ans pour rembourser le prêt, avec une période de grâce de huit ans.

 

Trois tranches :

Le Brésil a annoncé son intention d'acquérir un premier lot de 36 avions Gripen E dans le cadre de son programme de modernisation F-X2 en décembre 2013. Les 15 premiers avions seront produit en Suède sur les installations de Saab  de Linköping, les autres appareils seront produits au Brésil. La première livraison est prévue en 2019 et le dernier en 2024.

Au total le Brésil prévoit d’acquérir un total de 108 Saab Gripen E, trois lots allant de 2019 jusqu'à 2032. Il est probable que les deux autres lots seront entièrement assemblés au Brésil, de même que les avions potentiellement acquis par des clients régionaux futurs.

A cela il faut ajouter le développement navale du Gripen E le « Sea Gripen » destiné à l’aéronavale. Actuellement l’industrie participe à près de 50% dans le développement du projet.

 

Equipement connu : 

Les Gripen E brésiliens disposeront des mêmes équipements de bord que la version suédoise (initialement proposée en Suisse), mais seront doté du missile courte-portée «A-Darter» de Denel Dynamics et pourra notamment emporter le nouveau missile multi-rôle «Marlin» du même concepteur. 

 

Le Saab JAS Gripen E MS21: 

 

Gripen-NG-Mockup-cockpit-960x653.jpg

 

Radar AESA : le radar AESA (Active Electronically Scanned Array)  ES05 «Raven» offre une ouverture exceptionnelle et unique au monde sur 200°, l'avion suédois peut voir là ou les autres sont aveugles et ceci grâce au système SWASHPLATE, alors que les radars concurrents ouvrent sur 140°. L'antenne radar produite par Selex-ES est de même conception que celle de l'Eurofighter.

 

IRST: (Infra-Red Seach and Track)le système de capteur passif/actif infrarouge Skyward-G produit par Selex-ES  est synchronisé (transmission de données d’acquisition entre les appareils) et offre également la capacité d’accrocher des missiles en rapprochement pour les combattre.

 

Electronique : le Gripen E dispose d’une nouvelle architecture électronique (Net Centric Warfare - NCW). Jugée dix fois plus rapide que ses concurrents. Le nouveau système central PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW39, pod ATFLIR) pour ensuite offrir les meilleures réponses aux menaces.

 

Large palette d’équipement : la famille « Gripen » est optimisée pour un choix d’armement et d’équipements connexes particulièrement large. Un utilisateur peut donc choisir, entre différents systèmes d’armes européens, américains, israéliens et brésiliens et sudafricain. Il en va de même pour les nacelles « recco » et de désignation laser.

 

Mode Supercruise  & biokérosène : le Gripen E dispose du nouveau moteur General-Electric F-414G avec mode « SuperCruise » qui permet de décoller sans postcombustion à pleine charge et d’atteindre Mach1,2. Avec ce mode, les décibels chutent à 99 contre 123 avec la postcombustion. De plus, le moteur F414G est le seul pour l’instant à être validé avec du biokérosène. La Suède prévoit d’ici 2025, de fabriquer 25% de biokérosène à base de compost à des fins écologiques, mais également pour diminuer sa dépendance au kérosène fossile.  

 

Optimisé pour les drones : les suédois sont les premiers à avoir anticipé l’usage d’ici 10 ans de drones tactiques en binôme avec des avions de combat, de ce fait le Gripen E est le premier avion a disposer d’un architecture permettant le chargement de logiciel en vue d’un tel emploi.

 

Leurre actif nouvelle génération : le Gripen sera le premier avion a disposer du leurre actif anti-missiles de nouvelle génération  «BriteCloud». Une fois largué, le «BriteCloud» recherche les menacent prioritaires en utilisant la technologie de mémoire numérique autonome (DRFM). Les impulsions radars sont captées dans l'ordinateur de bord du «BriteCloud», puis copiées en utilisant les fréquences de répétitions pour ensuite simuler une «fausse cible». Cette fausse cible, si convaincante que le système de menace ne peut pas détecter la supercherie. Le «BriteCloud» pourra séduire même les menaces les plus modernes, loin de la plate-forme de tir.

 

Protection de guerre électronique nouvelle génération : 

Ce système s’intègre dans une architecture complète de guerre électronique (Warfare System) qui comprend les derniers développements avec la détection des missiles en approche de type électro-optique EW39 (ultra-violet) qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS) couplés avec le système d'alerte aéroporté passif (PAWS-2) d'Elbit Systems. Le PAWS-2 est systèmes d'avertissement de missiles IR (Infrarouge). Il fournit une alerte au personnel navigant de la présence de missiles hostiles et actifs.

 

 

2251521495.jpg

 

Photos : 1 Gripen E FAB @ SGT 2 Cockpit  Rezende/FAB 2 Gripen E FAB @ SAAB

Commentaires

4,6 milliards de $ . Il est à noter que la situation de l'économie brésilienne se dégrade à toute allure en ce moment , conséquence entre autres de la chute de la croissance chinoise , mais aussi de la résurgence de la corruption , traditionnelle dans ce pays , dont plusieurs méga-scandales touchant le parti au pouvoir , et en cours d'instruction . Là-dessus , le pays s'est lancé dans l'organisation des prochains jeux olympiques , avec les premières alertes que l'on voit sur le niveau d'impréparation à ce jour . Et on sait maintenant ce que coûte les JO au pays organisateur , pour peu qu'il n'ait pas les reins très solides . Bref , il va être intéressant de suivre le déroulement de ce contrat , sachant qu'en parallèle celui concernant la modernisation des forces sous-marines , avec l'entreprise française DCNS commence à inquiéter aussi...

Écrit par : philbeau | 07/08/2015

Cher Philbeau, aurez-vous eu le même commentaire, si le Brésil avait choisi, le Rafale ? Plus cher à l'achat, plus cher à la maintenance !!! Vous semblez négliger l'apport économique de la transaction et l'achat d'un navire français, dont la négociation est en cours. Un peu d'équité SVP !!

Écrit par : Martin | 07/08/2015

Un très bon choix, bravo le Brésil !

Écrit par : Florient | 07/08/2015

Die Ebene der Moment, mit dem besten Preis-Leistungsverhältnis, ich hoffe, eines Tages in der Schweiz zu sehen.

Écrit par : Walter | 07/08/2015

ce qui semble passionnant dans la liste des capacités de cet engin est la possibilité d'évoluer en binôme avec des drones. je ne sais pas si d'autres engins modernes peuvent le faire également (usa russes france ??? Benoit une idée à ce sujet ?) mais on peut facilement imaginer que cela soit le futur de l'aviation "post-moderne": un avion coordinateur furtif et un essaim de drone d'attaque et porteurs de charge (pourquoi pas aussi en carburant) fabriqués à moindre coûts (peut-être 100x fois moins cher) qu'un célèbre exemple US du moment et sacrifiables à volonté. de quoi saturer les défenses ennemies à moindre frais... de plus l'avion coordinateur sera plus difficile à repérer ainsi...

Écrit par : Ff | 07/08/2015

@Martin : si le Brésil avait choisi le Rafale , qui à mon sens répondait mieux aux besoins d'un pays de cette dimension , à la fois géographique et géostratégique , je n'en serais pas moins inquiet pour le contrat , pour les raisons mêmes que vous évoquez . Hélas le Brésil , que l'on présente depuis cinquante ans comme un pays d'avenir (je me rappelle les cours de géo de terminale il y a...bien longtemps!)retombe toujours dans ses travers habituels , je pense surtout à la corruption. Il n'est pas le seul dans cette zone du monde bien sûr , mais sa taille en fait un élément d'instabilité assez préoccupant vous l'admettrez . Et je me répète , je crains que le mirifique contrat avec DCNS , portant notamment sur la réalisation et la mise en oeuvre de sous-marins nucléaires , ne soit entré en zone de turbulence .

Écrit par : philbeau | 08/08/2015

Oui la coupe du monde au Brésil a été un gouffre financier, elle a couté 5 fois plus qu'en Afrique du sud et 15 fois plus qu'en France. D'ailleurs cela a valu de nombreux mouvement socieux pour protester contre ces dépenses alors que le pays replonge dans le rouge et possède toujours une grande pauvreté.
Pire, le Brésil doit aussi supporter le cout des prochain JO, qui seront encore plus cher alors que le pays confirme sa descente dans une crise économique.
Les seuls gagnants dans ce genre de manifestations sont les sponsors et la FIFA ou CIO.

Bref, la Brésil aura-t-il les moyens de se payer 3 escadrille aérienne de Grippen ? oui, au pire ce sera réduit à 2. A la rigueur ce sont plus les autres plans qui sont menacés, il se dit que la Brésil serait client des 2 BPC russes que la France a refusé de livrer. Mais nul doute qu'après le coup du Rafale le Brésil n'a aucun espoir. Il y aura 10 clients interessés (en favoris l'Egypte en remerciement du contrat Rafale, ou l'Arabie Saoudite gros client potentiel).
cependant on peut douter de la coopération du Brésil sur le futur Sea Gripen (marine). Le Foch est en fin de vie, il navigue déja la tête dans l'eau, il ne sera surement plus là dans 10 ans.Et vu la situation économique du pays qui se dégrade on peut ne pas douter qu'il n'y aura pas de futur PA et encore moins de futur Gripen marine pour la Brésil.

De plus on peut douter du marché du Sea Gripen. si on regarde bien, les rares pays qui ont des porte avions ont déja leurs avions (F-35 pour USA-UK-Italie, Rafale pour la France, sukkoi ou MIG pour Russie et Inde, La chine a sa copie du Su-27), bref quel marché pour le Sea Gripen ?

Écrit par : FabienM | 08/08/2015

De mémoire, le seul couple qui me vient à l'esprit, l'hélicoptère AH-64 E et le drone Shadow. Il y aura bientôt le Boeing P8 et le drone RQ-4 QN.
Le Rafale aura certainement une version pour voler avec les futurs drones de combats.
Du côté des russes, je n'ai pas d'idée.

Écrit par : Benoit | 08/08/2015

Une belle avancée et une belle coopération entre ces deux pays, sachant qu'Embraer est le numéro 3 mondial de l'aviation.

Écrit par : Fluck | 08/08/2015

@FAbienM : Avec 36 Gripen c'est déjà escadrille !! Peu importe, le développement est clair pour cet avion, se sera un plaisir de l'acquér chez n vous prochainement, le choix définitif !!

Écrit par : Marco | 08/08/2015

Plus de version biplace Gripen F ?

Écrit par : françois25 | 08/08/2015

Bonjour,

Je suis un français et pro Rafale (ce n'est pas le cas de tout le monde chez nous), mais aussi -surtout- un passionné d'aviation. Les Brésiliens n'ont pas choisi le rafale car les pressions de leurs syndicats de métallurgistes étaient au plus haut... Bigre, il faut dire que les revendications, ça nous connaît.

Mais je dois avouer, et ce n'est pas douloureux, que le Grippen nouvelle version est une superbe machine, dont l'ergonomie et l'autoprotection semble être de haut niveau. Pourvu que les comparatifs cités ici ne soit pas issues des spéculations du service de communication de B.A.E, qui est un familier de l'intox avec l'eurofighter. Personnellement, j'aimerai croire que l'avion soit performant, car un système d'arme aérien de pointe reste le meilleur moyen de dissuasion

Écrit par : fabien | 08/08/2015

Rafale aussi sait voler en binôme avec un drone de combat, le 20 mars 2014 Dassault avait opéré un vol d'évaluation d'environ 1h50, une patrouille composée d'un Rafale, d'un drone nEUROn et d'un Falcon 7X (et de deux avions de prises de vue).

Écrit par : Specht | 08/08/2015

La coupe du monde un gouffre financier certes, mais qui n'a rien a voir avec l'industrie aéronautique et l'engagement ce celle-ci. Que dire alors des 24 Rafale vendu (donnés) à l'Egypte alors que l'économie de ce pays est exsangue et dont au final c'est le contribuables français qui va payer la facture !!

Revenons à ce qui est important, le développement de cet avion et les possibilités d'exportations de celui-ci.

Écrit par : Florence | 08/08/2015

Gripen ist Avionik e die gleichen wie für unser Land vorgeschlagen?

Herr Pascal danke Ihnen für Ihre Antwort

Écrit par : walter | 08/08/2015

@Specht: lors de ce vol, le NEUroN volait de manière télécommandée de puis le sol et les pilotes du Falcon et Rafale se sont mis en position à ces côté, il n'y avait pas lien électronique pour ce vol.

Ici on parle de liaison électronique direct qui permettent au drone de voler indépendamment du sol en binôme avec l'avion tout en partageant des informations.

Écrit par : PK | 08/08/2015

@ Walter: Ja, es ist die gleiche Avionik

Écrit par : PK | 08/08/2015

Grüezzi, haben wir zwei Möglichkeiten, große Bildschirme oder drei Bildschirme nouvellle Generation. ich danke Ihnen für diese Seite besonders reich in Französisch.

Écrit par : Urs | 08/08/2015

@Florence, arrêtez de dire que ce sont les francais qui vont payer les Rafale Egyptien c'est faux et archi faux et ça a été démontré plusieurs fois. C'est un argument d'anti Rafale qui s e plait à balancer cette remarque et que d'autres répètent betement sans vérifier.

concernan tle cout de la coupe du monde de foot et des JO, oui cela aura des répercution sur l'industrie en général et meme aviation. Le brésil s'écroule après avoir eu les yeux plus gros que le ventren croyant que la forte croissance qu'ils ont eu quelques années allait durer. En fait, ils ont été comme les Grecs, qui eux aussi ont eu les yeux plus gros que le ventre car les JO de 2004 leur a fait très mal. Donc imagine le Brésil avec deux évènements d'affilé, en pleine crise nationale, et avec des couts qui ont explosé par rapport aux anciens JO et coupe du monde.
L'industrie grecques n'a pas supporté la crise et il est à craindre qu'il en soit de meme au Brésil.
Certes, le contrat de 36 Gripen est ficelé, mais pour la suite, avec le Sea Gripen (qui n'a aucun avenir commercial faute de client potentiel) ça risque de tomber à l'eau.

Écrit par : FabienM | 08/08/2015

Mon pauvre Fabien, l'Egypte ne doit verser que 25% du prix, pour le reste le gouvernement français s'est porté garant via le système de financement de la COFACE! Qui est le garant de la COFACE ? L'Etat français, donc le contribuable, c'est à dire VOUS! Je ne suis en aucun ça anti-Rafale (vous être anti-Gripen confirmé ! ) mais par contre, votre naïveté est à l'image d'un gouvernement qui vous entube dommage pour vous.
Le Brésil n'est pas en cessation de paiement comme la Grèce, votre comparaison relève de la stupidité. Pour le reste je vous laisse à vos croyances digne d'une secte.

Écrit par : Florence | 08/08/2015

Une belle évolution pour un avion considéré à tort par certains comme "Low cost", le manque d'analyse de vision sur les compétences suédoises démontrent la méconnaissance de ce pays et de ses capacités en matières d'armement. On ne peut non plus jeter la pierre à tous, l'amateurisme de monsieur tout le monde est en soi parfaitement normale. Autant laisser les spécialistes en parler.

Écrit par : Serge | 08/08/2015

J'ai découvert cet avion suédois lors du meeting d'Air 14, et je suis particulièrement impressionné par l'idéologie qui découle de sa conception. Bravo la Suède!

Écrit par : Alexandre B. | 08/08/2015

Est-ce le fait d'une seule personne avec des pseudos différents ou avons nous a faire a un petit groupe,de fanatiques.francais ? Anti-gripen, anti-Eurofighter, bref l'arquetipe même de la bêtise à son plus bas niveau. Ici nous pouvonsarler convenablement de chaque avion sans pour autant dénigrer l'autre. Dommage que certains viennent ici pourrir le débat .

Écrit par : Eric | 08/08/2015

@PK : pas tout à fait, la station sol n'avait aucune « commande » directe, le nEUROn avait été programmé, la station enclenchait simplement des séquences et assurait leur bon déroulement. Le nEUROn n'est qu'un démonstrateur technique, mais les essais mettent aussi en œuvre la communication inter-aéronef entre un drone de combat et Rafale, dont la modularité autorisera aisément les missions conjointes (Rafale est déjà susceptible de recevoir les informations d'un drone d'observation).

Le remplacement des avions classiques par des drones, ou leur cohabitation, est dans l'esprit de tous les constructeurs depuis déjà une bonne quinzaine d'années, sous la pression politique des budgets de défense. Dassault Aviation avait évidemment pensé à l'interaction pendant les suites du développement du Rafale, idem chez Eurofighter, Boeing, Lockheed Martin ou Northrop Grumman, et donc forcément SAAB. Affirmer que le Suédois avait anticipé le premier cette interaction dans le développement de son appareil est donc un petit mensonge à caractère publicitaire.
Le X-47B a déjà fait une patrouille avec un F-18 (et en catapultage), mais c'était dans une configuration de leader et directement piloté du navire, non préprogrammé, sans interaction avec le F-18.

Écrit par : Specht | 09/08/2015

Ce vol était commandé à distance en partie puis le vol en formation préprogrammé. Une belle réussite, mais qui n’est pas encore représentatif de ce qui se prépare en matière de travail en duo entre avions et drones.

Écrit par : PK | 10/08/2015

@Florence.
Pour le contrat égyptien, la garantie de l'état Français ne porte que sur 50 % du contrat. En clair, les banques françaises ne vont prêter que 50% de la somme. Pour les 50 % autre, c'est l'Egypte qui doit se débrouiller toute seul pour trouver les fonds et ils n'ont pas eu trop de difficulté à le faire étant donné que c'est l'Arabie saoudite qui a payé. De plus, un premier acompte de 500 millions a déjà été versé et c'est bien de l'argent Egyptien ;)
Pas d'inquiétude avec l'Egypte, si ce pays s'écroule, c'est tout le moyen orient qui suit, voilà pourquoi les Saoud vont tout faire pour soutenir financièrement ce pays.

Écrit par : Kenshiro | 10/08/2015

A propos des BPC (un sujet un peu hors cadre ici mais comme il vient d’être abordé dans les commentaires) envisagé pour l'Arabie ou l'Egypte - je dirai que ce sont des hypothèses purement politiques certes mais sans vraiment d’intérêt "stratégique"pour ces deux pays puisque le BPC est conçu comme un bâtiment qui trouve son utilité et raison d'être pour un pays qui possède une vocation maritime internationale, continentale ce qui est loin d’être le cas de ces deux pays. C'est plus facilement compréhensible concernant le Brésil mais la situation du pays, les projets en cours de développement et les JO a financer éloignent pour moi cette possibilité.

Écrit par : nonmaisdisdonc | 11/08/2015

Les commentaires sont fermés.