30/07/2015

Le premier EA-18G « Growler » australien !

IMG_3739.jpg

 

 

St-Louis, Boeing dévoilé le premier exemplaire du EA-18G « Growler » destiné à la Royal Australian Air Force lors d’une cérémonie qui a eu lieu, en fin de journée ce mercredi. L’Australie devient ainsi la première nation en dehors des États-Unis à disposer de cet aéronef.

 

12 EA-18G pour la RAAF : 

 

L’Australie a commandé un total de 12 avions Boeing EA-18G «Growler», en avril 2012. Il s’agit en fait d’une conversion 12 F/A-18 E/F «Super Hornet» en EA-18G sur un total de 24 appareils commandés, auprès de l’avionneur américain. 

 Le premier «Growler» australien est numéroté A46-301 sera déployé à la mi-2015,  avant de mener une campagne d'essais en vol de 12 mois avec l'US Navy, afin de répondre aux exigences de navigabilité australiens.

Les premiers équipages australiens ont débuté au printemps une formation sur le «Growler» au sein de l’escadron VAQ-129 de l'US Navy,  sur les installations de transformation de Whidbey Island, près de Seattle, Washington. Six équipages de la RAAF seront opérationnels,  pour l’arrivée des premiers EA-18G en 2016.

 

Le EA-18G «Growler» : 

 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du «Growler» lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le «Growler» dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

 

Capacités ECM :

 

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

 

Capacités de tirs :

 

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du Growler de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

yourfile-1.jpg

Photos : le premier EA-18G « Growler » australien @ Boeing

Commentaires

C'est la première fois que les États-Unis exporte ce genre d'avions. Ont'ils bridé les capacités de l'avion? Verrouiller le code source des logiciels? Faut'il y voir un signe de la nouvelle politique militaire américaine basée sur l'Asie et le Pacifique?

Écrit par : Benoit | 30/07/2015

Pourquoi la Suisse ne pourrait-elle pas acheter quelques F-18 "nouvelle génération" pour compléter sa flotte actuelle ?

Écrit par : Uldry | 30/07/2015

@Uldry : Le F/A-18E/F Super Hornet était au programme avec le Rafale, l'Eurofighter et le Gripen. Au printemps 2008 Boeing s'est retiré de l'appel d'offre, ne pouvant pas répondre de manière complète en ce qui concerne les demandes d'offsets.

Écrit par : PK | 30/07/2015

Les commentaires sont fermés.