28/07/2015

Le Storm Shadow bientôt certifié sur l’Eurofighter !

eurofighter-typhoon-storm-shadow-initial-flight-trials-2-foto-l-caliaro.jpg

 

 

L’intégration finale du missile «Storm Shadow» sur l’Eurofighter est en voie de finalisation, une série de tests au sol ,ont été réalisés sur les installations d’Alenia Aermacchi Finmeccanica à Turin-Caselle et chez BAE Systems à Warton, dans le Lancashire. Ces tests font partie de la préparation en vue des essais finaux avec largage du missile, depuis l’Eurofighter.

La première série d'essais au sol, a été réalisée en Italie avec un Eurofighter IPA2 équipé avec deux « Storm Shadow ». Ces essais ont permis de valider la compatibilité électromagnétique, ainsi que la bonne liaison des systèmes électriques. L’avion porteur, un Eurofighter IPA2 italien déployé sur les installations de Decimomannu en Italie,  a volé est testé l’intégration du «Storm Shadow».  Ces essais ont permis de récolter les informations nécessaires pour la finalisation des logiciels.

Dans les prochains jours, l’Eurofighter réalisera les essais de finalité, en ce qui concerne, le tir du missile « Storm Shadow » en vue de la qualification définitive du missile sur celui-ci.

 

Typhoon-fitted-with-Storm-Shadows-undergoing-EMC-tests-at-Warton,Lancash...-(2).jpg

Le Storm Shadow : 

Le missile de croisière conventionnel autonome à longue portée de type «Storm Shadow», dénomination anglaise du «SCALP» soit :  arme de précision tirée à grande distance, est un missile est un missile de croisière développé par MBDA. Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à ses caractéristiques de furtivité.  Ce missile «fire and forget» est programmé avant le lancement. Une fois largué, il ne peut être contrôlé, sa cible modifiée ou être autodétruit. Sa mission est préparée au sol, en définissant sa cible et les zones de défense adverse. Le missile suit une route de façon quasi-autonome, en vol à basse altitude en suivant le relief en utilisant le GPS et le recalage altimétrique. A proximité de la cible, le missile remonte jusqu'à une altitude optimale permettant d'identifier au mieux la cible. Sa coiffe est éjectée pour permettre l'utilisation de sa caméra infrarouge à haute résolution lui permettant d'identifier la cible. Si le missile ne parvient pas à identifier la cible prévue et qu'il existe un risque de dommages collatéraux il peut alors décider de s'écraser dans une zone déserte.

 

eurofighter-typhoon-storm-shadow-initial-flight-trials.jpg

Photos : 1 & 3 Eurofighter IPA2 italien avec deux Storm Shadow 2 Essais au sol @ Airbus DS

Commentaires

Bonsoir,
Le missile SCALP a été utilisé pour la première fois en opérations lors de la campagne de Libye, tiré par des Rafale de l'Armée de l'Air.
Son intégration est effective dans les appareils Rafale au standard F3 en service depuis 2009.
Source: http://www.meretmarine.com/fr/content/libye-les-rafale-tirent-des-missiles-de-croisiere-scalp

Écrit par : patex | 28/07/2015

Erreur, il a été utilisé pour la première fois par les anglais lors de la guerre d'Irak en 2003 :)

Écrit par : Eise | 29/07/2015

7 ans de retard par rapport au Rafale, comment se fait il que l'Eurofighter ait tant de retard pour l'intégration de ce missile de croisière ?

Écrit par : FabienM | 29/07/2015

Ben sans bidons, il va pas aller bien loin... il va falloir un ravitailleur par avion. ou des CFT, mais quand? et qui va financer?

Écrit par : Papsou | 30/07/2015

Car quand l'Eurofighter est né le Tornado était chargé de l'attaque au sol avec ce missile. Et comme celui-ci devient vieux et que le F35 est très en retard. Ils sont obligés de développer les capacités de cet appareil. Si en plus ils mettent en même les nouveaux standards aérodynamiques cet avion deviendra meilleur. Ceci n'engage que moi.

Écrit par : Benoit | 30/07/2015

@Papsou, c'est clair que le consortium paie sa volonté d'avoir voulu faire un intercepteur. Résultat le SCALP c'est bien mais si ça prend la place des bidons ça ne mène pas loin l'avion, ce qui réduit l'interet de ce missile de croisière sur cet avion.
Cet avion commence à montré ses limites opérationnels, et prouve une fois de plus qu'il ne peut pas être multirole. Dassault qui était sorti tot de ce consortium a eu raison de maintenir son choix sur un avion multirole. Avec la réduction du nombres d'avions dans une force aérienne, le choix du multirole a été le bon.

Écrit par : FabienM | 30/07/2015

Les commentaires sont fermés.