11/07/2015

L’E-Fan d’Airbus a traversé la Manche !

F-WATT_EADS_Innovation_Works-ACS_E-Fan_mock-up_PAS_2013_01.jpg

 

 

C’est petit exploit qui va marque l’aéronautique pour longtemps, le petit avion entièrement électrique E-Fan enduit par l’avionneur européen Airbus a réussi ce vendredi à traversé la Manche. Un exploit qui n’est pas sans nous rappeler celui de de Louis Blériot en juillet 1909. 

 

Le petit avion électrique E-Fan a donc réussi a traverser la Manche en 37 minutes après avoir décoller de l’aérodrome de Lydd en Angleterre, l’avion piloté par Didier Esteyne s’est posé sur l’aérodrome de Marck près de Calais.

 

Un vol important : 

 

Pour l’avionneur européen, ce vol doit permettre d’apprendre et de tirer une expérience importante sur la motorisation électrique. Si, il n’est pas encore question de doter les gros porteurs d’une telle technologie pour l’instant, elle le sera peut-être en 2050, avance-t-on prudemment chez Airbus. Silencieux et non polluant, l’E-Fan est certainement à l’aube d’une aviation plus respectueuse de l’environnement. De plus, il s'agit d'un projet ayant un véritable venir à court terme, ce qui le différencie de ses concurrents.

 

Un avion concret : 

 

l’E-Fan offre une multitude de possibilités à très  court terme, et vise les aéroclubs et les écoles de pilotage et ceci dès 2017. Dans un premier temps, l’E-Fan sera sensiblement plus cher qu’un avion moteur thermique, soit au pris de 200’000 euros contre 150’000 pour un avion classique. Mais ce prix devrait rapidement baisser au vue des possibilité et du coût à l’heure de vol, en effet, le plein d’électricité ne coûtera que 2 euros.

 

E-fan-Bleriot-XI-comparison.2015-07-06-14-05-33.jpg

 

 

Airbus E-Fan: 

 

Monoplace de 9,5 m d’envergure pour 6,7 m de long, il ne pesait que 500 kg à vide à l’origine et utilise désormais des batteries lithium-ion, pesant 167 kg, venues remplacer les modèles lithium-polymère (et qui pesaient 137 kg). Elles sont logées dans les ailes, côté emplanture. Deux moteurs électriques, développant 60 kW au total, entraînent deux hélices carénées. Au sol, un troisième moteur électrique (6 kW) entraîne, lui, la roue unique du train d’atterrissage, située sous le fuselage. L’avion a une vitesse de croisière d’environ 150 km/h.

 

L’actuel modèle de l’E-Fan 1 qui a réussi ce vol devrait donné naissance à deux modèles pour la production, l’E-Fan 2.0 avec deux sièges côte à côte et l’E-Fan l'E-Fan 4.0 à quatre sièges, avec une autonomie programmée de plus de trois heures.

 

Meeting_Ferté_Alais-0008.JPG

 

 

Photos : 1 E-Fan au Bourget 2 La motorisation @ Airbus 

 

Commentaires

Pour un vol individuel, je pense que c'est valable avec un petit Coucou. Pour le vol collectif, un Londres Paris, c'est de la science fiction. Alors un Tokyo-Los Angeles .... .

Écrit par : Benoit | 11/07/2015

Un magnifique projet qui a un avenir prometteur ! On pourrait "sans être mauvaise langue" se demander, si en comparaison Solar Impulse a véritablement une raison d'être. Non Solar Impulse est un beau projet de promotion des énergies renouvelables, l'E-Fan est quant à lui une véritable applicable et solution pour l'avenir de l'aviation de tourisme et offre un avenir nouveau pour l'aviation en général.

Écrit par : Steeve | 11/07/2015

Oui Steeve, un projet, mais surtout un programme viable à très court terme, par contre la technologie de Solar Impulse pourrait très bien avoir sa place sur l'E-Fan avec des panneaux solaires sur les ailes qui permettraient ainsi d'augmenter le rayon d'action de celui-ci.

Écrit par : PK | 11/07/2015

SolarImpulse est un projet de démonstration; une utopie qui devient réalité.

Cet avion est aussi un démonstrateur mais avec une vocation commerciale déjà bien ciblée en vue d'une diffusion large.

De l'utopie à la réalité, il y a un grand pas. De la réalité "de démonstration" à la grande diffusion, il y a un autre grand pas, au moins aussi difficile que le premier.

Observez le développement des voitures sans conducteur... Dans 10 ans ce sera une réalité dans la rue et dans 20, nos petits-enfants nous demanderont si c'est vrai que dans l'ancien temps, "c'était nous qu'on conduisait nous-même les voitures"...

Écrit par : archi-bald | 15/07/2015

La question de la responsabilité juridique en cas d'accident, de blessé ou de mort sera le plus dur à faire passer au Sénat et à l'Assemblée National.

Écrit par : Benoit | 15/07/2015

Les commentaires sont fermés.