27/06/2015

Nouvelle bataille à propos du retrait des A-10 !

 

800px-USAF_A-10_Thunderbolt_II_after_taking_on_fuel_over_Afghanistan.jpg

 

Washington, c’est une nouvelle saison en ce qui concerne le feuilleton sur  la mise à la retraite des avions d’attaque au sol A-10 « Thunderbolt II ». En fin de semaine, le Government Accountability Office (GAO) a soulevé des doutes en ce qui concerne les économies réalisables avec le retrait des A-10 au sein de l’USAF.

 

En effet, selon le GAO l’économie réalisable avec le retrait des A-10 estimée à 4,2 milliards de dollars sur cinq ans ne serait qu’approximative. De plus, des lacunes capacitaires apparaîtront au sein de l’USAF et ne pourront être compensées avant longtemps.

En effet, le dernier rapport publié, datant du 25 juin dernier, confirme que l'armée de l'air des Etats-Unis ne sera pas en mesure de soutenir pleinement les missions d'appui aérien rapproché (CAS) sans l'A-10 « Thunderbolt II ».

L'A-10 est considéré comme l’une des meilleures plates-formes de CAS jamais produit, et il fournit également une couverture aérienne pour les d'hélicoptères effectuant des opérations de recherche et sauvetage en combat. L'armée de l'air a besoin d'eux aussi, afin de former et qualifier ses contrôleurs d'attaque en finale (JTAC).

 

Pour autant, cette prise de position n’est pas du goût de tout le monde, la secrétaire en charge de la planification des opérations au sein de l’USAF, Deborah Lee James a déclaré que le coût du maintien de l'A-10, se ferait au détriment de la supériorité de l'air et des missions à l’étranger. De plus, le fait de garder en ligne les A-10, pose un problème de moyen en ce qui concerne la maintenance des aéronefs actuels et diminue les ressources disponibles destinées à l’arrivée du nouveau F-35.

 

Les surcoûts du F-35 :

 

On le constate une nouvelle fois, l’arrivée du F-35 pose de nombreux problèmes connexes à l’USAF. Les retards de son entrée en service posent de nombreux tracas de planification, de plus le fait que celui-ci ne soit pas encore qualifié pour l’attaque au sol rapprochée, laisse encore planer de nombreux doutes sur ses réelles capacités à pouvoir remplacer l’A-10. Ajoutons le fait que les coûts de maintenance de l’un péjorent l’entrée en service l’autre et vice versa.

 

 

AIR_F-35A_AA-1_Test_Flight_lg.jpg

Photos : 1 A-10 « Thunderbolt II » 2 F-35 @ USAF

Commentaires

Pour l'instant le F35 possède aucune capacité militaire, pas de canon, ne tire aucunes bombes, tout juste des missiles air-air.Il n'est pas capable d'effectuer la moindre manoeuvre militaire. En passant au Standard Bolck2B, il serai capable de faire mieux. Je peux comprendre que les généraux préfèrent des A10 à ces avions.
Pour l'instant le F35 est limité à Mach 0.9 et 3G.

Écrit par : Benoit | 27/06/2015

Les commentaires sont fermés.