31/05/2015

Accélération pour le programme KC-46A !

635554432865348032-KC46-767-3.jpg

 

 

Everett, Boeing accélère la préparation du programme KC-46A « New Gen Tanker», plus connu sous le nom de EMD-1, avec la reprise des vols du premier exemplaire. 

 

Le retour en vol du prototype EMD-1 va permettre de terminer les essais de navigabilité et de maniabilité de l’appareil. Puis l’avion va entamer les essais en vol avec les nacelles de ravitaillement. Il sera suivi par trois autres appareils cet année encore, dont deux dans la configuration complète KC-46A. 

 

Cette accélération du programme doit permettre à Boeing de livrer 18 KC-46A à l’armée de l'air d'ici 2017. Au total Boeing devra livrer  179 KC-46 d'ici à 2027.

 

Le KC-46A «New Generation Tanker»:

 

Le KC-46A«New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions en test actuellement sur le B787 «Dreamliner». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants. Le «New Gen Tanker» se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le «New Gen Tanker» met à la disposition des pilotes de l’USAF un poste de pilotage numérique avancé équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le «New Gen Tanker» dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 NewGen modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électrique (Fly by Wire).

 

1848456624.jpg

 

Photos : 1 KC-46A EMD-1 en vol 2 Cockpit @ Boeing 

 

 

Commentaires

De mémoire, le problème était le câblage électrique, son emplacement. La redondance passait au même endroit.
Pensez vous que Boeing va boire le bouillon avec ce programme tendu économiquement? Ou l'IDÉE Airforce va être généreuse?
Au plaisir de lire vos avis avisés.

Écrit par : Benoit | 31/05/2015

"Selon Boeing les risques d’industrialisations sont faibles, car l’avion s’appuie sur des moyens existants"
Mouais, ce n'est pas parce que ces technologies existent que cela va simplifier et limiter les risques industriels. Le fait de rassembler différentes nouvelles technologies (cockpit 787, nacelles de ravitaillement du 707, autoprotection, etc) sur un avion qui n'était pas étudié pour cela à la base revient presque à réétudier un avion en entier et refaire tous les essais ne vol nécessaire. Cela coutera cher à Boeing et sa marge n'en sera que plus réduite. L'USAF va également devoir attendre que ces essais se finissent.
Dommage pour eux, car l'A300MRTT (qui avait pourtant gagné le contrat avant l'annulation por cause de protectionnisme) avait l'avantage d'etre plus performant, et d'être totalement dispo.

Écrit par : mustard | 01/06/2015

@mustard : je pense que dans le domaine militaire les commandes de vols "à la Boeing" sont plus appropriées. Changer cela dans l'A300MRTT n'aurait pas été une mince affaire.

Écrit par : Al&X | 02/06/2015

Les commentaires sont fermés.