20/05/2015

La Suède lance le programme de remplacement des Saab 105 !

Saab_105OE_10.jpg

 

 

La Suède a lancé le processus de remplacement de sa flotte d’avions écoles Saab 105 (SK 60) à réaction pour sa force aérienne. La Suède veut se doter d’un nouveau système complet de formation pour les élèves pilotes de la Flygvapnet.

 

Dans une demande d'information (RFI) publié par l'Administration de la Défense et du matériel(JVM) Stockholm demande une réponse des fournisseurs pour un aéronef capable de rester en service jusqu'en 2040 au moins.

 

Le nouveau programme de formation pour les élèves pilotes suédois vise à fournir jusqu'à 8.000 heures de vol par an en autant de sorties, plus 3,000 heures d'enseignement avec utilisation. Les suédois ont par ailleurs demandé une capacité à fournir 10% à 30% de potentiel supplémentaire et ceci dans le cas ou il faudrait former plus de pilotes pour faire face à une dégradation de la sécurité. 

 

Pour l’instant la Suède ne favorise aucune option s’agissant d’un système comprenant un avions à hélices unique ou d’un système double hélices et jets.

 

Le cahier des charges semble demander les caractéristiques suivantes :  un  formateur de base devrait inclure la capacité de fonctionner au-dessus 20,000ft, et de maintenir 230kt (425 kmh) en vol en palier à 15,000ft. Performances requises pour la formation avancée de vol et de combat à Mach 0,65pour un plafond opérationnel de plus de 25,000ft, et une vitesse de 1000 pieds au 300kt.

Le formateur doit avoir deux sièges, un système d’affichage tactique avec fusion des données permettant de préparer les élèves pilotes à une transition sur avions de chasse de quatrième / cinquième génération.

 

Les avionneurs potentiels se faire connaitre avec une première offre d’ici au 1er juillet, avec des détails sur les estimations de coûts d'acquisition et de cycle de vie pour l'ensemble du système.

 

Un contrat pour la transaction pourrait être placé à la fin de 2016 ou au début de 2017, avec une capacité initiale de fonctionnement prévu en 2018 ou 2019. La  pleine capacité opérationnelle être atteinte pour 2020.

 

Les prétendants : 

 

La génération Pilatus PC-21:


7-2012-4-pc-21.jpg


 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

Le Super Tucano EMB-314 :


AIR_EMB-314_Super_Tucano_Mauritania_Embraer_lg.jpg


 

Le Super Tucano est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano et actionnant une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes re-profilées. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude, et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du Super Tucano est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforci permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoutent soit des bombes lisses ou guidées, des roquettes ou des missiles. Les missiles sont soit des AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés afin d’augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Le T-6 « Texan II :


270874267.5.jpg


 

Le Hawker-Beechcraft T-6B « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec  panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6B dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6B est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la  voltige.

 Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifiés de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

 

 

Le M-346 :


1074982081.jpg


 

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

 

 

Photos : 1 Saab 105 Flygvapnet @ Flygvapnet 2 Pilatus PC-21 @ Pilatus 3 EMB-312 Super Tucano @ Embraer 4 M-346 @ Alenia-Aermacchi

Commentaires

Ce marché peut-il vraiment échapper à Embraer? Les offsets de constructions sous licences sont-ils déjà suffisants ?

Écrit par : Al&X | 21/05/2015

Pourquoi l'Europe ne mutualise pas la formation de base des pilotes? Les pays feraient des économies. Au lieu de payer plusieurs fois la même chose. C'est du gaspillage surtout quand il manque des crédits.

Écrit par : Benoit | 21/05/2015

Je parierai sur une victoire d'Embraer, même si le super tucano n'est pas un simple appareil d'entrainement mais un vrai avion d'attaque au sol, ce dont la suède n'a pas vraiment besoin.

pourquoi ne pas mettre dans la liste le Hawk et le golden eagle ?

Écrit par : julien_jla | 21/05/2015

La logique devrait voir s’imposer le PC-21. Le Tucano n’est pas un avion très aimé et il commence à dater. L’AT-6 avec ses modifications est devenu lourd et cher à l’heure de vol. Les Suédois vont opter pour le KC-390 et faire place belle à Embraer. Avec le PC-21 ils s’offrent une très bonne deuxième chance pour le Gripen en Suisse, ouvrant ensuite un partenariat Saab-Embraer-RUAG.

Écrit par : Steeve | 21/05/2015

Le Brésil ayant choisi le Grippen (36 exemplaires plus une centaine en option dont une version navale !), Embraer part favori avec son Super Tucano bien que le Pilatus PC-21 soit le meilleur dans sa catégorie.

Écrit par : Uldry | 21/05/2015

Quelles sont les raisons du mécontentement de ses utilisateurs (France, Royaume-Unis)?

Écrit par : Al&X | 21/05/2015

@AI]X: La France a acquis en 94 une cinquantaine de tucano, pannes nombreuses et pilotage peu appréciés (il faut dire que les pilotes français avait préféré le PC-7) ont finis par dégouter ceux-ci. le dernier Tucano français à quitté l'école de pilotage en 2009 déjà! Même constat au sein de la RAF mais qui n'a pu pour l'instant se débarrasser de cet avion.

Écrit par : Steeve | 22/05/2015

La RAF avait été obligée d'acheter le Tucano alors qu'elle préférait le PC-9 car le gouvernement UK devait remercier le Brésil pour son soutien lors de la guerre des Falklands en 1982. A l'époque médiocre avion d'entraînement, le Tucano avait dû être revu et corrigé par les ingénieurs anglais avant d'être remis à la troupe. Espérons que le Super Tucano soit meilleur.

Écrit par : Uldry | 22/05/2015

Merci pour vos précisions. A voir les caractéristiques du Super Tucano, ça ne donne pas vraiment l'impression d'être un avion école; il semble principalement être fait pour la COIN.
Nous verrons si la Suède arrive à la même conclusion ;-)

Écrit par : Al&X | 22/05/2015

Les commentaires sont fermés.